Walter D. Wetherell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Walter D. Wetherell

Message par Marie le Jeu 8 Déc - 2:22

Walter D. Wetherell
Né en 1948


Walter D. Wetherell (né en 1948) est un écrivain américain ayant publié plus d'une dizaine d'ouvrages, dont des fictions. Il a grandi à New York et vit à présent à Lyme, New Hampshire.

Ses œuvres les plus récentes sont Autumn: A Season of Discovery in a Wondrous Land (Presses universitaires du Nebraska, 2009) et Hills Like White Hills: Stories (Presses de l'université méthodiste du Sud, 2009).

Son roman le plus connu en France est Un siècle de novembre, publié en 2004 par les Presses universitaires du Michigan sous le titre original A Century of November. Ce court roman lui a valu la plus prestigieuse récompense littéraire du Michigan. La traduction française a été publiée par les éditions Les Allusifs en 2006, et est sortie en poche en 2008 (Le Livre de poche). Wetherell y décrit la quête d'un père à travers l'Amérique et l'Europe, qui cherche les traces laissées par son fils dans sa marche à la mort, sur le front, en 1918, quelques semaines avant l'armistice.

Wetherell est également l'auteur de plusieurs nouvelles parues dans la presse américaine. Il a aussi écrit des essais et des récits de voyages notamment pour le New York Times, et d'autres parutions. Les rivières et la pêche à la mouche sont une source d'inspiration pour ces essais et récits.
Merci Wikipédia

Bibliographie en français :

2004 : Un siècle de novembre
avatar
Marie

Messages : 462
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Moorea

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Walter D. Wetherell

Message par Marie le Jeu 8 Déc - 2:28



Un siècle de novembre
traduit de l'anglais ( Etats-Unis) par Lori Saint-Martin et Paul Gagné

"Il jugeait les hommes et cultivait les pommes, et cet automne -là n'était propice ni à la justice, ni aux vergers." C'est la première phrase de ce livre. Début d'automne 1918, sur l'Ile De Vancouver. Un homme, Charles Marden. Les pommes se couvrent de taches de rouille , car la fumée des incendies , non combattus faute de jeunes gens encore présents pour le faire, a traversé le détroit. Mais les insulaires disent que le coupable, c'est le gaz moutarde, "charrié par les vents depuis la lointaine France".. Quant à la justice, le magistrat Charles Marden n'a pas grand chose à faire non plus, depuis le début de la guerre les comportements sont exemplaires: " On aurait dit que tout le mal du monde ,transformé en liquide tourbillonnant, se déversait sur la France, suivant le cycle désespéré qui soufflait ensuite la fumée sur l'Amérique."
La femme de Charles Marden est morte trois semaines auparavant de la grippe espagnole. Son fils unique, Billy, fait la guerre depuis 2 ans. Et un courrier arrive, annonçant sa mort au combat dans un village belge au nom étrange.
Alors Marden va se mettre en route, pour mettre ses pas dans les pas de son fils, et jusqu'au bout. Pour aller sur place, à l'endroit exact où s'est terminée sa courte vie.
"Pour ne rien attendre......Avoir des attentes, après ce qui est arrivé....c'est intolérable. S'il y a une leçon à retenir de cette guerre, c'est bien celle-là. Il faut enterrer l'espoir là où il ne risque plus de nous déranger."Et puis pour éviter de juger " juger d'avance, juger avant d'arriver, avant d'avoir vu, de ses yeux vu, l'endroit précis."

C'est le journal de cette quête que l'on lit, du Canada aux tranchées. Ils furent nombreux à faire ces sortes de pélerinages ( et nombreux à y mourir aussi volontairement ou non). Charles Marden arrivera à cet endroit précis , et entendra le récit de la mort de son fils. Alors seulement, il pourra juger et ressentir:
" Billy s'est sauvé. En pleine guerre, malgré les responsabilités qui lui incombaient, l'ennemi devant lui, il s'est sauvé. J'avais pleinement conscience de ce que j'étais censé ressentir, de ce que les colonels, les généraux, les politiciens et tous ceux qui avaient envoyé ces garçons à leur perte voulaient que je ressente. De l'embarras, de la gêne, de la honte. Pourtant, je n'éprouvais rien de tel. J'étais heureux pour lui. Heureux de savoir que, au dernier instant de sa vie, confronté à une machine invincible, à une herse impitoyable, il était redevenu un petit garçon. Il avait réagi comme tout garçon l'aurait fait dans ces circonstances, avait couru de toutes ses forces vers la vie, la sécurité....Mon seul regret, celui que je garderai jusqu'à la fin de mes jours, c'est qu'il n'a pas couru assez vite."

C'est un texte magnifique, très retenu, sobre et pudique, très sombre bien sûr, mais avec une petite lueur à la fin. On sait que Charles Marden sera tenu d'"attendre " de nouveau, et que cela s'appellera continuer à vivre.


mots-clés : #premiereguerre
avatar
Marie

Messages : 462
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Moorea

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Walter D. Wetherell

Message par shanidar le Jeu 8 Déc - 13:52

C'est noté. Merci Marie.
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Walter D. Wetherell

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum