Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Hans Henny Jahnn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

fantastique - Hans Henny Jahnn Empty Hans Henny Jahnn

Message par animal le Lun 5 Nov 2018 - 8:00

Hans Henny Jahnn
(1894-1959)

fantastique - Hans Henny Jahnn 42629310

Hans Henny Jahnn (né le 17 décembre 1894 à Hambourg-Stellingen - mort le 29 novembre 1959 à Hambourg) était un romancier, dramaturge facteur d'orgue et éditeur de musique allemand (fondateur des éditions Ugrino-Verlag).

Né Hans Jahn, il changera plus tard son prénom en Henny et ajoutera un "n" à son nom de famille, considérant le bâtisseur de cathédrales Jann von Rostock comme son ancêtre. Au centre du travail littéraire de Hans Henny Jahnn on trouve l'angoisse existentielle à laquelle l'homme ne peut échapper que par l'amour, l'empathie avec les autres et la création. La perte de l'amour est donc toujours une chute tragique dans les agonies fondamentales au-delà du simple deuil. Jahnn occupe une place singulière dans la littérature allemande et ne peut être assigné à aucun mouvement littéraire. Il a dépassé les éléments expressionnistes présents dans son œuvre de jeunesse pour un style original que l'on peut caractériser de "réalisme magique". Ses travaux évoquent parfois le Surréalisme en peinture.

Antimilitariste et adversaire résolu du nazisme, figure exemplaire d’une lutte pour la défense de la vie sous toutes ses formes, Hans Henny Jahnn a laissé une œuvre baroque, noire, singulière, considérée par ses pairs comme l’une des plus originales de la littérature contemporaine.

Source et plus : wikipedia.org

Bibliographie en français :

Théâtre :
- Pasteur Ephraïm Magnus (1919)
- Le Couronnement de Richard III (1921)
- Médée (1926)
- Pauvreté, Richesse, Homme et Bête (1933)
- Thomas Chatterton (1955)

Romans :
- Perrudja (1929)
- Fleuve sans rive : Le Navire de bois (1949)
- Fleuve sans rive : Les Cahiers de Gustav Anias Horn (1949-1950 et 1961)
- La Nuit de plomb (1956)
- Ugrino et Ingrabanie (1968)

Nouvelles :
- Treize histoires peu rassurantes (1954)

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10227
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

fantastique - Hans Henny Jahnn Empty Re: Hans Henny Jahnn

Message par animal le Lun 5 Nov 2018 - 22:15

fantastique - Hans Henny Jahnn 41smtv10

Le Navire de bois

José Corti a écrit:Achevé en 1936, Le Navire de bois constitue le premier volet de la trilogie romanesque publiée à titre posthume par Walter Muschg, Fleuve sans Rives. Comme Andreas de Hoffmannsthal, Le Procès de Kafka et L’Homme sans qualités de Musil, la trilogie fait partie des grandes œuvres en prose de notre siècle restées inachevées. Comme dans ses autres œuvres, et notamment son théâtre, Jahnn conduit ses personnages jusqu’au point de rupture où les forces, soudain libérées, se déchaînent. "Ce que nous accordons aux tragiques du passé, écrivait Hans Wolffheim en 1966, à propos de l’auteur du Navire de bois, nous devons le concéder au poète moderne : d’être, au-delà des conventions bourgeoises, un créateur de mythes, de proposer donc des Images archétypiques de l’homme qui font peut-être éclater ces conventions. Il se pourrait qu’on y découvre plus de vérité que dans les icônes confortables de nos normes sociales."

Chez Jahnn, comme chez Kafka, des acteurs cheminent sans but, presque sans chemin. Ils n’avancent plus, de peur de reculer. Ils voudraient marcher, s’élancer, mais ils craignent de marcher à l’envers. Jamais plus les pas ne s’enchaînent. Tout l’effort de l’écrivain consiste à les égarer davantage, à les perdre, car l’idée du “chemin" est encore une entrave : "quand on dit que le chemin est plus important que le but, c’est en souvenir d’un début où ils ont été identiques.” (Jünger, Les Ciseaux)

Pour complaire à sa fiancée, la fille d’un capitaine de marine, Gustav décide à l’improviste de l’accompagner dans un voyage sur un étrange navire de bois, véritable labyrinthe, transportant une cargaison mystérieuse vers une destination inconnue. Seule femme à bord, Ellena devient l’objet des fantasmes de tous les hommes. Un jour, elle a disparu ; en tentant de la retrouver, Gustav provoque involontairement le naufrage du navire.

À la fois roman de haute mer, de la veine des Melville et Conrad, mettant l’homme aux prises avec les éléments, et intrigue policière, comme Le Procès de Kafka, ce récit allie un réalisme intense à un univers intérieur et symbolique : le mystère ou l’absurdité de l’existence, la solitude des êtres, leur obscure culpabilité.

jose-corti.fr

Ce n'est pas le quatrième de couverture mais ça plante le décor et les attentes. Pourtant quand on commence la lecture ce qui frappe d'abord c'est l'impression de qualité, la qualité dans le ça coule de source autant que c'est terriblement bien écrit, cohérent, dense, fluide, régulier.

On s'installe donc assez vite et heureusement parce que ce qui se dessine derrière les mots se complique rapidement. Le côte normal puis surprenant de l'histoire s'altère rapidement... la tonalité d'ensemble est sombre, son mystère côtoie le fantastique et l'objet premier est un tourment incessant, très palpable très physique. Impossible d'échapper aux alternances d'espoir et d'effondrement. Plusieurs monde se confronte, les oppositions ne sont jamais franches, les rapports de forces factices, mêlés d'envies qui restent floues...

Le traducteur (ahurissant de maîtrise ?) évoque la confrontation au réel comme principale source de l'inquiétude ou de la quête sans objet. Très difficile de parler de tout ce qu'il y a dans ce livre, ou qui ne va pas dans ce livre.

Ce qui est sûr c'est qu'on est bien dans le solide et que les références à Kafka ou d'autres on certainement du sens. J'ai pensé à Blanchot aussi. C'est très étrange, très diffus, très visuel, très sensoriel tout court pour des préoccupations très intériorisées.

L'ombre de la période mérite aussi réflexion, elle serait tapie dans le brouillard derrière...

L'autre grosse surprise finalement est de ne pas avoir entendu parler de cet auteur avant cette lecture (recommandation du libraire).

Choc, lecture très marquante.


Mots-clés : #fantastique #huisclos #identite #initiatique

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10227
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

fantastique - Hans Henny Jahnn Empty Re: Hans Henny Jahnn

Message par Tristram le Lun 5 Nov 2018 - 22:41

C'est clair, faut que je trouve...
Et toi, Animal, tu continues sur le fleuve sans rives ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

fantastique - Hans Henny Jahnn Empty Re: Hans Henny Jahnn

Message par bix_229 le Mar 6 Nov 2018 - 0:26

"Il s'est toujours trouvé à l'écart. Il appartenait à un empire secret, celui de la littérature allemande non officielle, empire peuplé de princes inconnus et sans couronne", disait de lui, admirateur, Klaus Mann.

Il était reconnu par ses pairs, mais n'a pas été récompensé. On a préféré lui coller une mauvaise réputation qu'il ne méritait pas.
Il fallait le suivre, il est vrai. Il s'embarquait dans des projets infinis qu'il ne terminait pas.
Son influence pourtant reste durable, mais en partie souterraine.
Il y a des écrivains comme ça...
Mais, il ne faut pas le nier, son oeuvre reste un objet littéraire très insolite.

J'ai lu La Nuit de plomb. L'équivalent d'une nouvelle par ses dimensions, et c'est peut-être une bonne entrée pour son oeuvre. Et pour son univers angoissant. De plus, l'introduction de Henri Plard est longue et éclairante.
Ou encore ces Treize histoires peu rassurantes, qui sont en fait des morceaux de l'oeuvre.
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

fantastique - Hans Henny Jahnn Empty Re: Hans Henny Jahnn

Message par Bédoulène le Mar 6 Nov 2018 - 7:26

merci Animal, après ton commentaire j'ai envie de saisir cette ambiance.

merci Bix pour le complément

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12903
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

fantastique - Hans Henny Jahnn Empty Re: Hans Henny Jahnn

Message par animal le Mar 6 Nov 2018 - 7:28

@Tristram a écrit:C'est clair, faut que je trouve...
Et toi, Animal, tu continues sur le fleuve sans rives ?
Un jour j'espère bien. La postface révèle tout de même que la réponse à la demande de l'éditeur d'un chapitre explicatif supplémentaire au Navire de bois s'est transformé en deux volumes nettement plus épais que le premier. 1400 pages en Allemand ?

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10227
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

fantastique - Hans Henny Jahnn Empty Re: Hans Henny Jahnn

Message par animal le Mar 6 Nov 2018 - 7:36

On peut commencer à marquer des pages pour retrouver des passages dès les toutes premières :
Deux douaniers se joignirent à ces messieurs. Ils hochaient la tête et donnaient à entendre qu'ils étaient parfaitement au courant. Ils avaient en effet leurs relations avec les instances supérieures, et rien ne pouvait se produire sur le quai qui n'ait reçu leur pleine approbation. Même s'il existait des choses qui n'étaient pas de leur compétence, et que de temps en temps ils savaient se taire à bon escient, ils étaient de taille à ne pas se satisfaire du côté superficiel de leurs tâches. Ainsi, ils connaissaient les dessous et les intentions cachées de tout ce qui se faisait sur les quais. Et seul le serment d'airain de leur secret de fonction et la structure insondable de leur insertion hiérarchique les retenaient de communiquer leur savoir en tout temps et à tout le monde. Ils purent cependant leur donner leur approbation quant à la compétence des trois messieurs qui se trouvaient là par hasard et laisser transparaître qu'ils avaient bien une opinion sur les projets exceptionnels que le navire devait servir.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10227
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

fantastique - Hans Henny Jahnn Empty Re: Hans Henny Jahnn

Message par animal le Mar 6 Nov 2018 - 22:14

Autres (on est loin des "Te rends-tu compte Georg" de Jostein Gaarder...) :

Ce qui semble une énigme est une banalité qui dans l'obscurité a pris une couleur insolite.

Le capitaine les quitta. Il était incapable de rendre compte de ses impressions. Il n'osait pas faire le bilan de cette journée. Il se persuada, il l'avait d'ailleurs déjà dit, qu'il devait dormir. Le sommeil dessécherait les excroissances de ses pensées.

Waldemar Strunck et Georg Lauffer prirent l'habitude de passer la soirée dans la salle à manger, à moins d'en être empêchés par leurs tâches. Après le repas, ils restaient assis dans leur siège, fumaient, se faisaient apporter du punch, imaginaient des conversations. Des dialogues dont l'intonation reste gravée dans chaque oreille. Des souvenirs qui prennent du prix avec le temps, le grand trésor de ce qui est sans retour, que peu à peu on transfigure par de petites inexactitudes. On regarde dans le passé - comme on voit, dans un bloc d'ambre, des animaux morts depuis longtemps mais conservés, dont la forme est restée fidèle aux fonctions vitales -. Lorsqu'il appartient au passé, le comportement humain perd ses scories. Ou alors le rôle que l'on jouait prend du sens. Ou encore les événements se reflètent les uns dans les autres, prenant un aspect cristallin, comme des rêves surréalistes.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10227
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

fantastique - Hans Henny Jahnn Empty Re: Hans Henny Jahnn

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langue allemande

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum