Mario Vargas Llosa

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mario Vargas Llosa

Message par Cliniou le Mer 7 Déc - 9:11

Mario Vargas Llosa
Né en 1936



Mario Vargas Llosa, marquis de Vargas Llosa1, né Jorge Mario Pedro Vargas Llosa le 28 mars 1936 à Arequipa, région d'Arequipa, au Pérou, est un écrivain péruvien, auteur de romans et d'essais politiques. Il est notamment lauréat du prix Nobel de littérature 2010 « pour sa cartographie des structures du pouvoir et ses images aiguisées de la résistance de l'individu, de sa révolte et de son échec ».

Comme beaucoup d'auteurs hispano-américains, Mario Vargas Llosa s'est engagé en politique tout au long de sa vie. Ses opinions se sont progressivement déplacées du communisme au libéralisme. Il soutient initialement le gouvernement révolutionnaire de Fidel Castro, mais est rapidement déçu. En 1990, il est candidat à l'élection présidentielle péruvienne à la tête d'une coalition, le Frente Democrático (FREDEMO), qui perd face à Alberto Fujimori.

Avec Julio Cortázar, Carlos Fuentes, Juan Rulfo, Gabriel García Márquez, Juan Carlos Onetti et José Donoso, Mario Vargas Llosa est considéré comme l'un des grands noms du boom de la littérature latino-américaine des années 1960. À des degrés divers, tous ces auteurs prennent leurs distances avec la narration traditionnelle et revendiquent l'influence des courants littéraires moderniste et postmoderne européens ou nord-américains auxquels ils empruntent des procédés novateurs (détournement des codes fictionnels, multiplicité des points de vue, morcellement de la chronologie, monologue intérieur ou encore flux de conscience sur l'exemple de James Joyce et William Faulkner). Leur style visionnaire, foisonnant et luxuriant a révélé au monde entier la complexité artistique, idéologique et politique du continent sud-américain qu'ils peignent comme une entité pittoresque, morcelée et paradoxale.
(source wikipédia)

Ouvrages traduits en français :

Romans:
1959 Les Caïds,
1963 La Ville et les Chiens
1965 La Maison Verte
1967 Les Chiots
1969 Conversation à la cathédrale
1973 Pantaléon et les visiteuses
1977 La tante Julia et le scribouillard
1981 La Guerre de la fin du monde
1984 Histoire de Mayta
1986 Qui a tué Palomino Molero?
1987 L'homme qui parle
1988 Eloge de la marâtre
1993 Lituma dans les Andes
1997 Les Cahiers de Don Rigoberto
2000 La Fête au bouc
2003 Le Paradis-un peu plus loin
2006 Tours et détours de la vilaine fille 
2011 Le Rêve du Celte
2013 Le Héros Discret

Théâtre:
1981 La señorita de Tacna
1983 Kathie et l'Hippopotame
1988 La Chunga
1993 Le Fou des balcons

Liste non exhaustive (manquent les essais, entre autres)
avatar
Cliniou

Messages : 103
Date d'inscription : 06/12/2016
Age : 46

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par Cliniou le Mer 7 Déc - 9:14



Le Héros Discret.

Ce sont 2 histoires qui se déroulent en parallèle et qui finiront par se rejoindre.
2 héros que tout sépare et pourtant aux nombreux points communs.
D'une part, nous sommes à Piura, nord du Pérou, à 900km de Lima. Felicito Yanaqué, marié, 2 fils, est patron d'une entreprise de transports assez prospère. Mais voilà qu'il reçoit de curieuses lettres mafieuses qui lui proposent protection en échange d'argent, ce que Felicito va refuser fermement avec courage. Tant et si bien qu'il va devenir un héros national.
D'autre part, on découvre Ismael carrera, habitant Lima, veuf, 2 fils jumeaux surnommés les hyènes, qui dirige une riche compagnie d'assurances. Suite à des ennuis de santé, il s'aperçoit que ses fils n'attendent que sa mort pour dilapider sa fortune.
Les deux hommes ont en commun le fait d'avoir monté leur entreprise à la force de leurs bras, d'être partis de rien. Ils seront tous deux confrontés à la cupidité, à une immense déception et leur sentence sera à la hauteur de cette dernière.
Pendant les ¾ du roman, les chapitres alternent Piura et Lima jusqu'à ce que les 2 histoires se rejoignent à la fin; ce qui contribue à une lecture assez rapide.
D'une écriture sensible et très fluide avec une touche d'humour, Vargas Llosa nous relate une histoire profondément humaine et parfois dure avec en arrière plan le Pérou et ses rues poussièreuses et bruillantes qui se calment à la tombée du soleil, ses chiens errants, ses maisons sombres et sa résignation silencieuse.

P.S: Je n'ai malheureusement pas seléctionné d'extrait, ayant lu le livre d'un trait dans mon avion de retour du Pérou.Mais je peux témoigner qu'on y retrouve l'ambiance des villes du bord de mer que j'ai visitées. Je dis bien villes car dans les hameaux des hauts plateaux, c'est différent.

"....après [....] s'être préparé son petit déjeuner habituel: café au lait de chèvre et tartines grillées beurrées, avec quelques gouttes de miel de chancaca. Il habitait dans le centre de Piura, et la rue Arequipa éclatait déjà du brouhaha de la ville, ses hauts trottoirs étaient noirs de monde allant au bureau, au marché ou amenant les enfants à l'école. Quelques bigotes se dirigeaient vers la cathédrale pour la messe de huit heures. Les vendeurs ambulants proposaient à tue-tête leurs gommes au sucre de canne, sucettes, bananes frites, empanadas et toutes sortes de gourmandises, et l'aveugle Lucindo était déjà installé au coin, sous l'auvent de la maison coloniale, sa sébile à ses pieds. Tout semblable à tous les joursn depuis des temps immémoriaux."

Ajoutez à cela les perpétuels coups secs de klaxons et on y est !


mots-clés : #criminalite
avatar
Cliniou

Messages : 103
Date d'inscription : 06/12/2016
Age : 46

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par topocl le Mer 7 Déc - 11:12

Il ne m'avait pas convaincue en première lecture, Vargas LLosa.

La tante Julia et le scribouillard



Je n'ai pas été emballée par ce roman semi autobiographique de Vargas Llosa, tout en y voyant bien le côté sympathique et original qu'on peut y trouver.
D'abord, j'ai mis longtemps à comprendre qu'il était dans le registre de l'humour. J'ai trouvé d'une badinerie un peu fade l'histoire avec la tante Julia (dont la seule dénomination est un régal). Cette fadeur-même, le côté falot du héros ne m'ont pas fait passer au-delà du stade du sourire-prêt-à-s'épanouir-si-on-lui-en-accorde-un-peu-plus. C'aurait pu être le cas grâce au scribouillard, car là, l'auteur ne recule devant rien dans le rocambolesque délirant, mais au contraire, c'était un peu trop pour moi....
J'ai regretté que Vargas Llosa n'approfondisse pas plus que la réflexion sur l'écriture et j'attendais aussi une fin plus facétieuse.

Au total, les moments de lassitude ont alterné avec les moments  d'étonnement amusé, mais l'enthousiasme n'y était pas. C'est un livre dont je me souviendrai sans doute, car il a  une singularité vraiment originale, que l’écriture en est habile, mais pas vraiment comme d'un grand moment.


(commentaire rapatrié)


mots-clés : #autobiographie

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2825
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par Tristram le Dim 25 Déc - 23:59

J'ai pas mal lu ce cet auteur, car disponible en quantité en bibliothèque (Nobel oblige ?) :


  • La casa verde, 1965 (La Maison verte)
    Los cachorros, 1967 (Les Chiots, 1974)
    Conversación en La Catedral, 1969 (Conversation à la cathédrale, 1973)
    Pantaleón y las visitadoras, 1973 (Pantaléon et les visiteuses, 1975)
    La tía Julia y el escribidor, 1977 (La tante Julia et le scribouillard, 1980)
    Elogio de la madrastra, 1988 (Éloge de la marâtre, 1990)
    La Fiesta del chivo, 2000 (La fête au bouc, 2002)
    El paraíso en la otra esquina, 2003 (Le Paradis – un peu plus loin, 2003)


Et moi aussi, je suis un peu déçu _ rien de comparable à Julio Cortázar, Carlos Fuentes ou Gabriel García Márquez, en tout cas...

« Ces premiers mois de mariage sans voir les vieux ni ton frère ni ta sœur, sans presque avoir de leurs nouvelles, avais-tu été heureux, Zavalita ? Des mois de privations et de dettes, mais tu as tout oublié et les mauvais moments ça ne s’oublie jamais, pense-t-il. Il pense : peut-être bien que tu l’avais été, Zavalita. Peut-être bien que cette monotonie à l’étroit c’était le bonheur, cette discrète absence de conviction, d’exaltation et d’ambition, peut-être bien que c’était le bonheur cette douce médiocrité en tout. »
Conversation à La Cathédrale, Trois, VI

« Elle avait la simplicité et la clarté des objets et des actes parfaits, comme le cercle et le coït. »
Éloge de la marâtre
avatar
Tristram

Messages : 1951
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par topocl le Sam 21 Jan - 9:31

Le rêve du celte



Biographie romancée de Roger Casement, un Irlandais qui , en tant que consul britannique a dénoncé les exactions commises au Congo Belge sous le règne de Leopold II, dans le seul but d'assurer l'enrichissent de la couronne et des investisseurs, et maquillé sous un paternalisme de sauvetage des bons sauvages. Mission aimablement commanditée par le ForeignOffice pour enquiquiner ledit Lopold.
Fort de ce premier succès, Casement est envoyé au Pérou pour dénoncer le perpétrées sur les populations amazoniennes par l'entreprise britannique qui  y exploite le caoutchouc, manne des premières décennies du XXème siècle,  avec la bénédiction du gouvernement péruvien.
La confrontation à ces  tortures, viols et violences,  esclavage et assassinats, révèle au scrupuleux Casement, homme intransigeant et déterminé, l'idée que l'Irlande n'est pas mieux traité par son "colonisatuer" et il va s'engager activement (et fort maladroitement) dans le combat pour l'indépendance dont il reste l'une des figures de proue.

Biographie passionnante d'un homme prêt à tout (au pire?) pour le triomphe de la justice, pélerin infatigable des nobles causes, mais qui n'est pas exempt d'ambivalences qui le feront se quetionner toute sa vie derrière l'inébranlable application de son devoir, c'est l'un des thèmes du roman.

Le récit pêche par un rapport assez plat de faits extraordinaires (on se demande parfois si Vargas Llosa ne s'est pas contenté par moments de recopier des extraits des carnets de Casement) que l'auteur essaie de compenser par une déconstruction de la chronologie plutôt lourde, parfois déconcertante. On est gêné aussi de ne pas savoir discerner l'historique de l'interprétation.

En gros, ravie d'avoir appris plein de choses, fait connaissance avec un homme singulier (mais sans savoir discerner le vrai de la fiction : et oui, une fois de plus il est écrit "roman") mais guère enthousiasmée  par le travail d'écriture de Monsieur Varas Llosa. Décidément, ce n'est pas ce livre-là qui a dû emporter la décision des Nobels.



mots-clés : #biographie

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2825
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par Bédoulène le Sam 21 Jan - 9:49

si je comprends, tu n'es pas emballée par l'écriture de MVL après plusieurs lectures ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4008
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par topocl le Sam 21 Jan - 9:53

La tante et le scribouillard c'était plutôt une affaire de goût que d'écriture.
Mais le rêve du celte on m'aurait dit que ce bouquin était écrit par n'importe quel journaliste (enfin peut-être pas n'importe lequel quand même) ça ne m'aurait pas surprise.

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2825
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par Bédoulène le Sam 21 Jan - 10:10

ok merci

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4008
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par bix_229 le Sam 21 Jan - 15:26

Un peu surestimé, Vargas Llosa à mon avis...
avatar
bix_229

Messages : 3403
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par Bédoulène le Lun 23 Jan - 20:43

j'avais apprécié "l'histoire de Mayta"

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4008
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par églantine le Dim 14 Mai - 20:50


_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1961
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par Arturo le Dim 14 Mai - 21:11

Merci églantine.
Je suis également un peu réservé sur cet auteur, en tout cas de ce que j'en ai lu.
Je l'ai trouvé un peu léger avec son adaptation de La femme et le pantin, de Louÿs :
Tours et détours de la vilaine fille. Un roman qui m'a assez vite lassé.
avatar
Arturo

Messages : 1043
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 31
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par églantine le Dim 14 Mai - 21:18

J'ai trouvé dans un vide-grenier aujourd'hui La tante Julia et le scribouillard Arturo, mais je suis un peu sceptique concernant ma capacité d'apprécier cet auteur ....
J'essaierai un de ces jours !

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1961
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par Armor le Dim 14 Mai - 22:25

Moi j'avais beaucoup aimé La tante Julia et le scribouillard. C'est étonnant, délirant parfois, impossible de rester indifférent !
Jusqu'ici j'ai plutôt eu du mal avec la littérature d'Amérique du sud, mais ce livre-là était passé comme du petit lait.
avatar
Armor

Messages : 1647
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par églantine le Dim 14 Mai - 23:08

Armor a écrit:
Jusqu'ici j'ai plutôt eu du mal avec la littérature d'Amérique du sud, mais ce livre-là était passé comme du petit lait.
Oui moi aussi je suis assez frileuse avec la littérature Hispano-américaine . Mais tu me donnes confiance Armor donc je l'aborderai plus détendue le jour J ! ( Même si petit ou gros lait , c'est pas "ma tasse de thé " ! )

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1961
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par Armor le Lun 15 Mai - 3:00

[quote="églantine"]
Armor a écrit:Mais tu me donnes confiance Armor donc je l'aborderai plus détendue le jour J ! ( Même si petit ou gros lait , c'est pas "ma tasse de thé " ! )

Moi non plus, en fait. Sauf si c'est du lait ribot ! (Ah, la galette de sarrasin trempée dans le lait ribot) Wink
Mais j'aime bien cette expression.
avatar
Armor

Messages : 1647
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par ArenSor le Lun 15 Mai - 18:23

Globalement vos avis semblent mitigés sur cet auteur, j'ai dans une de mes PAL "La Fête au bouc".
avatar
ArenSor

Messages : 786
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par églantine le Lun 15 Mai - 18:54

Armor a écrit:
églantine a écrit:
Armor a écrit:Mais tu me donnes confiance Armor donc je l'aborderai plus détendue le jour J ! ( Même si petit ou gros lait , c'est pas "ma tasse de thé " ! )

Moi non plus, en fait. Sauf si c'est du lait ribot ! (Ah, la galette de sarrasin trempée dans le lait ribot) Wink
Mais j'aime bien cette expression.
Mais le lait ribot ....dans le Finistère , on l'appelle aussi "le gros lait" ! .
Non pour moi rien que le mot "lait" je tourne de l'oeil !
La galette de sarrasin par contre , j'en prends bien deux .Puisque je laisse le lait . Logique . clown  
Flood  flood .... geek

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1961
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par Bédoulène le Lun 15 Mai - 21:29

Les Chosiens ne semblent pas apprécier les auteurs d'Amérique du Sud ? qu'est-ce qui vous rebute ?


_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4008
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par Tristram le Lun 15 Mai - 21:33

Houla Bédoulène, pas de généralisation ! Chez moi les auteurs latino-caribéens bénéficient d'un a priori favorable ! C'est pourquoi je me pose des questions avec Llosa et Bolaño...
avatar
Tristram

Messages : 1951
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Vargas Llosa

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum