Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


William Trevor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

contemporain - William Trevor Empty William Trevor

Message par kashmir le Sam 6 Juil 2019 - 16:06

William Trevor
( 1928 - 2016 )

contemporain - William Trevor W_trev11

William Trevor naît en 1928 dans une famille protestante de Mitchelstown (Baile Mhistéala), petite ville des environs de Cork où son père travaille comme employé à la Bank of Ireland. Il suit d'abord ses études au collège de St Columba, dans le comté de Dublin, puis à Trinity College (Dublin), où il obtient son diplôme d'histoire. Il se consacre alors à la sculpture.

Marié à Jane Ryan depuis 1952, il quitte l'Irlande en 1954 pour s'installer à Londres, où il occupe quelques années un poste de rédacteur dans une agence de publicité. En 1958, paraît son premier roman, A Standard of Behaviour.

Son art de la nouvelle est souvent comparé à celui de Tchekhov.

William et Jane Trevor ont vécu dans le Devon pendant de nombreuses années. En 1989, William Trevor a publié une anthologie de nouvelles irlandaises, The Oxford Book of Irish Short Stories, puis, en 1993, son autobiographie, intitulée Excursions in the Real World.
Wikipedia

Ouvrages traduits en français :


Romans
Les Statues de sel (The Old Boys, 1964)
Les Enfants de Dynmouth (The Children of Dynmouth, 1976)
Coups du sort (Fools of Fortune, 1983)
Les Splendeurs d'Alexandra (Nights at the Alexandra, 1987)
Le Silence du jardin (The Silence in the Garden, 1988)
Two Lives (1991), contient deux courts romans intitulés :
- En lisant Tourgueniev (Reading Turgenev)
- Ma maison en Ombrie (My House in Umbria)
Le Voyage de Felicia (Felicia's Journey, 1994)
Mourir l'été (Death in Summer, 1998)
Lucy (The Story of Lucy Gault, 2002)
Cet été-là (Love and Summer, 2009)

Recueils de nouvelles
Les anges dînent au Ritz (Angels at the Ritz and Other Stories, 1975)
Lune oisive (Lovers of their Time, 1978)
Secrets intimes (The News from Ireland and Other Stories, 1986)
The Collected Stories (1992), édition augmentée en 2003 ; publié en français en deux volumes sous les titres :
- Mauvaises Nouvelles
- Très Mauvaises Nouvelles
- réédition partielle sous le titre Le Visiteur et autres nouvelles

Je n'ai parlé que des ouvrages traduits en français : en allant ICI, vous pourrez consulter sa bibliographie complète.
kashmir
kashmir

Messages : 1826
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

contemporain - William Trevor Empty Re: William Trevor

Message par kashmir le Sam 6 Juil 2019 - 18:30

Le silence du jardin :
contemporain - William Trevor Le_sil10

Un manoir perdu dans une petite île au large des côtes de l'Irlande, au début des années trente, où de braves gens comme vous et moi se contentent de mener leur vie...c'est-à-dire la ratent de belle façon.
Ils sont protestants mais font bon ménage avec les catholiques du cru - ce qui n'empêche pas les préjugés et la solide bêtise d'être équitablement répartis entre les uns et les autres. Ce qui n'empêche pas non plus qu'on s'aime, qu'on souffre, qu'on regrette, qu'on espère... et que l'on s'assassine gentiment dans les coins. On marie une jeune fille qui n'est plus très jeune... On fornique en cachette en s'imaginant que l'honneur est sauf...On rêve à des amours impossibles...On fait des enfants...On meurt : tout cela dans le désordre, qui reste la grande loi de la vie. Chronique impitoyable - et tendre, pourtant - d'une grande famille sur le déclin, Le Silence du jardin n'est pas sans évoquer le climat des derniers films de James Ivory : dérision et compassion.
L'Irlande en plus : ses rhododendrons sauvages ; ses bourgs fouettés par le vent, où l'on compte trente-sept pubs pour deux mille habitants ; sa religiosité manique ; sa bière brune qui laisse un goût amer dans la bouche ; sa folie furieuse ; sa poésie si douce... En prime, l'art diabolique de Trevor qui laisse filer son récit au gré des rencontres, apprivoise tous les points de vue, partage tous les délires sans les juger...
et s'offre le luxe de nous mener par le bout du nez jusqu'à la dernière page, distillant son poison avec un art que n'aurait pas désavoué le regretté Alfred Hitchcock.
Présentation de l'éditeur.

Lecture choisie pour continuer au gré des jardins : celui-là est en Irlande. Celle des années 1930 à 1960 et c'est l'histoire de l'existence de plusieurs membres d'une même famille et de leurs domestiques. Egalement l'histoire d'une demeure et de ses jardins...
Mais dont on ne peut raconter grand chose au risque de dévoiler tout l'intérêt du récit.

Les personnages sont attachants pour certains, détestables pour d'autres et la voix de plusieurs opinions nous raconte le quotidien de cette petite communauté.
C'est une lecture mélancolique qui nous parle d'êtres qui cherchent la façon de vivre une existence au plus près de leurs motivations, au plus près de leurs espérances.

Il y a toujours une certaine nostalgie dans les récits de William Trevor peuplés d'êtres parfois bien désemparés.

Ce n'est pas mon roman préféré de cet écrivain, mais c'est , cependant, un merveilleux moment de lecture.


Mots-clés : #contemporain #viequotidienne


Dernière édition par kashmir le Dim 7 Juil 2019 - 17:10, édité 1 fois
kashmir
kashmir

Messages : 1826
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

contemporain - William Trevor Empty Re: William Trevor

Message par topocl le Sam 6 Juil 2019 - 20:39

En 2016 , à propos de Lucy, j'avais écrit :


J'ai beaucoup aimé ce roman habité, qui parle avec tendresse de personnages bienveillants et plein d'humilité, au destin bouleversé par leurs fautes originelles. Trevor insuffle un souffle qui ressemble à un vent mélancolique et tiède, les personnages ballotés par les circonstances, n'en n'ont pas moins une présence obstinée et déroutante.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

contemporain - William Trevor Empty Re: William Trevor

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum