Roberto Juarroz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Roberto Juarroz

Message par bix_229 le Lun 30 Avr - 18:01

Roberto Juarroz
(1925-1995)


J’ai cherché une poésie douée d’un poids spécifique, solide, verticale. Juarroz.

Roberto Juarroz (1925-1995) se dresse tel un monument altier et hautain dans le paysage immense de la poésie sud-américaine. Son exigence soutenue, son éthique sourcilleuse, ses mots fulgurants, ont donné corps à ses textes entre silence et oracle. Il semble comme une statue du commandeur scrutant le monde.

Par ses aphorismes foudroyants inscrits au cœur de ses poèmes, il a en quelque sorte érigé une métaphysique de l’existence humaine, toujours au rebord du vide et de son bref passage ici-bas, toujours à questionner l’énigme de notre présence, l’énigme des choses.
Poésie verticale, Poesía Vertical, est le seul titre qu’il ait daigné donner à ses poèmes. Par cela il ne veut rien expliquer, mais simplement signifier une direction, une élévation entre le vide et la vie, entre la lumière et l’ombre.

Et surtout éviter « toute distraction, toute interprétation superflue », toute mollesse, tout apitoiement.
source : "Esprits nomades"

Bibliographie en français :

- Poésie verticale. - Le Cormier, 1962
- Poésie verticale II. - Le Cormier, 1963
- Poésie verticale (extraits des voulmes I à III). - Rencontre, 1967
- Poésie verticale IV. - Le Cormier, 1972
- Poésie verticale (extraits des volumes I à IV), éditions Talus d'approche, 1996
- Quatre poèmes. - Unes, 1983, 1986
- Nouvelle poésie verticale. - Lettres vives, 1984
- Poésie et réalité, essai. - Lettres vives, 1987
- Poésie et création, essai. - Unes, 1988
- Onzième poésie verticale 25 poèmes. - Le Cormier, 1989
- Neuvième poésie verticale. - Brandes, 1999
- Poésie verticale : 30 poèmes. - Unes, 1991
- Onzième poésie verticale. - Chatelineau, 1992
- Douzième poésie verticale, La Différence/Orphée, 1993
- Treizième poésie verticale. - José Corti, 1993
- Fragments verticaux. - José Corti, 1994
- Quatorzième poésie verticale, Corti, 1997
- Fidélité de l'éclair. - Lettres vives, 2001




bix_229
bix_229

Messages : 8001
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par bix_229 le Lun 30 Avr - 18:30

Il dessinait partout des fenetres,
sur les murs trop hauts,
sur les murs trop bas,
sur les parois obtuses, dans les coins,
dans l' air et jusque sur les plafonds.
Il dessinait des fenetres comme s' il dessinait des oiseaux,
sur le sol, sur les nuits,
sur les regards tangiblement sourds,
sur les environs de la mort,
sur les tombes, les arbres.

Il dessinait des fenetres jusque sur les portes.
Mais jamais il ne dessina une porte.
Il ne voulait ni entrer ni sortir.
Il savait que cela ne se peut.

Il voulait seulement voir : voir.
Il dessinait des fenetres.

Poésie verticale

Traduction : Roger Munier Points/Seuil
bix_229
bix_229

Messages : 8001
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par Tristram le Lun 30 Avr - 20:32

Très beau, avec cette portée métaphysique
Tristram
Tristram

Messages : 6033
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par églantine le Lun 30 Avr - 20:57

drunken
églantine
églantine

Messages : 3759
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par Bédoulène le Mar 1 Mai - 7:02

très intéressant, merci Bix

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 9846
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par bix_229 le Lun 14 Mai - 17:04

L'impossibilité de vivre


se glisse en nous au début

comme un caillou dans la chaussure :

on le retire et on l'oublie.




Ensuite arrive une pierre plus grande

qui n'est plus déjà dans la chaussure :

le premier ou le dernier malentendu

se mêle à l'amour ou au doute.




Viennent après d'autres échecs :

la perte d'un mot,

la sauvage irruption d'une douleur,

une mort sur le chemin,

la chute d'une feuille sur notre solitude,

la vieillesse qui s'annonce

comme un soir écorché par la pluie.


Nous émergeons de tout

avec un tremblement qui dissout la confiance.


La lune pâlit,

nous commençons à nous méfier du soleil.





(Quatorzième poésie verticale / Ed.Éditions José Corti)
bix_229
bix_229

Messages : 8001
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par Jack-Hubert Bukowski le Jeu 12 Juil - 9:12

Je vais essayer de me prêter au jeu de citer Juarroz en répondant aux citations publiées plus haut :

127

Arrive un jour
où la main perçoit les limites de la page
et sent que les ombres des lettres qu'elle écrit
s'échappent du papier.

Derrière ces ombres,
elle se met alors à écrire sur les corps dispersés par le
monde,
sur un bras tendu,
sur un verre vide,
sur les restes de quelque chose.

Mais vient un autre jour
où la main sent que chaque corps
furtivement et précocement dévore
l'obscur aliment des signes.

Le moment est venu pour elle
d'écrire dans l'air,
de se conformer presque à son geste.
Mais l'air est aussi insatiable
et ses limites obliquement étroites.

La main décide alors son dernier changement
et se met humblement
à écrire sur elle-même. (V, 2)
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1357
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 37
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par bix_229 le Mar 4 Déc - 19:59

Peut etre nous faudrait-il apprendre
que l'imparfait
est une autre forme de perfection :
la forme que la perfection assume
pour pouvoir etre aimée.
bix_229
bix_229

Messages : 8001
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par bix_229 le Jeu 31 Jan - 16:00



Roberto Juarroz, poèmes


Extrait 3

Une arête dans la gorge
peut évider la voix .
Mais la voix vide parle aussi .
Seule la voix vide
peut dire le saut immobile
vers nulle part,
le texte sans paroles,
les trous de l’histoire,
la crise de la rose,
le rêve de n’être personne,
l’amour le plus désert,
les cieux abolis,
les fêtes de l’abîme,
la conque brisée .

.

Seule la voix vide
peut parler du vide .
Ou de son ombre claire .


.

Les personnages de mon rêve
sont venu converser avec moi
hors de mon rêve.
Et cela, ils n’ont pas pu le supporter.
Ils se sont sentis prisonniers
des formes truquées
je n’ai pas su les retenir.
Je n’ai pas su créer pour eux un autre rêve au
dehors.
Un rêve véritable.
Pourrai-je me remettre à présent
à converser avec eux au-dedans ?

Roberto Juarroz dans Quinzième poésie verticale, éditions José Corti, pages 38 à 39.

revue numérique d'expression poétique à parution aléatoire
bix_229
bix_229

Messages : 8001
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 1 Fév - 9:01

Il y a plusieurs poésies de Juarroz qui sont à souligner. En remettant un peu d'ordre dans mes piles de livres accumulées lors de la dernière séance de négos - je cite plein de références, surtout de la poésie et des textes militants... bref, j'avais gardé un signet sur ce poème :

198

Distraitement je cueille une branche.
Et la tenant dans la main
je sens qu'elle m'a choisi
pour que je la cueille.

La volonté est une substance transparente
que le vent déplace comme un monticule de poussière
et qui se dépose ici ou là
comme un reflet perdu entre les feuilles.

Mais quand ma main lâche la branche,
je sens un instant le tremblement étrange
que doit sentir comme un soleil en sa main
le conducteur des reflets. (VI, 55)
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1357
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 37
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par Bédoulène le Ven 1 Fév - 11:13

merci pour le choix JHB

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 9846
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par bix_229 le Ven 1 Fév - 15:26

Personnellement, je trouve que l'originalité de Juarroz est tout à fait unique.
Moins dans la forme que dans la pensée et dans l'agencement des mots.
bix_229
bix_229

Messages : 8001
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roberto Juarroz

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum