Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Fernand Pouillon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fernand Pouillon Empty Fernand Pouillon

Message par Nadine le Sam 3 Fév - 12:19

Fernand Pouillon
(1912-1986)

Fernand Pouillon Entwcl10

Fernand Pouillon est né à Cancon dans le Lot-et-Garonne où son père, entrepreneur de travaux publics, construit la voie de chemin de fer.

En France, en Algérie et en Iran, il construit en début de carrière notamment deux gares et des cités militaires, il est architecte-conseil du département du Vaucluse et il est professeur à Aix-en-Provence puis à Marseille.

Avec des dessins de relevés de la ville d’Aix-en-Provence, des lithographies de Léo Marchutz et André Masson, une belle préface de Pierre Dalloz, Fernand Pouillon écrit pour la première fois sur  cette ville  et édite l’ensemble à compte d’auteur sous le titre « Ordonnances ». Dans les années soixante-dix il créera à Paris la maison d’éditions « Le Jardin de Flore » d’où sortiront trente-six livres d’art en dix ans.

Dans le même temps ses pratiques contrarient le monde de la construction. Au milieu des années cinquante, bridé dans ses aspirations par une législation et une déontologie qu'il juge étriquées, Fernand Pouillon va créer ses propres «espaces» juridiques et économiques. Il est arrêté quelques années après, en 1961.
Le 23 septembre de la même année le Conseil de l’Ordre des Architectes prononce sa radiation à vie du tableau de l’ordre des Architectes. S'ensuit une exposition médiatique importante et son procès :
Les chefs d’inculpation d’infractions aux lois sur les sociétés, abus de confiance, escroquerie et recel, ne seront pas retenus par la Cour d’Appel. Subsistent l’abus des biens sociaux, la fausse déclaration de libération de parts et de déclaration notariée mensongère.
Libéré en 1965, il sera amnistié le 12 mai 1971 par le Président Georges Pompidou.

Pendant ces années de prison, Fernand Pouillon écrit «Les pierres sauvages» publié en 1964, reçoit le prix des Deux-Magots.
Il écrit également des chapitres de ses futures « Mémoires d’un architecte ».

Fernand Pouillon a bien réintégré le tableau de l’Ordre des Architectes et été élu au Conseil régional de l’Ordre d’Ile de France en 1980 mais sa dette fiscale totale  lui est toujours réclamée alors qu'il décède en 1986 dans le château de Belcastel en Aveyron, une ruine qu’il aura fait restaurer pendant sept ans.
(Sources : site Fernandpouillon.com)

Bibliographie :

Ordonnances
Les Pierres sauvages, 1964
Mémoires d'un architecte, 1968


Dernière édition par Nadine le Dim 4 Fév - 9:48, édité 1 fois
Nadine
Nadine

Messages : 3541
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernand Pouillon Empty Re: Fernand Pouillon

Message par Nadine le Sam 3 Fév - 13:32

Les pierres sauvages

Fernand Pouillon 71ie5g10

J'ai rencontré ce livre en l'entendant mentionné  "culte" dans une liste, sur le net. Manifestement il avait été cité par quelqu'un qui ne lit pas beaucoup, un peu comme l'on voit cité Werber et Les fourmis
.
Ce point , forceur d'unanimité, a retenu mon attention,  mais surtout son sujet :
c'est le journal, fictif, du moine cistercien Guillaume Balz, chargé au XIIeme siècle de bâtir l'abbaye provençale du Thoronet.

J'ai un Certificat professionnel  de taille de pierre gros-oeuvre que mes 30 ans avaient fait fleurir sur mon CV, vous imaginerez bien que cette vocation avortée me laisse avide de tout sujet chantant la stéréotomie, et son Histoire, et ses théologies.
(Dans le genre , j'attends aussi de lire un de ces jours le Pape des escargots de Vincenot parce qu'il a été cité par un copain tailleur de pierre et Compagnon, et parce que ce dernier n'est pas un grand lecteur pourtant.

De Fernand Pouillon je ne connaissais rien, vous aurez lu ci-dessus, peut-être, qu'il était donc un personnage ayant grassement flirté avec l'illégalité, un homme d'affaire passionné apparemment, au caractère affirmé. Il n'est pas interdit d'imaginer que Les pierres sauvages ait été écrit pour faire passer le plus noble de son tempérament, alors qu'il se trouvait en prison. Par orgueil ou volonté de maîtrise. Soit.

Ce journal fictif est tout baigné de l'austérité monacale, c'est particulier à lire, je ne le recommande pas aux allergiques à celle-ci. Pouillon fait preuve, je trouve, d'un beau talent à immerger jusque par le rythme, dans la pensée de ce moine. Il ne faudra pas chercher l'épique.ça pontifie un peu, tout de même.
L'aventure de la pensée, par contre, éventuellement, on pourra la guetter.

Je n'ai pas découvert de secret de la matière mais exploré avec un réel intérêt toutes les nuances et résistances que celle-ci offre, et le Pouillon-égotiste potentiel s'efface vraiment, sert le sujet très honnêtement.

Il a trouvé pour se faire un biais très intéressant : ce moine architecte devait être architecte avant que d'être un homme pieux, et avec une vraisemblance et un sens dialectique très racé, Pouillon réussit à dresser ce tempérament nuancé sans aucune invraisemblance, au coeur d'un système religieux très rigide. Grâce à ce trait son personnage se fait passeur de toute une passion du métier mais aussi de questions toutes métaphysiques.
Un autre point fort de ce livre, et qui fait de Pouillon un homme heureux d'avoir songé à écrire, est la très intéressante subtilité psychologique qu'il sait traduire, et qu'il sait insérer habilement au coeur même du sujet : la communauté religieuse de ces bâtisseurs lui donne l'occasion de portraits très singuliers, très justes et personnels des hommes. Pouillon a cette intelligence. J'avais trouvé ça chez Roger Vailland, parfois. C'est rare mine de rien, d'avoir le sentiment que l'auteur a réellement observé ses pairs, et sait décrire et surtout décoder l'âme. La plupart du temps on rencontre davantage des lieux communs bien tournés.

Enfin, je voudrais souligner une autre qualité d'écriture : plongé que l'on est dans ce journal volontairement austère, on n'échappe pas, forcément, à une certaine distraction toute métaphysique, parfois, mais distraction tout de même! Or c'est alors, et avec extrème parcimonie, que l'on prend de plein fouet, et sous un angle d'autant plus préparé, la rupture de ce flux, due aux incidents rares mais majeurs qui surviendront sur ce chantier. Le récit ne se déprend pas de son réalisme et transmet avec une force remarquable le pas de côté violent que ceux-ci provoquent.
A cet égard, seule la fin, extrêmement lyrique, aura un gramme de trop, à mon goût, d'emphase. Mais je rejoins les lecteurs passionnés du livre pour placer avec respect celui-ci dans les remarquables, non parce qu'il m'a transportée, mais parce qu'il laisse, un mois après, encore, des visions, toutes dues, dans leur force, à l'auteur, qui connait son métier. Même si ça pontifie, oui, parfois.


Un extrait,
occasion pour Pouillon, avant pourtant que les animations en 3D n'existent, de nous peindre le type de vision nécessaire au métier d'architecte :

L'oeil sans effort ressentira qu'il est le centre de la sphère. Demi-tour et discrets balancements de la tête, l'oeil peut rester imprégné par l'ensemble, car tout est près : il n'a pas à découvrir puisqu'il ressent sans se déplacer. Les petits espaces intérieurs arrêtent la vie mobile, incitent, par la vision, la pensée à rechercher davantage en soi.
Serait-il plus juste de dire que le déplacement de l'oeil dans le plan n'était qu'une des façons d'imaginer ? Les dessins, figures réduites et abstraites, ne montrent que deux dimensions. Il serait mieux de considérer l'oeil immobile, et lui soumettre un nombre infini de dessins à trois dimensions, les faire tourner et basculer dans son angle de vue

Nadine
Nadine

Messages : 3541
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernand Pouillon Empty Re: Fernand Pouillon

Message par Tristram le Sam 3 Fév - 14:11

Merci pour cette belle ouverture de fil. C'est effectivement un livre intéressant, de même que Le pape des escargots (et aussi Les étoiles de Compostelle, où Vincenot parle aussi des constructeurs de cathédrales) ; je viens de mettre quelques extraits sur son fil, en rapport avec ce sujet qui te tient à cœur, Nadine.
« La difficulté est l’un des plus sûrs moyens de la beauté. »

« C'est-à-dire que la beauté ne peut exister sans équilibre, la technique sans matière, et, pour finir, l’équilibre sans beauté. »

Fernand Pouillon, « Les pierres sauvages »

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8465
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernand Pouillon Empty Re: Fernand Pouillon

Message par Nadine le Sam 3 Fév - 14:15

Merci Tristam, je m'en vais voir ça tout de go.
Nadine
Nadine

Messages : 3541
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernand Pouillon Empty Re: Fernand Pouillon

Message par Bédoulène le Sam 3 Fév - 14:24

eh bien, à priori je n'aurais pas été attirée par ce livre, mais 1° il s'agit du Thoronnet, 2° ton commentaire argumenté font que je vais noté  !

merci Nadine !

Fernand Pouillon Abbaye10

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12868
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernand Pouillon Empty Re: Fernand Pouillon

Message par Nadine le Sam 3 Fév - 17:51

J'espère que tu ne seras pas déçue dans tes attentes, chère Bédou !
Nadine
Nadine

Messages : 3541
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernand Pouillon Empty Re: Fernand Pouillon

Message par ArenSor le Sam 3 Fév - 18:53

@Nadine a écrit: J'ai un Certificat professionnel  de taille de pierre gros-oeuvre que mes 30 ans avaient fait fleurir sur mon CV, vous imaginerez bien que cette vocation avortée me laisse avide de tout sujet chantant la stéréotomie, et son Histoire, et ses théologies.

Tiens donc ! Very Happy
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernand Pouillon Empty Re: Fernand Pouillon

Message par Nadine le Sam 3 Fév - 19:19

(AFPA de Blois, 7 mois ; la meilleure période de ma vie. Smile )
Nadine
Nadine

Messages : 3541
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernand Pouillon Empty Re: Fernand Pouillon

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum