Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Laurent Gaudé

    Partagez
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2510
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Laurent Gaudé

    Message par Bédoulène le Ven 2 Déc - 17:00

    Laurent Gaudé
    Né en 1972


    Laurent Gaudé, né le 6 juillet 1972 dans le 14e arrondissement de Paris1, est un écrivain français. Il a obtenu le prix Goncourt des lycéens et le prix des libraires avec La Mort du roi Tsongor en 2002. Et en 2004, il est lauréat du prix Goncourt pour son roman Le Soleil des Scorta1, roman traduit dans 34 pays.

    Il a étudié à l'École alsacienne. Après une maîtrise de lettres à l'Université Paris III, pour laquelle il a soutenu un mémoire intitulé Le thème du combat dans la dramaturgie contemporaine française, sous la direction de Michel Corvin (1994), puis un DEA à la même université, pour lequel il a soutenu un mémoire intitulé Le conflit dans le théâtre contemporain, sous la direction de Jean-Pierre Sarrazac (1998), Laurent Gaudé écrit pour la scène (1999).

    Sa première pièce, Combat de possédés, paraît en 1999. Elle sera jouée en Allemagne et lue au Royal National Theatre de Londres. La seconde pièce de Laurent Gaudé, publiée en 2000, est Onysos le Furieux. Il s'agit d'un monologue épique4, écrit en seulement 10 jours au printemps 19964. Laurent Gaudé a aussi écrit d'autres pièces de théâtre dont Pluie de Cendres, Cendres sur les mains, Médée Kali, ou encore Le Tigre bleu de l'Euphrate.

    En 2002, La Mort du roi Tsongor, son deuxième roman, lui vaut d'être cité pour le prix Goncourt et surtout d'être récompensé par le prix Goncourt des lycéens et le prix des libraires. Deux ans plus tard, il remporte le prix Goncourt ainsi que le prix du jury Jean-Giono avec son roman Le Soleil des Scorta qui sera également un succès de librairie (80 000 exemplaires vendus entre la parution du roman et l'attribution du prix Goncourt en 2004).

    En juin 2015, un extrait d'une de ses œuvres, Le Tigre bleu de l'Euphrate (2002), fait l'objet d'un travail de commentaire pour l'épreuve anticipée de français du baccalauréat ; cette même génération de lycéens avait déjà eu l'occasion d'étudier un extrait de son roman Le Soleil des Scorta (2004) lors de l'épreuve de français du diplôme national du brevet 20137.

    Bibliographie

    Cris, Actes Sud, 2001
    La Mort du roi Tsongor, Actes Sud, 2002
    Le Soleil des Scorta, Actes Sud, 2004
    Existe en version illustrée, par le peintre et illustrateur Benjamin Bachelier, éd. Tishina, 2014
    Eldorado, Actes Sud, 2006
    La Porte des Enfers, Actes Sud, 2008
    Ouragan, Actes Sud, 2010
    Pour seul cortège, Actes Sud, 2012
    Danser les ombres, Actes Sud, 2015
    Écoutez nos défaites, Actes Sud, 2016





    Ecoutez nos défaites



    Nous suivons alternativement trois chefs de guerre, Grant et ses batailles pendant la guerre de Sécession, Hannibal contre son ennemi de toujours Rome et Hailé Sélassié, le Négus  au moment où l’Italie de Mussolini défait l’Ethiopie.
    L’unique  rencontre d’Assem, qui sert l’Etat Français dans des missions spéciales et de Mariam Archéologue ramène les guerres à notre siècle, à nos défaites extérieures et intérieures.

    Les victoires et les défaites se succèdent  « La guerre n’est faite que de cela : de ce va-et-vient ; manger du terrain ou le perdre. Tenir ou reculer. »
    Grant « le boucher » que ses migraines torturent « connaît cet instant où l’homme est allé si loin qu’il n’en était plus un. »
    Hannibal doit sa légende aux 45000 morts qui dorment dans la terre d’Italie, « Sa victoire est là mais il veut se souvenir que ce sont des morts qui la lui offrent. »
    Hailé Sélassié  doit quitter son pays après la défaite contre les Italiens, mais le discours qu’il prononcera devant l’Assemblée de la SDN  accusera les pays signataires du Pacte de Paris de ne pas avoir honoré leur signature, la SDN est discréditée aux yeux du monde.

    Victoires ou défaites nourrissent la Terre de leurs morts, comment alors se réjouir d’être vainqueur ? C’est le questionnement que l’auteur pose.
    « « Plus jamais cela ». Chaque génération a prononcé cette phrase. Est-ce que l’Histoire ne sert à rien ? «
    L’Histoire enseigne mais les hommes  n’acceptent pas ses leçons.

    Le lecteur suit les personnages qui se déplacent ou sont déplacés, tels des pions sur le grand échiquier du monde où les hommes s’affrontent  dans l’espace et le temps .
    L’auteur présente souvent l’Histoire comme une personne : « l’Histoire hésite… » l’Histoire a choisi… »  Certes, l’ Histoire a  une conscience celle de tous les Hommes.
    L’empathie de l’auteur est sensible, il découvre malgré la folie des hommes,  leurs faiblesses  et leurs blessures.

    Extraits

    Il y a pire que l’horreur d’une bataille qui fut un cauchemar hallucine. Il y a pire que les mains qui tremblent pendant des heures encore après la mêlée, que les cheveux roussis par les incendies, il y a pires que ces milliers de morts dans cette forêt si dense que les balles ricochaient comme dans un labyrinthe fou, il y a le sentiment de l’inutilité.  Une bataille pour rien.
    Ils sont là, le piège est en place et la statue du lion de Juda regarde les conspirations des hommes et le brouhaha incessant des voitures avec la même indifférence.
    C’est une bonne nouvelle et cela aussi est étrange : des hommes vont crever de faim et c’est une bonne nouvelle.
    Des morts de partout tendent leur cou pour lire au-dessus de son épaule.
    Mais le peuvent-ils encore tous ces hommes , reposer en paix ?


    Dernière édition par Bédoulène le Sam 3 Déc - 18:26, édité 1 fois
    avatar
    topocl

    Messages : 1981
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Laurent Gaudé

    Message par topocl le Ven 2 Déc - 17:21

    La mort du roi Tsongor


    Ce qui ressort pour moi de ce roman, c'est le conte.

    J'ai lu (relu en fait) ce livre comme j'écoutais, enfant, ma mère me lire (et me relire et me re-re-lire), les aventures des Grecs à Troie, le flambant Mélénas, le bouillant Achille, à l'assaut du beau Priam et de la princesse Hélène. J'ai retrouvé ici un semblable récit flamboyant, des costumes , des processions, des combats. Les rois et les peuples déchirés. Les alliances et les trahisons. Les promesses dénoncées. L'héritage moral d'un père majestueux moins victorieux qu'on l'a cru. L'honneur des hommes à l'assaut de l'honneur des femmes dans des péripéties d'abord exaltantes, et puis la même fatigue, la perte des certitudes, et au retour l'épuisement , la honte et la désillusion. A quoi bon ? Qu'avons nous fait ? Notre vaillance perdue, notre pouvoir qui ne mène qu'à la désolation...Partout, le sang et l'horreur.

    Sans doute la sagesse est-elle du côté de Souba, l'humble Ulysse aux errances dérisoires...

    Laurent Gaudé produit un texte dont l'écriture est si travaillée que sa lecture orale est aussi vivante et enlevée que le récit d'un conteur, avec ses lenteurs, ses emballements, ses répéptitions, ses retenues. Les lèvres sourient, les yeux pleurent parfois, le cœur du lecteur bat et souffre pour tous ces valeureux héros.



    (commentaire rapatrié)


    Dernière édition par topocl le Mer 14 Déc - 8:32, édité 1 fois


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2510
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Re: Laurent Gaudé

    Message par Bédoulène le Ven 2 Déc - 22:51



    l'Eldorado

    L'opération sauvetage des bateaux d'immigrés donne la chair de poule. J'ai souffert lors de la traversée des Frères Lybiens, puis celui qui continue l'aventure.
    Les actualités nous relatent parfois les repêchages d'immigrés, mais de façon si impersonnelle et avec un goût de "on n'y peut rien" que ce récit qui nous fait découvrir l'espoir de ces immigrés et toutes les lâchetés qui s'attachent à leur périple est un témoignage réaliste et terrible.

    C'est vrai que la démarche du Commandant est improbable, mais son refus de cacher l'interprète le hante certainement, il veut se racheter, alors je dis pourquoi pas ? aucune attache ne le retient en Sicile d'ailleurs.  Ce n'est pas une autobiographie mais certainement une belle utopie comme je les aime.


    Dernière édition par Bédoulène le Sam 3 Déc - 18:26, édité 1 fois
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Laurent Gaudé

    Message par églantine le Sam 3 Déc - 11:20


    Danser les ombres

    [/url]

    On retrouve bien son  style si rythmé , lancinant , scandé , très musical , on retrouve aussi ses thèmes de prédilection avec cette frontière entre le monde des vivants et des morts dans lequel il plonge avec douleur et volupté mélangés , ici à travers un séisme en Haiti ...c'est toujours aussi beau , sensuel , déchirant ...mais il semble qu'il soit arrivé au bout de sa créativité sur ce sujet , il s'essoufle quand même pas mal et la fin est presque laborieuse malgré de très beaux passages oniriques .
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Laurent Gaudé

    Message par églantine le Sam 3 Déc - 11:22

    Ecoutez nos défaites




    Il en faut du coffre pour contenir en un seul ouvrage une histoire d'espionnage , une fulgurance amoureuse , Hannibal ses armées , ses batailles et ses éléphants , Le général Grant et sa victoire lors de la guerre de sécession , Hailé Sélassié le roi des rois de l'Ethiopie fuyant son pays face à l'embargo Italien .
    Mais il en a du coffre, Laurent Gaudé , non dans la quantité , le volume n'est pas gros en pages , mais l'architecture de cette oeuvre permet à tout ce petit / grand monde de prendre sa place .
    Chaque lecteur trouvera sa porte d'entrée ...Amateurs de suspens comme les férus d'histoire , ceux tournés vers l'actualité ou les inconditionnels du roman d'amour .

    Ecoutez sa défaite ....
    Mariam et sa lutte contre la maladie mais aussi Mariam et son essoufflement face aux destructions massives du patrimoine culturel , mission de sa vie ...Les forces s'amenuisent mais la défaite n'est pas l'échec car "Corps, souviens-toi, non seulement de l'ardeur avec laquelle tu fus ailé, non seulement des lits sur lesquels tu t'es étendu, mais de ces désirs qui brillaient pour toi dans les yeux et tremblaient sur les lèvres ...": Beau cadeau que ces mots du grand poête Cavafy que lui offre son amant d'un jour et de l'éternité ...

    Ecoutez sa défaite ...
    Celle d'Assem Graieb, tueur de la république , en partance pour une énième mission qui ose se poser la question de son libre-arbitre , douter enfin et peut-être tenter de s'affranchir de l'autorité qui n'a que faire des états d'âme et de la loi morale ....

    Ecoutez leur défaite ....
    Celle d'Hannibal et son combat contre l'empire Romain ...
    Celle de Grant et sa victoire reconnue par l'histoire mais face au prix en termes de vies sacrifiées peux-t -on parler encore de victoire ?
    Celle du grand Negus admiré et aimé par ses sujets , déchu de ses fonctions et mourant dans la plus amère solitude ...

    Ecoutez sa défaite ...
    Celle de l'histoire qui ne sait comment tournera le vent au dernier moment ....

    Ecoutez leur défaite ....
    Celle d'Archéologues , sauveurs de patrimoine (ou pilleurs de tombes ? ) face à la force destructrice de Daesh ...

    Ecoutez nos défaites ....
    Au delà des mots ....Après avoir refermé l'ouvrage ...face à nous mêmes ... Les portes sont ouvertes , ayons le courage ...

    Laurent Gaudé abolit les frontières et la temporalité par un tour de force littéraire magistral ! Quelle importance que l'on soit d'ici ou d'ailleurs , contemporains ou âmes flottantes , nous voici tous réunis et frères , avec nos forces et nos faiblesses , nos doutes souvent , notre usure ....Usure peut-être salvatrice qui permet de revenir à l'essentiel et de rendre les armes lorsque le combat cesse enfin pour laisser place à la parole du coeur et aux vrais questionnements .
    L'oeuvre d'art alors prend tout son sens , la parole se libère , la poésie exulte et l'humanité se fait jour .

    Laurent Gaudé
    nous montre le chemin , il suffit de se laisser guider , fuir l'obscurantisme et l'ignorance , abandonner ses peurs et ses réserves et enfin grandir ...
    Une écriture d'un lyrisme éblouissant , dans une forme scandée tout en anaphores , chant de vie et d'espoir qui nous fait toucher l'urgence de la transcendance par les plus nobles chemins empruntés par l'homme depuis la nuit des temps , l'art , l'amour et la connaissance . Brûlant d'actualité , ce roman est un souffle majeure de la littéraire contemporaine .
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2510
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Re: Laurent Gaudé

    Message par Bédoulène le Sam 3 Déc - 18:27

    extra !


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
    avatar
    tom léo

    Messages : 323
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Localisation : Bourgogne

    Re: Laurent Gaudé

    Message par tom léo le Mer 29 Mar - 22:20



    Danser les ombres


    CONTENU :
    4ème de couverture a écrit:En ce matin de janvier, la jeune Lucine arrive de Jacmel à Port-au-Prince pour y annoncer un décès. Très vite, dans cette ville où elle a connu les heures glorieuses et sombres des manifestations étudiantes quelques années plus tôt, elle sait qu'elle ne partira plus, qu'elle est revenue construire ici l'avenir qui l'attendait. Hébergée dans une ancienne maison close, elle fait la connaissance d'un groupe d'amis qui se réunit chaque semaine pour de longues parties de dominos. Dans la cour sous les arbres, dans la douceur du temps tranquille, quelque chose frémit qui pourrait être le bonheur, qui donne l'envie d'aimer et d'accomplir sa vie. Mais, le lendemain, la terre qui tremble redistribue les cartes de toute existence...

    STRUCTURE :
    Prologue – 14 chapitres de dix à vingt-huit pages contenant des paragraphes séparés par saut de ligne - Epilogue

    REMARQUES :
    Il semble que Lucine avait renoncé à une vie autonome à cause de sa sœur Nine qui n’arrive pas à s’occuper vraiment de ses enfants (quelle image d’une vie réussie?). Mais quand Nine meurt sous des circonstances dramatiques, elle laisse les enfants sous la garde de son autre sœur pour retourner après cinq années d’absence à Port-au-Prince : symbole pour une vie pleine qu’elle y a mené lors de ses débuts d’études, lieu d’échanges, aussi de revoltes lors de la dictature. Là-bas elle s’est fixée comme but de trouver le père du premier enfant, pour l’informer de la mort de Nine et espérant de recevoir, éventuellement, de l’aide.

    Elle atterrit auprès d’un homme déjà âgé et trouve un logement provisoire dans un ancien bordel. S’y rencontrent des gens, un cercle d’amis, d’origines et d’âges très différents. Ils vivent dans un échange fraternel, tantôt avec des jeux, tantôt dans la parole libres sur des sujets chauds de societés... Cela ressemble à un vrai havre de paix, un lieu paradisiaque ! Lucine y fait la connaissance d’un homme, Saul, avec qui un avenir est possible, un amour d’éternité donné.

    Mais le tremblement de terre du lendemain – nous nous trouvons en Janvier 2010 – va bousculer tout ce monde, toute la ville : d’un coup la ville est marquée, visitée par la mort. Et comme si souvent dans les écrits de Gaudé, on trouvera aussi ici un élément mythologique ou inexpliquable : les vivants n’arrivent littéralement pas à laisser s’en aller les morts, et les morts de leur coté n’arrivent pas à prendre congé de leur bien-aimés. Ils vivent ici côte-à-côte. Qu’est-ce qu’on a besoin pour avancer d’un pas comme un retour n’est pas possible ? Comment faisons-nous le travail de deuil pour laisser s’en aller les morts, et se retrouver dans la terre des vivants ?

    L’utilisation des images du voodoo peut déranger, mais ils sont bien présents en Haiti, jusqu’à aujourd’hui. D’habitude dans un melange avec des éléments chrétiens qui néanmoins ne jouent pas ici un rôle préponderant, contrairement à la réalité. Là on trouve une source pour la force vive de ce peuple qui a si souvent du faire face à des cataclysmes. Et où l’espoir, ou l’espérance ont eu le dernier mot. Très impressionnant sont les descriptions où Gaudé décrit si bien, comment l’engagement commun et l’affrontement ensemble de l’épreuve peuvent créer une fraternité !

    Les différentes dictatures de Duvalier Père, Baby Doc, Aristide et consortes sont bien présentes pour le lecteur attentif : ils marquent les protagonistes principaux. Plusieurs portent les empreintes de la résistance...

    Ainsi on trouve ici des éléments réalistes (mais pas de descriptions entièrement du réel) et ceux venant d’un « autre monde, voire parallèle ». Ces mondes s’interpénétrent, vont en parallèle. Mais avec l’idée d’un hommâge à un peuple, il faudrait bien dire que c’est l’image de Laurent Gaudé qui éventuellement regarde finalement avec les yeux d’un Occidentaux, biensûr bienveillant et ayant visité le pays, mais aussi le décrivant partiellement, partant de ces deceptions européennes et une vue sur Haiti qui est celle p.ê d’un tout petit groupe ?!

    Dans l’ensemble reste – malgré des parties et des descriptions splendides – une impression partagée... (mitigée?)
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2510
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Re: Laurent Gaudé

    Message par Bédoulène le Mer 29 Mar - 23:19

    je tenterai tout de même car jusqu'à présent Gaudé ne m'a pas déçue !


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud

    Contenu sponsorisé

    Re: Laurent Gaudé

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 21:04