Hanne Orstavik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hanne Orstavik

Message par bix_229 le Mar 9 Oct - 18:56

Hanne Orstavik
1969



   Hanne Ørstavik est née en 1969, dans le Finnmark, la partie la plus septentrionale de la Norvège. Elle est une des auteurs norvégiennes contemporaines les plus admirées. Chacune de ses parutions est très attendue, souvent acclamée et parfois controversée. L’émotion vive suscitée par ses livres parmi les lecteurs et les critiques a grandement contribué à la place unique qu’elle occupe dans le paysage littéraire de son pays. En 2002, elle a reçu le prix Dobloug pour l’ensemble de son œuvre et en 2004, après plusieurs romans et nouvelles, le prestigieux Brageprisen, pour son livre Presten publié en 2008 aux Allusifs sous le titre La Pasteure.

Noir sur blanc

Œuvres traduites en français


Un amour sous clef, 2000
La Pasteure, 2008
Rien que l’Arctique, 2008
Amour ,2011
Place ouverte à Bordeaux ,2014


Dernière édition par bix_229 le Mar 9 Oct - 19:56, édité 2 fois
avatar
bix_229

Messages : 6802
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Hanne Orstavik

Message par bix_229 le Mar 9 Oct - 18:58

Amour. - Les Allusifs

"Vibeke et Jon, mère et fils, habitent depuis peu une maison un peu triste dans le nord de la Norvège. Les nuits sont longues et froides, la vie tourne au ralenti. Jon aura 9 ans le lendemain, il rêve d'un train qu'il installera dans sa cham­bre. Tandis que le garçon sort vendre des billets de loterie, Vibeke se rend à la bibliothè­que puis à la fête foraine, oubliant son enfant pour des rencontres sans lendemain."

Hanne Ørstavik réussit à décrire chaque geste des personnages et fait ressentir l'oppression d'un monde blanc, glacial, morbide. L'alternance des points de vue, l'unité de temps (une seule soirée) ajoutent une rigueur inattendue à ce texte poignant. Après La Pasteure, traduit l'an dernier, Amour confirme le talent singulier de cette écrivaine (née en 1969) qui, dans ses huis clos, décrit sans effets l'engrenage de la solitude et de l'incommuni­cabilité."

Christine Ferniot, Télérama

"Quand je serai vieille, on partira en train. Loin, aussi loin que possible. Voir par la fenêtre des montagnes et des villes et des lacs, parler à des gens et d' autres pays. Etre ensemble tout le temps. Ne jamais arriver à la fin.



"Trois livre par semaine, souvent quatre, cinq. Elle aurait voulu pouvoir passer son temps à lire, assise sur le lit sous sa couette, avec du café, plein de cigarettes, en chemise de nuit chaude. Elle aurait aussi pu se débarrasser de la télé, après tout je ne la regarde jamais, se dit-elle, mais Jon n' aurait sans doute pas voulu.



C'est le début. Vibecke est conseillère culturelle dans une ville du Nord de la Norvège.
Une ville qu'on devine moyenne et sans grande activité. La foret entoure la ville qui ressemble à une île cernée par le froid et la neige.


Elle vient d' aménager dans un nouvel appartement avec son fil Jon, qui va fêter ses neuf ans le lendemain.

Vibecke lit, lit énormément. Son univers est surtout imaginaire. Elle rêve sa vie.
Elle est jeune, moins de trente ans et elle a eu son fils trop tôt. Elle a divorcé.

Elle est jolie, belle peut-être. Elle soigne son apparence pour être digne de celui qu'elle rencontrera et qui changera sa vie.

Vibecke rêve.
Elle pense que Jon et elle sont comme les doigts de la main et qu'ils vivent en osmose, solitaires mais solidaires.
Jon rêve aussi, mais ses rêves à lui sont perturbés. De temps en temps, il se lève la nuit, met la radio, mange une bricole
et va se recoucher après avoir tout rangé.


Jon attend donc son anniversaire. En attendant, il va vendre des billets de tombola à un vieux voisin. Quand il revient, Vibecke
est en train de se doucher. Pour ne pas la déranger dans ses préparatifs de fête, il sort marcher dans la rue.
Vibecke pendant ce temps s' est douchée, coiffée, maquillée. Elle pense qu'elle a  encore le temps d' aller changer ses livres.
Elle est persuadée que Jon est dans l'appart, et sans vérifier, elle sort à son tour.

Impossible de raconter ou de commenter ce qui va suivre dans les heures à venir. Ce serait priver le texte de son principal intérêt.
Je vous dirai simplement que j' ai lu ce livre, très court, en apnée et une fois achevé, en état de choc. Foudroyé.
Je suis un lecteur très impressionnable
Ce qui va se passer est pourtant du domaine du banal et de l'improbable. De l' imprévisible et de l'inoui.
Et c'est tout le talent de l' auteur de nous entraîner peu à peu dans le suspens et l' angoisse sans qu' on s'attende à ce qui va vraiment se passer.
avatar
bix_229

Messages : 6802
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains de Scandinavie

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum