Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Laszlo Krasznahorkai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Laszlo Krasznahorkai

Message par Bédoulène le Lun 9 Juil - 9:53

Laszlo Krasznahorkai
Né en 1954



László Krasznahorkai, né le 5 janvier 1954 à Gyula (Hongrie), est un écrivain et scénariste hongrois, auteur de plusieurs dystopies. Il a signé les adaptations de ses romans, notamment Tango de Satan et La Mélancolie de la résistance, pour des films réalisés par Béla Tarr.
Biographie
Fils d'un avocat et d'une fonctionnaire, il termine en 1972 des études secondaires où il reçoit une formation de premier plan en latin. De 1973 à 1976, il étudie le droit à l'Université Attila József (aujourd'hui l'Université de Szeged).

En 1977, il publie un premier nouvelle, intitulée Tebenned Hittem, dans le journal Mozgó Világ. L'année suivante, il décide de poursuivre ses études, cette fois en littérature, à l'Université Loránd Eötvös, où il soutient avec succès en 1983 une thèse sur Sándor Márai. Krasznahorkai devient ensuite éditeur, mais abandonnera ce métier pour se consacrer entièrement à l'écriture.

En 1985, il publie Tango de Satan (Sátántangó) qui obtient un important succès critique. À la même époque, il amorce, en tant que scénariste, sa fructueuse collaboration avec le réalisateur de cinéma Béla Tarr.

La consécration internationale lui vient en 1989 avec la parution du roman La Mélancolie de la résistance (Az ellenállás melankóliája). Son ami, l'écrivain et lauréat du prix Nobel de littérature Imre Kertész affirme alors que « depuis Nietzsche, [l'œuvre de Krasznahorkai] représente la seule consolation métaphysique possible ». En 2000, Krasznahorkai signe l'adaptation de ce roman pour le film Les Harmonies Werckmeister (Werckmeister harmóniák), réalisé par Béla Tarr.

Krasznahorkai reçoit le prix Kossuth en 2004 et le Prix international Man Booker en 20151.

Ouvrages traduits en français :

Romans et récits
2000 Tango de Satan
2006  La Mélancolie de la résistance
2010 Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l'ouest par les chemins, à l'est par un cours d'eau
2013 Guerre & Guerre

Recueils de nouvelles
2013 La Venue d’Isaïe
2015 Sous le coup de la grâce

Autres publications
2011 Thésée universel

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 8657
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par Bédoulène le Lun 9 Juil - 9:57

Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l’ouest par des chemins, à l’est par un cours d’eau.
( titre qui reflète une sagesse de l'univers confucianiste, bouddhiste...: il s'agit du meilleur emplacement pour un bâtiment, un village– merci Tom Léo)



Sujet : Le petit-Fils du Prince Genji est obsédé par un « jardin caché » vu dans un livre illustré intitulé « Cent beaux jardins ». Malgré tous les savants qu’il a missionnés pour rechercher le dit jardin, ceux-ci n’ont pu lui répondre de façon satisfaisante et de plus le livre a mystérieusement disparu de la bibliothèque. Aussi un jour décide-t-il de découvrir lui-même le jardin qui d’après le peu qu’il en sait pourrait se trouver dans un monastère dédié à Bouddha à proximité de la cité de Kyoto. Il s’ y rend en train jusqu’à la gare de Keihan avec une escorte, laquelle s’adonnera à des libations et oubliera le petit-fils du Prince.

Même si l’histoire………….le conte ? est étonnant  et ses effluves mystérieuses, l’essence même de ce petit livre en est, pour moi, la magie qui s’ élève des magnifiques descriptions ; c’est la création de la terre, un hymne à la beauté, à la vie. Ajout : La beauté du jardin caché c'est sa simplicité ; un tapis de mousse bleu-vert argenté où se dresse 8 splendides Hinokis, émotion !

L’auteur raconte la création d’un arbre inoki à partir du pollen qui s’envole transporté par les vents à la manière d’une aventure, et s’en est une, avec ses obstacles et ses miracles. Puis la croissance de l’arbre que guette aussi de nombreux dangers, notamment les insectes, les maladies, le froid, la chaleur…..  Il raconte aussi les vents, la formation de la terre…..
Mais où se trouve la porte d’entrée sur la propriété du monastère ?

« …et tandis qu’il avançait obstinément, à la recherche de l’entrée, il eut le sentiment que cette étrange longueur, que cette cloison immuablement hermétique et uniforme, là sur sa gauche, n’étaient pas simplement là pour délimiter un immense territoire, mais pour lui faire prendre conscience d’une chose, il ne s’agissait pas d’une clôture, mais la mesure intrinsèque de quelque chose dont l’évocation à travers ce mur cherchait à prévenir le nouvel arrivant que celui-ci aurait bientôt besoin d’autres unités de mesure que celles auxquelles il était habitué, d’autres échelles de valeurs pour s’orienter, que celles qui avaient jusqu’ici encadré sa vie. »

Ce monastère et  le « jardin caché » qu’ il abrite  et que le petit-fils du Prince ne trouvera pas, existent-t-ils ?  ou  bien sont-ils dans un lieu hors d’atteinte où par exemple le chien continue de marcher dans sa mort ?

La sculpture de Boudha au regard détourné comme pour ne pas voir le monde protège-t-il ce lieu  en le cachant à la vue des hommes ?  (imagination ou certitude du sculpteur ?)
Je n’ai pas su voir les messages, s’il y en a, d’ ailleurs les 8 inokis du jardin caché n’ont pas de message pour les hommes, lesquels ne le comprendraient  pas.

Les chiffres ont certainement une portée (la roue du dharma bouddhique ?)  8 inokis, 13 poissons, 4 pavillons etc…. et les chiffres qui couvrent totalement les nombreuses pages d’un livre lu par le moine supérieur (que l’on ne verra jamais) qui pose la question de l’ existence de l’infini, de l’immortalité .

Mais ……………….comment arrive-t-on  et part-t- on de ce lieu puisqu’ à  la gare qui le dessert « nul ne descendit, nul ne monta du train » ?

Le petit-fils du Prince Genji ( lequel atteint de super-émotivité qui occasionne des malaises, récupère en buvant un verre d’eau ; eau source de vie ) est-il vraiment venu dans le monastère, comme le lecteur le voit ? en est-il reparti ?

*************

Y-a-t-il une morale à ce livre ? chercher au-delà  ce que l’on voit ? ce que l'on voit est-ce la réalité ?
Mais surtout croire en la vie.

Toute l’histoire est  rythmée sur le Temps, tout se réalise à son heure : patience.

Je me perds en conjectures et beaucoup de symboles m’ont sûrement échappés mais j’ai apprécié la visite de ce monastère en compagnie du petit-fils du Prince Genji, et surtout les descriptions magnifiques qu’elles soient poétiques ou techniques (un très intéressant passage sur la fabrication des sutras sur bambous, puis sur papier).

L’architecture aussi est très importante et symbolique dans la composition des pavillons, sanctuaire et autres bâtiments.

La dernière page tournée j’ai le sentiment d’avoir vécu un moment magique de littérature.

La conclusion de l’histoire est peut-être dans  la phrase en exergue : Personne ne l’a vu deux fois.

Extraits

A propos de la statue de Bouddha : « La réalité était radicalement différente, et il suffisait de la voir une seule fois pour savoir : s’il avait détourné son beau regard, c’était pour ne pas être obligé de remarquer, s’étendant devant lui dans trois directions : ce monde pourri. »

A propos des sutras : ….et durant des siècles on s’amusa à décliner à l’infini ce petit ruban, en mettant l’accent sur le coloris, soit sur la noblesse de la matière employée, soit sur le nœud lui-même, exécuté avec autant de raffinement que de fantaisie. »

« …quand soudain, une image jaillit en son esprit…pour s’évanouir aussitôt, une image si fugace qu’il fut incapable d’en discerner le contenu, elle avait glissé à travers lui, avait jailli et s’était éteinte, il était assis devant la table du sanctuaire intérieur, et tout son corps s’était raidi au moment de l’apparition de cette image, et de sa disparition, elle était si vite arrivée et si vite repartie qu’il avait pu saisir son importance, son poids, mais rien de son contenu… »

mots-clés : #contemythe #lieu #nature #philosophique


Dernière édition par Bédoulène le Lun 9 Juil - 17:25, édité 3 fois

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 8657
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par Quasimodo le Lun 9 Juil - 10:23

Je note, ça a l'air fabuleux !

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
avatar
Quasimodo

Messages : 2410
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par Tristram le Lun 9 Juil - 16:37

Oui, ce que dit Bédoulène est fort intriguant !
avatar
Tristram

Messages : 5308
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 62
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par Armor le Lun 9 Juil - 16:42

@Tristram a écrit:Oui, ce que dit Bédoulène est fort intriguant !

Je suis d'accord. D'ordinaire je n'aime pas spécialement les livres "contemplatifs", mais là, ça donne envie !

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
avatar
Armor

Messages : 2594
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 37
Localisation : A l'Aise Breizh

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par Bédoulène le Lun 9 Juil - 17:26

Oh ! je suis peut-être à côté, mais le plaisir de lecture me rachète.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 8657
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par bix_229 le Lun 9 Juil - 17:59

Tant mieux si tu es à coté ! Tes impressions sont spontanées et colorées et
communicatives.
avatar
bix_229

Messages : 6956
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par animal le Lun 9 Juil - 20:37

J'avais beaucoup apprécié moi aussi, et dire que ça remonte à 2011...



Au nord par une montagne. Au sud par un lac. À l’ouest par des chemins. À l’est par un cours d’eau.

quatrième de couverture a écrit:Conte philosophique, méditation esthétique, ce court roman met en scène le cheminement d’un mystérieux personnage, le petit fils du prince Genji, en quête d’un jardin secret, incarnation suprême de la beauté. Un brillant et très libre hommage à la culture japonaise par un des plus grand écrivains hongrois contemporain.

C’est au cours de la dernière décennie de la période Tokugawa qu’il lut pour la première fois le célèbre livre illustré Cent beaux jardins, l’ouvrage était tombé par hasard entre ses mains, il l’avait feuilleté et fut immédiatement captivé, et si les quatre-vingt-neuf premiers dessins étaient extrêmement intéressants, il fut complètement fasciné par le centième, le « jardin caché », il regarda le dessin, lut la description, et l’ensemble, dessin et description, prit instantanément corps dans son imagination, et à partir de cet instant, il lui fut impossible de s’en libérer, à partir de cet instant, le « jardin caché » ne relâcha plus son emprise sur lui, il ne put le chasser de son esprit, il le voyait en permanence, sans pouvoir en appréhender la réalité, et, quoi de plus naturel, il éprouva au bout d’un certain temps le désir de le voir…
source : cambourakis.com

Un livre qui présente bien et se fait attrayant avec sa police de caractère épaisse et bien lisible, le texte organisé en courts chapitres numérotés en romain et commençant à II. On a rapidement le goût de l'épure qui va aller avec le contexte extrême oriental et plus particulièrement japonais, quelque chose d'attendu. Attendu qui est là mais se complexifie rapidement sans ôter au texte sa fluidité, celle d'une sorte de rêve en plein soleil très précis, très net. Incroyablement net.

Se déroule un étonnant mélange, et incontournable, de cette précision très poussée dans laquelle des énumérations séquentielles forcent l'esprit, et d'un jeu de miroir et de paysage complexe et particulièrement cohérent. Comme une estampe, ou le jardin qui habite le livre et ce prince qui n'en finit de le chercher. L'épure esthético-philosophique est poussée jusqu'au bout et reprend la patience qui n'a pas de temps et qui est celle d'une attention particulière.

Et quand les formes se figent... le décor est troublé par des impulsions très terre à terre. On pourrait dire que László Krasznahorkai a écrit un passionnant système monde mais alors passionnant ne voudrait rien dire. Il le conte autant qu'il le dit et c'est identique. C'est une vision complète avec ses angles et ses horreurs, une vision avec la beauté et l'attention. Une sublime expression d'un écart esthétique, une perception de la pensée au sens le plus large. ce recul sur la beauté...

C'est une espèce rare de prodige naturel qui est offert dans ce livre. J'ai retrouvé les qualités du Tango de Satan appliquées légèrement autrement et en rien affaiblies à travers une écriture plus légère, qui se joue encore avec facilité du réel trop réel.

Le contenu est de ceux qui apportent, qui donnent autre chose (aller, pour le rapport à la pensée et l'image orientale je place la révélation au même niveau que celle provoquée par ma lecture de la tentation de l'occident, et en un sens il va plus loin. avec un naturel étrange je l'associe dans ma confiance à ... des auteurs comme Blanchot ou Ramuz). Et c'est tellement bien écrit, ça semble si facile. ah ! un chef d'oeuvre ? peut-être, là encore ça ne voudrait rien dire. C'est un auteur très estimable.

je vous renvoie plus a propos à l'interview déjà proposée : litteraturehongroise.fr

vous pouvez-lire les deux premiers chapitres sur le site de l'éditeur (voir plus haut).


_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 7601
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 37
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par Bédoulène le Mar 10 Juil - 9:39

merci Animal, je viens de lire l'interview laquelle permet de mieux comprendre son écriture, et il faut que je lise les premiers livres (j'ai la mélancolie dans ma PAL) puis plus tard Guerre & guerre

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 8657
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par animal le Mar 10 Juil - 12:38

Ça fait plus épais La mélancolie de la résistance et Tango de Satan. Je n'ai toujours pas lu Guerre et guerre.

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 7601
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 37
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par bix_229 le Mar 10 Juil - 16:25

Je note Au Nord par une montagne.
J' ai eu un mauvais début avec Krasznahorkai.
Je n' ai pas pu lire La Mélancolie de la résistance, -c' est curieux comme
ces mauvais débuts vous influencent- et ça m' a braqué contre l' auteur.
Et donné un petit complexe d'infériorité.
Surtout, si vous vous souvenez, les anciens, quand une personne vous serine
à longueur de temps que les livres que vous jugez difficiles, sont en réalité très accessibles...
et que, par conséquent ...


Dernière édition par bix_229 le Mar 10 Juil - 18:45, édité 1 fois
avatar
bix_229

Messages : 6956
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par kashmir le Mar 10 Juil - 18:29

Bédoulène, j'ai beaucoup aimé ce livre, également et je me suis dis que je le relirai pas à pas pour le déguster tellement il est riche d'images.
ne crois-tu pas que chacun puise ce qu'il désire, dans ce jardin ? Wink
avatar
kashmir

Messages : 1125
Date d'inscription : 10/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par Bédoulène le Mar 10 Juil - 22:43

Bien sur kashmir et heureusement !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 8657
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par Antoine8 le Mer 11 Juil - 16:01

Le livre a l'air très intéressant et j'en avais déjà entendu parler donc je note !! Smile
avatar
Antoine8

Messages : 67
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 22
Localisation : Strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par Nadine le Sam 14 Juil - 17:07

Oui dis donc, émotion, dit Bédou, systeme monde dit animal : ça suffirait à me tenter grâaave. merci à vous ! je note !
avatar
Nadine

Messages : 2840
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Laszlo Krasznahorkai

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Europe centrale et orientale

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum