Charles Chadwick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Charles Chadwick

Message par topocl le Mar 6 Déc - 13:10

Charles Chadwick
(Né en 1932)


Charles Chadwick est né et a effectué ses premières études en Angleterre.
Après avoir été diplômé de l'Université de Toronto, en anglais et en français, il rejoint l'Overseas Civil Service en Zambie, d'abord comme responsable de district, puis comme responsable de la formation administrative à l'Institut national d'administration publique à Lusaka.
Il travaille ensuite au British Council et a servi à Londres, au Kenya, au Nigeria, au Brésil, au Canada et enfin comme directeur du Conseil en Pologne.
Il a pris sa retraite à Londres en 1992.

Son seul livre traduit en Français est "Tout va très bien".

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2826
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Charles Chadwick

Message par topocl le Mar 6 Déc - 13:13

Tout va très bien



Bon, je prends des précautions car, sur Internet tous les avis que j'ai pu trouver tournent autour de l'ennui, la monotonie, l’inintérêt, et la plupart des lecteurs se sont arrêtés avant la page 150… À vrai dire, pour moi, pas une minute d’ennui. Au contraire, un plaisir qui est allé croissant tout au fil  de la lecture.

Il ne faut pas se rendre ici avec l'idée d'avoir un livre avec une action, un début et une fin, un but, quelque chose à démontrer. C'est, sur 30 ou 40 ans,  la vie ordinaire d'un homme ordinaire. Au début, plutôt plus ordinaire que la moyenne, même, plein de maladresse, de couardise, voire de veulerie. Et pleinement conscient de cela qu'il maquille désespérément derrière un humour British… qui, à part le lecteur, ne fait souvent rire que lui . Et encore, pas toujours.
Les plaisanteries et la nonchalance devinrent un trucage.
Et puis la vie passe doucement avec ses petites péripéties banales, et dans sa perpétuelle solitude, confronté au voisins, aux enfants à son ex-femme, Tom Riplle apprend à vivre,  et  il devient peu à peu plutôt sympathique. Il se porte peu d'estime mais juste ce qu'il faut pour continuer son chemin dérisoire, et sait se satisfaire de ce qu'il peut avoir .Il réfléchit, sans en faire un plat,  au sens de la vie, son absurdité, sa vanité, et en tire un mode de vie à la fois digne et amusé.

Si j'avais été moins ordinaire, les expériences m ‘ auraient été plus profitables, j'aurais tiré bien plus de leçons de la vie, accompli beaucoup plus de choses. Mais alors, j'aurais eu moins de choses à raconter, ou plutôt j'en aurais moins éprouvé le besoin, mon utilité dans le monde parlant alors éloquemment d'elle-même. J'aurais alors peut- être jugé indigne de m'étendre à n'en plus finir sur moi-même. Occupé à de bonnes œuvres dans le monde, je n'en aurais pas eu non plus le temps. En tout cas c'est comme ça que je comprends les choses. Peut-être que j'ai des idées de grandeur. Voilà qui n'a assurément rien d'extraordinaire.
Et oui, Tom Ripple écrit tout. Avec un oeil à la fois tendre, subtil et décalé.

J’ai l'impression d'y avoir surtout noté des futilités, comme quelqu'un qui assiste à une bataille héroïque et n'en voit que le décor, les bouffées de fumée et la couleur des uniformes.
...et ne cherche pas à  se masquer la vérité. Nous avons droit, dans une espèce de dérision tendre, à tous les petits défauts des gens, les concessions minables, les égoïsmes parfaits… Et tout cela, ce n'est que le brillant portrait, avec juste un petit décalage de vous, de moi, de nos conjoints, nos enfants, de nos voisins. De nos vies qui sont si peu pathétiques, si peu vibrantes et auxquelles nous tenons tant, qui nous sont si chères.  Et cela sonne comme une petite musique à la fois drôle et mélancolique, à l'écart des envolées et des effets de manche, et, au fil des pages, on se laisse prendre, mener doucement sans suspense aucun, dans un cocon plutôt confortable et subtil, vraiment unique, donc susceptible de laisser une trace.

Ce livre est comme la vie : au début on a l'impression que ça va être très long. Il ne se passe pas grand-chose mais c'est bien. C’est doux et  drôle et tragique parfois. On rit beaucoup. Et discrètement (car Ripple est avare en épanchements), on essuie une larme. A la fin, on se retourne en arrière avec une douce nostalgie : il s’est passé tant de choses. On recommencerait bien.                                                                                                                                                          
Ce soir-là, je dis effectivement une sorte de prière à son intention (…) N'ayant pas de Dieu à qui l’adresser, il m'a fallu m'en remettre au Destin. «Permettez qu'elle soit heureuse, qu'ils aillent tous bien ». Ça se résumait en gros à ça. L'inconvénient avec le Destin, c'est que lorsqu'on s'adresse à lui, on entend un petit rire à l'arrière-plan. Ce qui est tout de même mieux que l'espèce de silence éternel et opiniâtre que Dieu semble adopter.



(commentaire rapatrié)


mots-clés : #contemporain #viequotidienne

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2826
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Charles Chadwick

Message par Marie le Mar 12 Sep - 20:36



Tout va très bien
traduit de l'anglais par Patrice Repusseau

Voici donc l'histoire de Tom Ripple, un anglais très.. ordinaire, marié, deux enfants, un boulot qui l'ennuie, une épouse un peu moins ordinaire, socialement beaucoup plus engagée que lui , enfin, où il lui convient de l'être, le livre débute dans les années 70.

Non, je recommence, en fait ce n'est pas vraiment l'histoire de Tom Ripple. Son histoire, le déroulement de sa vie, les quelques évènements marquants, tant sur le plan personnel que plus général, on en entendra parler bien sûr. Mais par bribes, souvenirs dispersés ça et là , associations d'idées , digressions diverses.
Car, un jour, Tom Ripple a commencé à écrire les pensées qui lui traversaient l'esprit, et au fil du temps, avec des interruptions d'ailleurs, il ne s'est jamais vraiment arrêté.
Ce n'est donc pas son histoire, qui n'a d'ailleurs pas grand intérêt, mais plutôt la façon dont il voit les choses. Et c'est très différent.. et irracontable.

C'est le premier roman d'un auteur de plus de 70 ans qui explique avoir mis plus de 20 ans à l'écrire. Ce détail est intéressant car , dans ce flux de pensées, on distingue très bien l'évolution du personnage, mais aussi de l'écrivain.

Au début, Tom Ripple est légèrement agaçant , on a vraiment envie de lui dire de se bouger un peu plus. Très vite, on s'aperçoit que ce n'est pas la peine de le lui dire, il en est parfaitement conscient, on en découvrira quelques raisons beaucoup plus tard dans le récit. Et .. au bout de quelques chapitres, on souhaite qu'il ne change surtout pas!

C'est un livre plein de tendresse, d'empathie, très souvent drôle , même si sur le fond assez tragique,plein de dérision et surtout d'auto-dérision . Très anglais dans la pudeur même si cette même pudeur m'a quelquefois fait penser à certains romans de l'américain Wallace Stegner.

C'est un roman que j'aurais envie de faire découvrir aussi( mais conseiller, c'est autre chose) même si dans les rares critiques françaises, j'ai, comme topocl,  surtout noté le terme: ennui.
Ce que je peux comprendre, d'ailleurs, il ne se passe pas grand chose!

Moi, je ne me suis pas ennuyée une minute, et , pire, j'aurais volontiers lu mille pages supplémentaires sur les voisins et la famille de ce fameux Tom Ripple, enfin surtout sur la façon dont lui, les voit, les décrit, imagine , sur ce qu'il fait ou bien souvent ne fait pas, et pourquoi il ne le fait pas..
Et j'attends avec impatience la traduction du deuxième roman de cet auteur si surprenant.

Never complain..

( récup)
avatar
Marie

Messages : 482
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Moorea

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Charles Chadwick

Message par animal le Mar 12 Sep - 20:43

vous pensez que ça marche pour un panda à cervelle de peluche ?

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4669
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Charles Chadwick

Message par Marie le Mar 12 Sep - 20:50

vous pensez que ça marche pour un panda à cervelle de peluche ?
Hum. Aucune idée. Topocl????
Rends moi le pied de la table qu'Armor avait préparée pour moi, et on en discute.
avatar
Marie

Messages : 482
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Moorea

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Charles Chadwick

Message par animal le Mar 12 Sep - 20:53

Et on débriefe la lecture de Kate Atkinson ?

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4669
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Charles Chadwick

Message par Marie le Mar 12 Sep - 21:11

Et on débriefe la lecture de Kate Atkinson ?
Je t'ai lu. Bien sûr. Redonne moi un titre de William Gibson?



Relation fortuite

« De nouveau, elle se demandait sans cesse si, avec les fanons graisseux que sa mère avait dans le cou, il serait plus difficile de l'étrangler. »
Premier personnage, Elsie.
Elsie est très.. laide. " Elle( sa mère) se demandait s'il arrivait à Elsie de penser qu'elle avait eu de la chance d'être venue au monde, et qu'elle n'ait pas voulu se faire avorter. L'accouchement avait été épouvantable , comme si Elsie savait déjà que la vie ne méritait peut être pas d'être vécue. Dorothy croyait parfois détecter un air de gratitude dans ce sombre visage tordu. "

Deuxième personnage: Stan:
"Il y avait dans le bus cette pauvre conne laide comme un pou. Elle ne le lâchait pas des yeux comme si elle s'attendait à ce qu'il engage la conversation. Pour lui clouer le bec, il lui avait lancé qu'il sortait tout juste de taule où on l'avait enfermé pour meurtre. Elle avait tellement besoin de parler qu'elle lui confia qu'il lui arrivait de vouloir tuer sa mère."
Un boulot pour Stan? Non, une rencontre.

J'avais beaucoup aimé le roman de cet écrivain anglais, diplomate , qui a commencé à écrire très tard, intitulé Tout va très bien.

Là.. j'étais un brin inquiète au départ, malgré les premières pages qui décrivent ce qu'éprouve la mère d'Elsie , s'apprêtant à recevoir sa fille.Bêtise et férocité ordinaires , humour noir, et petites notes bien..anglaises.

Mais qu'allait-il nous faire de ces deux personnages?
Et bien.. on retrouve tout au long du roman ces petites réflexions désabusées , ce don de l'observation, cette tendresse pour ceux qui n'ont pas de chance.
Il en fait simplement deux êtres qui vont tant bien que mal réussir à s'apporter de quoi continuer le chemin , chacun de leur côté, un peu moins malheureux ,et c'est déjà beaucoup. Un feel good novel sans sentimentalisme aucun , bien au contraire, et vu le nombre de livres que je lis qui ne contribuent guère à remonter le moral, ce roman ( qui est en fait le premier de Charles Chadwick), sans en avoir l'air, par petites réflexions ça et là, très peu appuyées, a encore contribué à augmenter ma sympathie pour cet auteur.
avatar
Marie

Messages : 482
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Moorea

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Charles Chadwick

Message par bix_229 le Mar 12 Sep - 21:12

Chadwick, oui, enfin peut etre, mais 10 à 15 jours de lecture... Shocked
avatar
bix_229

Messages : 3420
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Charles Chadwick

Message par topocl le Mer 13 Sep - 7:38

C'est toi qui me l'avais fait lire Marie Very Happy .
Pour la panda, franchement je ne sais plus,c'est quand même une lecture ancienne,ce que je peux dire c'est que c'est un expérience tout à fait inhabituelle. Et que mon exemplaire peut voyager.

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2826
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Charles Chadwick

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum