Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Aventin le Sam 10 Aoû - 18:25

Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné (Madame de Sévigné)

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Buste-10

Née le 5 février 1626 à Paris, décédée le 17 avril 1696 au château de Grignan (Drôme).

Biographie:

Marie de Rabutin-Chantal est la petite-fille de Jeanne de Chantal, qui fonda l'ordre de la Visitation avec François de Sales.

Elle est élevée par son grand-père, puis, à la mort de ce dernier, ce sont ses deux oncles, l'abbé Philippe de la Tour de Coulanges et Christophe de Coulanges, qui lui donneront une instruction et une éducation exemplaires. Elle perd son père en 1627, puis sa mère en 1633.

En 1644, elle épouse Henri de Sévigné. Ce dernier, léger et dépensier, lui donnera deux enfants : Françoise-Marguerite, en 1646, et un garçon, Charles, en 1648. En 1651, Henri meurt dans un duel (pour l'honneur d'une maîtresse). Veuve à 25 ans, elle décide de se consacrer à la vie mondaine et à l'éducation de ses enfants.

Le 27 janvier 1669, sa fille, Françoise-Marguerite, épouse le comte de Grignan. Ce dernier est nommé lieutenant-général en Provence par Louis XIV. Devant y résider, sa femme l'accompagne. C'est à cette circonstance que nous devons les Lettres de Madame de Sévigné. Mille cinq cents lettres seront adressées à sa fille, mais aussi à son fils Charles, à son cousin Bussy-Rabutin, à ses amis Madame de Pomponne, le cardinal de Retz, La Rochefoucauld, le philosophe Corbinelli, Madame de La Fayette, Madame Scarron. Leur première publication eut lieu en 1726. La marquise de Sévigné mourut le 17 avril 1696, à Grignan, où elle était venue soigner sa fille, gravement malade.


Source: Futura-sciences.com


Bibliographie:

- Lettres.


___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] 1place11
L'hôtel Coulanges, sur l'actuelle Place des Vosges à Paris (alors dénommée Place Royale), où elle naquit.
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Aventin le Sam 10 Aoû - 18:26

Comme pour le fil Montaigne, le choix de l'édition est de prime importance: en tous cas, celle-ci doit être postérieure au XIXème siècle en ses trois premiers quarts (et au paquet volumineux de lettres à Mme de Grignan - sa fille - trouvé chez un antiquaire en 1873).
Pour ma part, celle que j'ai en mains est l'édition Folio-Classique, "Lettres choisies", édition de Nathalie Freidel 2016, qui reproduit le choix et le texte établi par Roger Duchêne en 1972, considéré comme "Le Canon" si j'ai bien compris.

De Madame de Sévigné j'avais quelques très vagues souvenirs anciens de trois ou quatre lettres parcourues hâtivement, une dame de Cour au langage Grand Siècle, une oisiveté digne de la société des loisirs commuée en art de vivre, et, pour tout dire, un préjugé de mièvrerie derrière tout ça:
Patatras, je me suis trouvé cul par-dessus tête: absolument tout faux, quoi !

La puce me fut mise à l'oreille par ce propos sur son veuvage à 25 ans, mais enfin qui est capable de quelque chose d'aussi bref mais fort, tout à la fois exquis, léger et percutant - et qui tient du Rabutinage, expression dont elle est l'auteur et qui désigne son nom de jeune fille mâtiné de badinage ?

Lettre du 17 juin 1687 a écrit:Je n'avais retenu de dates que l'année de ma naissance et celle de mon mariage ; mais sans augmenter le nombre, je m'en vais oublier celle où je suis née, et je mettrai à la place celle de mon veuvage, qui a été assez douce et assez heureuse, sans éclat et sans distinction.

Est-ce donc ceci (ce côté exquis, légèreté dans la profondeur, éclat) que Georges Brassens a voulu nous signifier, à propos de "deux belles guignes" (cerises) ?

Bécassine a écrit:
Tout à fait dignes du panier
De madame de Sévigné.




Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par ArenSor le Sam 10 Aoû - 19:21

Une dame qui mérite amplement un fil pour ses lettres à sa fille, mais aussi à son cher cousin, Bussy-Rabutin, autre personnage digne d'intérêt Very Happy
Merci Aventin !
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Tristram le Sam 10 Aoû - 22:14

Oui, très recommandable lecture !
Esprit, à-propos, sens de la formule, économie de moyen... tout ça pour être publiée...
« Être dans les mains de tout le monde ; se retrouver imprimée ; être le livre de divertissement de toutes les provinces, où ces choses-là font un tort irréparable ; se rencontrer dans les bibliothèques, et recevoir cette douleur, par qui ? »
Madame de Sévigné, lettre du 20 juillet 1668 au Comte de Bussy-Rabutin

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8469
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Jack-Hubert Bukowski le Dim 11 Aoû - 6:49

Je ne l'ai point lue et écrit de moi-même, mais cette préoccupation n'est pas si éloignée de ma condition existentielle...

Vous me demandez, ma chère enfant, si j'aime toujours bien la vie : je vous avoue que j'y trouve des chagrins cuisants ; mais je suis encore plus dégoûtée de la mort : je me trouve si malheureuse d'avoir à finir tout ceci par elle, que, si je pouvais retourner en arrière, je ne demanderais pas mieux. Je me trouve dans un engagement qui m'embarrasse : je suis embarquée dans la vie sans mon consentement ; il faut que j'en sorte, cela m'assomme ; et comment en sortirai-je ? Par où ? par quelle porte? quand sera-ce ? en quelle disposition ? souffrirai-je mille et mille douleurs qui me feront mourir désespérée ? aurai-je un transport au cerveau ? mourrai-je d'un accident ? comment serai-je avec Dieu? qu'aurai-je à lui présenter ? la crainte, la nécessité feront-elles mon retour vers lui ? n'aurai-je aucun autre sentiment que celui de la peur ? que puis-je espérer ? suis-je digne du paradis ? suis-je digne de l'enfer ? Quelle alternative! quel embarras ! Rien n'est si fou que de mettre son salut dans l'incertitude ; mais rien n'est si naturel, et la sotte vie que je mène est la chose du monde la plus aisée à comprendre : je m'abyme dans ces pensées, et je trouve la mort si terrible, que je hais plus la vie parce qu'elle m'y mène, que par les épines dont elle est semée. Vous me direz que je veux donc vivre éternellement ; point du tout, mais si on m'avait demandé mon avis, j'aurais bien aimé à mourir entre les bras de ma nourrice ; cela m'aurait ôté bien des ennuis, et m'aurait donné le ciel bien sûrement et bien aisément : mais parlons d'autre chose.
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1864
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 38
Localisation : Montréal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Aventin le Dim 11 Aoû - 7:34

@Tristram a écrit:Oui, très recommandable lecture !
Esprit, à-propos, sens de la formule, économie de moyen... tout ça pour être publiée...
« Être dans les mains de tout le monde ; se retrouver imprimée ; être le livre de divertissement de toutes les provinces, où ces choses-là font un tort irréparable ; se rencontrer dans les bibliothèques, et recevoir cette douleur, par qui ? »
Madame de Sévigné, lettre du 20 juillet 1668 au Comte de Bussy-Rabutin

Cette lettre-là est tout à fait exceptionnelle, par sa longueur, très inaccoutumée; c'est la première d'une série de trois, s'achevant par l'envoi du 4 décembre 1668.
Elle vient dire son fait au cousin Bussy-Rabutin, qui avait sollicité Madame de Sévigné, dix ans plus tôt, pour financer sa participation au siège de Dunkerque, qui s'achèvera par la bataille des Dunes lors de laquelle Turenne vaincra les troupes espagnoles et reprit la ville.
Déçu de la réponse "prudente" de Madame de Sévigné, Bussy se venge à l'occasion de la parution d'un livre satirique et libertin de sa main, l'Histoire amoureuse des Gaules, roman scandaleux n'épargnant ni la Cour ni les dames en vue.
Madame de Sévigné -sa cousine- y est portraiturée sous le pseudonyme de Madame de Chenneville. Ce roman valut à Bussy-Rabutin la Bastille puis l'exil sur ses terres de Bourgogne.  
Sa cousine expose en termes remarquables -avec tous les codes de la Cour- combien elle s'est employée pour son recours en grâce, et met en avant les sommes prêtées, ce que conteste Bussy-Rabutin, ce qui donne ce passage:
lettre du 20 juillet 1668 a écrit:Vous dites que je vous l'ai refusé, et moi, je dis que je vous l'ai prêté.  Car vous savez fort bien, et notre ami Corbinelli en est témoin, que mon cœur le voulut d'abord, et que lorsque nous cherchions quelques formalités pour avoir le consentement de Neuchèze, afin d'entrer en votre place pour être payé, l'impatience vous prit; et m'étant trouvée par malheur assez imparfaite de corps et d'esprit pour vous donner un sujet de faire un fort joli portrait de moi, vous le fîtes, et vous préférâtes à notre ancienne amitié, à votre nom, et à la justice même, le plaisir d'être loué de votre ouvrage.

Plusieurs remarques:
- Les convenances de l'époque interdisaient toute publication aux nobles en général, l'écriture et la publication étant  laissées -selon l'annotateur de l'édition dont je dispose- "aux plumitifs nécessiteux et aux éditeurs sans scrupules".
Quelques exceptions toutefois, dont un ami de Madame de Sévigné -mais pas très argenté, il faut le dire-, Jean de La Fontaine (qui dédiera à Mademoiselle de Sévigné -future Madame de Grignan- la fable du Lion amoureux, laquelle précipitera Madame de Sévigné à conclure dans la précipitation le mariage de sa fille, désapprouvé par Bussy-Rabutin, pour couper court aux rumeurs d'une liaison avec le roi).

- Ces convenances étaient encore plus strictes pour les femmes, lesquelles étaient à peu près interdites de parution:
Alors il y a le "cas" Louise Labé au siècle précédent, mais celle-ci a-t-elle vraiment existé, ou est-elle un pseudonyme (peut-être collectif au reste) d'un cercle de poètes lyonnais ?
Il y a le cas de Mademoiselle de Scudéry, amie de Madame de Sévigné et parfois désignée du pseudonyme parlant de "Sapho" dans les Lettres, qui brave les interdictions et fait paraître des romans-fleuves, et tient un salon littéraire de prime importance.
Il y a le cas d'une amie proche de Madame de Sévigné et de Mademoiselle de Scudéry, Madame de La Fayette, qui fit paraître sous anonymat un célèbre roman, mêlant historicité et psychologie, La Princesse de Clèves, qui demeure aujourd'hui toujours comme un grand classique dont la vogue ne se dément pas.  
Tout ça pour bien comprendre combien le passage cité par Tristram procède d'une perspective affreuse, "se rencontrer dans les bibliothèques" signifie bien être à la fois ridiculisé et dans une déchéance totale.

C'est là tout le sel:
On aurait bien étonné Madame de Sévigné, qui ne s'attendait pas du tout, de son vivant, à ce que la moindre ligne d'elle fut un jour publiée, en lui laissant voir qu'aujourd'hui ses Lettres figurent dans, pour ainsi dire, toutes les médiathèques francophones et bien au-delà, traduite comme elle l'est dans une multitude de langues, tandis que l'ouvrage de son cousin a disparu des rayonnages depuis des siècles !

Mais comment l'aurait-elle pris ?


Dernière édition par Aventin le Dim 11 Aoû - 21:28, édité 1 fois
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Tristram le Dim 11 Aoû - 13:54

Merci pour cette précise mise en contexte !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8469
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Aventin le Dim 11 Aoû - 21:34

J'ai commis une erreur (je viens d'éditer) que j'aurais évitée si j'étais allée plus tôt à la fable de La Fontaine Le lion amoureux - que je viens d'ajouter à son fil: Il s'agit bel et bien du mariage de sa fille, "la plus jolie fille de France", que Madame de Sévigné a dû précipiter pour couper court aux rumeurs d'une liaison de celle-ci avec le roi...
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par ArenSor le Dim 11 Aoû - 22:31

@Aventin a écrit: tandis que l'ouvrage de son cousin a disparu des rayonnages depuis des siècles !

Pas vraiment. Et on ne peut que s'en féliciter Very Happy

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Bussy_10
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Aventin le Mar 13 Aoû - 18:25

Merci de la précision, ArenSor, en complément le voici en version entoilée.

Toutefois peut-on vraiment considérer qu'il hante les médiathèques, huh ?
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Tristram le Mar 13 Aoû - 18:41

Et oui, une époque où l'on ne pouvait impunément gloser sur les turpitudes des puissants, Jeffrey Epstein ou autres...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8469
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Aventin le Jeu 15 Aoû - 8:30

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Nicola10
Nicolas Foucquet

Les lettres à Monsieur de Pomponne (novembre et décembre 1664) valent reportage sur le procès du Surintendant Nicolas Foucquet, qui exerça cette charge de tout premier plan de 1653 jusqu'à son arrestation (à Nantes en septembre 1661).

L'on s'aperçoit, avec autant de liberté que Madame de Sévigné puisse s'en permettre, de tout ce qui fut ourdi contre l'accusé; le complot est tramé par Colbert, dans le camp des pro-Foucquet mis à mal par cette triste affaire on retrouve, outre Madame de Sévigné, Bussy-Rabutin dont il vient d'être question, La Rochefoucauld (oui, celui des Maximes), La Fontaine, etc...

D'emblée, Foucquet est sur la sellette,  s'y asseoir signifie qu'on assiste à son procès en qualité de coupable convaincu, autrement on répond debout, derrière le "Barreau".  
Foucquet, si l'on en croit Madame de Sévigné, répond avec beaucoup d'adresse à ses accusateurs, certains en notoire collusion avec ceux qui ont tout intérêt à le voir condamner, en particulier avec le Chancelier, homme de main et de paille de Colbert.
On croise aussi D'Artagnan, le vrai, un Monsieur d'Ormesson (est-ce un ancêtre de l'écrivain ?), on observe qu'un fait quasi-miraculeux (Madame Foucquet mère, très pieuse, donna un emplâtre à la Reine qui se trouva guérie de son mal) plaide autant si non plus que d'habiles réponses en faveur de Foucquet. Quelques déballages et autres assauts à fleurets mouchetés, avec tout le passé récent de la Fronde qui plane sur l'audience, sont susceptibles d'intéresser quiconque n'est pas indifférent à l'Histoire.

Au final Foucquet sauve sa tête et, mécontent de la sentence d'exil prononcée, le Roi fait ajouter l'emprisonnement à l'exil, à la citadelle de Pignerol, enclave française située dans le Piémont italien, en ne laissant pas la possibilité à son épouse de le rejoindre, ce qui scandalise Madame de Sévigné.
Et, pour faire bonne mesure, le Roi fait éparpiller toute la famille de Foucquet hors de Paris.



Mots-clés : #ancienregime #historique #justice #politique #regimeautoritaire #temoignage
Aventin
Aventin

Messages : 1118
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Tristram le Jeu 15 Aoû - 12:18

Je suis présentement dans la même époque, avec Le roman de monsieur de Molière, de Mikhaïl Boulgakov _ pas tout à fait dans le même milieu, quoique tout gravitât autour du Roi.
Nicolas Fouquet, grand protecteur des arts et des lettres, c'est aussi un mécène qui a aidé nombre des écrivains de cette époque bien pourvue.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8469
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par anagramme le Jeu 15 Aoû - 13:34

Auteur préféré de la mère de Proust...
anagramme
anagramme

Messages : 1123
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 51

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

justice - Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné] Empty Re: Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné [Madame de Sévigné]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum