Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Robert Bresson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Robert Bresson Empty Robert Bresson

Message par Arturo le Ven 15 Déc - 8:28

Robert Bresson
(1901-1999)


Robert Bresson 66192-10

Robert Bresson est un cinéaste français, né le 25 septembre 1901 à Bromont-Lamothe (Puy-de-Dôme) et mort le 18 décembre 1999 à Droue-sur-Drouette. (Eure-et-Loir).

Il a réalisé treize longs métrages et a rédigé un essai important sur le cinéma intitulé Notes sur le cinématographe. Il a notamment reçu le prix de la mise en scène du Festival de Cannes en 1957 pour Un condamné à mort s'est échappé, le Grand prix de création en 1983 pour L'Argent, le prix du jury en 1962 pour Procès de Jeanne d'Arc et l'ours d'argent au Festival de Berlin pour Le Diable probablement en 1977, le Lion d'honneur à la carrière en 1989 au Festival de Venise.

Filmographie :


1934 : Affaires publiques (court métrage aujourd'hui invisible selon le vœu du cinéaste ; une copie est conservée par la Cinémathèque française.)
1943 : Les Anges du péché
1945 : Les Dames du bois de Boulogne
1951 : Journal d'un curé de campagne
1956 : Un condamné à mort s'est échappé (ou Le vent souffle où il veut)
1959 : Pickpocket
1962 : Procès de Jeanne d'Arc
1966 : Au hasard Balthazar
1967 : Mouchette
1969 : Une femme douce
1971 : Quatre nuits d'un rêveur
1974 : Lancelot du Lac
1977 : Le Diable probablement
1983 : L'Argent
Arturo
Arturo

Messages : 3109
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Robert Bresson Empty Re: Robert Bresson

Message par Arturo le Ven 15 Déc - 8:40

Formaliste et spirituel, voilà les deux qualificatifs qui me viennent à l'esprit pour évoquer le cinéma de Bresson. Pas étonnant que Tarkovski l'évoque comme un de ses égaux dans son livre Le temps scellé.
Bresson est un très grand et on ne ressort pas indemne de ses films. Il est inspiré par Bernanos pour Mouchette et Journal d'un curé de campagne. La dimension catholique est très présente dans son oeuvre. La question du salut de l'âme.
Pour l'instant j'ai vu Pickpocket, L'argent, Un condamné à mort s'est échappé, et Au hasard Balthazar.
Je vais revenir sur ce dernier.

Au hasard Balthazar (1966)

Robert Bresson Auhasa10

Alors Balthazar, c'est l'âne de la crèche chrétienne, et dans ce film il semble représenter une forme de pureté divine, qui observe inlassablement les errements des humains. Qui encaisse tous leurs péchés, leurs vices, et souffre en silence. C'est un film exigent, mais d'une grande beauté visuelle, qui paraît ne pas pouvoir vieillir.

Les acteurs sont non professionnels.
Après le Journal d'un curé de campagne, Bresson travaille avec des acteurs non professionnels, qu'il appelle des modèles.
Le modèle ne doit jamais avoir fait ni théâtre ni cinéma afin de donner au réalisateur la possibilité de le "modeler".

Robert Bresson Au-has10
Arturo
Arturo

Messages : 3109
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Robert Bresson Empty Re: Robert Bresson

Message par Arturo le Ven 19 Jan - 16:16

Mouchette (1967) :

Autre adaptation d'une oeuvre de Bernanos, Mouchette c'est le genre de film qui vous met K-O, si vous entrez dedans, et que vous acceptez la dimension philosophique du message, la vision sans concession de Bresson et son minimalisme visuel.
C'est sans pitié, brutal.
Pourtant très peu de dialogues, aucune image "choc".
Juste l'âpreté des rapports humains, la cruauté envers l'innocence : l'enfance.
Adieu la naïveté, bienvenue chez les adultes.

Robert Bresson Mouche10

Robert Bresson Ob_14010
Arturo
Arturo

Messages : 3109
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Robert Bresson Empty Re: Robert Bresson

Message par ArenSor le Ven 19 Jan - 18:27

Ah Besson cheers
Les deux films qui m'ont le plus marqué sont "Les Dames du bois de Boulogne" et "Le Journal d'un curé de campagne". Very Happy
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Robert Bresson Empty Re: Robert Bresson

Message par Arturo le Sam 20 Jan - 15:23

@ArenSor a écrit:Ah Besson cheers

Luc ? Razz
Arturo
Arturo

Messages : 3109
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Robert Bresson Empty Re: Robert Bresson

Message par Tristram le Jeu 10 Mai - 3:18

Je viens de visionner Au hasard Balthazar, et suis plutôt déçu : c'est si raidement joué qu'il est difficile d'accepter cette maladroite parabole du mal humain, sauvée par quelques belles scènes, et l'âne.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8462
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Robert Bresson Empty Re: Robert Bresson

Message par animal le Jeu 10 Mai - 6:32

Tiens, pour nourrir ton inconfort j'y vais de ma récup' :

Robert Bresson Au-has10

Au hasard Balthazar

Une expérience cinématographique un peu aride pour commencer une journée. Loin d'être moche mais sérieusement austère, et d'une austérité qu'on retrouve dans le propos. Les tribulations de l'âne Balthazar comme celles de Marie et d'Arnold peut-être sont un voyage patient au pays de la petite méchanceté commune. Le mélange d'un cinéma ouvertement cérébral (quoique ce n'est que je premier que je vois alors... ) avec une théâtralité sans doute pleinement assumée n'est pas forcément ce qu'il y a de plus séduisant.

Néanmoins si je ne me suis pas défait d'une sorte de sentiment de gêne le film évolue, s'éclate pour se densifier, notamment avec le personnage d'Arnold ou  visuellement avec une séquence comme la revue de cages du cirque et le film a creusé son impression dans mon esprit.

Pas simple mais aussi trop évident, discursif (est-ce cela qui met mal à l'aise ?), pas sans intérêt ni sans atouts en tout cas.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10196
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Robert Bresson Empty Re: Robert Bresson

Message par Arturo le Jeu 10 Mai - 8:33

Comme je l'avais mentionné, dans Au hasard Balthazar, les acteurs sont amateurs. Mais ça ne m'avait pas choqué.

Sûr que le cinéma de Bresson n'est pas pour tout le monde. C'est particulier.
J'aime son minimalisme et je poursuis le visionnage de ses oeuvres.
J'ai été moyennement passionné par Le procès de Jeanne d'Arc, mais pas sans intérêt non plus.
Arturo
Arturo

Messages : 3109
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Robert Bresson Empty Re: Robert Bresson

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions arts divers :: Cinéma, TV et radio :: Réalisateurs

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum