Carilda Oliver Labra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Carilda Oliver Labra

Message par Chamaco le Mar 6 Déc - 23:18

Carilda Oliver Labra
(Née en 1922)



Carilda Oliver Labra est née à Matanzas (Cuba) en 1922.
En 1950 elle gagne le Prix national de poèsie avec son livre "Al sur de mi garganta" (au sud de ma gorge)…





Un de ses poèmes très connu (à Cuba..?):


Me desordeno, amor, me desordeno

Me desordeno, amor, me desordeno
cuando voy en tu boca, demorada;
y casi sin por qué, casi por nada,
te toco con la punta de mi seno.

Te toco con la punta de mi seno
y con mi soledad desamparada;
y acaso sin estar enamorada
me desordeno, amor, me desordeno.

Y mi suerte de fruta respetada
arde en tu mano lúbrica y turbada
como una mala promesa de veneno;

y aunque quiero besarte arrodillada,
cuando voy en tu boca, demorada,
me desordeno, amor, me desordeno.

ma traduction sous réserve de mieux :

Tu me bouleverses, amour, tu me bouleverses.

Tu me bouleverses, amour, tu me bouleverses
Quand je vais dans ta bouche, en retard,
Et presque sans raison, presque pour rien
je te touche avec la pointe de mon sein

je te touche avec la pointe de mon sein
et avec ma solitude abandonnée;
et peut être sans t'aimer
tu me bouleverses amour, tu me bouleverses

Et mon sort de fruit respecté
brûle dans ta main lubrique et troublée
comme une mauvaise promesse de poison;

et bien que je veuille t'embrasser agenouillée,
Quand je vais dans ta bouche, en retard,
Tu me bouleverses, amour, tu me bouleverses.





Mots-clés : #poésie


Dernière édition par Chamaco le Sam 10 Déc - 13:18, édité 2 fois
avatar
Chamaco

Messages : 1336
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 70
Localisation : Au balcon du Luberon

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Carilda Oliver Labra

Message par Chamaco le Mar 6 Déc - 23:18

MUCHACHO
Muchacho loco: cuando me miras
con disimulo, de arriba a abajo,
siento que arrancas tiras y tiras
de mi refajo.

Muchacho cuerdo: cuando me tocas
como al descuido la mano, a veces,
siento que creces
y que en la carne te sobran bocas.

Y yo tan seria, tan formalita,
tan buena joven, tan señorita,
para ocultarte también mi sed

te hablo de libros que no leemos,
de cosas tristes, del mar con remos;
te digo: usted...

Je pense avoir traduit le poème ci dessus, il s'est avéré difficile, surtout une expression au huitième vers, si vous avez meilleur je suis preneur.

Garnement

Garnement, quand tu me regardes
En cachette, de haut en bas,
Je sens que tu arraches ma jupe
bandes après bandes.

Garçon sage, quand tu me touches
Avec negligence la main, parfois
Je sens que tu grandis,
Et que dans ma chair restent tes lèvres.

Et moi si sérieuse, si formelle,
Si bonne jeune, si demoiselle
pour te cacher, aussi, ma soif.

Je te parle de livres que nous ne lisons pas,
De choses tristes, de mer à la rame
Je te dis : vous
avatar
Chamaco

Messages : 1336
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 70
Localisation : Au balcon du Luberon

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Carilda Oliver Labra

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 6 Déc - 23:56

Encore une fois, merci! Smile

On peut dire que les poètes cubains sont quelque chose! Et qu'on mette une poétesse, c'est encore plus dans le propos.

J'aime bien le style de Carilda. Sa façon de prendre les devants, d'introduire son propos, ça m'interpelle. Wink
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 792
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 35
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Carilda Oliver Labra

Message par Chamaco le Dim 18 Déc - 20:14

Merci JHB

J'en ai trouvé un autre, reste à le traduire dès que je peux :





El miedo






Entre los miedos que me ha dado tu muerte
hay uno.

No es el miedo a perder tus ojos de sálvame
ni a que de pronto,
al abrir un mueble,
la ropa se te parezca.

No es el miedo a que el óxido fatigue
tus cuchillos,
a que el tiempo apague tu último cigarro.
No es el miedo a que aparezca entre mis cosas
otra receta inútil
ni el miedo a sentirme desnuda sin tus manos.

No es el miedo a confundirte conmigo
sino a que caigas
de mi memoria
y yo no recuerde la forma donde estabas.

---------------------------------------------------------

La peur

Parmi les peurs que m'a donnée ta mort,
il y en a une.

à suivre...
avatar
Chamaco

Messages : 1336
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 70
Localisation : Au balcon du Luberon

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Carilda Oliver Labra

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum