Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Jean Cocteau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean Cocteau Empty Jean Cocteau

Message par topocl le Mar 6 Déc - 13:25

Jean Cocteau 1889 - 1955

Jean Cocteau Coctea12


Jean Cocteau passe une enfance rythmée par les réceptions données par son grand-père qui, soucieux de l'avenir de son petit-fils, l'initie à l'art. Agé de 19 ans, il fait la connaissance de Raymond Dargelos, un camarade de lycée, qui le bouleverse par sa beauté. Il en fera le héros des Enfants terribles. Arpentant les rues de Paris, Jean Cocteau, véritable dandy, devient une des figures à la mode du Tout-Paris. Sa rencontre avec Serge de Diaghilev va bouleverser son parcours artistique. Cocteau renie ses oeuvres passées, pourtant tant convoitées, et entame une carrière anticonformiste. Malgré un parfum de scandale, son oeuvre est souvent couronnée de succès. Jean Cocteau s'essaie à la poésie, au théâtre, à la critique mais se fait aussi graphiste et cinéaste avec notamment La Belle et la Bête( Un des acteurs est Jean Marais avec qui il eut une relation célèbre) pour lequel il reçoit le prix Louis Delluc. Ajoutons encore à la palette variée de ses talents ceux de dessinateur et de peintre. Jean Cocteau est élu à l'Académie française le 3 mars 1955.

Bibliographie :

Pour accéder à la bibliographie de cet écrivain prolifique, cliquer ici ::
Poésie :

1909 : La Lampe d'Aladin
1910 : Le Prince frivole
1912 : La Danse de Sophocle
1919 : Ode à Picasso - Le Cap de Bonne-Espérance
1920 : Escale - Poésies (1917-1920)
1922 : Vocabulaire
1923 : La Rose de François - Plain-Chant
1925 : Cri écrit
1926 : L'Ange Heurtebise
1927 : Opéra
1934 : Mythologie (publié avec dix lithographies de Giorgio De Chirico)
1939 : Énigmes
1941 : Allégories
1945 : Léone
1946 : La Crucifixion
1948 : Poèmes
1952 : Le Chiffre sept - La Nappe du Catalan (en collaboration avec Georges Hugnet)
1953 : Dentelles d'éternité - Appoggiatures
1954 : Clair-obscur
1958 : Paraprosodies
1961 : Cérémonial espagnol du Phénix - La Partie d'échecs
1962 : Le Requiem
1968 : Faire-Part (posthume)

Romans et récits
1919 : Le Potomak (édition définitive 1924)
1923 : Le Grand Écart - Thomas l'imposteur
1928 : Le Livre blanc
1929 : Les Enfants terribles
1940 : La Fin du Potomak
2012 : La Croisière aux émeraudes (posthume)

Théâtre, musique et ballet
1912 : Le Dieu bleu, musique de Reynaldo Hahn, chorégraphie de Michel Fokine, décors et costumes de Léon Bakst
1917 : Parade, musique d'Erik Satie, chorégraphie de Léonide Massine, décors et costumes de Pablo Picasso
1921 : Les Mariés de la tour Eiffel, musique de Georges Auric, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre
1921 : Le Gendarme incompris critique bouffe de Jean Cocteau et Raymond Radiguet, musique Francis Poulenc, mise en scène Pierre Bertin, Théâtre Michel
1922 : Antigone
1924 : Les Biches, musique de Francis Poulenc, chorégraphie de Bronislava Nijinska, décors et costumes de Marie Laurencin
1924 : Roméo et Juliette
1926 : Orphée
1930 : La Voix humaine
1934 : La Machine infernale
1936 : L'École des veuves A.B.C.
1937 : Œdipe-roi.
1938 : Les Parents terribles
1940 : Les Monstres sacrés
1940 : Le Bel Indifférent
1941 : La Machine à écrire
1943 : Renaud et Armide. L'Épouse injustement soupçonnée
1944 : L'Aigle à deux têtes
1946 : Le Jeune Homme et la Mort, ballet de Roland Petit
1948 : Théâtre I et II
1951 : Bacchus
1960 : Nouveau théâtre de poche
1962 : L'Impromptu du Palais-Royal
1963 : Ballett Theater ouvrage collectif: Jean Cocteau - Carl Orff - Rudolf Betz, Werner Egk - Hermann Frieb
1971 : Le Gendarme incompris (posthume, en collaboration avec Raymond Radiguet)

Critique
1913 : Notes sur les ballets de Jean Cocteau in Arsène Alexandre, L'Art décoratif de Léon Bakst
1918 : Le Coq et l'Arlequin
1920 : Carte blanche
1922 : Le Secret professionnel
1926 : Le Rappel à l'ordre - Lettre à Jacques Maritain
1930 : Opium
1932 : Essai de critique indirecte
1935 : Portraits-Souvenir
1937 : Mon Premier voyage (Tour du monde en 80 jours)
1943 : Le Greco
1947 : Le Foyer des artistes - La Difficulté d'être
1949 : Lettres aux Américains - Reines de la France
1951 : Jean Marais - Entretiens autour du cinématographe (avec André Fraigneau)
1951 : Jean Marais par Jean Cocteau, Calmann-Lévy
1952 : Gide vivant
1953 : Journal d'un inconnu. Démarche d'un poète
1955 : Colette (discours de réception à l'Académie royale de Belgique) - Discours de réception à l'Académie française
1956 : Discours d'Oxford
1957 : Entretiens sur le musée de Dresde (avec Louis Aragon) - La Corrida du 1er mai
1959 : Poésie critique I
1960 : Poésie critique II
1962 : Le Cordon ombilical
1963 : La Comtesse de Noailles, oui et non
1964 : Portrait souvenir (posthume ; entretien avec Roger Stéphane)
1965 : Entretiens avec André Fraigneau (posthume)
1973 : Jean Cocteau par Jean Cocteau (posthume ; entretiens avec William Fielfield)
1973 : Du cinématographe (posthume). Entretiens sur le cinématographe (posthume)
Poésie de journalisme 1935-1938 (posthume)

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Cocteau Empty Re: Jean Cocteau

Message par topocl le Mar 6 Déc - 13:26

Les enfants terribles

Jean Cocteau Images17

Ce petit roman fait partie des livres que j'ai lus et relus, adulés, conseillés, prêtés. J'y reviens 20 à 30 ans plus ;  les quelques afféteries de Cocteau, une certaine emphase, un côté pompeux, comme s'il se prenait trop au sérieux (la jeunesse c’est… et c'est bien de l'enfance de…), que j’y ai décelés cette fois-ci, n'ont pas suffi à gâcher mon plaisir d’autrefois.

Un frère et une sœur, jeunes adolescents orphelins, se construisent un monde fantasque et passionné à l'abri des adultes, des obligations et de l'ordinaire. Pris d'orgueil dans leur relation mortifère mêlée d'adoration et de rejet, ils vivent dans un capharnaüm enchanté, un trésor qui leur est commun. Dans  ce huis clos étouffant, follement poétique, qui ne répond à aucune rationalité, quelques être fascinés tâchent de pénétrer, mais tout le monde s'y brûlera les ailes.

Ce livre nous parle du monde de l'enfance, de l’impossibilité de se quitter, de l'amour qui ne sait plus s'il aime soi-même ou l'autre. On y trouve une violence de sentiments, une poésie romantique, une magie tragique et folle.



(commentaire rapatrié)


mots-clés : #contemythe #fantastique

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Cocteau Empty Re: Jean Cocteau

Message par Aventin le Ven 16 Déc - 19:39

Carte Blanche

Jean Cocteau Coctea10
Dans l'édition Mermod (Lausanne, 1952), que je vous recommande !

Sa fraîcheur couplée à un dandysme histrionnant, agaçant certains, envoûtant d'autres se retrouve dans cet ouvrage de 1919.
Il s'agit d'une compilation de chroniques hebdomadaires qu'il tenait dans le journal "Paris-Midi" et pour lesquelles, ainsi qu'il s'en explique en préface, son directeur lui avait donné carte blanche.

Richement illustré: En plus des dessins de l'auteur, dont ce portrait de Picasso et Stravinsky:
Jean Cocteau Coctea11

Picasso, Derain, Van Dongen, Utrillo, Gris, Man Ray, Dufy, Braque, De la Fresnaye (une oeuvre comme "souvenirs de guerre", ci-dessous, excellent tableau cubiste que je ne connaissais pas):
Jean Cocteau Roger-10

Illustration sonore aussi, vous ne manquerez pas de le lire en écoutant ceux dont il est question, Satie, Poulenc, Fauré, Milhaud, Stravinsky etc...

Et poétique: Apollinaire, Max Jacob...
En refermant ce petit trésor de pétulance, vous conviendrez (ou pas) que l'immédiat après-guerre était quand même, à Paris, d'une rare effervescence créatrice. Et vous sourirez (toujours ou pas) en lisant des espoirs placés par Cocteau dans le cinéma, et ce que cette forme d'expression artistique est devenue (voir la dernière phrase de ce lien).

Ai-je aimé ce livre ?
Cela ne se discute pas !
Mais, au-delà de celui-ci, toutes les ambiances suggérées ou carrément pointées, surtout musicales et picturales pour ce qui me concerne, sont exceptionnelles.



(Commentaire du 12 mai 2013, rapatrié)


mots-clés : #creationartistique
Aventin
Aventin

Messages : 1117
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Cocteau Empty Re: Jean Cocteau

Message par Quasimodo le Ven 8 Nov - 18:00


Rapatriée de "Nos lectures du mois", cette brève réaction à la fin de ma lecture. Ce n'est certes pas un compte-rendu, mais pourquoi refuser d'alimenter (si peu que ce soit) un fil déjà ouvert ? Cette petite note pourrait d'ailleurs en appeler d'autres, si malgré celle-ci je me laisse tenter par un cycle des pièces de Cocteau.

Roméo et Juliette, de Cocteau, n'est qu'un vulgaire succédané de la pièce de Shakespeare, réécrite apparemment dans une perspective de concentration qui reste purement velléitaire. Des images d'une poésie vieillotte et étonnamment peu convaincue d'elle-même se mêlent à un langage familier dépourvu de toute aspérité. Il n'y reste plus rien de Shakespeare, on n'y trouve d'ailleurs qu'un stérile reflet du grand Cocteau.
En résumé : pas de Shakespeare, pas de Cocteau, pas de propos, pas de style, pas de drame : il y a de quoi être bien fâché.

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3337
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Cocteau Empty Re: Jean Cocteau

Message par Arturo le Ven 8 Nov - 18:16

j'avais été moyennement emballé par la Machine infernale et les Enfants/parents terribles.
Un peu plus par La difficulté d'être (qui ne semble pas figurer dans la bibliographie wikipédiesque).
Je reviendrai à Cocteau, sans doute dans un premier temps à travers son cinéma.
Arturo
Arturo

Messages : 3108
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean Cocteau Empty Re: Jean Cocteau

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum