Art indien : l'art des Adivasi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Art indien : l'art des Adivasi

Message par Armor le Jeu 8 Déc - 3:46

L'art des Adivasi, les " autres maîtres de l'Inde"

Mais qui sont les Adivasi ?

Les tribus ou Ādivāsī (en sanskrit आदिवासी, des racines ādi, « origine », et vās, « habiter », « résider ») ou aborigènes, forment une minorité substantielle de la population de l'Inde. Ils sont particulièrement nombreux dans l'Orissa, le Bihar, le Jharkhand, le Chhattisgarh, le Tripura, mais également en Assam et dans les États du Nord-Est tels que le Mizoram, Nagaland ou encore l'Arunachal Pradesh.

Les Adivasi vivent généralement dans des régions reculées et sont restés hors du grand courant de la civilisation indo-européenne qui façonne le sous-continent indien depuis le IIe millénaire av. J.‑C.. Considérés comme "primitifs", ils ont été largement ignorés des autres Indiens jusqu'à la période du Raj britannique où l'exploration méthodique du territoire par les colonisateurs les a mis en lumière.

Les Adivasi ne constituent en aucun cas un groupe homogène.
705 tribus sont en effet répertoriées, pour une population de 104 millions de personnes, soit moins de 9% de la population indienne. (mais 95% de la population de l'état du Nizoram, par exemple)

La constitution indienne reconnaît les tribus comme "scheduled tribes " (tribus répertoriées) . Elles sont souvent regroupées avec les intouchables, et peuvent bénéficier d'avantage dans le cadre de la discrimination positive.

La plupart des Adivasi sont animistes, même si un nombre substantiel d'entre eux s'est tourné vers le christianisme, en particulier en Inde centrale.
Leurs artistes illustrent la nature et les dieux incarnés dans la nature et dans la vie quotidienne, et incluent souvent aussi les dieux et rituels hindous. Leur art se démarque des représentations traditionnelles de l'art urbain indien.
source : wikipédia


Dernière édition par Armor le Jeu 8 Déc - 10:17, édité 2 fois
avatar
Armor

Messages : 1319
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Art indien : l'art des Adivasi

Message par Armor le Jeu 8 Déc - 3:51

En 2010, le musée du quai Branly a consacré à l'art des Adivasi une exposition intitulée "Autres maîtres de l'Inde". Voici une présentation succincte de quelques unes de leurs oeuvres. (Photos glanées sur le net, explications tirées du catalogue de l'exposition)


Ayyanar :

Figure votive en terre cuite du Dieu Ayyanar, Dieu puissant qui, selon les croyances de la population du  Tamil Nadu,  protège les villages des esprits malfaisants.  Dans les sanctuaires à ciel ouvert qui lui sont consacrés, Ayyanar  souvent accompagné de ses deux épouses, est placé au centre, entouré de chevaux, d'éléphants, de bœufs, de vaches, de chiens et de statues anthropomorphiques de gardes et  de guerriers en terre cuite dont les chars peuvent atteindre 4,5 m de haut. Ces figures sont l'œuvre des potiers kusavan et velar du Tamil Nadu, qui sont aussi les prêtres du culte d'Ayyanar. Après cuisson, ces figures sont peintes de motifs et de couleurs vives  très ornées.

Au musée du quai Branly :

Dans un temple du Tamil Nadu :





Bhuta :

Le culte  des bhuta (les esprits des ancêtres, des parents et même des animaux disparus) est très répandu dans le sud du district de Kannara, dans l'État du Karnataka, en Inde méridionale. S'ils sont offensés, ces esprits, habituellement bienveillants et protecteurs, peuvent exercer une influence malfaisante. Pour jouir d'une bonne santé et disposer sereinement de ses biens, mais aussi pour éviter les préjudices causés par le courroux de ces esprits, leurs images sont rituellement installées et révérées.







Rathava :

Le Dieu Pithoro  est l'une des divinités majeures des tribus rathava. Ce Dieu, dont la légende est illustrée sur le mur central des maisons, joue un rôle capital dans le mythe de la création. Les hommes de la communauté réalisent des peintures colorées qui représentent l'empire céleste des dieux. La partie centrale de la peinture est consacrée au cortège nuptial de Pithoro, comprenant les figures équestres. Les corps célestes sont représentés dans la partie supérieure, et toute la moitié inférieure de la peinture décrit le mythe de la création ou sont illustrés la terre, le premier fermier, le vacher, le marchand, le chaman, la première vache, le premier taureau, etc.…

Paresh Ratwa,  Mythe de la Création :





Sarguja :

Les fermiers de la région de Sarguja  ont coutume de fabriquer de grands récipients d'argile pour conserver le grain, récipients qu'ils agrémentent de reliefs d'argile rehaussés de motifs colorés.
Des reliefs d'argile similaires ornent les murs de leur maison de chaume et de boue.  En improvisant à partir d'un vocabulaire traditionnel de formes et de techniques, les femmes créent dans toute la maison un véritable univers de motifs décoratifs, de personnages humains, de dieux, d'oiseaux et d'animaux, notamment à l'occasion de la fête de la moisson. Sonabai,  Une grande artiste de la région, fut une des premières à transformer ces réalisations domestiques en un art individuel, métamorphosant sa maison en une galerie d'art grâce à son imagerie extrêmement sensible et élaborée.

oeuvre de Sonabai :



Dernière édition par Armor le Jeu 8 Déc - 4:04, édité 1 fois
avatar
Armor

Messages : 1319
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Art indien : l'art des Adivasi

Message par Armor le Jeu 8 Déc - 3:58

Molela

Plusieurs régions méridionales du Rajasthan sont parsemées de petits sanctuaires consacrés aux ancêtres disparus, mais aussi aux dieux et déesses locaux, représentés en relief et sous leur forme anthropomorphique sur des plaques de terre cuite. Ces plaques caractéristiques sont l'œuvre des seuls  potiers du village de Molela.
Devnarayan est la principale divinité représentée sur les plaques de terre cuite, les prêtres se servant de ces panneaux pour présenter leurs spectacles itinérants.
Originaire de Molela, feu Khemraj  fut l'initiateur de hauts-reliefs narratifs profanes, se libérant de la tradition des images cultuelles pour entrer dans le monde de la création individuelle, reflétant de façon douloureuse la vie difficile dans les villages en voie de dépeuplement.





Santhal

Concentrée pour l'essentiel aux frontières des états du Bengale occidental, du Jharkhand, du Bihar et de l'Orissa, les Santhal appartiennent à l'une des tribus les plus importantes de l'Inde. Au Bangladesh et au Népal voisin, ils vivent en petits groupes minoritaires et isolés.
Si au cours des siècles les Santhal ont adhéré très progressivement à l'hindouisme dominant, ils étaient de tradition animiste et avaient leur propre religion appelée sarna. Dans leur royaume magico-religieux, esprits animaux et montagnes touchent à la divinité aux côtés d'autres figures anthropomorphiques.
Ne possédant pas d'écriture manuscrite avant les années 1920, leur tradition orale était d'une grande richesse. Des représentations poétiques rythmaient chaque moment de la vie de la communauté. De la naissance au mariage, les rituels étaient chantés et dansés, les fêtes étant l'occasion d'exprimer une religiosité collective.
Les masques permettaient d'attribuer un caractère divin  aux humains qui les revêtaient.
Les Santhal ont coutume de raconter leur mythe de la création illustré sur des rouleaux de papier par des jadupatua, des peintres magiques qui appartiennent à une caste hindoue inférieure.







Nicobar

Contrairement aux autres tribus qui peuplent les îles Nicobar, un archipel du sud-est du golfe du Bengale, les Nicobarais sont essentiellement horticulteurs.  Leurs sculptures sont ancrées dans la tradition orale et le mythe des origines. Leurs créations anthropomorphes sont des esprits d'êtres organiques ou non qui vivent avec les êtres humains ou «viennent en visite » d'un autre monde. Dans les maisons sur pilotis, les habitants contemporains vivent ainsi en harmonie avec les esprits des ancêtres de la famille, qui habitent les sculptures et font partie intégrante du cadre domestique.  Dans leur culture, les frontières entre passé, présent et avenirs sont souvent perméables.
Les henta-koi  sont des panneaux peints réalisés avec des couleurs organiques pour évoquer les éléments naturels, tels le soleil et la lune.

Planche henta-koi, Epouvantail à la diable, XIXe siècle.



Statue de la collection André Breton : Cette statue représente un esprit agressif qui tent à éloigner les forces du mal du monde des vivants.


Dernière édition par Armor le Jeu 8 Déc - 15:57, édité 2 fois
avatar
Armor

Messages : 1319
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Art indien : l'art des Adivasi

Message par Armor le Jeu 8 Déc - 4:00

Naga :

Naga est un terme générique qui désigne les tribus établies dans le nord est de l'Inde. Ces communautés guerrières, qui vivent dans les montagnes repliées sur elles-mêmes, ont résisté à toutes les intrusions jusqu'en 1878, date à laquelle les Britanniques annexèrent en partie ces régions. D'anciens textes indiens les mentionnent sous le nom de Kirata,  le peuple à la peau cuivrée.
De tradition animiste, les Naga  voient dans le rituel une façon de comprendre et de transformer le monde. L'arrivée des missionnaires et la diffusion du christianisme fut un moment capital de leur histoire, qui, sonnant le glas de certaines pratiques traditionnelles, eut des conséquences sociales, culturelles et politiques considérables. Toutefois, leur créativité artistique n'en reste pas moins influencée par la forte tradition orale qui alimenta leur mythe des origines. Les filles et les garçons pubères vivent dans des dortoirs séparés dans le morung,  la maison des célibataires. Les us et coutumes naga y sont transmis de génération en génération.



Jupe drapée d'hommes, coton, cauris,  poils de chien teints en rouge. XIXe siècle.




Waghri

Mata-ni-Pachedi  est le nom donné aux tentures de temple que réalise la communauté nomade waghri,  originaire du Gujarat. Les panneaux narratifs représentant la Déesse Mère faisaient autrefois office de châsse transportable où l'on installait la divinité pendant les déplacements. Quand la communauté s'est sédentarisée, les tentures de la châsse ont pris place dans le temple comme tentures artistiques narratives.
Traditionnellement, l'étoffe rectangulaire était divisée en sept à neuf colonnes, très proche du format d'un manuscrit. Chaque colonne contenait une seule l'histoire. Le bordeaux, associée à la déesse terre, était censé posséder des pouvoirs curatifs ; le noir permettait de repousser les esprits malveillants, augmentant ainsi l'énergie spirituelle ; le blanc, symbolisant la pureté, servait d'intermédiaire avec les esprits ancestraux et les divinités.
Peu à peu, la palette s'est enrichie d'autres couleurs sans signification religieuse particulière. Alors que dans l'imagerie originale la déesse figurait toujours au centre, les représentations modernes jouissent d'une bien plus grande liberté.




avatar
Armor

Messages : 1319
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Art indien : l'art des Adivasi

Message par Armor le Jeu 8 Déc - 4:12

Kondh et Gond

Concentrés surtout dans la province du Bastar, les Gond  se répartissent en de nombreux sous-groupes. Cet ancien royaume composé de communautés tribales éparpillées sur d'immenses forêts, entretenait autrefois d'étroites relations avec l'État voisin de l'Orissa, le pays des Kondh. Cette tradition perdure pour la fête de Dussehra, quand des communautés tribales très éloignées se retrouvent, apportant avec elles les images votives de leurs divinités.
Ces images miniatures en métal  étaient utilisées à des fins rituelles et utilitaires à chaque étape de la vie, de la naissance à la mort. Des échanges existaient entre ces communautés tribales agricoles et forestières, majoritairement animistes, et d'autres communautés rurales et vivantes en marge de l'hindouisme. Ainsi, les divinités émanaient-elles des deux cultures. Ces divinités en forme humaine où sont inspirées par la forêt et les animaux sauvages ou domestiques. Traditionnellement, ces sculptures sont fondues à la cire perdue





Artistes contemporains :

Un artiste dont j'aime particulièrement les oeuvres :

Jangarh Singh Shyam (peuple Gond):

De nos jours, les capitales des états indiens du Madhya Pradesh et du Chattisgarh  regorgent de peintures colorées réalisées par de jeunes artistes gond. Ces peintures représentent des arbres, des animaux et des divinités de la mythologie pardhan gond et, de façon plus actuelle, des scènes de la vie citadine. Ces peintures sont désormais connues sous le nom générique de « peinture gond ».
Il est important de remarquer les Pardhan Gond que n'avaient pas de réelle tradition picturale, à l'exception des reliefs d'argile rudimentaire dont les femmes ornaient les murs des maisons. C'est Jangarh Singh Shyam qui, le premier, a exploité cette forme artistique traditionnelle pour s'exprimer sur des événements personnels. Alors qu'il commençait à se faire une place dans le monde de l'art indien, plusieurs autres jeunes hommes de sa communauté l'ont pris pour modèle et l'ont copié pour finalement trouver leur propre expression. C'est ainsi qu'est né ce style collectif que l'on appelle indûment « peinture gond ».
Jangarh,  entré dans le champ très controversé du marché de l'art mondialisé, a subi des pressions qu'il n'avait pas appris à gérer. Le 3 juillet 2001, âgé alors de 37 ans, il s'est suicidé dans le musée japonais qui l'avait invité en résidence.










Karam Dineshwar Singh :

Divinité Pakhamba, serpent à tête de cerf :






Sundaribai :

Panneaux muraux peints avec silhouettes décoratives. Argile crue, fibre de coco et pigments.









Anand Shyam : (école Gond)







Dileep Shyam :








Image pour laquelle je n'ai pas de nom d'artiste :
Tigre bastar, argile cuite et peinte, XXème siècle (exposition au musée du quai Branly) :

avatar
Armor

Messages : 1319
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Art indien : l'art des Adivasi

Message par Armor le Jeu 8 Déc - 4:18


Autres artistes contemporains :

Jivya Soma Mashe :

Originaire de la tribu warli de Maharashtra, Jivya Soma Mashe s'est passionné pour la peinture dès son plus jeune âge. Cet art, auparavant l'affaire des femmes qui se le transmettaient de mère en fille, est devenu grâce à lui un moyen d'expression artistique pour les hommes de cette petite communauté. Souhaitant créer tout en gagnant sa vie dans une société composée pour l'essentiel de paysans et de pêcheurs, il changea de support, passant du mur au papier puis à la toile, et remplaçant la farine de riz par de la gouache blanche. Il inventa un nouveau vocabulaire stylistique, abandonnant l'iconographie figée traditionnelle pour illustrer des scènes de chasse, de pêche, voire ses propres voyages. Son travail se caractérise par une construction singulière de l'espace pictural ; son enfance difficile et l'abandon dont il fut victime sont des thèmes récurrents de son œuvre.







Madhu Chitrakar :

Peintre itinérant de la communauté Santhal, ses rouleaux peints illustrent des drames récents, tels le tsunami de 2004 ou les attentats du 11 septembre 2001.



avatar
Armor

Messages : 1319
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Art indien : l'art des Adivasi

Message par Marie le Ven 9 Déc - 1:42

Merci Armor!
avatar
Marie

Messages : 390
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Moorea

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Art indien : l'art des Adivasi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions arts divers :: Peinture, photographie et autres

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum