Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Abdelwahab Meddeb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Abdelwahab Meddeb  Empty Abdelwahab Meddeb

Message par tom léo le Lun 17 Juin - 22:36

Abdelwahab Meddeb
1946 - 2014


Abdelwahab Meddeb  Abdelw10

Abdelwahab Meddeb (عبد الوهاب المدب), né en 1946 à Tunis et mort le 6 novembre 2014 à Paris, est un écrivain, poète et animateur de radio franco-tunisien.
Sa généalogie associe du côté de sa mère une lignée patricienne tunisoise — son grand-père Belhaj est d'origine tripolitaine et sa grand-mère Lasram d'origine yéménite — et du côté de son père une famille active dans les souks de Tunis et dans la grande mosquée et université de la Zitouna (fondée au milieu du IXe siècle). D'origine morisque, comptant parmi les crypto-musulmans expulsés d'Espagne à la suite du décret promulgué par le roi Philippe III le 22 septembre 1609, les aïeux paternels trouvent d'abord refuge au Maroc où leur descendance séjourne plus d'un siècle avant de s'établir à Tunis dans le dernier quart du XVIIIe siècle, après une résidence à Zaghouan, gros bourg de fondation morisque à 50 kilomètres au sud de Tunis.

Abdelwahab Meddeb grandit dans une famille traditionnelle, conservatrice et pieuse. Il commence à apprendre le Coran sous l'autorité de son père dès l'âge de quatre ans puis entre à l'école franco-arabe de Tunis deux ans après, dans une annexe du Collège Sadiki consacrée à l'enseignement primaire. À partir de quatorze ans, il se passionne pour la littérature française en lisant ses grands classiques. Après trois années à l'université de Tunis, il entame des études de lettres et d'histoire de l'art à l'université Paris Sorbonne-Paris IV et s'établit à Paris en 1967 où il vit par la suite. Il obtient au terme de ces études une licence en 1969 et une maîtrise de lettres en 1970.

Parmi ses premières publications datant du milieu des années 1970 figurent des essais (parus notamment dans Les Cahiers du cinéma et Les Temps modernes) et des poèmes (édités par la revue Change). Entre 1972 et 1973, il collabore avec la maison d'édition Dictionnaires Le Robert pour des notices concernant l'islam et l'histoire de l'art. Entre 1973 et 1974, il devient lecteur aux Éditions du Seuil. De 1974 à 1988, il est conseiller littéraire et directeur de collection aux éditions Sindbad et contribue à faire connaître les auteurs classiques des littératures de langue arabe et persane ainsi que les grandes voix du soufisme.

En 1983, il traduit en français le roman « Saison de la migration vers le nord » de Tayeb Salih. De 1987 à 1995, il enseigne à titre de professeur invité aux universités de Genève, de Yale, de Florence et de Paris-Descartes en tant que spécialiste de littérature comparée (Europe et monde islamique), de littérature arabe francophone et d'histoire du soufisme. En 1991, il soutient à l'université d'Aix-Marseille une thèse de doctorat s'intitulant Écriture et double généalogie, la « double généalogie » étant celle de l'Europe des Lumières et du monde arabo-islamique. Il donne également des cours à l'École supérieure d'électricité et dirige un programme de recherches à la Fondation Transcultura.

Entre 1992 et 1994, il codirige la revue Intersignes avec le psychanalyste Fethi Benslama et fonde en 1995 sa propre revue baptisée Dédale. En 1997, il fonde également une collection du même nom à la maison d'édition Maisonneuve et Larose. De 1995 à 2011, il enseigne la littérature comparée (Europe et monde islamique) à l'université Paris-X. À la demande de Patrice Gélinet, alors directeur de la station radiophonique France Culture, il crée en octobre 1997 l'émission hebdomadaire Cultures d'islam. Ensuite, il participe également, en tant qu'auteur et chercheur, à de nombreux débats ou séminaires consacrés aux rapports entre l'islam et l'Europe et collabore à plusieurs revues, dont Esprit ou Communication. Il a également collaboré à deux films : La Calligraphie arabe (1986) de Mohamed Charbagi et Miroirs de Tunis (1993) de Raoul Ruiz. Il a en outre traduit certaines œuvres de soufis tels que notamment Sohrawardi ou Abû Yazid al-Bistami.
source : Wiki

OEUVRE :

- Talismano, 1979.
- Phantasia, 1986
- Tombeau d'Ibn Arabi, 1987.
- Les Dits de Bistami, 1989.
- La Gazelle et l'enfant, 1992.
- Récit de l'exil occidental par Sohrawardi, 1993.
- Les 99 stations de Yale, 1995.
- Image et l'Invisible, 1995.
- Blanches traverses du passé, 1997.
- En Tunisie, avec Jellal Gasteli et Albert Memmi, 1998.
- Aya dans les villes, Saint-Clément-de-Rivière, 1999.
- Matière des oiseaux, 2002.
- La Maladie de l'islam, 2002.
- Face à l'islam, 2003.
- Saigyo. Vers le vide, 2004.
- L'Exil occidental, 2005.
- Tchétchénie surexposée avec Maryvonne Arnaud, 2005.
- Contre-prêches, 2006.
- Islam, la Part de l'Universel, 2006.
- La Conférence de Ratisbonne : enjeux et controverses, avec Jean Bollack et Christian Jambet, 2007
- Sortir de la malédiction. L'islam entre civilisation et barbarie, 2008.
- Pari de civilisation, 2009.
- La plus belle histoire de la liberté, avec Nicole Bacharan et André Glucksmann, 2009.
- Les Femmes, l'amour et le sacré, ouvrage collectif avec notamment Michael Barry, Jean Clair et Olivier Germain-Thomas, 2010.
- Le Voyage initiatique, ouvrage collectif avec notamment Giorgio Agamben, Jean-Luc Nancy et Barbara Cassin, 2011.
- Printemps de Tunis, la métamorphose de l'histoire, 2011.
- La Lecture insistante (autour de Jean Bollack), 2011.
- The Architectures of Babel. Creation, Extinctions and Intercessions in the Languages of the Global World, 2011.
- Dégage ! Une révolution, avec Colette Fellous, Georges Wolinski et Akram Belaid, 2012.
- Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours, 2013.
- Portrait du poète en soufi, 2014
- Instants soufis, 2015
tom léo
tom léo

Messages : 1104
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Abdelwahab Meddeb  Empty Re: Abdelwahab Meddeb

Message par tom léo le Lun 17 Juin - 22:46

J'hésitais de mettre une biographie de Meddeb si longue, mais il me semble que pour celui qui s'intéresse à son oeuvre, il s'y cache déjà beaucoup d'informations qui aident à situer la personne et l'oeuvre. En découvrant ce dernier livre publié de lui (voir en bas), j'ai découvert dès le début un homme d'une érudition visiblement surprenante: pas juste dans la domaine de l'Islam, mais apparemment justement chez lui, aussi dans "nos" modes de pensées. C'est clair aussi, que sa vision est empreinte d'une recherche d'intériorité que nous n'associons malheureusement pas toujours avec l'Islam. Lui il parle et VIT (car ce n'est pas dans ce sens-là purement un rapport distancié) dans la tradition soufie dont il espère une contribution au dialogue entre les spiritualités, et une expression de l'intériorité qui dépasse pour ainsi dire les limites d'une appartenance.

Ainsi il a pu et du vivre en lui-même une réconciliation de courants différents, entre la France et la Tunésie, les fondements de culture occidentaux et ceux de l'Orient. Cela a abouti apparemment à quelque chose d'extrêmement fructifiant!


Abdelwahab Meddeb  41w5ng10

Instants soufis


Originale : 2015

CONTENU :
Albin Michel a écrit:Ces pages retracent la vie d’illustres soufis. Les dits du maître andalou Ibn ‘Arabî, du grand mystique Rûmî, ou encore de Râbi’a, cette femme poète du Xème siècle, sont autant de rappels des merveilles de l’islam, autant d’antidotes aux fausses prédications et aux simplifications meurtrières. La sagesse soufie se dit dans les fulgurances de paradoxes qui rudoient l’étroitesse de l’esprit et son aveuglement. Elle s’offre comme une exemplarité spirituelle qu’Abdelwahab Meddeb, en poète et en érudit, a toujours visée. Ce livre auquel il a travaillé jusqu’à son dernier souffle en est le témoignage saisissant.


Dieu est beau et Il aime la Beauté. (Hadith)

REMARQUES :
Voici le dernier livre paru d'Abdelwahab Meddeb sur lequel il travailla jusqu'à sa mort. Il se trouve même pas encore mentionné sur les bibliographies, voir en haut. C'est comme un héritage qu'on pourrait lire ce livre, exemple d'un Islam mystique, ouvert au dialogue qui a rien d'un Islam politique ou légaliste mais qui cherche vraiment la proximité avec Dieu (et le prochain dans une dimension large).

Meddeb a écrit:« Pour dire un islam libre, ouvert à l'altérité, allant vers l'aventure de la création, dans l'audace, la singularité, capable de s'adapter à toutes les évolutions, souverain, dans la certitude et l'orgueil de soi, humble, n'ayant peur ni de soi ni de l'autre, non hégémonique, actif dans le non-agir, allié des l'esprit, donnant réponse aux problèmes que nous vivons, de l'écologie à la conscience citoyenne, antidote contre le fanatisme, l'atteinte à la Nature, à la Beauté, proposant l'alliance avec la Beauté qui est en péril dans nos villes comme dans nos campagnes, faisant l'éloge de toutes les singularités. »

Il contient un préface (presque aussi un discours d'Adieu) de Christian Jambert, puis une introduction de l'auteur lui-même, dont le cœur est dechiré de voir l'Islam pris en otage par ceux qui s'en reclament (les « Islamistes ») mais qui le défigurent de son essence même.

Suivent alors 33 « Moments soufis » qui reprennent des méditations quotidiennes sur une radio lors du Ramadan en 2014. Par là on peut entendre des condensés, des points de cristalisation d'une attitude dans une personne concrète de la tradition soufie, ou un événements clé, une rencontre, une parole. Cela pourrait être, dans un certain sens, rapproché aux descriptions des vies de Saints dans le christianisme. Des personnes qui par leur vie incarnent peut-être beaucoup mieux que des dogmes, des règles extérieurs, le sens caché d'un enseignement. On donne juste quelques petites infos biographiques, on ne s'y attarde pas, pour exprimer comme l'essentiel que cet homme, cette femme a pu vivre et exprimer.


« Mon Dieu ! S'il est prévu que tu chaties l'une de tes créatures par le feu, je te demande d'amplifier ma propre créature au point que les flammes de l'enfer ne puissent consumer nul autre que moi. »

Abû Yazid Bestâmi

Ô musulmans, comment délibérer ? Moi, je ne sais qui je suis
je ne suis ni chrétien, ni juif, ni zoroastrien, ni musulman
ni d'Orient, ni d'Occident, ni d'en haut, ni d'en bas
ni des éléments de la nature, ni des spères qui tournent
je ne suis ni hindou, ni chinois, ni bulgare, ni turc,
ni d'Irak, ni du Khorassan
Mon signe est un non-signe, mon lieu un non-lieu
Je ne suis ni corps ni esprit
Mon âme est l'Esprit des esprits
Lorsque je profère la dualité je vois le monde Un
Je vois Un, je chante Un, je sais Un, le lis Un.

Jalâloddin Rûmî

- - - - - -

Je T'aime de deux amours, l'un tout entier pour l'amour, l'autre parce que Tu es digne d'être aimé.
Le premier c'est de me dépouiller de tout autre que Toi.
Le second c'est d'ôter tous les voiles afin qu'à nu je Te voie.
De l'un ni de l'autre je ne veux être louée. Mais pour l'un et pour l'autre, louange à Toi !

Râbi'a al-'Adawiyya

- - - - - - - - - - -

Nûna Fâtima bint ibn al-Muthannâ sur Ibn 'Arabi :
« De tous ceux qui viennent me voir, il est le seul à venir entier, ne laissant rien de lui ailleurs. Il faut être là où l'on est de toute sa ersonne. C'est une règle de la voie. »

Ibrâhim ibn al-Adham dit à quelqu'un :
« Ne désirez aucune chose ni d'ici-bas ni de l'au-delà ; mettez le vide en vous pour que Dieu y soit seul dans rien d'autre, et approchez-vous de lui. »


Mots-clés : #religion #spiritualité
tom léo
tom léo

Messages : 1104
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Documents et essais :: Spiritualité et religions


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum