Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


John Frankenheimer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

John Frankenheimer Empty John Frankenheimer

Message par animal le Lun 11 Fév - 21:58

John Frankenheimer
(1930-2002)


John Frankenheimer Franke10

Formation

John Frankenheimer passe son enfance dans le Queens, puis il étudie à l'académie militaire de Lasalle. Sportif accompli, il se destine alors à la carrière de joueur de tennis. Quand il entre au Williams College, les spectacles qui s'y montent régulièrement lui donne envie d'être acteur. En 1951, il fait son service militaire au Motion Pictures Squadron of the Air Force. Son aisance à la caméra lui révèle sa véritable vocation : il décide de devenir réalisateur. Démobilisé en 1953, il débute à la télévision comme assistant réalisateur à CBS et travaille notamment avec Sidney Lumet. En 1954, il dirige la série Playhouse 90. En 1956, John Frankenheimer réalise pour la RKO son premier film, Mon père, cet étranger.

Carrière au cinéma

John Frankenheimer, grand maître du thriller politico-social, ouvre les hostilités avec Le temps du châtiment (1961), avec Burt Lancaster. Plus qu'un regard sur l'adolescence révoltée, ce film est un véritable document sur un quartier hispanique d'East Harlem. Séduit, Burt Lancaster réclame Frankenheimer pour L'évadé d'Alcatraz (1962). Le défi n'est pas mince : pour suivre l'histoire vraie d'un célèbre ornithologiste, le spectateur ne quitte jamais la cellule où le héros purge une peine à perpétuité. Mais impossible n'est pas Frankenheimer pour qui "le comble du raffinement [...] est d'utiliser des événements réels et de les raconter en termes de fiction tout en mélangeant les styles". Un crime dans la tête (1962) illustre ces propos : entre vérité et fiction, ce film passe en revue toutes les hypothèses possibles de l'élaboration d'un complot politique. Ce chef-d'oeuvre s'appuie sur une brillante distribution, avec notamment Frank Sinatra et Angela Lansbury. Dans le même registre, Sept jours en mai (1963), qui racontent la préparation d'un coup d'état militaire contre le Président des Etats-Unis, frisent le documentaire. Affectionnant le direct, Frankenheimer souligne l'efficacité du scénario par des plans larges et l'utilisation fréquente du grand-angle. Autre film - futuriste, cette fois - où le drame évolue en thriller, L'opération diabolique (1966), dans lequel Rock Hudson recourt à la chirurgie esthétique pour changer d'identité. Puis Frankenheimer alterne superproductions (Grand prix, id. ; Les cavaliers, 1971) et films intimistes (L'homme de Kiev, 1968 ; Les parachutistes arrivent, 1969). Ses derniers thrillers mémorables restent French connection II (1975) avec Gene Hackman, Black sunday (1977) avec Robert Shaw et Bruce Dern et The holcroft covenant (1985). Le cinéaste estime que son meilleur film est The iceman cometh (1973), réalisé d'après l'oeuvre d'Eugene O'Neill. A partir de 1993, John Frankenheimer se consacre davantage à la télévision.

Il décède le 06 juillet 2002 à Los Angeles.

Source : cinémathèque française

Filmographie :

1957 : Mon père, cet étranger (The Young Stranger)
1961 : Le Temps du châtiment (The Young Savages)
1962 : L'Ange de la violence (All Fall Down)
1962 : Le Prisonnier d'Alcatraz (Birdman of Alcatraz)
1962 : Un crime dans la tête (The Manchurian candidate)
1964 : Sept jours en mai (Seven Days in May)
1964 : Le Train (The Train)
1966 : Grand Prix
1966 : L'Opération diabolique (Seconds)
1968 : L'homme de Kiev (The Fixer)
1969 : Les Parachutistes arrivent (The Gypsy Moths)
1969 : The Extraordinary Seaman
1970 : Le Pays de la violence (I Walk the Line)
1970 : Les Cavaliers (The Horsemen)
1973 : L'Impossible Objet (Story of a Love Story)
1973 : The Iceman cometh
1975 : French Connection 2 (French Connection II)
1977 : Black Sunday
1979 : Prophecy - Le monstre (Prophecy)
1982 : À armes égales (The Challenge)
1985 : Le Pacte Holcroft (The Holcroft Covenant)
1986 : Paiement cash (52 Pick-Up)
1989 : Dead Bang
1990 : The Fourth War
1992 : Les Contes de la Crypte (Saison 4 série TV épisode 10)
1992 : Year of the Gun, l'année de plomb (Year of the Gun)
1996 : L'Île du docteur Moreau (The Island of Dr. Moreau)
1997 : George Wallace
1996 : Andersonville (TV)
1998 : Ronin
2000 : Piège fatal (Reindeer Games)
2002 : Sur le chemin de la guerre (Path to war)

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10196
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

John Frankenheimer Empty Re: John Frankenheimer

Message par animal le Lun 11 Fév - 22:03

J'ai revu ou vu certains de ses films dans les dernières années et si je ne mettrai pas tout ce que j'ai vu dans la malle pour l'île déserte, loin de là, dans le monde de tous les jours c'est le genre de cinéma qui me va bien comme "valeur refuge". Généralement "accessible" mais pas mal fichu, cinéma de stimulation et de divertissement, très... cinéma. Donc fil.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10196
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

John Frankenheimer Empty Re: John Frankenheimer

Message par animal le Lun 11 Fév - 22:13

John Frankenheimer 1-trai10

Le train (1964)

Bon exemple Le Train ? Le film vu il y a x années qui laisse l'impression de son noir et blanc, de film spectaculaire et d'assez grand film, presque classique. A revoir c'est moins classique avec la mécanique du film qui galope pas mal. On peut aussi trouver que le scénario (transport d'oeuvres d'art "dégénéré" sorties du Jeu de Paume direction l'Allemagne avant que Paris ne soit libérée, inspiré par des faits réels) flotte un peu autour du film.

N'empêche que ça galope, le suspense est efficace et les trains ne sont certainement pas en images de synthèse... c'est du gros spectacle ! et que Burt Lancaster porte bien le film.

Pendant un peu plus de 2h on est ailleurs...

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10196
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

John Frankenheimer Empty Re: John Frankenheimer

Message par Bédoulène le Mar 12 Fév - 1:14

oui et Michel Simon ! mais Burt Lancaster jeune ou vieillissant impeccable le plus souvent !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12857
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

John Frankenheimer Empty Re: John Frankenheimer

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions arts divers :: Cinéma, TV et radio :: Réalisateurs

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum