Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Fernando Aramburu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fernando Aramburu Empty Fernando Aramburu

Message par topocl le Ven 23 Nov - 9:40

Fernando Aramburu
Né en 1959


Fernando Aramburu Proxy_11

Fernando Aramburu Irigoyen, né en 1959 à Saint-Sébastien (province du Guipuscoa, Espagne), est un écrivain espagnol. Il remporte le prix national de littérature narrative en 20171.

Fernando Aramburu obtient une licence en philologie hispanique à l'université de Saragosse en 1982. À Saint-Sébastien, sa ville natale, il participe à la fondation du Grupo CLOC de Arte y Desarte, qui édite entre 1978 et 1981 une revue.
Depuis 1985, il vit en Allemagne où il donne des cours d'espagnol. En 2009, il abandonne son poste de professeur pour se consacrer entièrement à la création littéraire.
Il écrit régulièrement dans la presse espagnole et ses romans ont été traduits dans plusieurs langues.

Œuvre en français

- Le Salon des incurables, Buchet-Chastel, 2009 (No ser no duele, 1997)
- Années lentes, Jean-Claude Lattès, 2014 (Años lentos, 2012)
- Patria, Actes Sud, 2018 (Patria, 2016)

Source Wikipedia

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6198
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernando Aramburu Empty Re: Fernando Aramburu

Message par topocl le Ven 23 Nov - 12:48

Patria

Fernando Aramburu Patria10

On est au pays basque espagnol. Au village, beaucoup sont convaincus de la justesse du combat de l'ETA. Convaincus ?  Peut-être , peut-être faut-il séparer l'idée et les moyens, en tout cas il ne fait pas bon exprimer une opinion contraire, s'abstenir de manifester son approbation ou de payer l’impôt révolutionnaire. Cette loi de la terreur va séparer deux familles amies, l'une dont le père est assassiné, l'autre dont le fils a rejoint les rangs de la lutte armée. Le temps passe, les gens changent et l'ETA aussi et finit par déposer les armes. Ce n’est pas la fin de 'l’aventure ; chacun va devoir gérer l'empreinte du passé.

Aramburu réalise le tour de force d'être à la hauteur de son ambition, réaliser une vaste fresque historique,  croisée d'un roman familial, pour donner une image honnête, tout à la fois réfléchie et  et compassionnelle des drames qui ont parcouru le pays basque espagnol pendant 40 ans. Il en sort un riche récit romanesque, plein d'intelligence et de nuances, à la hauteur de la complexité d e la situation, avec des les personnages d'une belle présence, dans leurs petitesses comme dans leurs grandeurs, Malgré le choix d'un récit éclaté au niveau chronologique, relaté en 125 chapitres très courts mais d’une garde vivacité, il y a une belle cohérence tant qu niveau historique qu’individuel. Aramburu adopte un style plutôt amusé, malin, qui allège le tragique sans l'effacer.

C'est une intéressante réflexion sur le terrorisme, et le pardon possible, qui ne manquera pas d'enrichir la réflexion de la lectrice ou du lecteur en  nos temps tourmentés.


mots-clés : #culpabilité #famille #historique #terrorisme

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6198
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernando Aramburu Empty Re: Fernando Aramburu

Message par Bédoulène le Ven 23 Nov - 15:01

merci topocl, le livre est dans ma pal et le sujet m'intéresse donc un de ces jours !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 11365
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernando Aramburu Empty Re: Fernando Aramburu

Message par Avadoro le Mer 28 Nov - 0:46

Patria

Fernando Aramburu Patria10

Comme topocl, j'ai trouvé que Fernando Aramburu réussit à construire un récit cohérent et souvent captivant dans son ampleur. Les confrontations entre l'intime et l'engagement collectif, entre la fidélité familiale et la perception d'une communauté villageoise, précipitent une tension qui envahit chaque chapitre. L'interrogation de la légitimité de l'ETA reste une toile de fond constante, et les choix personnels apparaissent alors comme un écho des déchirements du mouvement, laissant la place à l'accumulation de rancoeurs, d'incompréhensions et de colère face au poids d'un passé qui ne peut encore être accepté et assumé dans ses contradictions.

La dimension tragique est en effet abordée avec distance et rigueur, même si le style littéraire m'a semblé manquer de personnalité. J'ai aussi regretté des intrigues secondaires parfois trop présentes, mais les allers-retours temporels permettent d'aborder les évolutions lentes, abruptes, douloureuses de chaque personnage. Une découverte intéressante, qui remet en perspective une période sombre de l'histoire récente.
Avadoro
Avadoro

Messages : 704
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 33

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernando Aramburu Empty Re: Fernando Aramburu

Message par topocl le Mer 28 Nov - 7:55

@Avadoro a écrit: J'ai aussi regretté des intrigues secondaires parfois trop présentes, mais les allers-retours temporels permettent d'aborder les évolutions lentes, abruptes, douloureuses de chaque personnage.
Je suis hésitante là-dessus. d'un côté les histoires d'amour de chacun des personnages sont souvent de trop, d'autre part cela permet d'étoffer les personnages...

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6198
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernando Aramburu Empty Re: Fernando Aramburu

Message par Bédoulène le Lun 17 Déc - 23:52

Fernando Aramburu Patria10

Patria

J'ai trouvé judicieux que l'auteur ait choisis un petit village, où tous se connaissent, et deux familles liés d'amitié pour démontrer ce qu'était l'ETA. Cette tragédie  qui a fait tant de victimes, et qui a été aussi fratricide puisque les Basques en ont connu le prix, celui du sang.

Les membres de ces deux familles sont traités avec attention par l'auteur, leurs sentiments, leurs agissements ; les uns soutenant l'ETA, les autres regrettant cette organisation, d'autres encore désintéressés ; c'est le cas de Txato, celui qui fut assassiné.

La lutte armée de l'ETA a cessé il n'y a pas si longtemps, les cicatrices  demeurent. J'ai pensé dans cette lecture à la Corse qui réclame la langue corse comme langue officielle sur l'île et à certains évènements passés.

Il y aura toujours des populations qui demanderont leur indépendance, c'est à dire ce qu'ils comprennent comme leur liberté. et il semble bien quelle ne puisse s'obtenir qu'à travers la force.

C'était une lecture qui m'a intéressée, les notes étaient bien utiles tant sur les évènements  politiques que sur la langue basque. De beaux portraits de femmes.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 11365
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Fernando Aramburu Empty Re: Fernando Aramburu

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains de la péninsule Ibérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum