Leila Slimani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Leila Slimani

Message par églantine le Ven 2 Déc 2016 - 17:43


Leila Slimani - Née en 1981



Source Wikipédia
Biographie

Élève du lycée français de Rabat, Leïla Slimani grandit dans une famille d'expression française1. Son père, Othman Slimani, est banquier ; sa mère est médecin ORL, mi-alsacienne, mi-marocaine. En 1999, elle vient à Paris pour ses études où elle est diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris3. Elle s'essaie au métier de comédienne (Cours Florent), puis décide de compléter ses études à ESCP Europe pour se former aux médias. À cette occasion, elle rencontre Christophe Barbier, alors parrain de sa promotion, qui lui propose un stage à L'Express1. Finalement, elle est engagée au magazine Jeune Afrique en 2008 et y traite des sujets touchant à l'Afrique du Nord4. Elle démissionne de la rédaction de Jeune Afrique en 2012, pour se consacrer à l'écriture, tout en restant pigiste pour le journal5.
En 2014, elle publie son premier roman aux éditions Gallimard, Dans le jardin de l'ogre. Le sujet (l'addiction sexuelle féminine) et l'écriture sont remarqués par la critique1,6,4,7 et l'ouvrage est sélectionné dans les cinq finalistes pour le prix de Flore 20148.
Son deuxième roman, Chanson douce, obtient le prix Goncourt 2016.

Bibliographie :

2013 : La Baie de Dakhla : itinérance enchantée entre mer et désert
2014 : Dans le jardin de l'ogre
2016 : Chanson douce
2016 : Le diable est dans les détails


Dernière édition par églantine le Ven 16 Déc 2016 - 12:23, édité 1 fois
avatar
églantine

Messages : 1962
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Leila Slimani

Message par églantine le Ven 2 Déc 2016 - 17:44





Chanson douce


Je ne vais surtout pas développer (pas envie ) mais ça n'étonnera pas ceux qui me connaissent bien si je dis que je n'ai pas DU TOUT aimé . Même si c'est un bon produit , intelligent , bien mené , savamment dosé qui fonctionne . Ecrit correctement . Juste correctement , on ne se pâme pas non plus .(Pour cela lisez La chef de Marie  NDIAYE si on reste dans l'actualité littéraire , c'est du pur génie !!! )
Quand je parle de "produit ", c'est déjà que je classe l'ouvrage dans une catégorie qui l éloigne de la littérature qui traversera les siècles. Disons que je n'ai pas ressenti d admiration comme lorsque je fais une vraie rencontre littéraire. De bons ingrédients utilisés et organisés avec une toute relative finesse : une peinture guère reluisante de notre société dans "une étude de cas "un peu extrême avec un aspect froid et clinique qui confère à l ensemble un aspect un peu thriller .L écriture accentue ce ressenti : style faussement journalistique mais où perce l ironie , le cynisme ...Mais ça reste de surface et un peu flottant. D ailleurs il n'y a aucune analyse psychologique , les personnages sont creux,vides, inconsistants , sans reliefs, des archétypes construits .Bon on comprend bien vite où elle veut en venir...Mais bon la société pourrie et les cloisonnages qui font qu on vit ensemble, qu on s exploite et qu on oublie de s arrêter et d être dans l altérité. ....ce n'est hélas pas nouveau. Son regard n apporte pas grand chose de plus finalement. Triste constat . Platement écrit.
Quant à la folie de la bonne associée à son vécu et sa misère sociale, c'est quand même maladroit et simpliste.....
Bref voilà
.A chaud. Sans me poser.


Dernière édition par églantine le Ven 2 Déc 2016 - 22:04, édité 1 fois
avatar
églantine

Messages : 1962
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Leila Slimani

Message par topocl le Ven 2 Déc 2016 - 17:45

Chanson douce.



Voila le genre de livre qui me laisse totalement dubitative. Largement encensé, "critique de notre société", "analyse de caractère"...
Personnellement j'y vois le portait peu nuancé d'un couple de bobos égocentriques et imbus d'eux-même avec leurs petits problèmes de riches, face à une nounou initialement parfaite puis qui peu à peu révèle des imperfections.
Mais les enfants l'aiment tant et c'est si simple... On passe alors de son côté, sa misère existentielle, on entend, les mots "mélancolie délirante", on dissèque peu à peu dans son désarroi et son délire. Et puis ça s'arrête là, sur ce meurtre des deux enfants annoncé à la page 1.
Ca se veut sans doute  explicatif tout en n'expliquant rien (évidemment il n'y a rien d 'explicable dans le meurtre de deux enfants), C'est une description clinique qui gomme l'affectif,  distante. Ca a au moins l'avantage d'éviter le scabreux ou le pathétique. C'est honnêtement écrit, sans plus. Bref, vraiment pas le roman qui m' a fait vibrer  ou qui me sert à grand chose.

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2826
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Leila Slimani

Message par Nadine le Ven 2 Déc 2016 - 21:57

églantine a écrit:Je ne vais surtout pas développer (pas envie ) mais ça n'étonnera pas ceux qui me connaissent bien si je dis que je n'ai pas DU TOUT aimé .

Eglantine, de quel livre tu parles ?
avatar
Nadine

Messages : 2098
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Leila Slimani

Message par églantine le Ven 2 Déc 2016 - 22:05

Nadine a écrit:
églantine a écrit:Je ne vais surtout pas développer (pas envie ) mais ça n'étonnera pas ceux qui me connaissent bien si je dis que je n'ai pas DU TOUT aimé .

Eglantine, de quel livre tu parles ?
Voilà Nadine , j'ai réparé . Wink
avatar
églantine

Messages : 1962
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Leila Slimani

Message par Nadine le Ven 2 Déc 2016 - 22:39

avatar
Nadine

Messages : 2098
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Leila Slimani

Message par Hanta le Mar 6 Déc 2016 - 23:07

Dans le jardin de l'ogre



Qu'il est dur d'écrire un avis sur ce livre ! Déjà parce que je suis un homme et que mon empathie fut dès lors limitée puisque je me suis davantage identifié au mari qu'à l'héroïne. Je ne suis pas sur que Leila Slimani souhaite qu'on plaigne cette héroïne de toute façon.
Ensuite car il s'agit d'une psychopathologie complexe, et il est difficile de s'informer objectivement tant les tabous sociaux et moraux persistent.
Néanmoins, je fus troublé et très ému par les tourments décrits et dont est victime Adèle, par cette sorte de vacuité existentielle qu'elle cherche irrationnellement à combler.
Leila Slimani est une grande auteure cela ne fait pas de doute pour moi. Elle parvient à créer une ambiance, à instaurer une profondeur psychologique et à sortir des stéréotypes de manière brillante. Nous sommes de suite happés par le récit qui au premier abord est pourtant loin de nos préoccupations.
Le style est fluide, d'une fluidité presque gênante car il ne semble rien avoir de particulier, puis au fil des pages on se rend compte que sa particularité est de décrire simplement et avec douceur les pires choses et les plus complexes événements ou sentiments.
C'est la force de Madame Slimani qui a tout pour inscrire son nom au panthéon de la littérature francophone. Ce livre restera longtemps grave en mon coeur et en ma mémoire


mots-clés : #pathologie #sexualité
avatar
Hanta

Messages : 689
Date d'inscription : 03/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Leila Slimani

Message par Mordicus le Sam 10 Déc 2016 - 19:08



Chanson douce

Où tout débute par la fin. Tout est résumé dans le premier paragraphe... :

*Phrase choc*:
«Le bébé est mort. Il a suffi de quelques secondes. Le médecin a assuré qu’il n’avait pas souffert.»

Ça donne le ton, pas de suspense.

Ça commence comme un fait divers. Comme un article de journal gratuit, trouvé sur une banquette usée de bus ou de métro. Le titre est accrocheur, on lit, fasciné d’horreur. Et là où le fait divers s’épuise en quelques lignes, Chanson douce remonte le fil petit à petit.
On colle aux omoplates de Louise, la nounou, la meurtrière, la quadra triste, menue, réservée (pour ne pas dire effacée). On la suit dans sa banlieue pourrie, on a mal au dos pour elle dans son canapé-lit, on la voit tristement cirer ses chaussures… Et surtout, on la voit rayonner au contact des enfants qu’elle garde pour ce couple de WorkingBoboAccomplis.
[Oui, oui, il y a de la caricature. On sait. Mais ça ne m'a pas tout à fait dérangée, car finalement, le Père ingé-son et la Mère avocate laissent place à Louise et aux enfants]

Le style est tellement fluide, si facile ! Ça passe crème.

J’ai tout de suite eu envie d’en savoir plus, sur Louise, sur son appart, son ex, l’appartement des parents, sur les enfants, sur les mille petits drames d’une vie qui puissent quelqu’un à commettre l’horreur. Je me suis fait voyeuse, j'avoue. Envie de comprendre l'affreux "pourquoi ?".

Louise est bourreau, mais aussi victime d’elle-même, de son manque d'action (elle sombre peu à peu), de ses absurdes manies, de son col Claudine, de son odeur de talc, de son vernis si bien appliqué. N’y voyez pas une femme fatale, mais une petite future vieille maniaque de détails.

C'est suffisamment détaillé pour que je puisse y voir la silhouette de Louise, celles des enfants, presqu'entendre un rire, imaginer la douceur du foyer... J'ai aimé suivre ces personnages durant quelques jours.
Oh, je n'en garderai pas un souvenir incroyable. Mais une image de trou de serrure, à regarder une parenthèse de drame, à frissonner d'effroi.

(Et merci à l'auteure de ne pas en avoir fait des caisses et de laisser le soin au lecteur de se dépatouiller de sentiments contradictoires... À vouloir parfois plaindre Louise, et parfois lui mettre deux claques et l'interner une bonne fois pour toute)

Bisous !

[Je me suis permise de récupérer cet avis de Farpum vu qu'il était presque récent.]

_________________

Je suis sensible au divertissement
Mes gencives savent que le dentiste ment
La drogue agit sur moi lentement
Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
avatar
Mordicus

Messages : 862
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Myocarde

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Leila Slimani

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum