Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Anthony Mann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Anthony Mann Empty Anthony Mann

Message par animal le Dim 14 Avr - 21:44

Anthony Mann
(1906-1967)

Anthony Mann Anthon10

Dès l'âge de dix ans, Anthony Mann s'intéresse au théâtre. Il exerce plusieurs métiers de la scène dont celui d'acteur et devient metteur en scène au Federal Theatre de New York, où il reste de 1933 à 1938. Engagé comme dénicheur de talent par le producteur David O. Selznick, il devient assistant réalisateur en 1938.

De 1942 à 1949, Anthony Mann signe des films de série B dotés de budgets modestes. Avec La Brigade du suicide (1947), qui est un succès commercial, il s'impose comme metteur en scène et passe à un stade supérieur. Souvent accompagné du chef opérateur John Alton qui donne à l'image une texture inquiétante, il tourne avec lui Incident de frontière (1949). Sa caméra donne une résonance dramatique aux décors naturels, dans un style qui préfigure nettement celui des westerns que le cinéaste va tourner peu après. Si Anthony Mann exerce jusqu'alors une certaine influence sur le film noir, c'est dans le western que son sens de la tragédie s'épanouit. " Je crois que le western est le genre le plus populaire et il donne plus de libertés que les autres pour mettre en scène des passions et des actions violentes [...] et puis, il libère tout ce que les personnages ont au fond d'eux-mêmes ", déclare-t-il (Positif, 1968). En effet, Anthony Mann réalise des westerns classiques par leur respect des formes, leur art sobre et mesuré, leur référence à un âge idyllique, leur intérêt pour des caractères nobles et humains. Il affiche son goût pour des individualités complexes, soumises à des vices et à des passions contradictoires. Son sens de la technique, fait de cadrages nets et rigoureux, reflète un attachement à des valeurs picturales. Avec le scénariste Borden Chase et son acteur fétiche James Stewart, il signe des westerns qui font date : Winchester 73 (1950), Les Affameurs (1952), L'Appât (1953), L'Homme de la plaine (1955). Durant cette période féconde de 1950 à 1958, qui culmine avec un western épique et grave (L'Homme de l'Ouest), Mann réalise un film de guerre, Cote 465 (1957), où l'on reconnaît son sens du détail et de l'intensité des passions. Les dernières années de sa carrière donnent cours à des superproductions. Il signe un Cid (1961), avec Charlton Heston, qui recueille les faveurs de la critique. Il s'éteint sur le tournage de Maldonne pour un espion (1967).

bifi.fr

Filmographie:
1939 : The Streets of New York (TV)
1942 : Dr. Broadway
1942 : Moonlight in Havana
1943 : Nobody's Darling
1944 : My Best Gal
1944 : Strangers in the Night
1945 : Two O'Clock Courage
1945 : La Cible vivante (The Great Flamarion)
1945 : Sing Your Way Home
1946 : Strange Impersonation
1946 : The Bamboo Blonde
1947 : Desperate + scénario
1947 : L'Engrenage fatal (Railroaded !)
1947 : La Brigade du suicide (T-Men)
1948 : Marché de brutes (Raw Deal)
1948 : Il marchait dans la nuit (He Walked by Night) (non crédité)
1949 : Le Livre noir (Reign of Terror)
1949 : Incident de frontière (Border Incident)
1950 : La Rue de la mort (Side Street)
1950 : Les Furies (The Furies)
1950 : La Porte du diable (Devil's Doorway)
1950 : Winchester '73
1951 : Le Grand Attentat (The Tall Target)
1951 : Quo Vadis de Mervyn LeRoy (Anthony Mann tourne les scènes de l'incendie de Rome)
1952 : Les Affameurs (Bend of the River)
1953 : L'Appât (The Naked Spur)
1953 : Le Port des passions (Thunder Bay)
1953 : Romance inachevée (The Glenn Miller Story)
1954 : Je suis un aventurier (The Far Country)
1955 : Strategic Air Command
1955 : L'Homme de la plaine (The Man from Laramie)
1955 : La Charge des tuniques bleues (The Last Frontier)
1956 : Serenade (Serenade)
1957 : Cote 465 (Men in War)
1957 : Du sang dans le désert (The Tin Star)
1958 : Le Petit Arpent du bon Dieu (God's Little Acre)
1958 : L'Homme de l'Ouest (Man of the West)
1960 : Spartacus. Film terminé et signé par Stanley Kubrick probablement en raison de désaccords avec Kirk Douglas, producteur du film.
1960 : La Ruée vers l'Ouest (Cimarron)
1961 : Le Cid (El Cid)
1964 : La Chute de l'empire romain (The Fall of the Roman Empire)
1965 : Les Héros de Télémark (The Heroes of Telemark)
1968 : Maldonne pour un espion (A Dandy in Aspic)

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9607
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Anthony Mann Empty Re: Anthony Mann

Message par animal le Dim 14 Avr - 22:10

Anthony Mann Vlcsna17

La charge des tuniques bleues / The Last Frontier (1955)

Un trio de trappeur se fait détrousser par des indiens avec lesquels ils s'entendaient pourtant bien... Dans l'embarras ils s'engagent comme éclaireurs aux côtés de l'origine de la discorde. Des soldats fraîchement implantés.

Liberté, civilisation, l'homme des bois (Victor Mature) importe sa fougue dans l'entreprise policée et précaire de la survie en milieu hostile. Il rencontre aussi l'amour... La passion se confronte aussi à la vanité et la violence est très présente.

Du style et quelques inégalités et des gesticulations plus ou moins imbibées mais de belles images dans l'ensemble et un scénario dramatique assez solide qui joue du stéréotype mais avec dynamique. Le Colonel Marston (Robert Preston) est de la même étoffe que le Penderton/Brando de Reflets dans un oeil d'or, dans un élan de faiblesse meurtrière...

Western humaniste en grand à reflets intimistes (un rien grandiloquents) qui fait du bien. Une bonne idée pour le dimanche après midi de revenir à Anthony Mann.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9607
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Anthony Mann Empty Re: Anthony Mann

Message par Avadoro le Lun 15 Avr - 8:15

C'est toujours une belle inspiration de revoir un western d'Anthony Mann. Une forme de classicisme empreinte de sérénité, d'épure, avec une sensibilité singulière qui parvient à donner une intensité et une complexité à ses personnages.
Avadoro
Avadoro

Messages : 723
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 33

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Anthony Mann Empty Re: Anthony Mann

Message par ArenSor le Dim 28 Avr - 19:02

Les Affameurs (Bend of the river) 1952

Anthony Mann Affame10

Un convoi de chariots cahote sur une vague piste sur fond de montagnes enneigées. A sa tête, un ancien hors-la-loi (James Stewart) conduit le groupe de fermiers vers les terres à conquérir de l’Oregon. Un autre ancien malfrat (Arthur Kennedy) vient lui donner un joli coup de main lors d’une attaque d’indiens. Enfin une troisième fine gâchette rejoint les deux autres à Portland, en la personne d’un joueur de poker (Rock Hudson). La situation va se compliquer avec la découverte de l’or. L’entrepreneur chargé de faire amener les vivres aux colons fait de la rétention en spéculant sur l’inflation des prix. S’ensuit une course folle à travers rivières et défilés montagneux. Mais les trois compères résisteront-ils aux sommes d’argent fabuleuses que leur offrent les chercheurs d’or en échange de ces vivres ?
Les Affameurs est un de ces bons vieux westerns qu’on à plaisir à revoir. Certes, le film charrie une quantité de clichés du genre : les vilains indiens, les valeureux pionniers au cœur pur, le bon et le méchant larron, la rédemption, la malédiction de l’or et de l’argent… Sans compter le rôle ambigu de Stepin Fetchit se complaisant dans le rôle du noir resté au stade de l’enfance. Néanmoins, la personnalité des protagonistes est assez poussée et l’interaction de l’homme avec la nature plutôt originale. Le rythme est soutenu avec un suspens allant croissant, même si on se doute rapidement que le bon finira par gagner ! Très belle maîtrise de construction.
Surtout, j’ai été sensible à ces couleurs particulières du technicolor (utilisé pour la première fois par Anthony Mann), profitant d’une projection proposée par le cinéma « Art et essai » de ma ville. Je le souligne encore une fois, mais je reste persuadé que les films sont destinés à être vus sur grand écran et non sur ceux de nos télévisions ou de nos ordis. Very Happy
ArenSor
ArenSor

Messages : 1834
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Anthony Mann Empty Re: Anthony Mann

Message par Bédoulène le Dim 28 Avr - 20:59

bon souvenir ! et j'aime ces bons vieux westerns

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 11949
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Anthony Mann Empty Re: Anthony Mann

Message par bix_229 le Dim 28 Avr - 21:33

Egalement. Il reste un des meilleurs auteurs de western.
Un genre que j'ai toujours aimé.
Avec Boetticher, Delmer Daves, Ford, Huston, Peckinpah, Hawks, Aldrich, Penn, Siegel, De Toth, Wellman et quelques
autres.
bix_229
bix_229

Messages : 9695
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Anthony Mann Empty Re: Anthony Mann

Message par églantine le Dim 28 Avr - 21:45

Quand j'étais petite , j'adorais les westerns . Vous me faites envie.
Il faudrait que je recommence à en regarder  tiens . Anthony Mann 575154626
églantine
églantine

Messages : 4077
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 53
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Anthony Mann Empty Re: Anthony Mann

Message par animal le Dim 28 Avr - 22:33

@ArenSor a écrit:profitant d’une projection proposée par le cinéma « Art et essai » de ma ville. Je le souligne encore une fois, mais je reste persuadé que les films sont destinés à être vus sur grand écran et non sur ceux de nos télévisions ou de nos ordis. Very Happy
Veinard !

Je me demande si je ne l'ai pas vu. sur petit écran.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9607
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Anthony Mann Empty Re: Anthony Mann

Message par Tristram le Dim 28 Avr - 22:35

Et je te frime parce que j'ai une ville, avec cinéma en plus...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 7581
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Anthony Mann Empty Re: Anthony Mann

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions arts divers :: Cinéma, TV et radio :: Réalisateurs

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum