Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


François Augiéras

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty François Augiéras

Message par Aventin le Dim 14 Juil - 20:49

François Augiéras
Écrivain et peintre.
Né à Rochester (État de New York, États-Unis) le 18 juillet 1925 et décédé à Périgueux le 13 décembre 1971.
portrait - François Augiéras Augizo10
Biographie:
Difficile d'en trouver une courte, même sur Babellio ou wikipedia. En plus elles ne sont parfois pas tout à fait...convergentes.
La raison en est, sans nul doute, qu'Augiéras a toujours martelé que son œuvre première n'est ni sa peinture, si ses écrits, mais sa vie: d'où une nécessaire biographie plus étoffée.

J'ai retouché, complété d'une main et allégé de l'autre celle-ci, qui provient du site La Cheminante:

François Augiéras est le fils de Pierre Augiéras, un pianiste français renommé, et d’une mère peintre sur porcelaine d’origine polonaise. Pierre Augiéras, installé aux États-Unis pour raisons professionnelles, meurt d’une appendicite deux mois avant la naissance de son fils. Arrivé en France quelques mois après sa naissance (sur le paquebot du même nom), François Augiéras passe son enfance seul avec sa mère.
À Paris, qu’il trouve sinistre, commence son parcours d'écolier (à Stanislas).
Il vit ensuite à Périgueux, où sa mère s’installe alors qu'il a huit ans, histoire de se rapprocher d'une tante.
À l’âge de treize ans, à la bibliothèque municipale, il découvre entre autres André Gide, Nietzsche et Arthur Rimbaud, toutes lectures un tantinet précoces (et mal digérées).
C'est aussi à treize ans (en classe de cinquième) qu'attiré par l’art, il quitte l’école (l'institution Saint-Joseph à Périgueux) pour suivre des cours de dessin.

En 1941, il s’inscrit dans des mouvements de jeunesse qui prolifèrent sous le régime de Vichy (la JFOM -très vychiste-, Jeunesse de France et d'Outre-mer, la SPES, Société Périgourdine d'éducation sportive, et les Compagnons de France).
Mais dès 1942 il s’en détache pour devenir acteur dans un théâtre ambulant, le Théâtre du Berger.
Il s’engage dans les FFI, en 1944, au dépôt de la flotte à Toulon, puis passe en Algérie où il se retrouve à Alger. Il ne s’y attarde guère et ficelle habilement sa désertion en une sorte de rupture de contrat pour raisons psychiatriques, pressé d’aller vers le Sud où il rejoint son oncle Marcel Augiéras, militaire colonial en retraite, qui vit à El Goléa, dans le Sahara.

Augiéras s’inspire de cet épisode pour écrire, en 1949, Le Vieillard et l’Enfant, qu’il publie à compte d’auteur sous le pseudonyme d’Abdallah Chaamba et envoie à tous ceux qui comptent dans le domaine des Lettres françaises.
L’ouvrage retient l’attention d’André Gide qui, quelques mois avant son décès, rencontre le jeune écrivain.
Augiéras décrit plus tard un Gide ému par sa rencontre avec lui, et se peint en « dernier amour » de l'écrivain.
Le Vieillard et l’Enfant est acheté et en 1954 par les Éditions de Minuit, une rumeur prétend alors qu’« Abdallah Chaamba » est un pseudonyme posthume de Gide.

Solitaire et révolté, Augiéras multiplie les voyages, parcourant notamment l’Algérie et la Grèce, le Sénégal et la Mauritanie, et faisant retraite au mont Athos. En 1957-1958, il participe à la revue Structure, que dirige Pierre Renaud à Paris, puis s’engage dans une compagnie de méharistes du sud algérien. Ses livres s’inspirent de sa vie mouvementée: lui-même écrit « J’ai accepté – ou appelé – de dangereuses aventures, toujours avec cette arrière-pensée : ça deviendra des livres ! ».
D’un tempérament panthéiste, Augiéras évoque ouvertement dans ses écrits l’attirance sexuelle pédophile, à la fois pour les garçons et les jeunes filles, mais également pour les animaux (il aurait même eu des pratiques sexuelles avec le sol, ou encore avec des végétaux - arbres).

En 1960, il épouse sa cousine Viviane de La Ville de Rigné, qui travaille aux PTT, Viviane qu'il a sans doute aimé à sa façon, laquelle n'excluait pas le martinet, mais leur union ne dure pas, et est officiellement dissoute longtemps après, neuf ans plus tard, sur fond de déchirure quant aux droits d'auteur sur les ouvrages d'Augiéras.

En 1964 paraît sans nom d’auteur, aux éditions Julliard, L’Apprenti sorcier, texte sauvage, où un adolescent entretient des rapports masochistes avec le prêtre chez qui il est placé, puis vit une histoire d’amour avec un jeune garçon.

En 1967, Augiéras achève le premier livre qu’il signe de son véritable nom, Une adolescence au temps du Maréchal et de multiples aventures.
Les errances, la précarité, l’extrême solitude aggravent son état de santé. Les séjours à l’hôpital de Périgueux se succèdent. À la fin des années 1960, il réside un temps dans les grottes de Domme pour échapper aux conditions de vie dans les hospices, et y écrit sur des cahiers d’écolier.
Son livre Domme ou l’Essai d’occupation, qu’il ne parvient pas à faire éditer de son vivant, est inspiré de sa vie dans les grottes.

Miné par la pauvreté et la malnutrition, prématurément vieilli par ses conditions de vie, il s’installe dans une maison de repos à Fougères (24), puis dans un hospice pour indigents à Montignac (24). Un voyage au Mont Athos est publié en 1970.
Usé du cœur, François Augiéras meurt le 13 décembre 1971 à l’hôpital de Périgueux, d'un infarctus.
Il est inhumé à Domme le 18.
L’un de ses rares amis, l’instituteur Paul Placet, s’emploie ensuite à faire connaître l’œuvre d’Augiéras en organisant des expositions de ses peintures et en diffusant ses manuscrits, tandis que l'ami qu'il n'a jamais vu, Jean Chalon, s'emploie à le faire publier.

Plusieurs ouvrages de François Augiéras, dont des recueils de correspondance, ont ainsi paru de manière posthume. En plus d’une œuvre littéraire, il laisse un ensemble de tableaux et des dessins, encore peu diffusés.

Bio dans La République des Lettres


Bibliographie:

-  Le Vieillard et l'Enfant, sous le pseudonyme d'Abdallah Chaamda, 270 pages en version 1954, réduites à 84 dans la version de 1963.
-  Le Voyage des morts, sous le pseudonyme d'Abdallah Chaamda, 224 pages, 1959.
- L'Apprenti sorcier, sans nom d'auteur, (mention en quatrième de couverture: "par l'auteur du Vieillard et l'Enfant), 128 pages, 1964
- Une adolescence au temps du Maréchal et de multiples aventures,  384 pages, 1968.
- Un voyage au Mont Athos, 279 pages, 1970.
- Domme ou l'Essai d'occupation, Fata Morgana, 1982.  Éditions du Rocher, 1990 pour le texte intégral. Rééd.
- La Chasse fantastique, co-écrit avec Paul Placet, 1984.
- Les Barbares d'Occident, 1990.
- Lettres à Paul Placet, 2000.
- Le Diable ermite,  2002 (lettres à Jean Chalon).

Source: François Augiéras, L'aventurier radical, par Joël Vernet, éditions jeanmichelplace/poésie.


Vidéo présentant quelques facettes de sa peinture:
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty Re: François Augiéras

Message par Aventin le Dim 14 Juil - 20:50

Domme ou l'essai d'occupation


portrait - François Augiéras Domme10

Récit autobiographique, écrit en 1969, 170 pages (12 chapitres) précédées de 15 pages de préface et de lettres, d'abord publié chez Fata Morgana en 1982 après bien des refus d'éditeurs, mais amputé d'un chapitre, puis enfin intégralement aux éditions du Rocher en 1990.


En grande précarité, François Augiéras se fait admettre comme indigent dans un hospice situé à Domme, pas tout à fait par hasard: fin connaisseur du Périgord où il a grandi, et qu'il a sillonné à pied comme à vélo, peut-être avait-il l'intuition du parti qu'il pourrait tirer de ce site, exceptionnel.

En fait nous ne saurons rien ou quasiment de sa vie à l'hospice, qui le lasse ou même le révulse.
Aucune description laissée.
Très tôt il cherche, en guise de demeure de jour, une grotte:
Chapitre I, La caverne à flanc de falaise a écrit: Tout mon avenir à Domme dépend de la découverte d'une grotte.

Illuminé, misanthrope, marginal.
Des signes clairs de rejet (du vandalisme dans et devant la grotte, deux rencontres désagréables) lui sont adressés.  
Autant Augiéras cherche l'écart, celui de la mise à l'écart, autant il entend ne frayer ni avec la population, ni avec l'hospice proprement dit, autant il s'étonne de sa solitude pourtant recherchée et en souffre: car Augiéras, pour qui la rupture avec le monde "des hommes" est consommée, qui n'a que des mots durs pour l'humanité, est un grand paradoxal.

La connivence, l'amitié (et, in fine, davantage pour le second et c'est ce qui donne aujourd'hui toutes ses lettres de malédiction à ce récit, que beaucoup peuvent, je le conçois, vouer aux gémonies) ne se trouvent qu'au travers de deux rencontre, une adolescente et un enfant.

Certain d'être en fin d'un monde (d'une ère), son essai d'occupation c'est-à-dire d'occuper le terrain (en vue d'un nouveau culte ?) est assez fumeux, se paye de majuscules aux débuts de mots couvrant on ne sait quels concepts qu'il ne prend jamais la peine de détailler, d'expliquer.
Il n'a jamais de termes assez violents pour défourailler sur la chrétienté, l'époque, l'athéisme républicain et que sais-je encore, mais s'avère absolument incapable de proposer quoi que ce soit en échange.
On ne sait rien de sa cosmogonie et de ses visions de fumeur d'orties séchées en succédané de cannabis, de sa théologie s'il en a une, à peine une mention en fin de livre sur les lectures qui semblent le pénétrer.

Son rapport d'amour-haine envers la chrétienté est particulièrement troublant: voilà quelqu'un qui a séjourné très longuement parmi les moines au Mont Athos et rêve d'y retourner, qui passe chaque jour des heures dans l'église du village, devant un retable dédié à la Vierge, dans une posture que des chrétiens de passage trouveraient tout à fait rituelle, oscillant entre Adoration et Oraison, quelqu'un qui se livre à des larcins en chapardant cierges et encens pour les brûler dans sa grotte, reproduisant ainsi exactement ce qu'il prétend abominer le plus, le fait, qu'on découvre grâce à un moteur de recherches contemporain, que ces hospices qu'il fréquentait étaient parfois tenus par des religieuses (ou dans lesquels, sans être à la tête de ces lieux, elles occupaient beaucoup de fonctions de petit personnel), etc...

 
Alors, c'est vrai, il serait assez aisé de tourner le piteux François Augiéras en dérision.
Aisé de relever ses ridicules, combien il peut s'avérer calamiteux, de mauvaise influence (et plus sur l'un) sur deux jeunes.
D'autant qu'en couplant ce récit avec ses lettres à Jean Chalon (dans un livre intitulé Le diable ermite, peut-être en ferais-je un commentaire ultérieur) on le voit, dans la même période et ce n'est pas dit dans le récit, calculateur, intéressé, et manipulateur si besoin est.

Mais je ne me livrerai pas à ça.
Ce désemparé-illuminé a ses affres à narrer, cela vaut parfois des passages de qualité. Cet acharnement dans la dinguerie vaut quichottisme et cela se respecte, à condition d'avoir le courage ou la veulerie (c'est selon) de faire une part mal taillée des choses, en laissant de côté la face sombre d'Augiéras, ce qui n'est pas tout à fait lui rendre justice je le reconnais sans peine: il la revendique (y-a-t-il jamais eu un misanthrope ne se voulant pas détestable aux yeux d'autrui ?).

Extraits et autres éléments dans cette vidéo, intitulée rien moins qu'"un essai d'occupation":


Mots-clés : #amitié #exil #initiatique #portrait #xxesiecle


Dernière édition par Armor le Lun 15 Juil - 22:07, édité 7 fois (Raison : ut)
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty Re: François Augiéras

Message par Tristram le Lun 15 Juil - 1:03

Étonnant personnage _ et curieux comme souventefois mystique rime avec mystification...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8467
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty Re: François Augiéras

Message par Aventin le Lun 15 Juil - 21:22

@Tristram a écrit:Étonnant personnage _ et curieux comme souventefois mystique rime avec mystification...
Pfft...j'en ai bavé - ça doit faire quinze jours ou trois semaines que j'avais ces deux messages à l'état de brouillons, tout est difficile: un truc aussi simple que la bio par exemple est rendu très très délicat, élaguer, aller au fait, oui mais halte-là, et c'est bien la première fois que ça m'arrive de ne pas m'en sortir ainsi: comme tout ne concorde pas selon les sources, mais comme, dans le même temps, il prétend faire de sa vie son œuvre première, la grande, celle qui restera et lui survivra, d'emblée tu butes sur une difficulté tenant de la gageure à résoudre, et je ne suis pas né de la dernière pluie sur le forum pourtant.

Et puis surtout, croyant puiser dans le fond régional de la librairie où l'auteur est classé -et ce n'est pas tout à fait à tort, loin de là- tu te retrouves avec un auteur pédophile, moi qui ai décidé de les boycotter sur le forum, par solidarité avec les victimes de leurs prédations, même le grand Tournier dont pourtant Vendredi ou les limbes du Pacifiques ou encore Le roi des aulnes, La goutte d'or ou Les météores etc, etc, sont littérairement parlant chiadés, vraiment de bons livres...mais que je ne saurais recommander.

Le tort aussi est d'avoir lu le  François Augiéras, L'aventurier radical, par Joël Vernet, éditions jeanmichelplace/poésie et Le diable ermite (Lettres à Jean Chalon) entretemps, ce qui donne un éclairage un peu différent à "Domme...": au reste je vais peut-être me risquer au commentaire pour Le diable ermite ...ou pas... je me sens vidé, cuit et recuit, avec Augiéras.

Mais enfin ça ne m'indiffère pas, je me suis senti boxé, poussé dans mes retranchements de lecteur.

Au reste j'ai barbouillé je ne sais combien d'éditions de message, en plus d'avoir auparavant tricoté et détricoté x fois mon commentaire au brouillon, le tout en omettant de proposer des mots-clefs, c'est dire combien je me suis débattu dans ce fichu truc...
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty Re: François Augiéras

Message par Armor le Lun 15 Juil - 21:29

Ah ben dis donc, une vie mystifiée à ce point, c'est rare ! portrait - François Augiéras 1390083676

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3529
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty Re: François Augiéras

Message par Armor le Lun 15 Juil - 21:34

Ah au fait tu peux proposer les mots clés maintenant, pas de souci. Wink

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3529
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty Re: François Augiéras

Message par Tristram le Lun 15 Juil - 21:35

ou mythifiée ?
Concernant Tournier, j'ai Les météores à lire _ j'ouvrirai alors le fil d'auteur !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8467
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty Re: François Augiéras

Message par Aventin le Lun 15 Juil - 21:58

(à effacer SVP)
Alors en mots-clef pour "Domme..." pourraient figurer Amitié, Exil, Initiatique, Portrait, XXème siècle

(NB: Amitié plutôt que Sexualité ou Erotisme en ce sens que c'est ce qu'il y a dans le livre, c'est en lisant les Lettres à Jean Chalon que l'on découvre la face sombre de l'histoire)
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty Re: François Augiéras

Message par Tristram le Lun 15 Juil - 22:09

Fait, Aventin ; tu peux supprimer ("x" à droite de "éditer"), mais peut-être jugeras-tu bon de rajouter ton NB au commentaire ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8467
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty Re: François Augiéras

Message par Bédoulène le Lun 15 Juil - 22:20

portrait - François Augiéras 2019269262 Aventin ! mais ton commentaire est intéressant à lire ; j'aime beaucoup les tons de sa peinture.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12887
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty Re: François Augiéras

Message par bix_229 le Mar 16 Juil - 20:38

La démarche de vie marginale me fait un peu penser à celle de Richaud.
Sauf que Richaud était un malade mental et il avait beaucoup de talent.
A découvrir ou à redécouvrir...
bix_229
bix_229

Messages : 10647
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

portrait - François Augiéras Empty Re: François Augiéras

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum