ArenSor_T_Williams

Alors parle-moi comme la pluie et laisse moi écouter (laisse-moi m'étendre ici et écouter).

Tennessee Williams, Parle moi comme la pluie et laisse moi écouter

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Bret Easton Ellis

    Partagez
    avatar
    Nadine

    Messages : 1797
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Bret Easton Ellis

    Message par Nadine le Lun 5 Déc 2016 - 13:53

    Bret Easton Ellis
    Né en 1964


    C'est l'un des auteurs principaux du mouvement Génération X, classé parfois parmi les romanciers d'Anticipation sociale. Il se considère comme un moraliste, bien que certains voient en lui un nihiliste. 

    Après des études secondaires dans une école privée, The Buckley School, il suit un cursus musical à Bennington College (l'université qui inspire le « Camden Arts College » dans Les Lois de l'attraction). 

    C'est l'un des auteurs principaux du mouvement Génération X, classé parfois parmi les romanciers d'Anticipation sociale. Il se considère comme un moraliste, bien que certains voient en lui un nihiliste.

    Après des études secondaires dans une école privée, The Buckley School, il suit un cursus musical à Bennington College (l'université qui inspire le « Camden Arts College » dans Les Lois de l'attraction).
    Parallèlement à ses études, il joue dans divers groupes musicaux, dont The Parents. Il est toujours étudiant à la sortie de son premier livre, "Moins que zéro". Bien reçu par la critique, il s'en vend 50 000 exemplaires dès la première année.

    En 1987, il s'installe à New York pour sortir son deuxième roman "Les Lois de l'attraction". Ce roman est adapté au cinéma en 2001 par Roger Avary. C'est notamment dans ce livre que l'on voit apparaître un personnage nommé Bateman, que l'on retrouvera dans son roman suivant.

    Son ouvrage le plus controversé est sans doute "American Psycho". Son éditeur Simon & Schuster lui avait versé une avance de 300 000 dollars pour qu'il écrive une histoire à propos d'un serial killer. Suite aux nombreuses protestations, l'éditeur refuse de publier le roman. En effet, le roman est notamment considéré comme dangereusement misogyne. Il sort finalement en 1991, édité par Vintage. Certains voient dans ce livre, dont le protagoniste Patrick Bateman est une caricature de yuppie matérialiste et un tueur en série, un exemple d'art transgressif. American Psycho est porté à l'écran en 2000 par Mary Harron.

    Ellis situe ses romans dans les années 1980, faisant du mercantilisme et de l'industrie du divertissement de cette décennie un symbole. Ses livres, des contre-utopies (autrement dit des dystopies) qui se déroulent souvent dans des métropoles américaines (comme Los Angeles et New York), sont peuplés de personnages récurrents.


    Oeuvres traduites en français :

    Moins que zéro
    Les lois de l'attraction
    American Psycho
    Zombies
    Glamorama
    Luna Park
    Suites impériales
    avatar
    Tristram

    Messages : 1248
    Date d'inscription : 09/12/2016
    Age : 60
    Localisation : Guyane

    American psycho

    Message par Tristram le Sam 10 Déc 2016 - 7:00

    Avec American psycho, L’Orange mécanique, le roman d’Anthony Burgess, adapté à l'écran par Stanley Kubrick, n'est plus de l'anticipation : nous y sommes...

    « - Alors, que disait Ed ? demande Hamlin avec intérêt.
    - Il disait : Quand je vois une jolie fille passer dans la rue, je pense à deux choses. Une partie de moi voudrait sortir avec elle, parler avec elle, être vraiment gentil, tendre, correct avec elle… Je m’interromps et vide mon J&B d’une traite.
    - Et que voudrait l’autre partie de lui ? Demande Hamlin d’une voix hésitante.
    - Elle voudrait voir de quoi sa tête aurait l’air, plantée au bout d’une pique. »

    « Les jours passent. La nuit, je dors par périodes de vingt minutes. Je me sens désœuvré, tout me paraît sinistre, et mon besoin compulsif de meurtre, qui surgit, s’évanouit, resurgit, pour disparaître à nouveau, me laisse à peu près tranquille pendant ce paisible déjeuner au Alex Goes to Camp, où je prends la salade de saucisse de mouton au homard et les haricots blancs arrosés de citron vert et de vinaigre de foie gras. Je porte un jean délavé, une veste Armani, et un T-shirt Comme des Garçons à cent quarante dollars. J’appelle chez moi pour écouter mes messages. Je rapporte des cassettes vidéo. Je fais halte à un distributeur de billets. Hier soir, Jeanette m’a demandé " Patrick, pourquoi gardes-tu des lames de rasoir dans ton portefeuille ?" Au Patty Winters show de ce matin, il était question d’un garçon qui était tombé amoureux d’un paquet de lessive. »

    « La caméscope Sony CCD-V200 8 mm comprend un effaceur sept couleurs, un marqueur de lettres, une fonction édition autorisant également l’enregistrement image par image, ce qui me permet de filmer, disons, un cadavre en décomposition à intervalles de quinze minutes, ou les dernières convulsions d’un petit chien empoisonné. »

    « C’était la géographie autour de laquelle gravitait ma réalité : il ne m’était jamais, jamais venu à l’esprit que les gens pussent être bons, ou qu’un homme pût changer, ou que le monde pût être meilleur au travers de ce plaisir que l’on prend à tel sentiment, telle apparence ou tel geste, à recevoir l’amour ou l’amitié de son prochain. Rien n’était affirmatif, le terme de "bonté d’âme" ne correspondait à rien, c’était un cliché vide de sens, une sorte de mauvaise plaisanterie. Le sexe, c’est la mathématique. L’individualité n’a plus lieu d’être. Que signifie l’intelligence ? Définissez ce qu’est la raison. Le désir… un non-sens. L’intellect n’est pas un remède. La justice, morte. La peur, le reproche, l’innocence, la compassion, le remords, la gaspillage, l’échec, le deuil, toutes choses, toutes émotions que plus personne ne ressent vraiment. La pensée est vaine, le monde dépourvu de sens. Dieu ne vit pas. On ne peut croire en l’amour. La surface, la surface, la surface, voilà ce dans quoi on trouve une signification… C’est ainsi que je vis la civilisation, un colosse déchiqueté… »

    « Il existe une idée de Patrick Bateman, une espèce d’abstraction, mais il n’existe pas de moi réel, juste une entité, une chose illusoire et, bien que je puisse dissimuler mon regard glacé, mon regard fixe, bien que vous puissiez me serrer la main et sentir une chair qui étreint la vôtre, et peut-être même considérer que nous avons des styles de vie comparables, je ne suis tout simplement pas là. Signifier quelque chose : voilà ce qui est difficile pour moi, à quelque niveau que ce soit. Je suis un moi-même préfabriqué, je suis une aberration. Un être non-contingent. Ma personnalité est une ébauche informe, mon opiniâtre absence profonde de cœur. Il y a longtemps que la conscience, la pitié, l’espoir m’ont quitté (à Harvard, probablement), s’ils ont jamais existé. Je n’ai plus de barrière à sauter. Tout ce qui me relie à la folie, à l’incontrôlable, au vice, au mal, toutes les violences commises dans la plus totale indifférence, tout cela est à présent loin derrière moi. Il me reste une seule, une sombre vérité : personne n’est à l’abri de rien, et rien n’est racheté. Je suis innocent, pourtant. Chaque type d’être humain doit bien avoir une certaine valeur. Le mal, est-ce une chose que l’on est ? Ou bien est-ce une chose que l’on fait ? Ma douleur est constante, aiguë, je n’ai plus d’espoir en un monde meilleur. En réalité, je veux que ma douleur rejaillisse sur les autres. Je veux que personne n’y échappe. Mais ceci avoué - ce que j’ai fait des milliers de fois, presque à chaque crime -, une fois face à face avec cette vérité, aucune rédemption pour moi. Aucune connaissance plus profonde de moi-même, aucune compréhension nouvelle à tirer de cet aveu. Je n’avais aucune raison de vous raconter tout cela. Cette confession ne veut rien dire… »

    « Jeanette devrait s’en remettre - elle a toute la vie devant elle - enfin, si elle ne tombe pas sur moi. En outre, son film préféré est Pretty in Pink, et elle trouve Sting sympa, ce qui fait que, somme toute, ce qui lui arrive n’est pas totalement immérité, et qu’il n’y a aucune raison de la plaindre. Cette époque n’est pas faite pour les innocents. »
    avatar
    Mordicus

    Messages : 846
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Myocarde

    Re: Bret Easton Ellis

    Message par Mordicus le Sam 10 Déc 2016 - 11:36


    Bret Easton Ellis, mes premières claques littéraires de grande personne.

    Moins que zéro, Les lois de l'attraction, American Psycho.

    Masterpieces.

    Evidemment, mes lectures de cet auteur sont un peu loin. Mais Bret Easton Ellis a le talent du rythme, l'impression de lire sous cocaïne ou alors, au contraire, d'être dans une léthargie dépressive.


    _________________

    Je suis sensible au divertissement
    Mes gencives savent que le dentiste ment
    La drogue agit sur moi lentement
    Ah nan je suis con c'est un Efferalgan

    Contenu sponsorisé

    Re: Bret Easton Ellis

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 26 Juil 2017 - 11:34