Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Richard Jorif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Richard Jorif Empty Richard Jorif

Message par Tristram le Mer 25 Juil - 20:42

Richard Jorif
1930-2010

Richard Jorif Richar10

Richard Jorif naît à Paris en 1930, d'une mère martiniquaise et d'un père d'origine indienne. À l'âge de seize ans, il décroche un rendez-vous chez Bernard Grasset. Insatisfait du manuscrit qu'il est sur le point de lui présenter, il ne s'y rendra pas. Depuis, il vit de petits métiers qui lui permettent d'écrire, jusqu'à la parution du Navire Argo, premier ouvrage à lui sembler digne de publication.
Cet écrivain, styliste rare, se distingue par une approche originale de la langue française, par exemple dans Le Navire Argo, son premier roman (paru alors que son auteur a 57 ans), dont l'argument tourne autour du Littré - un dictionnaire que l'auteur a découvert à 16 ans. Richard Jorif se pose en défenseur et illustrateur de la langue française ; il tire un grand plaisir à glisser dans ses textes des expressions désuètes. Richard Jorif est mort en septembre 2010.
(Wikipédia)

Œuvres

• 1987 : Le Navire Argo, roman (triptyque Frédéric Mops)
• 1988 : Clownerie
• 1991 : Paul Valéry, éditions Lattès, 1991
• 1991 : Le Burelain (triptyque Frédéric Mops)
• 1992 : Les persistants lilas
• 2000 : Tohu-Bohu, roman (triptyque Frédéric Mops)
• 2001 : Qu'est-ce que la mort, Fourrure ? (nouvelles)

(Wikipédia)

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8078
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Richard Jorif Empty Re: Richard Jorif

Message par Tristram le Mer 25 Juil - 20:52

Le Navire Argo

Richard Jorif Le_nav10

Frédéric Mops, une sorte d’enfant sauvage, découvre Paris, les femmes et les livres, les mots : Rousseau, Littré (tenir ce dictionnaire à portée de main est un must). C’est notamment un prétexte à savourer les archaïsmes de la langue avec une dilection un peu artificielle, mais originale : c’est « rafraîchissant » dans son étrangeté, fort travaillé, mais un peu emprunté, et l’auteur y transparaît peut-être un peu trop ?
« Tu n’es pas de ceux qui parlent, tu es de ceux qui écrivent. »
Pour celles et ceux que le sujet intéressait, voir https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00735659
Aussi occasion de s’auto-citer :
« Pourquoi faut-il qu’on se souvienne
au fil des fleuves sans aveu ? »
Ayant commis son Tombeau de Littré, traqué la vie privée et les avis personnels du lexicologue dans les exemples et les citations illustrant ses définitions, Frédéric jette ses propres commentaires dans son « debribus » (joli néologisme, pour une fois). Frédéric (et Richard) témoignent également des évènements du printemps 68, de la destruction des halles et de l’édification du centre Beaubourg :
« Il s'en fallait que l'entreprise de subversion du lutin frondeur [Daniel Cohn-Bendit] recueillît l’adhésion du grand public. Toutes ces furieuses embrassades avec les policiers n’avaient d’autre fin que d’évincer les citoyens des problèmes brûlants. Tandis que de prétendus étudiants s’amusaient à la moutarde, l’équipe de France de tennis se faisait piétiner par les Anglais, et le boxeur Jean Josselin volait en éclats sous les coups d’un Italien sûr de lui, et dominateur. Que pesaient quelques échauffourées au prix de ces désillusions ? »
J’ai souvent pensé à Queneau en lisant ce roman un peu foutraque ‒ aussi à Vian. On reconnaît évidemment l'influence de Rabelais dans les listes et les descriptions d’empoignades soixante-huitardes.
« ‒ […] Le public n’est plus habitué aux excès de vocabulaire.
‒ Je sais. Il lui faut du "naturel", de la sobriété, sujet, verbe, complément, bref un style de circulaire, quelques adverbes en -ment, quelques expressions figées, et une grande liberté de ton : "Il s’éveilla frais et dispos et, sans un mot, encula Marie-Véronique." »

« ‒ Notre mémoire nous surprend comme une voleuse. Et il me déplaît d’être surpris par mes souvenirs, par toutes ces choses d’une vie engloutie qu’un rien ramène à la surface. On dirait que la mémoire profite de nos moments d’inattention, ou pis encore, de notre agonie, pour nous renvoyer à ce qui n’est plus nous, au machinal de la vie… »

« ‒ […] Mais que faites-vous de ce vocabulaire ?
‒ Je le disperse. »

« Je vous vois sans désir si l’on excepte votre goût des mots, qui est une passion morte. »
La fin de l'ouvrage renvoie au second volume de la trilogie : je vais donc lire Le burelain, et vous en rendre compte.

mots-clés : #humour #initiatique

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8078
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Richard Jorif Empty Re: Richard Jorif

Message par animal le Mer 25 Juil - 22:15

Ca a l'air assez vif non ?

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9887
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Richard Jorif Empty Re: Richard Jorif

Message par Tristram le Mer 25 Juil - 22:17

Pas tant que ça ; décalé peut-être ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8078
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Richard Jorif Empty Re: Richard Jorif

Message par animal le Mer 25 Juil - 22:30

plus proche dans l'ensemble de tes premières citations ? Intrigant en tout cas.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9887
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Richard Jorif Empty Re: Richard Jorif

Message par Tristram le Mer 25 Juil - 23:03

Plutôt fourre-tout un peu complaisant à se relire avec une certaine jubilation ? Ça a un côté oeuvre de jeunesse, sans plan prémédité. Difficile de juger, c'est le style de chose que j'aurais pu commettre...
Ah tiens, j'avais oublié les mots-clés ; initiatique oui dans le sens apprentissage, humour soit mais à la limite. A quand la rubrique "inclassable" ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8078
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Richard Jorif Empty Re: Richard Jorif

Message par Bédoulène le Jeu 26 Juil - 7:32

merci pour ton commentaire affermi des extraits et le lien.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12364
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Richard Jorif Empty Re: Richard Jorif

Message par Louvaluna le Jeu 26 Juil - 10:53

@Tristram a écrit:[...] c’est « rafraîchissant » dans son étrangeté, fort travaillé, mais un peu emprunté, et l’auteur y transparaît peut-être un peu trop ?
« Tu n’es pas de ceux qui parlent, tu es de ceux qui écrivent. »
Légère impression de fatuité... ?
Parce qu'avec un auteur qui se regarde écrire... on risque la péroraison. Rolling Eyes
Louvaluna
Louvaluna

Messages : 988
Date d'inscription : 19/03/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Richard Jorif Empty Re: Richard Jorif

Message par Tristram le Jeu 26 Juil - 12:37

Non, plutôt un côté "oeuvre de jeunesse", la transparence d'une autosatisfaction adolescente (alors que c'est un livre publié après une gestation de quatre décennies _ à moins que l'auteur se soit fort tôt résolu à ne plus le retoucher). Un ressenti qu'on retrouve comme à la lecture de Lautréamont ? Mais je crains de tirer trop sur les crins _ et de donner une image faussée de cet auteur : il faudrait un autre point de vue... personnel !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8078
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Richard Jorif Empty Re: Richard Jorif

Message par Tristram le Mar 11 Sep - 20:45

Le Burelain

Richard Jorif Le_bur10

Suite de Le Navire Argo, sur le même ton ; toujours le même côté un peu apprêté et maladroit, sans la grâce d’un Huysmans, qui lui aussi cultivait le verbe ancien avec un goût marqué pour l’archaïsme.
L’histoire continue, Frédéric Mops devient un bureaucrate, rôle pour lequel il est aussi peu fait qu’un Bartleby, et s’y entête sous couvert d’écrire un roman :
« ‒ Je n’observe pas vraiment. J’attends que les gens passent dans mon champ visuel.
‒ Et tout aussitôt, vous les transformez en personnages ? en héros ?
‒ Non, ils passent, et je les oublie. »
On y trouve également quelques jolies trouvailles.
« Il me semble que tu es un peu porté sur les listes… Est-ce bien nécessaire ? […]
Dans un sens, je suis comme Littré, je ne veux rien perdre. »
Miscellanées d'une érudition précieuse sans vraie intrigue (ses amours, l'administration, il se découvre un fils de 12 ans) : lecture réservée à quelques rares amateurs ?...


mots-clés : #universdulivre

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8078
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Richard Jorif Empty Re: Richard Jorif

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum