Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment : -15%
HUAWEI MateBook – PC Portable 13″
Voir le deal
849 €

LC Wallace Stegner

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LC Wallace Stegner  - Page 3 Empty Re: LC Wallace Stegner

Message par Tristram le Ven 6 Mar - 0:38

Promis, je ne pompe pas. Et je continue, courageusement.
Observation bien sentie sur la morale victorienne :
« Nous évacuons la douleur et la mort là où eux évacuaient la nudité et la sexualité, ou plutôt le discours sur le sexe. »
Susan, qui a « épousé l’exil et l’échec », me lasse un peu à lamenter sans cesse ; il faut dire qu'on n’entend qu’elle  (mais aussi le narrateur, ce Lyman qui veut nous emmener où exactement ?). En tout cas, empathie pour Oliver (à qui Susan reproche la confiance, pourtant inséparable de l’honnêteté) :
« C’est moi que vous avez épousé, déclare ce regard-là. Peut-être était-ce une erreur. Mais vous m’avez épousé moi, non ce que vous pouviez faire de moi. »
Je ne peux pas m’empêcher de me demander en quoi le destin de Susan (qui est quand même fort "high nose", et aura toujours bénéficié de domestiques dans les affres de ses tribulations) serait plus choquant que celui des autres femmes qui ont vécu dans les mêmes conditions ‒ si ce n’est qu’elle seule en aura témoigné.
« Ah, je vous le dis : il faut venir en Idaho ! C’est à ma connaissance le seul endroit où les problèmes de vos domestiques et ceux de vos hôtes se révèlent être les mêmes. »
Et toujours le mythe du progrès états-unien :
« Ma série, que j’appelle Scènes du Far West, se doit d’inclure la préparation de l’avenir : tel est le véritable but de la vie dans ces contrées. »
J'escompte parvenir au sommet dans la nuit ; au plus tard dans la matinée.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 9459
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

LC Wallace Stegner  - Page 3 Empty Re: LC Wallace Stegner

Message par Bédoulène le Ven 6 Mar - 12:06

Tristram tu verras que ton ressenti pour Oliver rejoint le mien !

j'ai d'ailleurs relevé aussi le 2ème extrait !

oui tu as raison, pour Susan, trouvais son exil difficile pour elle, mais oui elle a toujours bénéficié d'aide.

Et j'ai une dent contre elle pour Oliver, pour Agnès et pour Ollie surtout ! Wink

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 14062
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

LC Wallace Stegner  - Page 3 Empty Re: LC Wallace Stegner

Message par Tristram le Ven 6 Mar - 12:20

Terminé (ouf) !
Regard peu amène sur les projets communautaires hippies, et plus généralement sur les révolutionnaires :
« …] l’ensemble créant un flux bilatéral d’expérience, d’individus, d’argent, de bonté, d’amour et de légumes. »

« Si les révolutionnaires voulaient bien comprendre qu’ils ne peuvent pas remodeler la société du jour au lendemain – qu’ils n’ont pas la sagesse nécessaire, et qu’on ne doit pas les laisser faire –, j’aurais plus de respect pour eux. »
Je pense que voici le passage dont tu parlais, Bédoulène :
Alors, et alors seulement, il accepta la proposition de son père de prendre la direction de la Zodiac quand ce dernier en devint le directeur général.

Dix longues années. Que dois-je en conclure ? Surtout lorsque je repense à cette taciturnité de toujours qui tenait plus d’une maladie que d’un simple trait de caractère. Surtout lorsque je revois la façon dont grand-mère opinait à ses décisions et redoutait ses silences. Surtout si je considère l’empressement avec lequel elle se défit de lui en cet été de 1890. Force m’est d’en conclure qu’il savait ou soupçonnait ou avait vu quelque chose, ou bien encore qu’il la tenait pour responsable des catastrophes qui, en l’espace de trois ou quatre jours, avaient anéanti son univers. Je pense qu’ajouté à son égarement et à son dégoût d’elle-même – Ollie ne pouvait lui en vouloir autant qu’elle s’en voulait –, ce qu’elle lisait dans le regard de son fils était plus qu’elle n’en pouvait endurer. Et s’il est indéniable que je pourrais fort bien composer un épisode corroborant mes conjectures, je pense que je vais n’en rien faire et me contenter d’affirmer qu’il développa à cette époque une irrémédiable aversion pour sa mère. Dès avant leur départ de l’Idaho, elle comprit ce qu’éprouvait son fils à son endroit et ne put le supporter.
Ce livre est un peu un remake de La Bonne grosse montagne en sucre et de sa vision de l'Ouest (comme déjà remarqué), on y retrouve le narrateur sexagénaire et caustique de La Vie obstinée (qu'on retrouvera dans Vue cavalière), et on y trouve le thème de l'expiation qui sera repris dans Une journée d’automne.
Je n'en dis pas plus sur la fin (qui ne révèle pas une apothéose comme Stegner avait commencé à m'habituer au terme d'une longue lecture), et mets un mot sur le fil d'auteur pour renvoyer à cette LC.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 9459
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

LC Wallace Stegner  - Page 3 Empty Re: LC Wallace Stegner

Message par Bédoulène le Ven 6 Mar - 15:03

oui c'est bien ce passage Tristram !

n'ayant pas lu la bonne grosse montagne, j'ai beaucoup aimé cette lecture.

je te remercie Tristram de m'avoir accompagnée, Romain tu étais hélas occupé mais nous allons nous rejoindre fin de mois pour la prochaine LC Smile

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 14062
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

LC Wallace Stegner  - Page 3 Empty Re: LC Wallace Stegner

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions autour des livres :: Nos Lectures Communes


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum