Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Eduardo Halfon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Eduardo Halfon

Message par bix_229 le Lun 27 Aoû - 18:39

Eduardo Halfon
(Né en 1971)

Eduardo Halfon Halfon10

Il naît à Guatemala dans une famille juive qui déménage aux États-Unis alors qu'il n'a que 10 ans. Il fait des études supérieures de génie industriel à l'Université d'État de Caroline du Nord. Il décide ensuite de se réorienter en littérature. Pendant huit ans, il est professeur de littérature à l'Université Francisco Marroquín (Guatemala). Il vit aujourd'hui au Nebraska.

En 2003, Saturne (Esto no es una pipa, réédité sous le titre Saturno), son premier roman, raconte le suicide du peintre guatémaltèque de 23 ans Carlos Valenti. En 2010, le roman La Pirouette (La pirueta) lui vaut le prix José María de Pereda du court roman. En 2014, Monastère (Monasterio) est un roman semi-autobiographique qui raconte le périple d'Eduardo et de son frère qui, depuis le Guatemala et par devoir familial, se rendent à Tel-Aviv pour assister au mariage de leur sœur cadette avec un juif orthodoxe originaire de Brooklyn.

Il est boursier de la fondation Guggenheim en 2011.

En France, il reçoit le prix Roger-Caillois 2015 de littérature latino-américaine.

Ses œuvres sont traduites en anglais, portugais, allemand, néerlandais, italien, croate, japonais et français.

Bibliographie (livres traduits en français) :

Romans :
- Saturne 2007
- La Pirouette 2010
- Monastère 2014 : Page 1

Nouvelles :
- Le Boxeur polonais 2008
- Signor Hoffman 2015
- Deuils 2017 : Page 1


màj le 16/11/2018
bix_229
bix_229

Messages : 10619
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Re: Eduardo Halfon

Message par bix_229 le Lun 27 Aoû - 20:05


Eduardo Halfon Monast10
Monastère

"Une cage allait à la recherche d'un oiseau." Kafka

"3/4 arabe, 1/4 polonais et juif parfois."

Ainsi se définit Eduardo Halfon, la narrateur. Le narrateur qui n' est pas l' auteur.
Enfin pas tout à fait...
Et il ajoute :

"Trois grands parents arabes juifs, venus d' Egypte, du Liban, de Syrie, envoyés en Amérique Latine et un grand père paternel, juif et polonais arrêté à Lodz par les nazis à 16 ans, et envoyé en camps de concentration."


Il est le fruit et le mélange de cette hérédité, exilée au Guatemala.
Un mélange identitaire plutôt mal assumé, turbulent et instable.
D' où son malaise quand il est invité en compagnie de son frère au mariage de sa sœur à Jérusalem.

Sa soeur, il nous la présente jeune, belle, intelligente, ouverte.
Or, ne voilà t-il pas qu' elle va épouser un juif de Brooklyn, ultra orthodoxe.
Eduardo n' a pas envie d' assister à ce mariage.
Moins encore, lorsque mis en présence de ce futur beau frère, il le découvre vain, arrogant, dogmatique et agressif comme tous les néo convertis.
De ce mariage, nous n' en saurons pas d' avantage.

Ce qu' il voit d' Israel, dès le tarmac de l' aérodrome, accentue son malaise.
Un chauffeur de taxi lui demande s' il est arabe et lui déclare tout de go que les arabes sont méchants et qu' il faudrait les tuer tous.
Et puis, il y a ce fameux mur que les Israéliens ont édifié pour être séparés des palestiniens.
Les jours je font que l' enfoncer dans une torpeur étouffante accentuée par la chaleur de l'été.

Jusqu' au jour où il rencontre Tamara,  une femme qu' il a connue et aimée.
Une israélienne forte et rien moins que conformiste.
Elle le conduit au bord de la Mer Morte et cette excursion est l' occasion pour lui  de se confronter à son passé et à son histoire familiale.
Pour elle, de le faire parler, se raconter.
Avouer ses doutes, le fait de ne pas se reconnaitre juif.
Elle lui dit que son histoire familiale fait partie de ses racines, c' est aussi son histoire à lui.
"Notre histoire, conclue-t-elle, est notre seul patrimoine."
J' ai aimé cette histoire brillamment racontée et qui sait nous montrer sans insister, à quel point les êtres humains sont multiples, contradictoires, surtout quand ils sont prisonniers des soubresauts de l' Histoire.


mots-clés : #autobiographie #communautejuive #famille #identite
bix_229
bix_229

Messages : 10619
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Re: Eduardo Halfon

Message par Tristram le Lun 27 Aoû - 21:40

Le regard/ ressenti de la nouvelle génération paraît très intéressant !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8458
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Re: Eduardo Halfon

Message par Armor le Lun 27 Aoû - 21:49

J'ai été moins emballée que toi, bix. J'ai bien aimé le début, et en effet ce regard sur Israël aujourd'hui, avec ce mur omniprésent, et le fossé qui se creuse entre les juifs ultra orthodoxes et les autres. Des modes de vie et de pensée aux antipodes.
Mais j'ai trouvé que l'auteur n'allait pas au bout de son propos, j'aurais voulu en apprendre bien plus, qu'il creuse les relations, les motivations des uns et des autres, qu'il évoque un avenir possible ou non... Hors il laisse une histoire en suspends, et la fin m'a semblée abrupte et le roman inachevé... Eduardo Halfon 2441072346

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3527
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Re: Eduardo Halfon

Message par bix_229 le Lun 27 Aoû - 22:41

Contrairement à toi, Armor, j'ai préféré la partie finale, celle où l'intelligente et sensuelle Tamara finit par dénouer cet Eduardo, méchamment victime de ses contradictions, de ses doutes, l'obligeant à mettre les choses à plat.

Il a du mal à ouvrir les vannes, il essaie d'esquiver les questions, de se justifier, et son argumentation est loin d' etre sotte, mais elle insiste et ce, d'autant plus facilement qu' elle sent qu'il a besoin de se confier, de se mettre à nu.
Et aussi de faire l' amour. De lui faire l' amour. Et, elle, à demi nue sur le sable, multipliant les poses langoureuses, semble lui suggérer de faire preuve de plus d' audace dans ses paroles comme dans ses actes.
Non non, elle ne suggère pas, elle invite !
La récompense est proche, mais il faut la mériter !

Cette leçon de séduction sur le sable est très probante. En plus d'être efficace.
Elle met fin aux doute du narrateur et de la meilleure façon qui soit, loin des reproches et des leçons de morale.

D'autre part, dans une interview, Halfon reconnait qu'il a composé son texte comme un recueil de contes, ce qui peut expliquer cette impression d'inachèvement que tu as ressentie.

Mais tout cela n'a pas grande importance, on ne lit pas forcément les mêmes livres, et on n'a pas les mêmes impressions.
Et c'est très bien ainsi.
bix_229
bix_229

Messages : 10619
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Re: Eduardo Halfon

Message par Bédoulène le Mar 28 Aoû - 8:40

merci Bix ! le titre s'explique ? C'est pour l'enfermement du narrateur ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12852
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Re: Eduardo Halfon

Message par bix_229 le Mar 28 Aoû - 19:45

Non, Bédou, il s' agit de tout autre chose.
Dans la volonté de justifier aux yeux de la belle Tamara pourquoi il nie sa judéité, ses racines, sa tradition, Eduardo, le narrateur, lui raconte comment des juifs ont sauvé leur vie au cours des années 40.

"Chacun décide du moyen de sauver sa peau, ai-je dit.
...Chacun choisit ce qui a le plus de sens, ce qui fait le moins mal.

Tamara me regardait plus triste que jamais.

Même si tout ça, ce ne sont que des mensonges, lui ai-je dit. Et que chacun croit à son mensonge. Chacun se raccroche à ce qui l'arrange...
Mais ça ne sert à rien. En fin de compte, personne n'en sort indemne"
.

Ainsi il raconte à Tamara l'histoire d'un vieux juif polonais qui avait échappé aux nazis déguisé en petite fille catholique. Ses parents, pour le sauver, l'avaient confié aux nonnes d'un couvent aux envions de Varsovie. Il avait ainsi passé le reste de la guerre dans ce couvent. Déguisé en fillette catho, mais bref, sauf.

J'ai l'impression que Eduardo, le narrateur, a inventé cette histoire pour lesnbesoins de la cause. La sienne.
Mais sa sincérité étant authentique elle touche Tamara.
C'était l'essentiel !
bix_229
bix_229

Messages : 10619
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Re: Eduardo Halfon

Message par Bédoulène le Jeu 30 Aoû - 17:19

merci Bix !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12852
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Re: Eduardo Halfon

Message par Avadoro le Jeu 15 Nov - 23:52

Eduardo Halfon Produc11

Deuils

Eduardo Halfon évoque dans ce récit le souvenir fébrile et douloureux de son oncle Salomon, et la trace laissée par l'évocation de sa disparition enfant, noyé dans un lac....cette absence et un silence dans la trame d'une histoire familiale complexe, abrupte hante l'auteur qui tente de combler un vide, une angoisse, une énigme.

Du Liban à la Pologne, Halfon revient sur le parcours de ses grands-parents et tisse des liens à partir d'un passé parfois englouti. Au fil d'une recherche, Deuils devient alors un ouvrage marquant par sa concision poétique alors même que la tentative de faire revivre une mémoire par les mots apparait infinie. L'écriture ne peut incarner une résolution mais elle révèle des morceaux de soi.


mots-clés : #enfance #famille #initiatique
Avadoro
Avadoro

Messages : 777
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 34

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Re: Eduardo Halfon

Message par Bédoulène le Mar 4 Déc - 11:31

j'ai lu aussi Monastère, j' ai surtout ressenti le malaise du narrateur pendant son séjour en Israël.

Les évocations de ses ressentis, notamment en Pologne, sont d'une efficace liberté de ton ; de même sa brève implication dans le groupe musical.

Bix : "Dans la volonté de justifier aux yeux de la belle Tamara pourquoi il nie sa judéité, ses racines, sa tradition, Eduardo, le narrateur, lui raconte comment des juifs ont sauvé leur vie au cours des années 40."

Je pense justement que ce choix est logique pour justifier justement son attitude.

"ça m'a traversé l'esprit, en voyant mon frère dressé devant tous les bâtiments gris de Kiryat Mattersdorf, que ce discours sur le judaïsme que l'on porte dans le sang, que ce discours sur le judaïsme non comme une religion mais comme génétique, avait des relents hitlériens."

Cela me semble intéressant et personnellement cela me rappelle les "liens du sang" souvent évoqués comme justification (je ne suis pas d'accord d'ailleurs)

Quant à la fin ; il me semble que puisque le narrateur pense que son nom juif écrit sur la paume de sa main de nouveau-né s'est effacé, sa judéité aussi s'est diluée puis effacée avec le temps.

Il n'osait pas ouvrir son poing serré de crainte d'y lire son nom juif.

une lecture qui m'a laissé une impression mitigée, le malaise du narrateur m'a atteinte donc l' écriture de l'auteur a été efficace.




_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12852
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Re: Eduardo Halfon

Message par Tristram le Mar 4 Déc - 11:49

Une sorte de fatalité "raciale" alors... Je crois que je vais devoir lire ce Monastère...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8458
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Eduardo Halfon Empty Re: Eduardo Halfon

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum