Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Catherine Mavrikakis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Catherine Mavrikakis Empty Catherine Mavrikakis

Message par bix_229 le Sam 7 Juil - 17:06

Catherine Mavrikakis
née en 1961

Catherine Mavrikakis Mavrik10

Catherine Mavrikakis est née le 7 janvier 1961 à Chicago, d’une mère française et d’un père grec qui a grandi en Algérie. Elle a partagé son enfance entre Ville d’Anjou, Montréal-Nord, Villers-Bocage en Normandie et Bay City (Michigan) et a été élevée avec son plus jeune frère par le poste de télévision auprès duquel elle dormait. Elle a subi une éducation stricte dans un lycée français à l’ “étranger” où elle a appris beaucoup de choses, dont l’injustice. En 1979, elle choisit vraiment Montréal, où elle fait des études de littérature et une dépression, qui la conduira à de longues années de psychanalyse. Il lui en restera toujours quelque chose…
Pendant dix ans elle a enseigné à l’Université Concordia (à Montréal) où elle était heureuse. Mais tout a dégénéré dans le monde après le 11 septembre. Elle s’est donc retrouvée en 2003 à l’Université de Montréal, ce qui lui laisse beaucoup de temps pour écrire:

Depuis 2000, elle a publié sept romans. Elle a écrit un essai-fiction sur la maternité avec Martine Delvaux: Ventriloquies (Leméac, 2003) et rédigé un essai: Condamner à mort. Les meurtres et la loi à l’écran (PUM, 2005). Elle anime une émission “Rêvez pour moi” sur Radio-Spirale où les invités doivent parler de leurs rêves, ce qu’ils ne font pas toujours de bonne grâce.

Babelio

Bibliographie en français :

- Ca va aller. - 2002
- Ventriloquies. - 2003
- Fleurs de crachat. - 2005
- Omaha Beach. - 2008
- Le Ciel de Baya City. - 2008
- Deuils canniabales. - 2009
- Les Derniers jours de Smokey Nelson. - 2012
- La Ballade d'Ali Baba. - 2014
- Oscar de Profundis. - 2016
- Ce qui reste. - 2017
bix_229
bix_229

Messages : 10225
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Catherine Mavrikakis Empty Re: Catherine Mavrikakis

Message par bix_229 le Sam 7 Juil - 18:14

Catherine Mavrikakis Ballad10

La Ballade d' Ali Baba

Aux Etats Unis, les pères sont souvent absents et les maris, des  ex maris.
Parce qu'ils sont immatures, égoïstes. Trop souvent, ils fuient leurs responsabilités.
Ailleurs aussi ?
Bon.
En tout cas, celui de la narratrice est mythomane, frimeur, narcissique, volage. Quoi encore ? Joueur invétéré.
Mais c'est aussi un séducteur irrésistible.
Il a eu trois filles et pensait à elle de temps en temps.
Erina, l'ainée, la narratrice fut très aimée, enfin jusqu' à ses cinq ans. Ensuite il la quitta, elle et ses soeurs et sa femme. A dix ans, Erina l'avait déjà mis à jour.
Un jour, il l'emmena à La Vegas.

"Ses gestes sont calculés et dramatiques. A la table de jeu, il joue le rôle du père divorcé mais proche de sa fille."

Erina lui en veut. D'avoir été tellement absent de sa vie à elle. Elle ne le reverra que mort. Et malgré elle, émue et pensive.

Mais ne voilà t-il pas qu'il reparait à ses yeux un mois de février 2013.
Dans les rues de Montréal balayées par une tempête de neige. Un vieillard frêle et vêtu d'un léger pardessus.
Et mort depuis neuf mois...
Il n'a rien perdu de son aplomb. Il l'attendait, dit-il.
Citant Shakespeare, "Le temps est sorti de ses gonds", il l'entraîne dans une maison où une femme l'attend. Il explique que les morts connaissent une espèce de sursis provisoiere.
Il raconte sa vie à Erina du début à la fin, et lui demande d'aller à la belle saison chercher ses cendres dans ce cimetière glacé de Montréal où sa femme l'a enfermé. Et d' aller les disperser dans le lieu de son choix.
Souhait réalisé. La voilà de retour à Key Largo, en Floride avec à ses cotés la boîte de biscuits où reposent les cendres paternelles.

Quarante cinq ans plus tôt, le père l'avait conduite là avec ses soeurs.
C'était un lieu qu'il aimait. Et c'est là qu'il reposera.
Enfin quand il en aura l'envie, parce qu'il a, dit-il, encore une soif d'errance avant de disparaitre à jamais.

Tel est ce livre sur la nostalgie. Une nostalgie sur ce qui aurait pu/du être.
Sur les rendez-vous ratés avec son père. Sauf sous l'apparence d'un fantôme que la fiction ressuscite.
La réalité colle toujours aux semelles et comme elle, elle alourdit.
C'est pourquoi le lecteur doit aller au delà de qu' il trouve/croit  trouver et y ajouter ce qu'il imagine.
C'est ce que j' ai fait.

mots-clés : #relationenfantparent
bix_229
bix_229

Messages : 10225
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Catherine Mavrikakis Empty Re: Catherine Mavrikakis

Message par Bédoulène le Dim 8 Juil - 9:39

merci Bix !

Erina comprend-t-elle mieux le fantôme que le père ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12364
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Catherine Mavrikakis Empty Re: Catherine Mavrikakis

Message par bix_229 le Dim 8 Juil - 16:16

Elle comprend très bien.
D'autant mieux que c'est elle qui a convoqué le fantome pour faire sa paix avec le père.
Le rencontrer et l'écouter. Parler enfin avec lui. Ce qu' elle n'a jamais pu faire de son vivant.

C'est sans doute la seule chose qu'on peut faire avec un mort.
Faire comme si.
Il avait rempli son devoir de père et accordé sa tendresse, il fallait le croire, ou du moins croire ses excuses et justifications.
Pour lui et surtout pour elle.
Et les cendres transportées jusqu' en Floride sont une belle forme de réconciliation posthume. Et de retour  la vie. Libérée.
C'est aussi pour cela que le lecteur que je suis, imagine souvent les silences ou les non dits du récit.
bix_229
bix_229

Messages : 10225
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Catherine Mavrikakis Empty Re: Catherine Mavrikakis

Message par Bédoulène le Dim 8 Juil - 18:12

merci Bix !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12364
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Catherine Mavrikakis Empty Re: Catherine Mavrikakis

Message par kashmir le Mar 10 Juil - 18:12

Ah, tu me donnes envie de la lire, Bix ! J'ai toujours gardé "en pense-bète" Les derniers jours de Smockey Nelson...
Merci pour l'idée de lecture !
kashmir
kashmir

Messages : 1794
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Catherine Mavrikakis Empty Re: Catherine Mavrikakis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum