Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Sayaka MURATA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sayaka MURATA Empty Sayaka MURATA

Message par tom léo le Dim 19 Aoû - 17:00

Sayaka Murata
née en 1979

Sayaka MURATA Avt_sa10

(村田 沙耶香, Murata Sakaya, 14 août 1979) est une romancière japonaise. Murata est la fille d'un juge et d'une femme au foyer; elle a travaillé pendant presque 18 ans dans une supérette. Les horaires réguliers lui convenaient bien, car elle pouvait écrire quand elle ne travaillait pas. Alors qu'elle était étudiante à l’université, Murata a suivi des cours privés d’écriture avec le romancier Akio Miyahara.

Ouvrages traduits en français:

- Konbini (Konbini Ningen - コンビニ人間), 2016, prix Akutagawa
tom léo
tom léo

Messages : 1075
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sayaka MURATA Empty Re: Sayaka MURATA

Message par tom léo le Dim 19 Aoû - 17:03

Sayaka MURATA Konbin10

Konbini

Originale : Japonais, Konbini Ningen (コンビニ人間 ), 2016

CONTENU :
Depuis l'enfance, Keiko Furukura a toujours été en décalage par rapport à ses camarades. A trente-six ans, elle occupe un emploi de vendeuse dans un konbini, sorte de supérette japonaise ouverte 24h/24. En poste depuis dix-huit ans, elle n'a aucune intention de quitter sa petite boutique, au grand dam de son entourage qui s'inquiète de la voir toujours célibataire et précaire à un âge où ses amies de fac ont déjà toutes fondé une famille. Est-ce qu’elle va « réussir » à éviter le jugement permanent de la société ? Pour combien de temps…

REMARQUES :
Cela pourrait être perçu comme une «histoire grotesque » : est-il possible de si bien aimer un tout petit métier, justement mal perçu par tellement de monde ? Mais Notre Keiko trouve sécurité, un cadre rassurant dans son travail très rhytmé et formaté. Non, pas juste un oubli de problèmes, mais presque un bonheur, un sens : faire partie d’un ensemble (le roupe du travail) et remplir une fonction à merveille. Elle pense et vit comme employée de « Konbini », ces superettes japonais (et asiatiques), ouvertes 24h sur 24h. Elle a trouvé sa place. Mais les autres ? Ils pensent comment c’est bien possible de trouver dans un tel emploi « minable » une chose satisfaisante. Mais aussi plus : ils ne comprennent pas comment, à 36 ans, elle n’a pas encore de mari ni même une relation sexuelle. Décidemment, Keiko ne rentre pas dans le moule, ni du rôle dans la société, ni des schematas tout prêts des uns et des autres. Mais pourquoi d’autres devraient-ils décider en quoi consisterait une place convénable ?

Keiko n’est pas une révoltée, car au même moment elle fait beaucoup d’efforts à s’adapter dans les plus petits détails aux gestes imposées par le travail, elle veut « rentrer en quelque sorte dans le moule. On parle beaucoup des imitations des autres en paroles et gestes.

Ainsi ce roman en décalage devient aussi une interrogation sur la soi-disante normalité et identité, les rôles qu’on attribue aux uns et aux autres et à soi-même. En échapper ? La tentation de Keiko… Va-t-elle entrer dans une combine pour faire semblant ou entrrer dans le moule ?

On pourrait trouver le roman grotesque, bizarre, drôle, interrogateur, mais il devient encore plus incisif en sachant que l’auteur Sayaka Murata y a mis beaucoup de ses propres expériences. Elle, qui après avoir reçu pour ce roman le prix Akutagawa, est rentrée dans sa superette, où elle travaille depuis 18 ans…

J’ai vraiment aimé ! C’est assez originale » !


mots-clés : #social #viequotidienne
tom léo
tom léo

Messages : 1075
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sayaka MURATA Empty Re: Sayaka MURATA

Message par Armor le Dim 19 Aoû - 17:12

Humm ça me tente bien ! Je l'ai réservé. Wink

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3496
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sayaka MURATA Empty Re: Sayaka MURATA

Message par tom léo le Dim 19 Aoû - 17:15

@Armor a écrit:Humm ça me tente bien ! Je l'ai réservé. Wink

A vrai dire: j'ai fortement pensé à toi en écrivant ce commentaire! Vraiment très intéressant! Une belle découverte!
tom léo
tom léo

Messages : 1075
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sayaka MURATA Empty Re: Sayaka MURATA

Message par Armor le Dim 19 Aoû - 17:18

@tom léo a écrit:

A vrai dire: j'ai fortement pensé à toi en écrivant ce commentaire! Vraiment très intéressant! Une belle découverte!

Eh bien tu as touché ta cible. Wink Ton commentaire était pile poil ce qu'il fallait pour que je me jette sur le site de ma médiathèque. Sayaka MURATA 1390083676 (J'étais de plus totalement passée à côté de cette acquisition).

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3496
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sayaka MURATA Empty Re: Sayaka MURATA

Message par Bédoulène le Dim 19 Aoû - 21:30

intéressant; ce sujet, pas commun, merci Tom Léo

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12602
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sayaka MURATA Empty Re: Sayaka MURATA

Message par Armor le Sam 8 Sep - 20:30

Sayaka MURATA Konbin10

Konbini

Les gens perdent tout scrupule devant la singularité, convaincus qu'ils sont en droit d'exiger des explications. Personnellement, je trouve ça pénible, et d'une arrogance exaspérante. Au point qu'il m'arrive, comme quand j'étais petite, de vouloir arrêter mon interlocuteur à coups de pelle sur la tête.
 Mais si je le disais à ma sœur, elle se mettrait à pleurer. Alors je garde ça pour moi.

Keiko Furukura est un être à part. Enfant, ses réactions spontanées ont souvent généré le courroux ou l'embarras des adultes. Keiko n'a jamais vraiment compris pourquoi ses proches se faisaient tant de souci pour elle, mais elle a appris à se fondre dans la masse, imitant la façon de se vêtir et les intonations des uns et des autres afin de passer inaperçue. Elle a finalement trouvé une forme d'équilibre en travaillant à temps partiel dans un konbini, l'un de ces petits supermarchés nippons ouverts 24h/24. Dix-huit ans désormais que toute sa vie tourne autour du konbini, et qu'elle enfile chaque matin son uniforme avant de répéter avec dévotion les formules de bienvenue. Le masque de la serveuse modèle a peu à peu phagocyté son être tout entier : même en rêve, elle est une employée parfaite, souriante et efficace...

Mais le célibat de Keiko, qui a désormais 36 ans, et son absence d'ambition professionnelle (comment, avec ses diplômes, peut-elle se satisfaire d'un job d'étudiant ?) interrogent. Les questions se font de plus en plus intrusives... C'est là que surgit la tentation de faire ce que l'on attend d'elle, afin de faire taire les rumeurs et d'être enfin tranquille. Mais cette tentation revêt un visage étrange, très étrange même. Quel sera le choix de Keiko ?

Konbini est un roman original, empreint d'une étrangeté toute nipponne. Dès le début, le quotidien du petit supermarché, décrit avec force détails, revêt une forme de poésie qui éloigne le spectre d'une énumération fastidieuse. Par petites touches délicates, l'auteur parvient réellement à nous faire entendre le « chant du konbini » si cher à Keiko.
Le récit bascule lorsque Keiko entrevoit une possible solution à ses problèmes. Le chant du konbini se fait alors moins prégnant, pour laisser la place à une drôle de réalité "twistée" qui, sans tomber dans le fantastique, fait peu à peu intervenir des éléments absurdes ou le tragi-comiques. Mais le propos ne s'en fait que plus incisif, comme l'a déjà souligné Tom Léo.

Ce roman est une réflexion douce amère sur la différence. Keiko, qui ne fait de mal à personne, dérange parce qu'elle n'entre pas dans l'un des moules dévolus par une société qui se dit moderne mais qui, de fait, perpétue encore et toujours les mêmes modèles archaïques en cantonnant les individus à des rôles bien définis dont il est mal vu de s'émanciper. Avec son air de ne pas y toucher, l'auteur met le doigt sur l'intolérance au quotidien d'une société normative et envahissante, et l'on s'attache à Keiko, cette jeune femme si lucide sur sa solitude et sur le gouffre impossible à combler entre elle et "les autres"...

Merci Tom Léo pour cette belle découverte, j'ai beaucoup, beaucoup aimé cette lecture !


mots-clés : #mondedutravail #social #viequotidienne

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3496
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sayaka MURATA Empty Re: Sayaka MURATA

Message par colimasson le Dim 9 Sep - 14:40

Merci Tom Léo et Armor pour vos impressions de lecture. Ce livre me tente bien aussi. ça me fait penser à L'introduction à la vie gnostique de Raymond Ruyer Smile
colimasson
colimasson

Messages : 542
Date d'inscription : 24/11/2017
Age : 28
Localisation : Lyon

http://colimasson.blogspot.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Sayaka MURATA Empty Re: Sayaka MURATA

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Asie

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum