Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Jean de La Fontaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean de La Fontaine Empty Jean de La Fontaine

Message par Aventin le Lun 11 Fév - 18:03

Jean de La Fontaine
Né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry et mort le 13 avril 1695 à Paris.

Jean de La Fontaine J_de_l10

Biographie a écrit:Jean de La Fontaine est un poète français né à Château-Thierry en 1621 et mort à Paris en 1694. Il est surtout connu pour être l'auteur de ses très célèbres Fables. Sa biographie nous enseigne que destiné au départ à faire une carrière religieuse, il abandonne cette voie et devient finalement avocat au Parlemenlient de Paris. Il fréquente alors un cercle de jeunes poètes de la capitale : les Chevaliers de la Table Ronde. En 1652, à l'âge de 31 ans, il devient maître des Eaux et Forêts du duché de Château-Thierry. Sa vie connaît un nouveau tournant en 1658, quand il entre au service du Surintendant Fouquet. Mais ce dernier est bientôt arrêté sur ordre de Louis XIV, jaloux de sa puissance. La Fontaine souffrit de la disgrâce de son maître, et intensifia son activité littéraire. En 1660, il fait paraître son Élégie aux Nymphes de Vaux, puis entre 1665 et 1674 plusieurs volumes de Contes et Nouvelles qui ne manquent pas de talent. Son oeuvre majeure reste bien sûr, ses Fables dont la composition l'occupera une bonne partie de sa vie, puisqu'elle s'étale de 1668 à sa mort. Autrement dit, sur une période de plus de 25 ans.
Source: Éternels éclairs, lien vers le site ici.

Bibliographie:

1654 : Achevé d'imprimer de l'Eunuque, traduction d'une pièce de Térence.
1658 : Epître à l'Abbesse de Mouzon - Adonis
1659 : Début du Songe de Vaux
de 1659 à 1661 : 26 pièces offertes à Fouquet
1660 : Les Rieurs du Beau Richard
1661 : Début probable de l'écriture des Fables
1662 : Elégie aux Nymphes de Vaux - Ode au Roi
1663 : Relation d'un Voyage de Paris en Limousin
1664 : Parution des deux premiers contes: Joconde, et Le cocu battu et content
1665 : Publication des Contes et Nouvelles en vers
1666 : Contes et Nouvelles en vers (deuxième partie)
1667 : Parution de trois nouveaux contes (Les frères de Catalogne, l'Ermite et Mazet de Lamporechio
1668 : Fables choisies mises en vers
1669 : Les Amours de Psyché et Cupidon
1670 : Recueil de poésies chrétiennes et diverses
1671 : Contes et Nouvelles en vers (troisième partie)
1673 : Poème de la Captivité de Saint Malc
1674 : Daphné - Les Nouveaux contes
1675 : Le Florentin
1678-1679 : Publication du deuxième recueil de fables (livres VII à XI)
1682 : Poème du Quinquina, Belphégor, la Matronne d'Ephèse, Galaté
1683 : Le rendez-vous (pièce de théâtre perdue) - Achille
1684 : Discours à Madame de la Sablière - Le Renard, le Loup et le Cheval
1685 : Publication de 11 fables et 5 nouveaux contes (La Clochette, Le Fleuve Scamandre, La Confidente sans le savoir ou le stratagème, Le Remède, Les Aveux indiscrets)
1687 : Epître à Huet
1688 : Le Milan, le Roi et le Chasseur
1690 : Les Compagnons d'Ulysse
1691 : Astrée - Les Deux Chèvres - Le Thésauriseur et le Singe
1692 : la Ligue des rats
1693 : Livre XII des Fables

Source: La Fontaine.net, lien vers le site ici.
Aventin
Aventin

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean de La Fontaine Empty Re: Jean de La Fontaine

Message par Aventin le Lun 11 Fév - 18:10

Fil ouvert suite à une incitation de Bédoulène sur le fil poésie.
La Fontaine, au-delà de notre enfance, de notre scolarité, reste à lire à tous âges, et puis on a l'impression de ne jamais tout à fait en avoir fini...


Ici, le procédé littéraire, assez fréquent chez notre cher fabuliste, fait glisser d'une troisième personne du singulier, impersonnelle et royale, à un propos direct à la première personne du singulier d'un renard, amenant tout droit, sans coup férir, à la conclusion-démonstration-"morale", comme on disait alors, ou substantifique moelle, pour le dire façon siècle de Rabelais.  


Le lion malade et le renard


           
De par le Roi des Animaux,
           Qui dans son antre était malade,
           Fut fait savoir à ses Vassaux
           Que chaque espèce en ambassade
           Envoyât gens le visiter :
           Sous promesse de bien traiter
           Les Députés, eux et leur suite,
           Foi de Lion, très bien écrite,
           Bon passeport contre la dent ;
           Contre la griffe tout autant.
           L'édit du Prince s'exécute :
           De chaque espèce on lui députe.
           Les Renards gardant la maison,
           Un d'eux en dit cette raison :
           Les pas empreints sur la poussière
Par ceux qui s'en vont faire au malade leur cour,
Tous, sans exception, regardent sa tanière ;
           Pas un ne marque de retour.
           Cela nous met en méfiance.
           Que Sa Majesté nous dispense :
           Grand merci de son passeport .
           Je le crois bon; mais dans cet antre
           Je vois fort bien comme l'on entre,
           Et ne vois pas comme on en sort.
Aventin
Aventin

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean de La Fontaine Empty Re: Jean de La Fontaine

Message par Aventin le Dim 10 Mar - 6:06

La montagne qui accouche d'une souris, c'est ici !

Quant au: C'est promettre beaucoup : mais qu'en sort-il souvent ?
                           Du vent.

il est à garder, votre quotidien professionnel, familial, amical et citoyen fourmille d'occasions de le placer, n'est-ce pas ?


LA MONTAGNE QUI ACCOUCHE

       Une Montagne en mal d'enfant
       Jetait une clameur si haute,
       Que chacun, au bruit accourant,
       Crut qu'elle accoucherait, sans faute,
D'une cité plus grosse que Paris ;
        Elle accoucha d'une souris.
           Quand je songe à cette fable,
           Dont le récit est menteur
           Et le sens est véritable,
           Je me figure un auteur
       Qui dit : Je chanterai la guerre
Que firent les Titans  au Maître du tonnerre.
C'est promettre beaucoup : mais qu'en sort-il souvent ?
                           Du vent.
Aventin
Aventin

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean de La Fontaine Empty Re: Jean de La Fontaine

Message par Bédoulène le Dim 10 Mar - 12:51

grand merci Aventin !

d'actualité me semble ! "C'est promettre beaucoup : mais qu'en sort-il souvent ?
Du vent."

je reviendrais ce soir avec mon joli livre illustré

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12364
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean de La Fontaine Empty Re: Jean de La Fontaine

Message par Arturo le Dim 10 Mar - 16:05

Ah ouais, merci. Je me coucherai moins bête. Jean de La Fontaine 3700938086
Arturo
Arturo

Messages : 2949
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean de La Fontaine Empty Re: Jean de La Fontaine

Message par ArenSor le Dim 10 Mar - 18:14

Une valeur sûre La Fontaine, vers laquelle il nous faut revenir souvent. Merci de nous le rappeler, Aventin ! Very Happy
ArenSor
ArenSor

Messages : 1947
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean de La Fontaine Empty Re: Jean de La Fontaine

Message par Bédoulène le Lun 11 Mar - 8:44

Jean de La Fontaine Img_2041
Jean de La Fontaine Img_2043



Phébus et Borée

Borée et le Soleil virent un Voyageur
Qui s'était muni par bonheur
Contre le mauvais temps. (On entrait dans l'Automne,
Quand la précaution aux voyageurs est bonne)
Il pleut ; le Soleil luit ; et l'écharpe d'Iris
Rend ceux qui sortent avertis
Qu'en ces mois le manteau leur est fort nécessaire ;
Les Latins les nommaient douteux pour cette affaire.
Notre homme s'était donc à la pluie attendu :
Bon manteau bien doublé ; bonne étoffe bien forte.
Celui-ci, dit le Vent, prétend avoir pourvu
À tous les accidents ; mais il n'a pas prévu
Que je saurai souffler de sorte
Qu'il n'est bouton qui tienne : il faudra, si je veux,
Que le manteau s'en aille au Diable.
L'ébattement pourrait nous en être agréable :
Vous plaît-il de l'avoir ? - Eh bien, gageons nous deux,
(Dit Phébus) sans tant de paroles,
À qui plus tôt aura dégarni les épaules
Du Cavalier que nous voyons.
Commencez. Je vous laisse obscurcir mes rayons.
Il n'en fallut pas plus. Notre souffleur à gage
Se gorge de vapeurs, s'enfle comme un ballon,
Fait un vacarme de démon,
Siffle, souffle, tempête, et brise en son passage
Maint toit qui n'en peut mais, fait périr maint bateau :
Le tout au sujet d'un manteau.
Le Cavalier eut soin d'empêcher que l'orage
Ne se pût engouffrer dedans.
Cela le préserva ; le Vent perdit son temps :
Plus il se tourmentait, plus l'autre tenait ferme ;
Il eut beau faire agir le collet et les plis.
Sitôt qu'il fut au bout du terme
Qu'à la gageure on avait mis,
Le Soleil dissipe la nue,
Recrée, et puis pénètre enfin le Cavalier,
Sous son balandras fait qu'il sue,
Le contraint de s'en dépouiller.
Encore n'usa-t-il pas de toute sa puissance.
Plus fait douceur que violence.

Jean de La Fontaine Phebu10

Gravure de François Chauveau, le premier illustrateur des fables parues en 1668

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12364
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean de La Fontaine Empty Re: Jean de La Fontaine

Message par Aventin le Dim 9 Juin - 15:41

Le bon Monsieur de La Fontaine l'orthographie avec un seul "n" et sans "e", mais en lisant:
kashmir, fil association de mots a écrit:Jeannot Lapin
Immédiatement ça m'a évoqué Le Chat, la Belette, et le petit Lapin !

Le Chat, la Belette, et le petit Lapin


Du palais d'un jeune Lapin
Dame Belette un beau matin
S'empara ; c'est une rusée.
Le Maître étant absent, ce lui fut chose aisée.
Elle porta chez lui ses pénates un jour
Qu'il était allé faire à l'Aurore sa cour,
Parmi le thym et la rosée.
Après qu'il eut brouté, trotté, fait tous ses tours,
Janot Lapin retourne aux souterrains séjours.
La Belette avait mis le nez à la fenêtre.
O Dieux hospitaliers, que vois-je ici paraître ?
Dit l'animal chassé du paternel logis :
O là, Madame la Belette,
Que l'on déloge sans trompette,
Ou je vais avertir tous les rats du pays.
La Dame au nez pointu répondit que la terre
Etait au premier occupant.
C'était un beau sujet de guerre
Qu'un logis où lui-même il n'entrait qu'en rampant.
Et quand ce serait un Royaume
Je voudrais bien savoir, dit-elle, quelle loi
En a pour toujours fait l'octroi
A Jean fils ou neveu de Pierre ou de Guillaume,
Plutôt qu'à Paul, plutôt qu'à moi.
Jean Lapin allégua la coutume et l'usage.
Ce sont, dit-il, leurs lois qui m'ont de ce logis
Rendu maître et seigneur, et qui de père en fils,
L'ont de Pierre à Simon, puis à moi Jean, transmis.
Le premier occupant est-ce une loi plus sage ?
- Or bien sans crier davantage,
Rapportons-nous, dit-elle, à Raminagrobis.
C'était un chat vivant comme un dévot ermite,
Un chat faisant la chattemite,
Un saint homme de chat, bien fourré, gros et gras,
Arbitre expert sur tous les cas.
Jean Lapin pour juge l'agrée.
Les voilà tous deux arrivés
Devant sa majesté fourrée.
Grippeminaud leur dit : Mes enfants, approchez,
Approchez, je suis sourd, les ans en sont la cause.
L'un et l'autre approcha ne craignant nulle chose.
Aussitôt qu'à portée il vit les contestants,
Grippeminaud le bon apôtre
Jetant des deux côtés la griffe en même temps,
Mit les plaideurs d'accord en croquant l'un et l'autre.
Ceci ressemble fort aux débats qu'ont parfois
Les petits souverains se rapportant aux Rois.




Mots-clef suggéré: Justice, Trahison
Mots-clés : #justice #trahison
Aventin
Aventin

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean de La Fontaine Empty Re: Jean de La Fontaine

Message par Aventin le Dim 11 Aoû - 21:31

LE LION AMOUREUX
A Mademoiselle de Sévigné

Sévigné, de qui les attraits
Servent aux Grâces de modèle,
Et qui naquîtes toute belle,
A votre indifférence près,
Pourriez-vous être favorable
Aux jeux innocents d'une fable,
Et voir, sans vous épouvanter,
Un lion qu'Amour sut dompter ?
Amour est un étrange maître.
Heureux qui peut ne le connaître
Que par récit, lui ni ses coups !
Quand on en parle devant vous,
Si la vérité vous offense,
La fable au moins se peut souffrir:
Celle-ci prend bien l'assurance
De venir à vos pieds s'offrir,
Par zèle et par reconnaissance.

Du temps que les bêtes parlaient,
Les lions, entre autres, voulaient
Etre admis dans notre alliance.
Pourquoi non? Puisque leur engeance
Valait la nôtre en ce temps-là,
Ayant courage, intelligence,
Et belle hure (5) outre cela.
Voici comment il en alla.
Un lion de haut parentage
En passant par un certain pré,
Rencontra bergère à son gré :
Il la demande en mariage.
Le père aurait fort souhaité
Quelque gendre un peu moins terrible.
La donner lui semblait bien dur;
La refuser n'était pas sûr;
Même un refus eût fait possible,
Qu'on eût vu quelque beau matin
Un mariage clandestin ;
Car outre qu'en toute matière
La belle était pour les gens fiers,
Fille se coiffe volontiers
D'amoureux à longue crinière.
Le père donc, ouvertement
N'osant renvoyer notre amant,
Lui dit :" Ma fille est délicate;
Vos griffes la pourront blesser
Quand vous voudrez la caresser.
Permettez donc qu'à chaque patte
On vous les rogne, et pour les dents,
Qu'on vous les lime en même temps.
Vos baisers en seront moins rudes,
Et pour vous plus délicieux ;
Car ma fille y répondra mieux,
Etant sans ces inquiétudes."
Le lion consent à cela,
Tant son âme était aveuglée !
Sans dents ni griffes le voilà,
Comme place démantelée.
On lâcha sur lui quelques chiens :
Il fit fort peu de résistance.

Amour, amour, quand tu nous tiens,
On peut bien dire : " Adieu prudence!"
Aventin
Aventin

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jean de La Fontaine Empty Re: Jean de La Fontaine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum