Elif Shafak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elif Shafak

Message par Chamaco le Mer 7 Déc - 18:43

Elif Shafak
Née en 1971



Née le 25 octobre 1971 à Strasbourg de parents turcs, Elif Shafak est une écrivaine turque.
Diplômée en relations internationales de la Middle East Technical University d'Ankara, elle est aussi titulaire d'un master en genre et études féminines dont le mémoire portait sur la circulaire Compréhension des derviches hétérodoxes de l'islam. Elle a soutenu sa thèse en sciences politiques sur l'Analyse de la modernité turque à travers les discours des masculinités.

Elle enseigne à l'université, et vit entre les USA et la Turquie.

Son premier roman, "Pinhan", obtient le Prix Mevlana récompensant les œuvres littéraires mystiques en Turquie.
Son second roman, La bâtarde d'Istanbul, best-seller en Turquie en 2006, raconte l'histoire de deux familles, l'une turque, l'autre arménienne, à travers le regard des femmes. Il lui a valu d'être poursuivie en justice pour « Humiliation de l'identité turque, de la République, des institutions ou organes d'État ». Le procès s'est conclu par un non-lieu.

Outre ses romans qui remportent un vif succès en Turquie et ailleurs, Elif Shafak écrit aussi des articles pour des journaux et magazines en Europe et aux Etats-Unis, des scripts pour des séries télévisées et des paroles de chansons pour des musiciens de rock.
source : wikipédia.

Ouvrages traduits en français :

La Bâtarde d'Istanbul, Paris, 2007.
Bonbon Palace, 2008
Lait noir, 2009
Soufi mon amour, 2010
Crime d’honneur, 2013
L’Architecte du Sultan, 2015








Crime d'Honneur

Lecture terminée, l'histoire se met en perspective, alors que "le destin" qui guide le fil de cette lecture nous joue bien des tours comme dans le superbe film d'Elia Kazan "America, America". En fait j'ai eu l'occasion de parler de kaléidoscope ou de puzzle pour definir ce roman, mais pour être plus précis on devrait parler de ce "Palais des glaces" qui prenait place dans les fêtes foraines d'autrefois, succession de miroirs où chacun s'aventure, et regarde son image démultipliée selon sa position.
Dans ce recit, qui semble mener à l'inéluctable, tel le destin d'autres femmes égarées dont il est fait état, le destin de deux soeurs jumelles Jamila et Pembe, Pembe et Jamila, se mélange comme les marionnettes sous les doigts de l'artiste, en l'occurence ceux de l'auteure, mêlant à loisir leurs vies entre le plateau anatolien et les rues de Londres, entre culture islamique et manifestations de punks anglais, dans un brassage de peuples orientaux aux traditions et coutumes ancestrales.
L'écriture de Elif Shafak est limpide, elle s'écoule agréable, pleine d'un charme oriental, toute en suggestions et retenue. Elle nous fait découvrir l'existence de populations transportées dans une europe où telle la plante épiphyte d'Elias elles survivent en s'attachant "à toutes sortes de choses et poussent presque dans l'air, en vraies nomades".

Spoiler:
le dénouement n'est pas celui que l'on peut croire, en fait le suspens se développe dans les cinquante dernières pages....


mots-clés : #conditionfeminine #immigration #famille
avatar
Chamaco

Messages : 2042
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 71
Localisation : Au balcon du Luberon, à l'écoute

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Elif Shafak

Message par Silveradow le Lun 2 Jan - 19:15



la Bâtarde d'Istanbul

Ca fait quelques temps que je l'ai lu. Il est intéressant de voir que certaines choses marquent plus que d'autres...
Je me souviens surtout de la femme turque, qui porte la mini-jupe dans Istanbul, qui s'affranchit des codes dictés par la religion, la tradition. Elle est également mère célibataire ce qui n'arrange pas son cas... Elle fume, elle boit, elle côtoie des hommes. Une femme toute européenne à Istanbul en somme.

Même si c'est la jeune fille qui fait le voyage (famille arménienne immigrée aux Etats-Unis), pour découvrir ses origines, toutes cherchent des réponses. Des solutions pour l'avenir, se construire ou se reconstruire, pour comprendre ce qui c'est passé, pourquoi elles en sont arrivées là.

Les autres femmes de la famille Kazanci sont toutes différentes, mais toutes vieilles filles ou veuves. Les hommes meurent jeunes dans leur famille. Il y a entre autre une voyante, un peu mystique très amusante avec ses lubies. Elles ont toutes leurs manies particulières, elles sont (je crois) 8 à vivre ensemble dans la même maison, et ça fait un joyeux bordel .... croyez moi ! Elles sont attachantes et drôles, on les aime rapidement !

Une lecture pleine de rebondissements, une écriture simple et agréable. Des descriptions de femmes turques, avec leurs paradoxes, leurs envies, leurs attentes, d'une Istanbul tiraillée entre Europe et Occident, modernité et tradition. Sur la place des femmes dans cette Istanbul, dans cette Turquie géographiquement et intellectuellement en proie à des doutes, des dilemmes. Un très beau roman, une fin inattendue, je vous le recommande choisiens et choisiennes I love you

mots-clés : #famille #conditionfeminine
avatar
Silveradow

Messages : 133
Date d'inscription : 30/12/2016
Age : 24
Localisation : Loire Atlantique

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Proche et Moyen Orient

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum