Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Georges Limbour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Georges Limbour Empty Georges Limbour

Message par ArenSor le Lun 12 Mar - 18:26

Georges Limbour
1900 - 1970

Georges Limbour Photo_10

Georges Limbour fait ses études au Havre. Il s'y lie à Jean Dubuffet, Armand Salacrou, Pierre Bost, Raymond Queneau et Jean Piel. Il demeurera marqué par la fascination de la mer. Limbour commence à écrire en 1915. En octobre 1918, il vient à Paris avec Jean Dubuffet pour préparer une licence de philosophie, qu'il obtient en octobre 1923. Incorporé entre temps en 1920, il fait à la caserne la Tour-Maubourg la connaissance de Marcel Arland, André Dhôtel, Roger Vitrac et René Crevel. Il noue en 1922 une amitié durable avec le peintre André Masson. Il fréquente assidûment son atelier 45 rue Blomet, où il rencontre Joan Miró, Roland Tual, Michel Leiris, Antonin Artaud. En 1923 ses compagnons de la Tour-Maubourg le conduisent rue Fontaine, chez André Breton, à qui il préfère Louis Aragon. Voulant « sauvegarder la paix miraculeuse de la rue Blomet », Limbour évite la rencontre des deux groupes. Il participe dans les années suivantes au mouvement surréaliste jusqu'à sa rupture avec Breton en 1930, que laissait déjà prévoir sa collaboration à la revue Documents de Georges Bataille avec Leiris et Masson et au tract Un cadavre, dirigé contre Breton, qu'il signe avec Ribemont-Dessaignes, Prévert, Queneau, Desnos, Vitrac et Bataille.

En janvier 1924, Limbour part comme journaliste de l'armée en Rhénanie, où son comportement provocateur le fait jeter en prison. L'intervention de ses amis André Breton et Robert Desnos parvient à le faire libérer. De retour en France, il entretient une liaison avec Bianca Maklès, une juive roumaine comédienne au Théâtre de l'Atelier (sous le pseudonyme de Lucienne Morand), sœur aînée de Sylvia Bataille et épouse du surréaliste Théodore Fraenkel depuis 1922. Belle, talentueuse, engagée, elle va osciller pendant quelques années entre les deux hommes. En 1926, Limbour quitte à nouveau durablement la France pour enseigner la philosophie à Koritza en Albanie, puis en Égypte en 1929 et à Varsovie en 1930. Entre deux missions, il retrouve Paris et ses amours. Mais en 1931, revenue auprès de son mari, Bianca Maklès-Fraenkel trouve prématurément la mort en tombant d'une falaise à Carqueiranne (Var), dans un accident qui peut laisser penser à un suicide.
Nommé enseignant à Parthenay en 1938, Limbour y retrouve ses amis, se lie avec Geneviève et Gaëtan Picon, est mobilisé puis libéré à l'armistice. De retour à Parthenay, il s'en fait expulser par les autorités d'occupation. Il enseigne plus tard à Dieppe (1943-1955), rendant visite à Georges Braque, enfin à Paris, au Lycée Jean-Baptiste-Say (où il vient encore à moto). Il passe fréquemment ses vacances en Espagne, qui constitue la toile de fond de deux de ses romans, La Pie voleuse et La Chasse au mérou, mais effectue aussi deux voyages à Cuba en 1967, avec Maurice Nadeau, Michel Leiris et Cesare Peverelli en 1968.

En 1943, Limbour présente Dubuffet, dont les travaux sont encore confidentiels, à Jean Paulhan, rencontre qui se révélera décisive dans la carrière du peintre. Au-delà de ses textes sur Dubuffet (qui fera maintes fois son portrait en 1946) et sur Masson, Limbour écrit à partir de 1944 de très nombreux articles et préfaces (parfois sous pseudonymes : Garance, Antimoine Chevalet, André Lacombe) sur les peintres, tient des chroniques. Ces textes demeurent encore largement dispersés.
Il meurt en 1970, « tué par le soleil et la mer […], par ces deux forces qu'il vénérait plus que tout au monde » (André Masson).
(d'après Wikipedia)

Bibliographie :

Romans et récits
L'Illustre cheval blanc (récits), Paris, Gallimard, 1930
Les Vanilliers (roman), Paris, Gallimard, 1938 (Prix Rencontre, 1938); Paris, L'Imaginaire, Gallimard, 1978
La Pie voleuse (roman), Paris, Gallimard, 1939; Paris, L'Imaginaire, Gallimard, 1995,
L'Enfant polaire (récit, 1921), Paris, Fontaine, 1945
Le Bridge de Madame Lyane (roman), Paris, Gallimard, 1948
Le Calligraphe (récit), Paris, Galerie Louise Leiris, 1959
La Chasse au mérou (roman), Paris, Gallimard, 1963
Contes et récits, Paris, Gallimard, 1973,
Le Carnaval et les civilisés, préface de Michel Leiris, dessins d'André Masson, Paris, L'Elocoquent, 1986


Dernière édition par ArenSor le Lun 12 Mar - 18:35, édité 1 fois
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Limbour Empty Re: Georges Limbour

Message par ArenSor le Lun 12 Mar - 18:33

Les Vanilliers

Georges Limbour Vanill10

C’est une sorte de conte sur la découverte du mode de reproduction des vanilliers. Mais un conte assez noir, parfois cruel, où les enfants peuvent jeter des maléfices sur une île, où un ogre Van Houten rôde nez au vent à la recherche du parfum magique. C’est aussi une fable écologique où le malheur va fondre sur un paradis perdu. J’ai hésité à ouvrir un fil, puis je me dis que si un (e) chosien (ne) croisait un jour ce petit livre à la langue si poétique, qu’il ne le dédaigne surtout pas !  Very Happy

« Elle promenait avec plaisir sous son nez l’extrémité de ses doigts. Que pouvaient bien être ces curieux bâtonnets ? de petits serpents embaumés, de grandes chenilles confites ou de ces longs pleurs qu’on voit mélancoliquement pendre aux arbres. »

« Les feuillages tendres et touffus des acacias dévalaient la pente offerte aux brises en brandissant leurs floraisons rouges avec de larges gestes d’écoliers heureux. Et tout le long du môle, parallèles aux maisons, les aigrettes roses des tamaris en fleurs, pareils à une ceinture de coraux. Le soleil étincelait sur l’eau, devant les pierres du quai auquel n’étaient amarrées que de frêles barques d’or dont les coques creuses étaient chargées seulement d’une ombre dense, de sorte qu’on pouvait croire que les indigènes, qui n’embarquaient apparemment aucune marchandise, allaient vendre aux insulaires du Sud brûlant l’ombre odoriférante de leur île plus légère que des éponges. C’était vraiment leur seul commerce, et au milieu de la petite place ensoleillée et belle comme un atoll dans sa ceinture de coraux légers, sous un bouquet d’arbre dont les fleurs rouges nageaient dans un feuillage d’un vert enfantin, ils restaient accroupis à fumer leur pipe autour du grès rose, un grès de tamaris, toujours mouillé, de la fontaine. »

« Sans qu’elles s’en fussent aperçues, un gros navire, venu non directement de la haute mer mais qui avait probablement contourné la colline, s’était approché du môle, avait replié ses voiles et maintenant jetait l’ancre. Comme une araignée velue et de mauvais présage, la nuit, cette nuit aux imprévisibles desseins, tissait déjà ses toiles entre les mâts et se balançait menaçante au bout d’un fil pour étendre son ouvrage jusqu’aux âmes des arbres. »

« Une main invisible gratta les filaments stellaires d’une mandoline pour donner un grêle concert aux étoiles de dernière grandeur et sous les illuminations, au-dessus des tables de Germina, le rhum sautait de la bouteille dans les verres avec des bonds de petits animaux roux terminés par une longue queue d’écureuil. »
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Limbour Empty Re: Georges Limbour

Message par animal le Lun 12 Mar - 22:51

J'aime beaucoup la dernière citation...

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10218
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Limbour Empty Re: Georges Limbour

Message par Bédoulène le Lun 12 Mar - 23:51

merci Arensor ! la vanille un parfum, un goût !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12887
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Limbour Empty Re: Georges Limbour

Message par Tristram le Lun 12 Mar - 23:53

La vanille est une orchidée très répandue ici, mais il n'y a pas la bestiole pour féconder la fleur...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8467
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Limbour Empty Re: Georges Limbour

Message par Quasimodo le Mar 13 Mar - 12:17

Oui, la dernière citation est très belle, mais aussi les autres. Ah, ça me plaît beaucoup ! Tu as bien fait, ArenSor Very Happy

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3360
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Limbour Empty Re: Georges Limbour

Message par Aventin le Mar 13 Mar - 17:19

Merci beaucoup ArenSor, j'ai assez envie de découvrir !
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Georges Limbour Empty Re: Georges Limbour

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum