Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) Empty Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov)

Message par tom léo le Ven 27 Avr 2018 - 22:29

Vasil Bykaŭ ou Vassil Bykov
1924 - 2003

culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) 00073710

(en biélorusse : Васіль Уладзіміравіч Быкаў, Vassil Ouladzimiravitch Bykaw ; en russe : Василий Владимирович Быков, Vassili Vladimirovitch Bykov) est un écrivain soviétique et biélorusse né le 19 juin 1924 dans le village Byčki, non loin de Vitebsk. Il étudia à l'école artistique de Vitebsk en 1939-1940, puis à l'école de l'infanterie à Saratov. En 1941, il se trouvait en Ukraine lorsque l'Allemagne nazie envahit l'Union soviétique. À 17 ans, il s'engagea volontairement dans l'Armée rouge et combattit en Roumanie, Boulgarie, Yougoslavie et Autriche. Il fut blessé à deux reprises et quitta l'armée en 1947. La même année des premièrs écrits furent publiés. À Hrodna il commença à travailler en tant que journaliste du journal Pravda. A partir de 1955 il vécut de sa plume : Il est surtout connu pour ses œuvres sur la Seconde Guerre mondiale. Il a écrit surtout en bièlorusse, et traduisait partiellement lui-même ses œuvres en russe.

De 1972 à 1978 il était sécretaire de l'union des écrivains de la Biélorussie, recevant en 1974 le prix de l'Etat de l'URSS, en 1986 le Prix Lénine. En 1978, il s'établit à Minsk. En dehors des frontières de son pays natal, Vasil Bykaŭ est l'un des auteurs biélorusses les plus lus. À l'époque de l'Union soviétique, les œuvres de Vasil Bykaŭ ont été traduites dans la plupart des langues.

Fin des années 1980 Bykau participa aux activités des forces prodémocratiques en Biélorusse et soutint en 1994 lors des élections présidentielles leur candidat. En 1997 il quitta le pays à cause des repressions grandissantes sous le président/dictateur Loukachenko. D'un coup on interdisait de le publier et on mena des campagnes de presse contre lui. D'abord il s'en alla en France, puis en Allemagne. Depuis la fin 2002 il viva en République Tchèque où il était opéré aussi pour un cancer de l'estomac. Voulant se reposer de cette intervention au cours d'un séjou dans son pays, il y est décédé le 22 juin 2003.

Ouvrages traduits en français :

Аблава (La Traque)
Знак бяды (Signe du malheur)
Трэцяя ракета (Troisième fusée)
У тумане (Dans le brouillard)
Адна ноч (Une nuit)
Байкі жыцьця (Luttes de la vie)
Кошка і мышка (Le chat et la souris)
Маленькая чырвоная кветачка (Petite fleur rouge)
Мурашкі (Fourmis)
Салдацкі лёс (Destin du soldat)
Le menu sable jaune et autres nouvelles
Sotnikov
Les morts n'ont plus de mal
La balade des Alpes




C'est dans un partage passionné sur la littérature qu'une connaissance m'a recommandé comme lecture à faire d'un auteur, et sans hésitation, Vassil Bykau. Il le compara, de point de vue d'impact et peut-être même de langue abordable et profondement hunmaniste, au jeune Heinrich Böll en Allemagne de m'après-guerre. Cela ne pouvait qu'éveiller ma curiosité... Donc, on découvre un auteur qui au moins par exemple en ancien RDA fut publié largement et a connu un écho grande.
tom léo
tom léo

Messages : 1102
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) Empty Re: Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov)

Message par tom léo le Ven 27 Avr 2018 - 22:35

culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) Image10

La traque

Originale : Аблава (Biélorusse, 1986) ; Облава (Russe, 1986)

CONTENU :
Un homme retourne dans son pays natal, son village de naissance. C'est l'automne, on se trouve au milieu des années 30 dans l'Ouest de la République biélorusse, pas très loin de la frontière polonaise. Après cinq années dans un camp, d'abord en compagnie avec sa femme et leur fille, il réussi maintenant à la troisième tentative la fuite et retourne à pied et en cachette les mille kilomètres vers sa maison. Peu de jours se déroulent dans la narration chronologique : il est irrésistiblement attiré par les environs de ses origines tout en sachant qu'il ne pourra pas se montrer.

Tandisqu'il se cache et cherche quelque chose à manger, les souvenirs reviennent avec force : sa vie autrefois dans le village, l'amélioration des circonstances matérielles grâce à la terre qui lui fut assignée lors de la redistribution des terrains, sa femme, leurs enfants, puis le reproche d'être « Koulak » (parce qu'il était plus travailleur?), la trahison par des proches, des voisins et enfin le bannissement : cinq années dans un camp avec, au bout, la perte de sa femme et de leur enfant avant de ne s'échapper lui-même.

Et maintenant, de retour, il est attiré et paralysé à la fois. Comment cela va finir ?

REMARQUES :
Le titre du livre en diverses langues est emprunté du titre du cinquième et dernier chapitre ; ce titre pourrait créer des malentendus, même si l'histoire va mener vers cette fin... Les premiers chapitres sont sous le signe du retour du fugitif dans son village natale et à une vie cachée, secrète en marge de ce village. Au même moment avec la description de cette vie en fuite, Fédor est sousmergé par les souvenirs de tout ce qui a mené vers cette situation. Il est vrai qu'il y a déjà un espèce d'avant-goût dramatique sur ces premiers pages, mais l'auteur raconte d'une façon calme, très humain de la vie du protagoniste. Il semble qu'il avait connu seulement des échecs, des deceptions. Néanmoins il lui manque la dernière toute grande amertume, haine, et il trouve même des fois des justifications pour ce qui n'est pas justifiable (besoin tout humain de raisons plus ou moins objectives pour l'injustice subie?). Ainsi le « présent » et les souvenirs et descriptions du passé s'alternent.

En lui il y a comme un soif de voir « une âme vivante » dans cette région qui pourrait fatalement lui presque seulement apporter du malheur. Cherchant presque le danger il est attiré comme par un aimant par ce village et les alentours : il n'y a pas d'endroit où aller. Face à l'injustice subie, comment ne pas se poser les vieilles, grandes questions humaines : D'où nous vient cela ? Pourquoi moi ? Est-ce que primairement je me suis rendu coupable moi-même ? Ou est-ce qu'il y a injustice, une innocence ?

Il semble que dans la plupart des livres de l'auteur il s'agit du destins d'individus dans la Grande Guerre qu'il avait vécu lui-même comme partisan et soldat activement. Ici par contre il suit de très près la vie de quelqu'un qui fut visiblement une victime de la politique de Staline, de l'opération de la « dékoulakisation » (voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9koulakisation ). Est-ce que notre Fédor était tout simplement un paysan bon travailleur qui fut victime de jalousie et envie ? Cette politique a mené apparemment vers la méfiance, une solidarité manquante et une culture profonde de peur. Toujours est-il qu'il était avec sa famille envoyé au camp.

L'homme est victime de la mechanceté de l'homme, de la guerre, de la dictature – et Bykau trouve des mots très précis et clairs (vus les circonstances dans lesquelles il écrivit) pour dénoncer et décrire les erreurs du système. Il s'est demandé apparement, comme un commentaire le disait, « si la bonté a encore une place dans le monde ». Ainsi à coté d'une dénonciation (politique) il y a quand même un profond humanisme qui trouve une expression chez lui.

Pour moi une belle découverte. Un auteur qui n'est peut-être plus au premier plan (comme par exemple en Allemagne un Heinrich Böll), mais qui valait la peine d'être lu.

mots-clés : #captivite #culpabilité #regimeautoritaire
tom léo
tom léo

Messages : 1102
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) Empty Re: Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov)

Message par animal le Sam 28 Avr 2018 - 9:19

tu l'as lu en français ?

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10190
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) Empty Re: Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov)

Message par Bédoulène le Sam 28 Avr 2018 - 15:55

merci Tom Léo, encore un sujet intéressant.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12848
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) Empty Re: Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov)

Message par tom léo le Sam 28 Avr 2018 - 21:51

@animal a écrit:tu l'as lu en français ?

Je pense que oui? scratch Je ne me rappelle pas... (C'est une recension plus vieille, mais le livre vaut vraiment la peine!)
tom léo
tom léo

Messages : 1102
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) Empty Re: Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov)

Message par animal le Sam 28 Avr 2018 - 22:02

ok. ça va être difficile de réclamer un extrait dans ces conditions. culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) 1390083676

mais j'essaierai de m'en rappeler de celui là aussi Wink

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10190
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) Empty Re: Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov)

Message par tom léo le Sam 28 Avr 2018 - 22:10

Cela a l'air drôle, mais comme je lis en trois langues, voir quatre, et que je passe "mes" livres à d'autres après, je ne me rappelle pas toujours après coup dans quelle langue je l'ai lu!

C'est un ami très estimé, biélorusse, énorme lecteur, d'une culture incroyable (et prêtre orthodoxe) qui me la vivement conseillé il y a plusieurs années! Quels échanges littéraires j'ai eu avec lui...
tom léo
tom léo

Messages : 1102
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) Empty Re: Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov)

Message par animal le Sam 28 Avr 2018 - 22:26

merci l'ami culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) 1798711736 !

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10190
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

culpabilité - Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov) Empty Re: Vasil Bykaŭ (Vassil Bykov)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Europe centrale et orientale


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum