Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Isabelle Monnin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Isabelle Monnin Empty Isabelle Monnin

Message par topocl le Sam 26 Mai - 10:01

Isabelle Monnin
Née en 1971


Isabelle Monnin Indexb10

Isabelle Monnin est une journaliste et romancière française, née à Devecey en Franche-Comté. Grand reporter au Nouvel Obs de 1996 à 2014, elle s’éloigne ensuite du journalisme pour se consacrer à l’écriture et travaille comme éditrice chez Lattès.

Œuvres

Romans
Les Vies extraordinaires d'Eugène, Paris, Éditions JC Lattès, 2010,
Second tour ou Les Bons Sentiments, Paris, Éditions JC Lattès, 2012,
Daffodil Silver, Paris, Éditions JC Lattès, 2013,
Les Gens dans l’enveloppe, roman, enquête, chansons (Alex Beaupain), Paris, Éditions JC Lattès, 2015,
Mistral perdu ou les événements, roman, Paris, Éditions JC Lattès, 2017

Essai
Ils sont devenus Français. Dans le secret des Archives, avec Doan Bui, Paris, Éditions JC Lattès, 2010

Source wikipedia

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6413
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Isabelle Monnin Empty Re: Isabelle Monnin

Message par topocl le Sam 26 Mai - 10:06

Les gens dans l'enveloppe

Isabelle Monnin Gens10

   Je pourrais dire des choses d'eux, bien sûr. Mais dire des choses, c'est réduire les gens à que l'on en dit, ça ne suffit jamais.


Une enveloppe de 250 photos d'une famille inconnue achetée sur internet, des photos tout à fait banales et ordinaires de gens banals et ordinaires, avec , au centre une petite fille.

Isabelle Monnin Gens210Isabelle Monnin Gens310
Isabelle Monnin Gens410

Et voilà l'idée, c'est parti.

   Un jour, c'est au printemps de l'année suivante, je me réveille et l'idée est là, au milieu de la vie. Il serait tentant de la contourner, de l'ignorer, je l'enjamberais et rien ne se passerait. Mais ça ne se discute ni ne se réfléchit, les idées sont comme les enfants dès les toutes premières heures de leur existence : impossible d'envisager la vie sans elle. Celle-ci occupe tout de suite toute la place, elle me parle sous la douche, chantonne jusqu'au métro, elle traverse hors des clous, distrait les réunions de travail, couvre le fracas des casseroles qui préparent le repas, guette ce que je lis par-dessus l'épaule, chuchote dors bien, et me réveille pourtant au milieu de la nuit, exigeant que je la note, que je la regarde, la jauge et la flatte, que je le caresse dans tous les sens. L'idée, comme l'amoureux, empêche de dormir. Elle trouve qu'on a mieux à faire.
   Elle a raison.

Dès le départ , le cadre est fixé. D'abord écrire un roman à partir de ces personnages, leur donner une vie fictionnelle à partir des indices trouvés sur les photos, en laissant se balader son imagination.

Ensuite partir à leur rechercher ,  enquêter. Et en plus, la persévérance plus le coup de chance, ça marche ! Isabelle Monnin retrouve le village (Clerval, à 60 km  de Besançon, pas loin de celui de son enfance), interroge les vieux, visite la maison, y rencontre le jeune homme des photos devenu vieillissant, puis sa fille, mariée et mère(la petite fille des photos, chacun se raconte, se confie ; la vérité apparaît, en tout cas celle qu'ils veulent bien montrer. La généalogie se reconstitue, les racines apparaissent, les êtres disent plus qui n'ont jamais dit. Pas de surprise, la réalité, dans sa banalité-même,  m'accroche plus que la fiction.

 
-Jamais je n'aurais pensé que ma vie intéresserait quelqu'un. Quel est l'intérêt de raconter ça ?
   (…)
   (je n'ose pas vous dire, Michel, que votre vie est intéressante, comme celle d'un nourrisson de six jours, une sœur morte trop tôt ou d'un vieillard disparu trop tard. Elle est universelle et singulière, et par essence bouleversante, je crois à ça dur comme fer,  c'est même la seule chose en laquelle je crois.)


J'ai été moyennement séduite par la première partie, le roman centré sur trois générations de femmes et leur façon de vivre l'abandon, la petite fille est très touchante, mais l'ensemble n'est pas assez creusé, sauvé quand même par une écriture très personnelle, poétique, qui travaille (ou joue?) poétiquement les mots  pour transmettre les émotions.

J'ai adoré la deuxième partie, où Isabelle Monin transmet son aventure de recherche, mais aussi ses doutes, ses interrogations. Où tout entre en résonance du fait des divergences comme des coïncidences et des points de rencontre : l'histoire inventée, l'histoire des gens dans l'enveloppe, l'histoire personnelle d'Isabelle Monnin. Il y a un questionnement sur le droit à l'image, sur la transmission, sur l'intimité, sur la fiction. Le roman ne correspond bien sûr pas du tout à la réalité, mais tout s' interpelle et l'abandon est bien là qui rôde. C'est, comme toujours pour moi ces histoires  de recherche transgénérationnelle, ces histoires de photos qui parlent du passé et de soi, quelque chose de profondément touchant, et intellectuellement stimulant.

En plus, pour ceux qui aiment, il y a des  chansons, certaines écrites et  chantées par Alex Beaupain, d'autres choisies  et chantées par les vrais gens de l'enveloppe.

Récup 2015

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6413
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Isabelle Monnin Empty Re: Isabelle Monnin

Message par topocl le Sam 26 Mai - 10:52

Mistral perdu ou les événements

Isabelle Monnin Proxy_10

Isabelle Monnin enfant, adolescente, adulte. Des chapitres.

Vu comme ça, ça fait penser à des récits déjà 100 fois lus sur les années soixante dix, la cour d'école terrorisante, les premiers baisers, les premières boums, le départ pour les études... Et au début j'ai vraiment eu peur de ça. Mais l'approche si touchante d'Isabelle Monnin s'est vite précisée, et c'est devenu un texte personnel arrachant,  avec ses deux versants intime et universel.

Isabelle Monnin décrit la bulle qu'elles ont formée avec sa sœur, et,  scandé par ce "Nous sommes deux" récurrent, qui résume une évidence, il y a   là quelque chose de quasi magique. De très ordinaire aussi, car toutes les enfances se ressemblent. Tout cela se joue sur un fond de Mistral gagnant (et oui, comme Isabelle Monnin, Renaud a sans doute été pour moi tout à la fois l'expression de ma première rébellion , comme de ma première appartenance.), dans cette petite bourgeoisie provinciale de gauche, sûre de ses idées généreuses et de son bonheur, gagné à la génération précédente sur les barricades. Tous les espoirs sont permis et cette sororité en est le carrosse.

Nous sommes deux, nous sommes des enfants et le monde est facile.

Mais assez vite, implicitement, sans qu'un mot soit dit, on sent la fracture qui rôde. On sait que cette jeune sœur rieuse et pas insouciante, un moment, ne sera plus  là.

Et oui, à 26 ans, cette sœur meurt, dans un chapitre d'une brièveté déroutante, car des pourquois et des comments, dans ces cas-là, il n'y en a pas. Il faut vivre avec cela, c'est impossible mais on n'a pas le choix. Plus rien n'est partagé. Et en plus, rien ne vient comme on l'avait prévu : le monde aussi la lâche en route.

Dans l'intime, « notre troisième fils, un grand prématuré, meurt." Dans la sphère publique, la belle conscience de gauche s'effrite, la gauche n'est plus, la haine surprend de tous côtés, empaquette ignominieusement le quotidien,  D'événement en événement, le monde jadis prometteur est en faillite. Le collectif n'est même plus là pour panser les plaies intérieurs. Est-ce la fin de l' histoire ? Même Renaud, vieillli, ventripotent , on n'y croit plus (il n'y croit sans doute plus beaucoup lui non plus). Que faire d'autre dans cette douleur transfixiante, que laisser ses enfants, joyeux, jouer parmi les tombes ?

Quelque part elle explique qu'elle est  une maison, les briques sont les événements familiaux, le ciment les événements publics. Elle s'y sentait bien. Et maintenant, on la voit faire tout ce qu'elle peut pour que la maison ne devienne pas une ruine.

C'est terriblement beau, l'écriture d'Isabelle Monnin est d'une poésie trouble, battante, inventive. Elle empaquette cette histoire tellement intime, tellement commune pour en faire un texte douloureux, fragile, un cuisant constat d'échec commun.



mots-clés : #autobiographie #enfance #fratrie #intimiste #jeunesse #mort #viequotidienne

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6413
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Isabelle Monnin Empty Re: Isabelle Monnin

Message par Bédoulène le Sam 26 Mai - 11:25

elle me parait intéressante cette auteure, à suivre donc

merci topocl !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12364
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Isabelle Monnin Empty Re: Isabelle Monnin

Message par topocl le Ven 29 Mar - 9:17

Second tour ou les bons sentiments

Isabelle Monnin Cvt_se12

Cela se passe en une soirée, la soirée des 50 ans  de Jipé où se retrouvent, entre autres,  tous les anciens de Sciences Po, 30 ans après.  C’est la veille du deuxième tour des élections présidentielles (Sarkozy Hollande je vous précise bien que cela ne soit jamais dit dans le livre). Bien trouvé pour ce groupe de bourgeois (ou devenus bourgeois) de gauche, dont la politique, grande justificatrice, a marqué la pensée – et les bons sentiments - au fil des années. Mais c’est aussi un deuxième tour pour Jeanne et Pierre, qui se sont aimés à l’époque, ont pris chacun un autre chemin, sans doute trop sage (mais qui sait?), et se retrouvent ce soir dans l’ émotion de leurs 20 ans, sublimée par les désillusions évidemment accumulées.

Roman de la nostalgie et des bilans, Second tour ou les bons sentiments offre un portait acide mais bienveillant de cette bourgeoisie bien-pensante, où la façade n’est que réussite (au son des tubes de leur jeunesse, une margarita à la main ils  égrainent évidemment, avec une assurance crâne, des nouvelles du boulot, des enfants, mais surtout pas des états de l’âme et du cœur) Mais  la vie a passé avec son cortège de désillusions, d’amertume, de regrets,   à ce moment, la cinquantaine, où sonne l’heure de la dernière chance.

Le thème a évidemment déjà été bien exploité, et l’idée de ce double sens pour la soirée était une bonne façon de s’en sortir. Quand même, à part les deux héros, les personnages ne sont pas des plus palpitants (encore que si on y regardait bien, on y trouverait sans doute les mêmes fêlures, interrogations et angoisses derrière leur écorce trompe-l’œil).  Certes, on frôle par moment des effets trèèès  romantiques , mais j’aime toujours bien l’œil avec lequel Isabelle Monnin regarde les gens de toute façon. C’est au final une observation plaisante d’une certaine société, d’un certain âge, mêlant mordant et indulgence, sous un discret glaçage de déjà-vu.



Mots-clés : #amitié #amour #politique


Dernière édition par topocl le Sam 30 Mar - 10:11, édité 1 fois

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6413
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Isabelle Monnin Empty Re: Isabelle Monnin

Message par topocl le Ven 29 Mar - 9:22

Je me rends compte que j’ai oublié de poster ce commentaire, lors de ma lecture il y a quelques mois.

Les vies extraordinaires d'Eugène

Isabelle Monnin Bm_97811

Eugène a vécu six mois dans le ventre sa mère, puis sept jours en couveuse, puis il est mort. C'est arrivé à isabelle Monnin, et elle en a fait ce petit roman, son premier roman.
j'ai toujours une émotion forte à partager la confidence des écrivains qui nous font l'honneur de ce genre de récit à l'intimité déchirante, comme si je leur montrais que je suis prête à leur offrir une oreille, quoi qu'il arrive. Cela fait partie de mon rôle de lectrice.

je suis invincible : j'ai déjà tout perdu.

Le récit est rédigé par le père qui raconte la "drôle" d"année qui a suivi la mort de leur fils, cette période de parenthèse où chacun selon son propre chemin s'est raccroché à ses défis dérisoires,ou à ses défaites. La mère ne parle plus, puisqu'il n'y a plus rien à dire. Le père en bon historien part à la recherche de cet enfant qui a si peu vécu, et non pas rien, qu'il a si peu connu, mais qui déjà était lui même, cet enfant que seule l'équipe médicale et ses deux parents ont tenu -si brièvement- dans leurs bras.. Ils trouvent des biais, compréhensibles d'eux seuls, pour contourner cette absence d'histoire qui est un si mauvais reflet de l'irremplaçable vie de leur fils. Un grand-père meurt, la "normalité" reprend ses droits, le "scandale" de cette mort "injuste" peut s'estomper.
C'est évidemment très douloureux, mais aussi parfois doux,  tendre ou drôle. Très attachant en tout cas.


Mots-clés : #mort #relationenfantparent

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6413
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Isabelle Monnin Empty Re: Isabelle Monnin

Message par Bédoulène le Ven 29 Mar - 15:02

je ferais peut-être un jour sa connaissance, à cause de tes commentaires ! sans oublier le trèèès romantique Wink

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12364
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Isabelle Monnin Empty Re: Isabelle Monnin

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum