Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Chen Ming

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chen Ming Empty Chen Ming

Message par Armor le Sam 18 Aoû - 21:29

Chen Ming
1908-1996

Chen Ming Inkedd12

Né en 1908 dans la Chine impériale, Chen Ming grandit dans la misère. À force de courage et d'abnégation, il devient professeur.
Pour le parti communiste en place, cet intellectuel est suspect. Envoyé au laogai, l'implacable camp de rééducation, il y vit les outrages et l'épuisement jusqu'à être brisé. Il devra attendre près de quarante ans pour confier son témoignage à une étudiante française.

Chen Ming n'est qu'une voix parmi les dizaines de millions de victimes des totalitarismes, mais elle porte jusqu'à nous pour nous rappeler que les idéologies sont les ennemis de l'humanisme.

" Chen Ming connut le pire des années Mao : le goulag et le harcèlement. Son récit, à la plume tremblante et digne, est inoubliable. "
source : Le matricule des Anges

Bibliographie :

- Les nuages noirs s'amoncellent, Zulma, 2003

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3433
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Chen Ming Empty Re: Chen Ming

Message par Armor le Sam 18 Aoû - 21:48

Chen Ming Inkedd13

Les nuages noirs s'amoncellent

La moitié de ma vie est le reflet du régime communiste. Ma vie n'a cessé d'être instable. Enfant, je dus me battre contre la misère. Grâce aux études, j'ai réussi à devenir professeur d'université. En plein épanouissement intellectuel, j'ai dû renoncer à toute activité et je fus envoyé dans un camp. Ensuite ce furent vingt-cinq années d'oppression et d'humiliation sans relâche.
Mon cauchemar a duré trente ans à cause d'une erreur de l'histoire.

Chen Ming est né en 1908 dans la province du Shanxi, au nord de la Chine. Son enfance fut misérable, marquée du sceau de la tristesse de sa mère, qui vit plusieurs de ses enfants mourir faute de soins. Chen Ming vivait dans un même habit rapiécé à l'infini, et ne mangeait que rarement à sa faim. Pourtant, sa mère, ignorant les quolibets des voisins, l'envoya coûte que coûte à l'école. Et son fils lui donna raison. A force de ténacité et grâce à la générosité de quelques amis, il devint professeur d'histoire contemporaine à l'université. Il pensait enfin pouvoir couler des jours heureux avec son épouse lorsque l'arrivée des communistes au pouvoir en décida autrement, signifiant le début d'un cauchemar qui devait durer près de 30 ans...

Les purges parmi les intellectuels chinois débutèrent dès 1951. Sans aucun jugement, sans savoir ce qu'on lui reprochait, Chen Ming fut condamné à 5 ans de laogai (le goulag chinois), où il vécut les pires sévices. Et sa libération en 1956 ne signifia en rien la fin de ses tourments...
Comme ancien détenu, mais aussi comme intellectuel, il fut brimé sans fin. Son sort était à la merci des décisions arbitraires et fluctuantes d'un régime totalitaire devenu fou. Vingt années durant, il dut balayer les rues sans relâche. Les fouilles et pressions policières, tout comme les interrogatoires, étaient continuels. Sa femme fut elle aussi cataloguée de «droitière », et dut comme lui subir des « séances d'autocritique », terribles humiliations publiques sous les quolibets de la foule.
Ce cauchemar ne prit fin qu'en 1978, lorsque Chen Ming fut finalement réhabilité, et que l'état chinois reconnut qu'il avait été condamné par erreur. Comme par miracle, les mêmes qui, la veille encore, le vilipendaient et lui crachaient dessus, n'étaient désormais que sourire à son égard... Comment imaginer les sentiments de cet homme de 70 ans, dont la vie avait été broyée par l'Histoire, comme celles de tant de ses compatriotes ?

Ainsi que l'indique Jean-Luc Domenach dans la préface, le récit de Chen Ming « contribue à corriger l'impression fausse, propagée après le retour au pouvoir de Den Xiaoping, qui fait de la Révolution culturelle un délire soudain et comme accidentel. » En réalité, les campagnes visant à écraser le milieu intellectuel ne cessèrent de se succéder, et la Révolution culturelle n'en fut que le paroxysme. Nombreux furent ceux qui se suicidèrent de désespoir. Mais Chen Ming a refusé de se laisser fléchir, de cesser de réfléchir. Le lavage de cerveau n'a jamais pris sur lui ; en secret, il est toujours resté un homme libre.

Au soir de sa vie, devenu veuf, Chen Ming entreprit de rédiger ses mémoires. Conscient qu'il était impossible de les publier dans son pays, il les confia à Camille Loivier, alors jeune étudiante en Chine. A charge pour elle de les traduire et de les faire publier en France.
C'est donc ainsi que nous est parvenu ce récit terrible et poignant. Jusqu'au bout, Chen Ming garda une part de son mystère, ne partageant qu'avec grande parcimonie ses pensées les plus intimes et les ressorts qui lui permirent de tenir face à la barbarie. On sent là toute la retenue d'un être qui vivait encore en Chine, et à qui la vie avait appris qu'on ne peut vraiment faire confiance à personne... Et pourtant, ce sont bien les phrases de cet homme hors du commun qui nous permettent, à nous lecteur, de garder foi en l'humain, en son incroyable capacité de résistance et de résilience...
Un témoignage rare, bouleversant, essentiel.


mots-clés : #autobiographie #campsconcentration #regimeautoritaire #revolutionculturelle

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3433
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Chen Ming Empty Re: Chen Ming

Message par Bédoulène le Dim 19 Aoû - 8:37

merci pour ce commentaire qui m'incite à noter ce livre témoignage.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12364
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Chen Ming Empty Re: Chen Ming

Message par Tristram le Dim 19 Aoû - 11:56

Oui, cela paraît intéressant, d'autant qu'"on connaît" mieux d'autres totalitarismes...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8078
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Chen Ming Empty Re: Chen Ming

Message par bix_229 le Dim 19 Aoû - 15:44

Merci pour ce témoignage, Armor !
J'ai lu sur la période démente de la "Révolution culturelle" un autre témoignage très fort et qui devrait aussi t'intéresser.

Prisonnier de Mao
. Sept ans dans un camp de travail en Chine Ouvrage écrit avec la collaboration de Rudolph Chelminski
Trad. de l'anglais par Alain Delahaye
Collection Témoins, Gallimard

"Prisonnier de Mao apporte une information exceptionnelle et de première main sur les camps chinois de travaux forcés, qui constituent un instrument très particulier de redressement idéologique et un système hautement rentable pour l'industrie ; ces camps dont le régime nie l'existence, qui ne se trouvent évidemment pas sur l'itinéraire des visites officielles des Occidentaux et que nombre de sinologues en renom ont choisi d'ignorer.
Jean Pasqualini, fils d'un père corse et d'une mère chinoise, a passé lui-même sept ans dans ce réseau des camps de répression, où sont passés, d'après lui, 16 millions de détenus, et dont il est le seul Occidental à être jamais sorti. Il fut en effet libéré grâce à la reconnaissance de la Chine communiste par la France en 1964. D'où l'intérêt de ce témoignage, absolument unique.
C'est sans amertume que Pasqualini a relaté son expérience. Fait surprenant, il ne se montre nullement antichinois ni même anticommuniste. Il n'y a pas d'apitoiement dans ce livre, pas de colère ni de rancune. Au contraire le lecteur découvrira dans cette description d'un système très spécial, hautement élaboré, et fondé sur une confiance illimitée dans les possibilités d'adaptation de l'homme, un humour et une ironie salutaires. Voici un livre qui tranche sur la production sinologique habituelle, un document politique et humain de première importance."


Et, bien entendu, les écrits indispensables de Simon Leys, qui fut un des rares intellos de l' époque à ne pas succomber aux délires maoistes.
bix_229
bix_229

Messages : 10225
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Chen Ming Empty Re: Chen Ming

Message par Armor le Dim 19 Aoû - 15:54

Merci bix, je note, évidemment.

Comme témoignage sur le laogai, je ne saurai trop conseiller le livre de Harry Wu, Vents amers, dont nous sommes plusieurs à avoir parlé ici : clic
Ce livre fut pour moi un choc immense, au même titre qu'un ouvrage de Primo Levi.

Le témoignage de Chen Ming est un peu différent, car il embrasse 30 ans d'histoire chinoise, et ne se "limite" pas au laogai. Il permet de mieux appréhender l'ampleur de la répression subie par les intellectuels, et le souci permanent du gouvernement chinois de l'époque d'annihiler toute forme de réflexion.
Par contre, Chen Ming reste très prudent, très "factuel", quand Harry Wu est beaucoup plus dans l'introspection. Deux récits indispensables qui, selon moi, se complètent et se répondent.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3433
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Chen Ming Empty Re: Chen Ming

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Documents et essais :: Histoire et témoignages

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum