Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Sergueï Essénine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Sergueï Essénine

Message par animal le Dim 1 Juil - 21:48

Sergueï Essénine
(1895-1925)

poésie - Sergueï Essénine 151abd10

Sergueï Essénine  Poète important de la première moitié du 20e siècle, Sergueï Essénine est né  en 1895 à Konstantinovo, en Russie. À la fois révolutionnaire et mystique, il  traite dans son oeuvre - presque exclusivement composée de poèmes - de son  lien particulier à la terre et à la vie paysanne dont il est issu. La langue qu'il  travaille est à la fois celle du désespoir, de la vie et de la nature, une langue  tendue, tordue, éclatée, mais toujours porteuse d'images puissantes. Marié à  Isadora Duncan, il meurt à Leningrad le 28 décembre 1825, alors qu'il est âgé  de 30 ans.

ombres-blanches.fr

Version plus développée : wikipedia.org

Bibliographie :

- Radounitsa (1916) / La Ravine, dont la traduction en français par Jacques Imbert (Éditions Harpo &) a emporté une Mention spéciale au Prix Russophonie 2009
- Golouben (1918)
- Inonia (1918)
- Les Clés de Marie (1919)
- Les Juments-épaves (1919)
- Treriadnitsa (1920)
- Triptyque (1920)
- Transfiguration (1920)
- Confession d'un voyou (1921)
- Pougatchev (1921)
- Moscou des cabarets (1924)
- L'Homme noir (1925)
- Poèmes (1910-1925), trad. Christian Mouze, Éditions La Barque, 2015

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10239
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Re: Sergueï Essénine

Message par animal le Dim 1 Juil - 21:57

poésie - Sergueï Essénine 00492710

La ravine

Comment ne pas trop se planter. L'écriture a quelque chose de très morcelé en nous faisant passer de personnages à d'autres qui voisinent avant de revenir aux précédents. La nature succède aux regroupements et aux isolements, les âges aussi.

Une poésie en prose directe quoique elliptique, avec des accents crépusculaires mais une grande force lumineuse. Des tourments sourds et des souffrances très concrètes dans la vie de ces gens denses qui vivent dans cette "ravine", ces bois et ces champs. Des vies simples, élémentaires baignées de l'étrange douceur de ce texte très particulier à la puissance évocatrice rare.

Quand vous lisez ce livre vous n'êtes pas ailleurs que dedans !

mots-clés : #amour #nature #poésie #ruralité #social

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10239
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Re: Sergueï Essénine

Message par églantine le Dim 1 Juil - 22:03

Ah mais voilà qui me semble vouloir me parler .
Je vais essayer de le trouver !
Merci Animal .
églantine
églantine

Messages : 4303
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Re: Sergueï Essénine

Message par Bédoulène le Dim 1 Juil - 22:23

les thèmes me tentent, merci Animal !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12931
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Re: Sergueï Essénine

Message par colimasson le Lun 2 Juil - 14:56

Tu as des extraits ? En es-tu venu à cet auteur par une certaine affiliation à Ramuz ?
colimasson
colimasson

Messages : 542
Date d'inscription : 24/11/2017
Age : 28
Localisation : Lyon

http://colimasson.blogspot.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Re: Sergueï Essénine

Message par animal le Lun 2 Juil - 21:55

Parce que j'ai tourné autour plusieurs fois à la librairie et que quand on met un œil de dedans c'est difficile de ne pas finir par céder (et Héros Limite ça me met facilement en confiance !).

On peut trouver des thèmes communs avec Ramuz, dont la communauté ne serait pas le moins intéressant à regarder de plus près, mais la texture est bien différente.

Extrait :

Olimpia regardait Karev du coin de l'oeil, et quand il se retournait, elle baissait les yeux.
Des coulées de nuages s'accrochaient aux cimes des sapins et leurs franges d'azur avaient l'éclat d'un soleil ivre de bière mousseuse. Sur l'herbe, l'humidité était d'une blancheur argentine.
- Allons marcher dans la forêt, dit Filip. Il faut que je surveille mes lignes dormantes. Au lac, j'ai posé une nasse dans les joncs, ça mord bien maintenant, après la pluie.
Les pins thuriféraires répandaient l'odeur épicée de leur résine, leur écorce jaune-rouge soupirait mollement et la pluie accrochait des colliers dans ses écorchures.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10239
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Re: Sergueï Essénine

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 3 Juil - 9:51

Merci de nous avoir mis sur la piste de cet auteur et de cette maison d'édition - Héros Limite. Je me demandais bien ce que faisait le titre d'un recueil poétique emblématique de Ghérasim Luca
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Re: Sergueï Essénine

Message par Bédoulène le Mer 4 Juil - 8:07

Jim Harrison à écrit : Lettres à Essénine

Poème de Maïakoski pour Essénine

Spoiler:
Vous êtes,

            comme on dit,

                                 parti pour l’autre monde.

Le vide...

            Vous cinglez vers le ciel

                                              d’étoiles pailleté.

Plus d’à-comptes,

                          de bière blonde.

Régime sec.

                   Sérénité.

Non, Iessénine,

                   je n’ai pas le cœur à rire.

La douleur,

            dans ma gorge,

                                 est un caillot compact.

Je vous vois,

            d’une hésitante main de cire,

secouant

            de vos propres os le sac.

Il suffit !

            Laissez donc !

Cette fois,

            vous forcez trop la dose !

Étendre

            sur vos joues

                                 une mortelle craie ?

Vous qui saviez pourtant

                                 faire des choses

que nul autre au monde

                                 ne saurait !

Le pourquoi ?

                   D’aucuns disent : Manque de tact.

La faute en est,

                   tout bien pesé,

                                       à l’absence de contact

et aux boissons alcoolisées.

Il vous fallait, dit-on,

                          troquer la bohème

                                                     contre la classe :

des rixes

            vous auriez ainsi

                                       perdu le goût.

Mais la classe

                   se dessoiffe-t-elle

                                              avec du kvass ?

La classe est un peu là

                                 pour boire un coup !

Si la revue littéraire

                          « Sur la brèche »

vous avait tenu

                   en lisière,

vous en auriez tiré

                          un avantage insigne.

Votre production journalière

                                       eût été de cent lignes,

fastidieuses et longues

                                 comme chez Doronine

Pour moi,

            advienne cette extravagance,

il y a beau temps

                          que vous vous seriez détruit.

Car, à tout prendre,

                          mieux vaut mourir d’intempérance

que d’ennui !

À nous donner la clé du mystère

sont impuissants

                   le nœud coulant et le canif.

Qu’il se fût trouvé

                          de l’encre

                                       à l’hôtel d’Angleterre,

pour vous ouvrir les veines

                                       vous auriez manqué de motif.

La vague d’imitation

                          monte et s’étend,

                                                     rapide.

Toute une escouade

                          — ou presque —

                                                     vient de se pendre.

Pourquoi multiplier

                          le nombre des suicides ?

Encourageons plutôt

                          la production de l’encre !

Silencieuse à jamais

                          restera cette lèvre exsangue.

Importunes

                   sont

                          les conclusions d’experts.

Notre peuple,

                   créateur de langue,

pleure aujourd’hui

                          un riboteur,

                                              maître du vers.

Et l’on apporte

                   le fatras littéraire,

des dernières obsèques

                                 reliefs accommodés.

Pour honorer du poète

                                 le tertre funéraire,

devait-on pas trouver

                                 plus nobles procédés ?

Votre statue n’est pas encore coulée,

— où sont

            le son du bronze

                                       et le vernis du granit ? —

que déjà l’on voit s’accumuler

l’ordure

            des dédicaces et des souvenirs.

Votre nom

            est torché

                          dans les petits mouchoirs

                                                                  de batiste.

Vos poèmes —

                   vocalisés par Sobinov

                                                     L’artiste,

sous un bouleau chétif, expire :

« O mon ami,

                   plus un mot,

                                       plus un soupi-i-ir. »

Ah ! leur parler sans sourdine,

                                              à ces Léonide Lohengrin !

Les interpeller

                   en leur montrant les dents :

— Je vous défends

                          de saliver le vers !

Et puis,

            sous des sifflets stridents,

les envoyer promener

                                 au diable vauvert !

Pour que détalent

                          les mazettes,

enflant les voiles

                          de leurs vestons,

pour que Kogan

                          fonce en tempête,

lardant torses

                   et bedons !

L’ordure est à ce jour

                                 encore épaisse.

Grande est la tâche,

                          montrons-nous diligents.

La vie est à refaire,

                          et le temps presse ;

le vie refaite,

                   dédions-lui nos chants.

Cette époque est dure

                                 pour la plume :

oui, mais, dites-moi,

                          les estropiés et les contus,

qui donc, parmi les grands,

                                       avait coutume

de choisir les sentiers

                                 faciles et battus ?

Le Verbe

            est capitaine

                                 de la force humaine.

En avant !

                   et que le temps

                                       éclate en boulets de feu !

Vers les jours passés

                          le vent qui se déchaîne

emportera

            la seule étoupe des cheveux.

Pour les jouissances

                          notre planète

                                              est encore un piètre asile.

Notre mot d’ordre :

                          arrachons la joie

                                                     au temps futur !

Dans cette vie

                   mourir est trop facile. —

Refaire la vie

                   est bien autrement dur.


Dernière édition par Bédoulène le Sam 14 Juil - 19:05, édité 1 fois

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12931
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Re: Sergueï Essénine

Message par Dreep le Mer 4 Juil - 11:47

@églantine a écrit:Ah mais voilà qui me semble vouloir me parler .
Je vais essayer de le trouver !
Merci Animal .

Je confirme, ça devrait te plaire Eglantine Wink
Dreep
Dreep

Messages : 565
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 27

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Re: Sergueï Essénine

Message par Jack-Hubert Bukowski le Sam 14 Juil - 11:01

Bédou, ton extrait de poème en spoiler est assez bluffant, merci! Vaut la peine de regarder...
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Re: Sergueï Essénine

Message par bix_229 le Sam 14 Juil - 16:33

Comme la plupart des pètes russes, Essenine passe assez mal à la traduction.
Sauf exceptons ou des petits poèmes vifs et légers qui me  font penser à Jules
Laforgue.

 
La lune est morte,
L’aube bleuit la fenêtre.
O nuit, Nuit, que m’as-tu donc conté ?
Je suis là, en haut-de-forme,
Et à part moi, personne,
je suis seul.
Et mon miroir est brisé.
bix_229
bix_229

Messages : 10680
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

poésie - Sergueï Essénine Empty Re: Sergueï Essénine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains Russes


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum