Steve Tesich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Steve Tesich

Message par topocl le Dim 13 Mai - 16:42

Steve Tesich
( 1942 - 1996 )




Steve Tesich, né Stojan Tešić (en serbe: Стојан Тешић, prononcé Tesch-itch) le 29 septembre 1942 à Užice, en Yougoslavie (actuelle Serbie) et mort le 1er juillet 1996 à Sydney au Canada, est un scénariste, dramaturge et romancier serbo-américain.

Il est élevé par sa mère et ses sœurs dans sa patrie, tandis que son père, un soldat rebelle qui s’est opposé au régime communiste du maréchal Tito, s’est réfugié en Angleterre. En 1957, la famille émigre aux États-Unis et l’adolescent de 14 ans se retrouve dans l’Indiana, dans la banlieue est de Chicago, ne parlant pas un mot d’anglais. Il apprend rapidement et, après le lycée, obtient une bourse de lutteur à l’université de l'Indiana mais il se reconvertit au cyclisme après avoir découvert ce sport. À l’université, Tesich obtient un master de littérature russe et commence son doctorat à l’université Columbia. Lorsqu’il découvre qu’il est doué pour l’écriture, Tesich abandonne son doctorat pour devenir dramaturge.

Sa famille s’établit dans la partie est de Chicago, dans l’Indiana. Tesich reçoit sa licence (Bachelor of Arts ou BA) de russe en 1965 à l’université de l'Indiana, où il est aussi membre de la fraternité Phi Kappa Psi. Il poursuit ses études en obtenant son master (Master of Arts ou MA) de littérature russe en 1967 à l’université Columbia. Il y écrit également ses premières pièces. Après l’obtention de son diplôme, il travaille dans le quartier de Brooklyn, à New York, en 1968, en tant que travailleur social au Département de la Santé et des Services sociaux.

Il est coureur suppléant dans l’équipe des Phi Kappa Psi, en 1962, lors de la course cycliste Little 500 (ou « Little five »). Son coéquipier, Dave Blase, court 139 des 200 tours et mène son équipe à la victoire, en franchissant la ligne d’arrivée en tête. Ils se lient d’amitié par la suite. Dave Blase est le modèle du personnage principal dans le scénario récompensé en 1979 : La Bande des quatre (Breaking Away).
Son roman Karoo, écrit en anglais, est publié de manière posthume en 1998, deux ans après son décès.

Romans en français

- 1982 :  Summer Crossing - Le roman a été traduit en français sous deux titres :
Rencontre d'été, Presses de la Renaissance, 1984
Price, éd. Monsieur Toussaint Louverture, 2014
- 1998 : Karoo  - Karoo, éd. Monsieur Toussaint Louverture, 2012

Source Wikipedia

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 4139
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 58
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Steve Tesich

Message par topocl le Dim 13 Mai - 16:44

Karoo



Un personnage totalement décourageant par sa petitesse et sa lâcheté, qui ne vit que par l'image qu'il donne de lui-même, celle-ci étant sauvée par la quantité d'argent qu'il arrive à dépenser à la journée. Tout ce qu'on peut  trouver de mesquin chez un mâle machiste camouflant sa petitesse et son incapacité à vivre avec les autres  derrière des justifications oiseuses où le paradoxe est roi. Confronté à son ex sûre d'elle-même et de ses vérités, donneuse de leçon souriante et vacharde qui l’enfonce en donnant l’impression d’une compassion extrême, et à un producteur hollywoodien machiavéliquement manipulateur derrière une envahissante façade faussement chaleureuse. Vivant dans un univers à court terme de fric et de plaisir, où quelques personnages plus « normaux » (Laurie, Billy et Leila) lui font effleurer l'idée que la vérité est peut-être ailleurs. Mais, définitivement cet « ailleurs » est inaccessible à Karoo dont le destin est d'être malmené et les ressources de rédemption bien limitées.

Tesich a un talent certain  pour décrire les petites vicissitudes de la vie, ces petites mesquineries et ses grandes aspirations. Sans son humour j’aurais eu du mal à m’intéresser à ce personnage aussi veule que redoutable. Il y a des passages réellement brillants où j’ai souri sur mon livre en me disant « qu'est-ce que c'est bien vu ». Il y a aussi des passages où il tire en longueur , devient trop prévisible : il joue un peu trop de son talent.
J'ai beaucoup aimé les notations sur : comment le héros est vu par les autres (notamment les espionnages conversation restaurant), comment il se plie à l’image que les autres attendent de lui, l'envahissement des banalités dans la conversation dans le seul but de masquer le creux et de noyer le poisson, l'illusion perpétuelle qu'a Karoo qu'il pourrait y arriver, mais finit par retomber dans ses travers habituels.

J'ai moins aimé la fin, où Tesich nous explique doctement  à quel point son livre s'apparente à une tragédie grecque, belle envolée littéraire, mais qui sent trop l 'astuce et l’épate.

Récup 2013

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 4139
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 58
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Steve Tesich

Message par topocl le Dim 13 Mai - 16:47

Price



C'est l'histoire assez éternelle d'un adolescent, Daniel Price, qui, le temps d'un été, va passer à l'âge adulte.
Ça commence plutôt bien, par un combat de lutte perdu, malheureusement, on n'entendra plus parler de lutte pendant tout le récit… On enchaîne avec un trio d'amis,  fort bien campé et sympathique,  mais, malheureusement, il va très rapidement se déliter….
On attaque alors le gros morceau, Price tombe amoureux, d'une fille magnifique, mais fantasque, mystérieuse (encore que le lecteur élucide rapidement le mystère) et qui le mène par le bout du nez, pendant que son père, devenu irascible et pervers, agonise d'un cancer…

Chaque page ou chaque chapitre est plutôt bien mené, vivement, avec des dialogues taillés au cordeau, mais Tesich ne peut s'empêcher de rejouer éternellement ces mêmes scènes : Price va voir cette fille qu'il aime et à laquelle il ne comprend rien, et il revient s'occuper de son père qui l'agresse et le déprécie . C'est assez ennuyeux au final, avec une impression de sur-place, et on a souvent envie de lui dire : Price secoue-toi un peu, ouvre les yeux, prend-toi en main. Il lui manque  de la générosité derrière son désarmant nombrilisme adolescent, à ce jeune homme.

Tout cela est assez regrettable car il y a de bons moments, de bonnes trouvailles et une bonne appréhension de cet espoir désespéré de l'adolescence, de ces difficultés à franchir le pas. C'est donc un assez bon roman, mais très répétitif, où j'aurais aimé éprouver plus de sympathie pour le héros, un roman sans assez de panache pour emporter mon enthousiasme face à ce thème si intemporel qu'il peut vite paraître éculé.

Récup 2014

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 4139
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 58
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Steve Tesich

Message par bix_229 le Dim 13 Mai - 17:51



Karoo


Pour en finir avec une lecture cyclothymique...

J'ai compris dès la moitié du livre que j'avais affaire à un mélo, un concentré de mélo, se faisant et se défaisant sous les yeux d' un lecteur atterré.
Sachant qu' un auteur a le droit d'adopter la manière qu'il a choisi, c'est au lecteur de décider s'il le suit ou non. Or le lecteur -moi, en l'ocurence- a jugé que même si on accepte la logique du mélo, ça peut se discuter.
Et donc, je pouvais prendre du recul, ou adopter l'ironie, ou adhérer. Or j'ai adhéré. Mais malgré moi !

J'ai trouvé que Tesich avait des faiblesses de style et de narration.
Par exemple, le narrateur a un très grave accident dans lequel meurent les êtres qu'il aime. Si on le croit, il les a tués volontairement.
A partir de ce moment, l'auteur a jugé bon de passer de la première à la troisième personne du singulier. Et voilà Karoo devenu objet narratif au lieu d'être le narrateur. Ca n'a d'ailleurs pas d'incidence sur le récit dans la mesure où il n'est question que de Karoo, de son mutisme et de ses divagations après l'accident.

Il pense par exemple, à un scénario qu'il avait imaginé autrefois sans passer à l'acte.
Il s'agissait de revisiter Ulysse, et d'en faire un personnage du futur mais avec les mêmes péripéties ; ou à peu près. Sauf qu'il se rend compte qu'Ulysse, le sien, n'a plus sa place là où il est de retour.
Il reprend son odyssée et part à la rencontre de Dieu. Comme vous l'avez imaginé, Karoo s'identifie à cet Ulysse-là.

"Et donc Ulysse continue à voguer, il suit Dieu, sans aucun espoir de le rattraper un jour, sans espoir d'atteindre cet endroit appelé "le foyer". Il ne sait dans quelle direction il va, mais il sait qu'il n'est pas perdu dans l'univers.
De temps en temps, il prie...
Et il continue de voguer."


J'ai imaginé après avoir terminé le livre que l'auteur avait peut-être  inventé cette fin que pour se rassurer lui-même, vu qu'il est mort juste après avoir achevé son texte.
Mais je n' en sais rien. Et pour avoir lu les commentaires, cette histoire peut être lue -ou pas- et commentée de bien des façons.


Récup.
avatar
bix_229

Messages : 5653
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Steve Tesich

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum