Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Ngugi wa Thiong'o

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

devoirdememoire - Ngugi wa Thiong'o Empty Ngugi wa Thiong'o

Message par Arturo le Dim 6 Jan - 14:16

Ngugi wa Thiong'o
(né en 1938)


devoirdememoire - Ngugi wa Thiong'o Ngugi110

Ngũgĩ wa Thiongʼo, le 5 janvier 1938 à Kamiriithu (près de Nairobi), est un écrivain kényan de langue kikuyu et anglaise. Il est actuellement professeur et directeur de l'International Center for Writing & Translation à l'Université de Californie à Irvine.
biographie plus détaillée ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ngugi_wa_Thiong%27o

Oeuvres traduites en français :


Et le blé jaillira, 1969
La Danseuse d'ivoire et autres nouvelles, 1982
Enfant, ne pleure pas, 1984
Pétales de sang, 1985
La rivière de vie, 1988
Décoloniser l'esprit 2011
Le Procès de Dedan Kimathi, 2017
Cette impitoyable sécheresse et autres nouvelles, 2017
Combattants et Martyrs, 2017
Pour une Afrique libre, 2017
Arturo
Arturo

Messages : 3122
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

devoirdememoire - Ngugi wa Thiong'o Empty Re: Ngugi wa Thiong'o

Message par Arturo le Dim 6 Jan - 14:34

Pour une Afrique libre :

devoirdememoire - Ngugi wa Thiong'o 41cnu310

Recueils de différents essais de l'écrivain, remaniés ou extraits de ses diverses interventions. Et donc pour thème commun l'avenir de l'Afrique. Sa propre prise en mains.
Il est à noter que Ngugi wa Thiong'o s'est d'abord fait remarquer en écrivant en anglais, puis il a décidé de renoncer à cette langue pour écrire kikuyu, sa langue "d'origine".
La question de la réappropriation de la langue est centrale chez lui, c'est uniquement ainsi qu'il voit un avenir libéré du poids du colonialisme pour le continent africain. Réinstaurer les langues locales et détrôner les langues des anciens dominants, il propose de les conserver pour communiquer entre différentes nations, mais dans son idéal elles n'ont plus leur place à l'échelon national. Ça semble logique, tant le passé est douloureux. Il préconise également un travail de mémoire sur la question de l'esclavage, et souhaite que les anciens colonisateurs assument cette part de l'Histoire. Sans travail de mémoire, point de deuil possible.

Vous l'avez compris, il s'agit d'un écrivain engagé, qui lutte contre l'impérialisme occidental, le néocolonialisme capitaliste. Avec sous le coude des réflexions de Frantz Fanon et Cheikh Anta Diop, notamment. Des réflexions également sur la question nucléaire, sur la question carcérale...

Il convient de préciser que "tribu", "tribalisme" et "guerres tribales", ces termes si souvent employés pour expliquer les conflits en Afrique, sont des inventions coloniales. La plupart des langues africaines ne possèdent pas l'équivalent du mot anglais "tribe", "tribu", avec ses connotations péjoratives dues à l'évolution du vocabulaire anthropologique de l'aventurisme européen aux XVIIIème et XIXème siècles. Ces mots sont liés à d'autres conceptions coloniales telles que "primitifs", "continent noir", "traces arriérées" ou "clans guerriers".

Un jour, j'ai visité le fort aux esclaves de Cape Coast, au Ghana. L'architecture m'a laissé une impression durable. Le bâtiment comptait trois niveaux. Les niveaux supérieurs abritaient le palais du gouverneur et la chapelle. Il y avait suffisamment de place pour une salle de bal et des réceptions de mariage. Les niveaux inférieurs de la même forteresse étaient l'endroit où les esclaves captifs attendaient d'être embarqués vers l'Amérique. Le palais et l'église étaient bâtis sur les tombes des esclaves. Ainsi, tandis qu'ils esclavageaient, les riches chantaient leur gratitude au Tout-Puissant, puis, tandis qu'ils gémissaient de la joie de l'amour charnel au lit, les esclaves gémissaient en attendant la délivrance. Les cris de plaisir en haut contrastaient avec les cris de douleur en bas, mais les deux n'étaient pas sans rapport. La splendeur d'en haut était bâtie sur la misère d'en bas. Aujourd'hui, le palais mondial est bâti sur une prison mondiale. La splendeur dans la misère - voilà la base de l'instabilité mondiale.


mots-clés : #colonisation #devoirdememoire #esclavage #essai
Arturo
Arturo

Messages : 3122
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

devoirdememoire - Ngugi wa Thiong'o Empty Re: Ngugi wa Thiong'o

Message par Tristram le Dim 6 Jan - 14:50

Le terme de "tribu" me gêne aussi un peu, mais que conseille-t-il à sa place ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8490
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

devoirdememoire - Ngugi wa Thiong'o Empty Re: Ngugi wa Thiong'o

Message par Arturo le Dim 6 Jan - 15:40

Le mot "peuple". D'ailleurs il s'étonne, à juste raison, que l'on puisse parler de peuple islandais ou danois, par exemple alors qu'on va parler de tribu ou d'ethnie pour des populations africaines qui sont autrement conséquentes que les premières.
Arturo
Arturo

Messages : 3122
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

devoirdememoire - Ngugi wa Thiong'o Empty Re: Ngugi wa Thiong'o

Message par Tristram le Dim 6 Jan - 15:50

Merci, c'est intéressant ; je viens de lire dans Hillerman que les Navajos s'appellent eux-mêmes "le Peuple" ; d'ailleurs les "tribus" s'auto-appellent souvent les Hommes/ les humains...
Maintenant, le problème c'est que "peuple" fasse un peu "peuple"...
Par ailleurs, les termes de "clan", etc. ont une définition précise en ethnologie _ souvent il est vrai menée par les ex-colonisateurs, mais pas toujours.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8490
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

devoirdememoire - Ngugi wa Thiong'o Empty Re: Ngugi wa Thiong'o

Message par Bédoulène le Dim 6 Jan - 17:36

merci pour cet échange !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12931
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

devoirdememoire - Ngugi wa Thiong'o Empty Re: Ngugi wa Thiong'o

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Afrique et de l'Océan Indien


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum