Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Elfriede Jelinek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

jeunesse - Elfriede Jelinek Empty Elfriede Jelinek

Message par ArenSor le Lun 25 Mar - 19:34

Elfriede Jelinek
( née en 1946)

jeunesse - Elfriede Jelinek Jeline10

Elfriede Jelinek est une femme de lettres autrichienne.
Elle connait une enfance difficile à cause de ses parents (surtout sa mère autoritaire et castratrice). Sa mère l’empêche dès ses quatre ans de sortir du foyer et la force à apprendre le français, l’anglais, le piano, l’orgue, le violon, la flûte. Ce dressage l'a anéantie sur le plan intime mais a nourri sa vocation.
À 18 ans, une crise d'agoraphobie l’oblige à rester cloîtrée plus d'un an dans l'appartement familial. Elle profite de cette période pour lire des classiques philosophiques et littéraires et surtout la poésie américaine. Elle lit également avec avidité des romans d'horreur et des récits sensationnels.
Après des études musicales, Jelinek décide de prendre des cours de théâtre et d'histoire de l’art l’université de Vienne, sans abandonner la musique. Très tôt, elle a une grande passion pour l’écriture et tente de publier ses premiers textes.
Elle entretient vis-à-vis de son pays une haine virulente et réciproque. Elle fut membre du parti communiste autrichien de 1974 à 1991. Elle échange des imprécations avec l’extrême droite et les femmes au pouvoir. Elle s’est toujours violemment positionnée contre les idées et la personnalité de l’ancien leader du FPÖ: Jörg Haider.
Auteure de plusieurs pièces radiophoniques et de romans ("Les Amantes", "Les Exclus", "La Pianiste", "Lust", "Avidité"...), elle a traduit en allemand plusieurs pièces dont certains vaudevilles d’Eugène Labiche et Georges Feydeau ou encore des tragédies de William Shakespeare et Christopher Marlowe, mais aussi des romans de Thomas Pynchon.
Son roman "La Pianiste", a été adapté au cinéma en 2001 par Michael Haneke. Jelinek a d’ailleurs participé à l’adaptation de quelques-unes de ses œuvres.
Elfriede Jelinek a obtenu plusieurs récompenses de premier ordre dont le prix Heinrich Böll 1986, le prix Georg-Büchner 1998 et le prix Heinrich Heine 2002 pour sa contribution aux lettres germanophones. Puis elle se voit attribuer, en 2004, le prix Nobel de littérature pour « le flot de voix et de contre-voix dans ses romans et ses drames qui dévoilent avec une exceptionnelle passion langagière l’absurdité et le pouvoir autoritaire des clichés sociaux ».
(Site Babelio)

Oeuvres traduites en français

Romans

• 1975 : « Les Amantes (Die Liebhaberinnen) », éditions Jacqueline Chambon, Nîmes 1992.
• 1981 : « Les Exclus (Die Ausgesperrten) », éditions Jacqueline Chambon, Nîmes 1989.
• 1983 : « La Pianiste (Die Klavierspielerin) », éditions Jacqueline Chambon, Nîmes 1988.
• 1985 : « Méfions-nous de la nature sauvage (Oh Wildnis, oh Schutz vor ihr) », éditions J. Chambon, Nîmes, 1995.
• 1989 : « Lust », éditions Jacqueline Chambon, Nîmes 1991.
• 1995 : « Enfants des morts (Die Kinder der Toten) », éditions du Seuil, Paris 2007.
• 2000 : « Avidité (Gier) », éditions du Seuil, Paris 2003.

Théâtre et pièces radiophoniques
• 1977 : « Ce qui arriva quand Nora quitta son mari (Was geschah, nachdem Nora ihren Mann verlassen hatte oder Stützen der Gesellschaften) »,  l’Arche, Paris 1993
• 1987 : « La Maladie ou Femmes modernes: comme une pièce (Krankheit oder Moderne Frauen, wie ein Stück) », l’Arche, Paris 2001.
• 1991 : « Totenauberg », l’Arche, Paris 1994.
• 1998 : « Sportstück (Ein Sportstück) », l’Arche, Paris 1999.
• 1998 : « Désir et permis de conduire » , l’Arche, Paris 1999.
• 2003 : « Le Travail (Das Werk) » Berliner-Taschenbuch-Verlag Berlin.
• 2003 : « Drames de princesses. La Jeune Fille et la Mort I - V (Der Tod und das Mädchen I – V, Prinzessinnendramen, » L’Arche, Paris 2006.
• 2004 : « Bambiland », Rowohlt, Éditions Jacqueline Chambon, Paris 2006.
• 2006 : « Sur les animaux (Über Tiere) », Rowohlt Verlag, Reinbek.
• 2011 : « Winterreise », Le Seuil, Paris, 2012.
• 2011 : « Blanche-Neige et La Belle au bois dormant »
• 2012 : « Restoroute. Animaux », Verdier, 2012

Poésie
• 1967 : « L’Ombre de Lisa (Lisas Schatten) », Relief-Verlag Eilers, Munich

Scénarios
• 1982 : Les Exclus (Die Ausgesperrten),  
• 1991 : Malina de Werner Schroeter (d’après le roman éponyme d’Ingeborg Bachmann), coécrit avec le réalisateur.
• 2004 : Le Travail (Das Werk, d’après sa pièce) de Nicolas Stemann.
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

jeunesse - Elfriede Jelinek Empty Re: Elfriede Jelinek

Message par ArenSor le Lun 25 Mar - 19:40

Les Exclus

jeunesse - Elfriede Jelinek Visuel11

Un fait divers épouvantable qui défraya les journaux en 1965.
C’est « affreux, sales et méchants » ou « Chez ces gens-là » de Brel. D’abord, d’abord, y a le père, ancien officier SS qui a perdu une jambe à la guerre, réduit maintenant au rôle de portier, ayant comme passe-temps de faire des photos pornos, artistiques, de sa femme et de la battre, puis de la tromper. Dure vie lorsqu’on a été maître du monde en Pologne et en Ukraine…
La mère, elle, est totalement soumise et essaie maladroitement de limiter la casse.
Puis il y a les deux enfants, jumeaux, adolescents, Rainer et Anna. Ils n’ont qu’une hâte, fuir ce milieu moche, sale, sordide. Rainer se donne des airs de poète méprisant souverainement le monde qui l’entoure. Adepte de Camus et de l’acte gratuit, il se veut chef de bande et entraîne ses camarades dans des actes de crapulerie : tabassage d’un passant pour lui piquer son fric. Rainer est amoureux fou de Sophie.
Anna, la sœur de Rainer, pianiste de talent, est totalement renfermée sur elle-même, hantise de la souillure, anorexie… totalement inhibée, sauf en ce qui concerne le sexe.

« Anna méprise premièrement les gens qui ont une maison, une auto et une famille, et deuxièmement toutes les autres personnes. Elle est toujours à deux doigts d’exploser de rage. Un étang totalement rouge. L’étang est rempli de mutisme qui sans cesse la noie sous des paroles. »

Joyeux couple !

« Ils se tiennent à l’écart, non qu’ils craignent la lumière, mais la lumière les craint, et pour cause. En classe, comme dans le préau. La harde de loups se regroupe toujours dans les coins. Manifestant une sur-humanité incontestée que les autres aimeraient aussi manifester, mais ceux-ci atteignent à peine le niveau de sous-hommes d’ailleurs indispensables pour faire ressortir les performances sur-humaines. De leurs recoins obscurs ils étendent brusquement les jambes, et presque chaque fois tel fils à sa maman ou telle fille à son papa en jupe à carreaux fait un vol plané. »

Les camarades de jeu ne valent pas mieux : Hans, l’ouvrier aux beaux muscles et à la tête creuse. Il renie les convictions libertaires de ses parents : père fusillé à Mauthausen, mère passant son temps à coller des affiches, mettre sous enveloppes des tracts à l’intention du Parti. Hans rêve de belles bagnoles, de jazz et… de Sophie. En attendant, il entretient une liaison incandescente avec Anna.
Sophie « de », aristocrate, belle blonde sportive, famille très aisée, « propre sur elle ».

« Sourire blanc de Sophie, pure vierge lainée à qui un peu de woolite suffit. »

Elle est peut-être cependant la plus dangereuse du groupe, en tout cas la plus perverse.

Elfried Jelinek qualifie cet ouvrage de satire, terme important qui explique l’exagération, l’outrance, voire l’humour, même s’il est au second degré. Jelinek tire à boulets rouges sur la société autrichienne de l’après-guerre, hypocrite, non dénazifiée. On pense à Thomas Bernard, mais en plus noir ; plus encore au cinéma de Michael Hanecke (« Funny games » par exemple). On pense aussi aux performances extrêmes du groupe d’avant-garde des activistes viennois.
Jelinek a manifestement été marquée au fer rouge pendant son enfance et son adolescence. Elle a survécu grâce à l’écriture qui lui a permis de véhiculer une terrible violence interne. Je pense qu’il y a beaucoup d’elle dans le personnage d’Anna.
Un prix Nobel je pense bien mérité. Je vais poursuivre avec cette auteure (mais il faut des moments propices)  Very Happy


Mots-clés : #jeunesse #regimeautoritaire #satirique #sexualité #violence
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

jeunesse - Elfriede Jelinek Empty Re: Elfriede Jelinek

Message par Tristram le Lun 25 Mar - 22:47

Oui, dure (à lire), la dame...
« Dans les entrailles résonne un bruit de bêtes captives qui tentent à coups de pied de gagner la sortie. »

« Tant il est vrai que la vie se résume la plupart du temps à ceci : rien ne veut rester en son lieu. »
Elfriede Jelinek, Lust

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8451
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

jeunesse - Elfriede Jelinek Empty Re: Elfriede Jelinek

Message par Bédoulène le Mar 26 Mar - 7:34

d'après ton commentaire et comme tu le précises Arensor, je choisirais le moment pour une telle lecture.

Tous ses livres sont "durs" car j'en ai plusieurs ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12848
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

jeunesse - Elfriede Jelinek Empty Re: Elfriede Jelinek

Message par ArenSor le Mar 26 Mar - 8:22

C'est mon premier livre de Jelinek Bédoulène mais j'ai peur que les autres romans soient dans le même style. La violence me semble inhérente à l'écriture de cette écrivaine.
Une information intéressante trouvée dans Le Monde d'octobre 2016 sur Jelinek :

En 2009, elle a franchi un pas de plus dans la radicalité politique et artistique en désertant le marché du livre et en postant au jour le jour les pages de son « roman privé » Neid (« Envie », non traduit). Les textes de Jelinek appartiennent désormais à tout le monde et à personne. A tout moment, l’auteure peut les reprendre et les supprimer. A tout instant, le lecteur peut les télécharger, les consulter d’un bloc ou par morceaux, et les effacer. Plus rien n’est inscrit dans le marbre. Plus rien n’est sacré ni éternel. Et en plus c’est gratis ! Comme elle l’explique avec une ironie cinglante aux visiteurs de son site : « Vous pouvez faire tout ce que voulez, vous n’avez rien payé, moi, j’ai payé de ma vie, mais ça, ce n’est pas votre problème. »  
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

jeunesse - Elfriede Jelinek Empty Re: Elfriede Jelinek

Message par Bédoulène le Mar 26 Mar - 8:28

c'est donc sa personnalité, son caractère cette "radicalité" !

merci Arensor, je la lirai !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12848
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

jeunesse - Elfriede Jelinek Empty Re: Elfriede Jelinek

Message par Cliniou le Jeu 4 Avr - 22:33

"Ce qui arriva quand Nora quitta son mari" a été rejoué à Bruxelles il y a un mois.
Je n'ai pas lu Elfriede Jelinek, je n'ai vu que du théâtre d'elle.
C'est direct, lucide en ce qui concerne la condition de la femme, il y a aussi de l'humour et de la sensualité.
Il y a un décorum lourd = les codes de la socièté.
Il y a ceux qui gravitent autour: les hommes qui ne peuvent échouer et celles qui voudraient passer au travers: les femmes qui doivent arrêter de respirer pour donner de l'air à ces hommes.

Il n'y a rien de "dur", il y a surtout qu'on a la chair de poule. C'est fort, c'est très vrai et le combat est loin d'être gagné.
Cliniou
Cliniou

Messages : 613
Date d'inscription : 06/12/2016
Age : 49

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

jeunesse - Elfriede Jelinek Empty Re: Elfriede Jelinek

Message par Arturo le Ven 5 Avr - 16:55

Un bon souvenir de ma lecture des Exclus, j'ai Lust et Les amantes qui m'attendent ...
Arturo
Arturo

Messages : 3108
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

jeunesse - Elfriede Jelinek Empty Re: Elfriede Jelinek

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langue allemande


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum