Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Voir le deal
179 €

Nazim Hikmet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nazim Hikmet Empty Nazim Hikmet

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 14 Aoû - 8:43

Nâzim Hikmet
(1902-1963)

Nazim Hikmet Nazimh10

Par CHARLOTTE KAN, Le Monde Diplomatique (Février 2002)

« Je suis né en 1902
Je ne suis jamais revenu sur le lieu de ma naissance
Je n'aime pas me retourner »


Et le « géant aux yeux bleus » ne revint jamais à Salonique...

Ambiance feutrée à Istanbul : Nâzim, enfant, est bercé par la poésie de son grand-père Pacha, un haut fonctionnaire ottoman, et par sa mère, Djélilé, artiste férue de culture française.

Révolté par l'occupation d'Istanbul par les puissances alliées après la première guerre mondiale, exalté par la lutte des paysans turcs pour l'indépendance et enthousiasmé par la révolution d'Octobre, il a tout juste vingt ans quand il part à Moscou, en 1922.

Il retourne en Turquie en 1924, après la guerre d'indépendance, mais, victime de persécutions, car c'est désormais un « rouge », il repart à Moscou en 1926 et multiplie les allers-retours.

Moscou bouillonne alors. Il y fait la rencontre de Maïakovski et des futuristes russes, dont l'influence bouleverse sa poésie, et travaille avec Meyerhold.

Communiste parce qu'il aime tout, passionnément, la liberté, son pays, son peuple et ses femmes, il devient le génie en exil de l'avant-garde turque.

De retour en Turquie, il est condamné en 1938 à vingt-huit ans d'emprisonnement, car il a publié, en 1936, un éloge de la révolte, L'Epopée de Sheik Bedrettin, ou le combat d'un paysan contre les forces de l'Empire ottoman. Il est libéré en 1949 grâce à l'action d'un comité international de soutien, formé à Paris par ses camarades Jean-Paul Sartre, Pablo Picasso et Paul Robeson.

C'est avec ce dernier et Pablo Neruda qu'il partage en 1950 le Prix mondial de la paix. In absentia, car Hikmet, affaibli par une longue grève de la faim ainsi que de graves problèmes cardiaques, ne peut se déplacer à Varsovie, où la cérémonie a lieu.

« Une bien triste liberté »

Hikmet est constamment surveillé. Il échappe miraculeusement à deux tentatives de meurtre, mais ne parvient pas à être exempté du service militaire, qu'on lui demande d'effectuer à cinquante ans. C'est la guerre froide, et il milite contre la prolifération de l'armement nucléaire. Que faire si ce n'est fuir, se réfugier en Union soviétique, laissant femme et enfants ?

Devenu membre très actif du Conseil mondial de la paix, le poète chante l'Internationale, mais ne tait pas son rejet du stalinisme. Le « communiste romantique » célèbre la lutte, synonyme de vie, une liberté que ronge, selon lui, l'autorité.

Citoyen polonais suite à la perte, immense, de la nationalité turque, il voyage partout, pour tromper l'exil. En Europe, en Afrique et en Amérique du Sud seulement, car les Etats-Unis lui refusent un visa.

« Malgré le poids dans ma poitrine,
Mon coeur bat toujours avec les étoiles lointaines »


Nâzim Hikmet meurt à Moscou en 1963. Son coeur a cessé de battre la mesure de la perte, mais le vent souffle toujours entre les arbres doux d'Anatolie, sur les visages de ses femmes, qu'il a aimées aussi fort que le monde.

Source : http://www.bleublancturc.com/TurcsconnusFR/Nazim_Hikmet.htm

Livres traduits en français

• Ceci est un rêve suivi de Ferhad et Sirin et Ivan Ivanovitch a-t-il existé ?, traductions Noémie Cingöz et Nicole Maupaix, Théâtre, l'Espace d'un instant, Paris, 2002
• Il neige dans la nuit et autres poèmes, traduction de Münevver Andaç et Guzine Dino, Poésie/Gallimard, Paris, 1999.
• Nostalgie de Nâzım Hikmet, trad. Münevver Andaç, Fata Morgana, Paris, 1989.
• Pourquoi Benerdji s'est-il suicidé ? Éditions de Minuit, Paris, 1980.
• C'est un dur métier que l'exil..., Le Temps des Cerises, Paris, 1999.
• La vie est belle mon vieux, coll. « Littératures étrangères », Parangon, Paris.
• Il neige dans la nuit, Parangon, Paris.
• De l'espoir à vous faire pleurer de rage, Parangon, Paris.
• Paysages humains, Parangon, Paris.
• Il neige dans la nuit et autres poèmes de Nâzım Hikmet, et al. Poche (1999)
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Nazim Hikmet Empty Re: Nazim Hikmet

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 14 Aoû - 8:48

Je vais débuter le fil par un poème soigneusement sélectionné. Je tiens par ailleurs à signaler que je dois la découverte de Nâzim Hikmet à Bix qui est décidément un connaisseur en poésie. Bien sûr, j'ai mis un peu du mien, mais qu'importe... l'important est que le poème se perpétue génération après génération.

Voici sans plus tarder ce poème tiré de C'est un dur métier que l'exil :

«J’ai vu par bonheur»

J’ai vu par bonheur, j’ai vu par bonheur,
Par bonheur, j’ai vu ce jour-là.
Ce jour-là je l’ai vu par bonheur à Paris :
Paris a ruisselé,
Le vrai Paris
Paris le sublime
Tout bleu, tout rouge,
Et la Loire et le Rhône et la Garonne et la Seine ont
                                                                   ruisselé
Paris s’est écoulé comme les eaux, vague après vague,
Paris a ruisselé en 1958
                                        Le 28 mai.
J’ai vu par bonheur, j’ai vu par bonheur
Ce jour-là je l’ai vu par bonheur à Paris.

L’homme a franchi les portes,
L’homme a soudain peuplé la place;
Comme la cage lâche l’oiseau
Les murs ont libéré l’homme.
Un homme a tout à coup peuplé cinq cent mille
                                                            hommes,
Cinq cent mille hommes ont peuplé l’homme.
Et Ivry, Saint-Denis, Belleville,
Tous les faubourgs de la ville
Soudain sont arrivés ensemble,
Les pierres se sont animées pour devenir hommes
Et par grappes entières
                             les arbres sont devenus hommes.
Ah ce cœur! ah ce cœur! ah ce cœur!
                             Cœur détraqué, maudit cœur!

Ce cœur qui m’interdit de me mêler à eux :
En tête les députés, ceints de leur écharpe;
À ma droite, Pierre, le tourneur aux yeux d’aigle;
À ma gauche, le professeur en Sorbonne à la barbe
                                                                  blanche
À ma droite, un gars brun, explosif;
À ma gauche, la fille dont les seins sont comme des
                                                                  bombes
Marche sur ses talons aiguilles.
Ah ce cœur! Ah ce cœur!
                  Qui m’interdit de couler et d’aller
                                           d’une place à l’autre.

Moi j’écris tout cela
                              le 29 mai 1958.
Je sais qu’il est des traîtres parmi nous,
J’en connais quelques-uns.
Qui sait? c’est peut-être un peu
                              de notre faute
Si, vague après vague,
                               toutes bleues, toutes rouges,
Les eaux ne peuvent mettre en pièces
                              le navire du corsaire.

Nazim Hikmet, C’est un dur métier que l’exil, 2014, p. 155-156.


mots-clés : #poésie
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Nazim Hikmet Empty Re: Nazim Hikmet

Message par Bédoulène le Mar 14 Aoû - 10:00

très beau poème !


Dernière édition par Bédoulène le Mer 15 Aoû - 15:38, édité 1 fois

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Nazim Hikmet Empty Re: Nazim Hikmet

Message par Tristram le Mar 14 Aoû - 13:52

Hymne au retour au pouvoir de de Gaulle ?!

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8434
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Nazim Hikmet Empty Re: Nazim Hikmet

Message par bix_229 le Mar 14 Aoû - 16:15

QUATRAIN


Comme le grain sur la terre j' ai répandu mes morts
certains reposent à Odessa, certains à Istanbul, à
Prague d' autres encore,
le pays que je préfère est la terre entière
quand viendra mon tour recouvrez-moi de la terre entière

1958

Il neige dans la nuit.

_________________
bix_229
bix_229

Messages : 10611
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Nazim Hikmet Empty Re: Nazim Hikmet

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mer 15 Aoû - 9:59

@Tristram a écrit:Hymne au retour au pouvoir de de Gaulle ?!

Il s'agit d'une bonne question. Au vécu de Hikmet, ça prend tout de même une résonance particulière. Cette dimension du coeur par exemple, pour imager le propos...

Dans C'est un dur métier que l'exil, Nâzim Hikmet a également conçu «Le facteur». J'y reviendrai.
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Nazim Hikmet Empty Re: Nazim Hikmet

Message par Bédoulène le Mer 15 Aoû - 15:39

je devrais lire avec plus d'attention car j'ai zappé la date

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Nazim Hikmet Empty Re: Nazim Hikmet

Message par Jack-Hubert Bukowski le Jeu 16 Aoû - 9:39

Nous pouvons lire dans la notice plus haut que Nazim Hikmet fut conscrit militairement à l'âge de 50 ans. Il rend cette expérience particulière dans le poème «Le facteur». Nous pourrions croire qu'il parle du métier de facteur et de poète, et il parlait pourtant d'un contexte de guerre...

«Le facteur»

Dans la sacoche de mon cœur
J’ai apporté des nouvelles de l’homme
des nouvelles du monde et du pays
des nouvelles du loup de l’arbre et de l’oiseau
Au point du jour
comme au cœur de la nuit
J’ai partagé entre les hommes ce courrier
j’ai fait mon métier de poète.
C’est ainsi que je fus facteur.

Lorsque j’étais enfant
je voulais être le facteur
Mais non sur le chemin de poésie
Tout bonnement je rêvais d’être un vrai facteur
Et sur les pages des romans de Jules Verne
Dans mes livres de géographie
le même dessin
était mille fois reproduit
avec des crayons de couleur
le portrait du même facteur :
le portrait de Nâzim.
Ainsi me voilà sur un traîneau
fouettant l’attelage des chiens
qui glisse sur la glace
Tandis que resplendit l’aurore boréale
sur les boîtes de conserve
sur l’emballage des colis
D’un cran je serre ma ceinture
Et je franchis le détroit de Behring.
Ou bien me voilà dans la steppe
dans l’ombre des nuages lourds
Je distribue des lettres
en franchise militaire
et je bois du petit lait.

Ou bien je vais sur le bitume trépidant
de la grand-ville
Dans ma sacoche il y a seulement
les écrits des joyeuses nouvelles
Seulement la correspondance
de l’espérance.
Ou bien je suis dans le désert
sous les étoiles

Ou bien voilà
dans les ténèbres du dehors
la tempête fait rage
et quelque part une fillette malade
brûle de fièvre.
À minuit on frappe à la porte :
-Le facteur!
Les yeux de cette enfant s’ouvrent alors tout bleus
Son père demain soir reviendra de prison
Et moi j’ai trouvé sa maison
à travers l’ouragan
Et moi j’ai apporté à ma petite voisine
le télégramme.

Lorsque j’étais enfant
je voulais être le facteur
Bien que dans ma Turquie ce soit un dur métier
En ce pays superbe
le facteur porte des dépêches
alourdies de tristesse
des lignes et des lignes de douleur
dans chaque lettre.
Lorsque j’étais enfant
je voulais être le facteur
Et mon rêve s’est réalisé
en Hongrie
quand a sonné pour moi la cinquantaine
Dans ma sacoche, le printemps,
Dans ma sacoche, des lettres pleines
Du scintillement des flots du Danube
de la musique des oiseaux
et du parfum des herbes
Les lettres des enfants de Budapest à Moscou
Dans ma sacoche, le paradis
Sur une enveloppe est écrit
Memet, fils de Nâzim Hikmet
Turquie.

À Moscou je distribuerai leur adresse
une à une ces lettres
La seule lettre
qu’il me soit interdit de porter
C’est la lettre à Memet
Je ne puis même l’envoyer.
Fils de Nâzim
Les brigands ont coupé la route
et la lettre
ne te sera jamais donnée.

Nâzim Hikmet, C’est un dur métier que l’exil, p. 106-108.

Il est plutôt particulier que Nâzim Hikmet cite plusieurs pays alors qu'il aurait dû être facteur en Turquie en temps normal. Il avait l'air d'être familier avec le métier de facteur de la manière qu'il en parle. Encore une fois, je vous invite à relire la présentation de l'auteur en haut. On comprend mieux le contexte de rédaction de ce poème. J'ai tendance à m'identifier au poème de la manière qu'il en parle.
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Nazim Hikmet Empty Re: Nazim Hikmet

Message par Jack-Hubert Bukowski le Jeu 16 Aoû - 9:48

@bix_229 a écrit:
QUATRAIN


Comme le grain sur la terre j' ai répandu mes morts
certains reposent à Odessa, certains à Istanbul, à
Prague d' autres encore,
le pays que je préfère est la terre entière
quand viendra mon tour recouvrez-moi de la terre entière

1958

Il neige dans la nuit.

_________________

J'apprécie bien le choix que tu proposes, Bix. Il y a si peu de mots et pourtant beaucoup est dit à travers la démarche que Nazim Hikmet emprunte. Il y a eu tellement de poètes à diverses époques précises et j'imagine que le contexte de la montée du communisme a fait en sorte d'attirer quelques poètes qui se sont illustrés. Que nous évoquons la fin du XIXe siècle ou encore l'entre deux guerres mondiales, il y a beaucoup de saillies poétiques. Néanmoins, je pense qu'il y a toujours autant de poètes de qualité, c'est juste qu'on ne les voit pas nécessairement autant aujourd'hui. La stature des écrivains, poètes et intellectuels n'est plus ce qu'elle était au temps de l'engagement littéraire public.

Pour en revenir à Nâzim Hikmet, on dirait qu'il comporte plusieurs facettes, mais il est important de connaître le versant de sa poésie amoureuse. Il vaut quand même le détour car son oeuvre semble être bien ramifiée si on compare aux poètes qui ont tendance à se limiter à un ou tout juste quelques recueils. Il y a je dirais l'expression d'un langage qui est accessible. Nazim Hikmet semble parler à Monsieur, madame tout le monde, non?
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Nazim Hikmet Empty Re: Nazim Hikmet

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 7 Mai - 10:35

Je vais en référer aux photos plus haut. Il y a un poème de Hikmet qui me fait apprécier sa démarche. Il peut être long et ample dans ses poèmes, mais celui-là est tout indiqué pour rendre compte de ce qu'il est et exprime comme poète :

«Sur l'étonnement»

Je peux aimer
et comment
exige de moi tout ce que tu voudras
ma vie, mes yeux

Je peux me fâcher
ma bouche n'écumera pas
mais la colère du chameau n'est rien à côté de la
mienne
ma colère, non ma haine

Je peux comprendre
très souvent à vue de nez
c'est-à-dire percevant l'odeur de ce qui est le plus
lointain, le plus obscur
et je peux me battre
pour tout ce que je trouve vrai, juste, beau
et pour tout le monde
mon âge et mon image n'y peuvent rien
mais voyez-vous depuis longtemps j'oublie de m'étonner
l'étonnement aux yeux ronds, grands ouverts, éperduement
jeune
m'a abandonné
Dommage.

Février 1963

Tiré de Il neige dans la nuit et autres poèmes
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Nazim Hikmet Empty Re: Nazim Hikmet

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Proche et Moyen Orient


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum