Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Flannery O'Connor

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Flannery O'Connor

Message par tom léo le Jeu 8 Déc - 7:31

Flannery O'Connor
(1925- 1964)


Flannery O'Connor Captur68

(Mary) Flannery O'Connor née le 25 mars 1925 à Savannah en Géorgie et décédée le 3 août 1964 à Milledgeville en Géorgie, est une femme de lettres, importante voix de la littérature américaine. Elle est l'auteur de deux romans, de trente deux nouvelles, ainsi que de nombreux textes courts (commentaires et récensions). On lui doit par ailleurs un important corps de lettres (L'Habitude d'Être) qui, mises bout à bout, finissent par constituer une véritable figure morale et littéraire. Son style, qualifié de Southern Gothic, est intimement lié à sa région, le sud des États-Unis, et à ses personnages grotesques. Les écrits d'O'Connor reflètent aussi sa foi catholique, dans l'examen de questions morales.

Enfant unique, elle se décrit comme une enfant aux pieds tournés en-dedans avec un menton fuyant et un complexe du type « fiche-moi la paix ou je te mords. » A l’âge de six ans, elle fait sa première expérience avec le statut de célébrité. Les gens du Pathe News avaient filmé « Petite Mary O’Connor » avec sa poule savante et diffusèrent par la suite le film dans tout le pays. Elle raconta à ce sujet : « quand j’avais six ans, j’avais une poule qui marchait à reculons et qui s’était retrouvée dans le Pathé News. On pouvait aussi m’y voir avec la poule. J’avais juste été là pour l’assister, et ça, c’était le point culminant de ma vie. Depuis, tout le reste n’a été qu’une douche froide. » En 1937, un lupus érythémateux disséminé fut diagnostiqué chez son père. Il en mourut le 1er février 1941, ce qui laissa Flannery, alors âgée de 15 ans, complètement anéantie.

O’Connor obtint une licence en sciences sociales. En 1946, elle fut enrôlée à l’Atelier des Écrivains d’Iowa (Iowa Writers' Workshop), une section prestigieuse de l’Université de l’Iowa, où elle s’était d’abord inscrite dans le but d’étudier le journalisme. Elle y trouva l’occasion de rencontrer plusieurs auteurs et critiques de renom qui y donnaient des cours et des conférences. Parmi ceux-ci figurait Andrew Lytle, rédacteur en chef de longue date du Sewanee Review, un journal littéraire de prestige. Plus tard, il publia cinq de ses histoires dans son journal, aussi bien que des analyses critiques sur son œuvre.

En 1951, un médecin lui diagnostiqua un lupus érythémateux disséminé, la même maladie qui avait emporté son père. Elle retourna vivre dans sa ferme ancestrale, Andalusia, en Géorgie. Déjouant les pronostics des médecins, elle survécut encore quatorze ans. Elle s’adonna à l’élevage et à l’entretien d’une centaine de paons. Fascinée par les oiseaux de toutes sortes, elle éleva également des canards, des autruches, des émeus, des toucans, et tous les oiseaux exotiques qu’elle pouvait obtenir.

Malgré une vie peu exposée, ses écrits révèlent une compréhension mystérieuse des subtilités du comportement humain. Catholique fervente vivant à l’intérieur du "Bible Belt", le sud américain protestant, elle collectionnait des livres de théologie catholique et donnait des conférences sur la foi et la littérature, parfois loin de chez elle malgré sa santé sur le déclin. Elle entretenait également une vaste correspondance avec des auteurs tels que Robert Lowell et Elizabeth Bishop. Elle ne s’est jamais mariée, s’appuyant sur ses correspondants et sur sa mère, Regina Cline O’Connor, en compensation.

Elle mourut le 3 août 1964 au Baldwin County Hospital à l’âge de 39 ans des complications liées au lupus, et fut enterrée à Milledgeville au Memory Hill Cemetary.

Œuvres traduites en français:

La Sagesse dans le sang, roman, Page 1
Les Braves gens ne courent pas les rues, nouvelles, Page 1, 2
Et ce sont les violents qui l'emportent, roman

Publications posthumes
Mon mal vient de plus loin, nouvelles
Pourquoi ces nations en tumulte ?, (Why do the Heathen rage ?), nouvelles
Le Mystère et les Mœurs
Flannery O'Connor, Gallimard coll. « Biblos », 1975. Contient a priori toute l'œuvre romanesque de l'auteur, à savoir La Sagesse dans le sang, Les Braves gens ne courent pas les rues, Et ce sont les violents qui l'emportent, Mon mal vient de plus loin et Pourquoi ces nations en tumulte ?
L'Habitude d'être, correspondance
Œuvres complètes : Romans, nouvelles, essais, correspondances, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Quarto », 2009

Biographie par Cécilia Dutter : http://deschosesalire.forumactif.com/t2078-cecilia-dutter

source : wikipedia.fr

MAJ de l'index le 09/10/2018
tom léo
tom léo

Messages : 1100
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par tom léo le Jeu 8 Déc - 7:40

La rencontre avec l'oeuvre de Flannery O'Connor était un choc, une découverte et une joie! Mes lectures en anglais date d'il y a longtemps, et pour l'instant je n'arriverais pas à poster avec justesse avec des commentaires sur les romans et les nouvelles. Néanmoins j'ai l'intention de relire l'oeuvre peu à peu, de vous donner l'occasion d'écrire vos propres impressions dans ce fil, et de rendre compte de lecture de deux, trois livres SUR Flannery que j'ai lu plus récemment, en faisant des notes (ce que je n'avais pas encore l'habitude de faire à la lecture des oeuvres).

J'espère que ce fil se nourrira peu à peu...
tom léo
tom léo

Messages : 1100
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Bédoulène le Sam 19 Mai - 0:32

La sagesse dans le sang

Flannery O'Connor Cvt_la11


Une préface très intéressante sur les évangélistes américains et argumentée par des faits divers qui permettent d'appréhender le court livre de l'auteure.

Hazel Motes qui revient de 4 ans d'armée décide de parcourir le pays pour prêcher la parole de vérité, le péché n'existe pas, personne n'a été "racheté" par la mort de Jésus, il n'y a pas de rédemption donc pas de rédempteur, son église s'appellera donc "l'Eglise du Christ Sans Christ" .

« Ecoutez-moi, vous tous, cria Hazel, partout où j’vais j’porte la vérité avec moi. J’prêcherai cette vérité n’importe où, à qui voudra l’entendre. J’prêcherai qu’il n’y a pas eu de Chute parce qu’il n’y a jamais eu d’endroit d’où on pouvait tomber, et pas de Rédemption parce qu’il n’y a jamais eu de Chute, et pas de Jugement parce qu’il n’y a jamais eu ni Chute ni Rédemption. Jésus était un menteur, y a que ça d’important. »

En arrivant dans la ville  de Taulkinham il découvre un prédicateur aveugle,  Hawks, accompagné de sa fille qui distribuent des tracts pour leur église. En fait cet homme est un faux aveugle, Hazel le découvrira plus tard car il louera une chambre chez la même logeuse. Sabbath la fille de Hawks s' offre avec insistance à Hazel qui finit par céder à ses avances.

Il rencontre un jeune homme, Enoch Emery qui a la "sagesse dans le sang" selon ses dires ;  son sang lui "parle" . Cet être déséquilibré,  dont le "sang" lui annonçait que quelque chose de grand devait lui arriver, prend au mot Hazel qui dans l'un de ses prêches, parle d'un nouveau Jésus ; il vole le corps desséché d'un homme de la taille d'un enfant dans le musée et le donne à la compagne d' Hazel. Ce dernier casse et jette le corps aux cris de Sabbath .

Un jour alors qu'Hazel commence un prêche à la sortie d'un cinéma voilà qu'un "disciple" improvisé (Hoover Shoats) vante le prêcheur Hazel et harangue la foule  qui s'amasse. Hazel s'insurge et dit ne pas connaître cet homme, ce menteur. Alors que le "disciple" se débrouille pour recevoir la pièce,  Hazel furieux démarre sa voiture ; mais cette vieille Essex s'arrête et l'homme le rattrape lui propose une association qui est refusée. Pour se venger ce dernier "recrute" un faux pêcheur pour faire concurrence à Hazel et l'habille comme lui.
Hazel est furieux parce que l'homme porte le même costume que lui, prêche comme lui sur le toit d'une voiture, au même lieu que lui aussi lorsqu'il le retrouve sur la route il l'attaque et finalement le tue, lui passant sur le corps par deux fois.

Hazel s'aveugle avec de la chaux vive, parce que c'est connu, la Foi est aveugle.  Il s'inflige des pénitences corporelles (cailloux dans les chaussures, ceinture de fils de fer) Sabbath part car il la chasse mais sa logeuse, une veuve, persuadée qu'il sait quelque chose qu'elle ignore et qu'il possède quelque chose qu'elle  n'a pas, projette de  se marier avec lui. Alors que malade il sort, il  passe la nuit dehors dans le fossé où il est tombé, des policiers le retrouvent et quand ils le ramènent chez sa logeuse il est mort.


L'auteure démontre dans ce roman plusieurs faces des évangélistes aussi critiquables l'une que l'autre :  
- le fanatisme d'Hazel,
- à travers l'habileté de Hoover à haranguer la foule se révèle une bonne connaissance  de l'être humain, il use de psychologie pour convaincre
- la vénalité par le fait de réclamer et recevoir de l'argent
quant à Enoch on peut douter de son mental et  de sa "sagesse dans le sang", héritage de son père ; l'usage qu'il fait du placard du cabinet de toilette est particulièrement déroutant.

Je pense qu'on peut traiter ces personnages de charlatans, d'escrocs ! mais le fait qu'un  policier  frappe Hazel démontre que la violence est partagée aussi par les "autres".

C'était une bonne lecture sur un sujet récurrent de la société américaine. Ses pratiques sont insupportables pour l'auteure qui s'inscrit dans l'orthodoxie Chrétienne et les dénonce.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Bleuenn le Sam 19 Mai - 0:49

Ah, Flannery O'Connor ! J'ai lu ce roman aussi (c'est bien dans celui-ci qu'il y a un personnage déguisé en ours à un moment ? Ou alors je confonds ?) et je l'ai beaucoup aimé. Je la trouve plus incisive encore dans l'art de la nouvelle, tous ses recueils sont excellents. C'est vraiment un auteur à découvrir !
Bleuenn
Bleuenn

Messages : 24
Date d'inscription : 18/05/2018
Age : 38
Localisation : Bretagne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Bédoulène le Sam 19 Mai - 8:34

en fait Bluenn l'animal est un singe illustrant un film dont le directeur du cinéma propose aux courageux de serrer la main contre offre gratuite d'entrée Smile

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par kashmir le Sam 19 Mai - 18:58

@tom léo a écrit:La rencontre avec l'oeuvre de Flannery O'Connor était un choc, une découverte et une joie!

Je le dirais tout pareillement ! Et je n'avais pas vu le fil, Tom léo. Embarassed


Alors, merci Bédoulène de le mettre en avant et de nous tenter diaboliquement ! Twisted Evil
kashmir
kashmir

Messages : 1826
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par bix_229 le Sam 19 Mai - 21:39

Quelqu' un a lu sa correspondance (à part Jean Rolin) ?
Je vais commencer la relecture des nouvelles...
bix_229
bix_229

Messages : 10611
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par bix_229 le Ven 15 Juin - 2:21

Flannery O'Connor Flanne10

Un aspect apparemment inattendu de Flannery O'Connor.
bix_229
bix_229

Messages : 10611
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Antoine8 le Ven 15 Juin - 8:43

Je ne connaissais pas du tout cet auteur mais ce que vous en dites me rend curieux d'en découvrir davantage. Je pensais peut-être commencer par ses nouvelles, qu'en pensez-vous ? J'ai vu qu'il existe une version bilingue en Folio, son anglais est-il accessible ?
Antoine8
Antoine8

Messages : 67
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 23
Localisation : Strasbourg

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par tom léo le Ven 15 Juin - 10:04

@Antoine8 a écrit:Je ne connaissais pas du tout cet auteur mais ce que vous en dites me rend curieux d'en découvrir davantage. Je pensais peut-être commencer par ses nouvelles, qu'en pensez-vous ? J'ai vu qu'il existe une version bilingue en Folio, son anglais est-il accessible ?

Salut!

Son oeuvre n'est pas très volumeneux. Tu ne peux presque pas faire de fautes. Oui, elle excelle certainement dans les nouvelles, les "short stories", excellentes. Attention: danger de dépendance!
tom léo
tom léo

Messages : 1100
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par bix_229 le Ven 15 Juin - 16:11

@Antoine8 a écrit:Je ne connaissais pas du tout cet auteur mais ce que vous en dites me rend curieux d'en découvrir davantage. Je pensais peut-être commencer par ses nouvelles, qu'en pensez-vous ? J'ai vu qu'il existe une version bilingue en Folio, son anglais est-il accessible ?
Tu peux essayer en anglais ou en bilingue. C' est toujurs un avantage de lire un texte dans l' original.
Surtut quand il s' agit d' un grand auteur comme O'Connor.
bix_229
bix_229

Messages : 10611
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Antoine8 le Ven 15 Juin - 21:49

J'ai acheté aujourd'hui son recueil de nouvelles Les braves gens ne courent pas les rues, je me suis déjà plongé dans la première nouvelle que j'ai eu du mal à lâcher ! C'est bon présage pour la suite, quelle belle découverte ! Smile
Antoine8
Antoine8

Messages : 67
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 23
Localisation : Strasbourg

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par kashmir le Sam 16 Juin - 10:39

Alors, belle découverte à toi ! cheers
kashmir
kashmir

Messages : 1826
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Antoine8 le Dim 17 Juin - 21:19

Merci ! Very Happy Je viendrai donner mon avis quand je l'aurai terminé !
Antoine8
Antoine8

Messages : 67
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 23
Localisation : Strasbourg

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Dreep le Dim 26 Aoû - 12:54

La sagesse dans le sang

M. E. Coindreau nous avertit dans sa préface que le Sud des Etats-Unis connaissait une pléthore d'évangélistes les plus douteux. Flannery O'Connor n'a en rien exagéré en parlant si bien que le paysage qu'elle déroule sous nos eux paraît sauvage, brutal. Bien que sur le plan moral, elle ne caractérise que très peu ses personnages ― on ne comprend ni leurs motifs ni leurs aspirations ― on les sent portés par une sorte d'espoir ; une conquête d'un peu de liberté et de pouvoir, sans doute. Ils tentent vainement de démêler les notions complexes du rachat chrétien, auxquels ils ne comprennent manifestement pas grand-chose. C'est un monde en demi-teinte en fait ; sauvage, brutal, certes ; la fin démontre superbement que Flannery O'Connor manie avec génie le sordide le plus achevé avec des moments de tendresse très émouvants.

Flannery O'Connor a écrit:J'ai réfléchi, continua-t-elle en le regardant s'habiller, et je n'vois qu'une chose à faire pour nous deux. Nous marier. Je ne le ferais pas dans des circonstances ordinaires, mais je le ferais volontiers pour un aveugle et un malade. Si nous ne nous aidons pas les uns les autres, Mr. Motes, personne ne pourra nous aider, dit-elle. Personne. Le monde est un endroit vide.
Dreep
Dreep

Messages : 565
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 27

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Bédoulène le Dim 26 Aoû - 15:53

merci Dreep !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Pia le Jeu 20 Sep - 12:55

Flannery O'Connor Les-br10

Les braves gens ne courent pas les rues

Le titre veut bien dire ce qu’il veut dire. Ou plutôt Flannery O’Connor a bien trouvé son titre. De surcroit, ce titre lui va bien, parce qu’il souligne bien son esprit, si observateur de ses contemporains et sa lucidité extrême à propos de leurs petits et grands travers. Ce qui n’exclut jamais la tolérance et la tendresse qu’elle ressent pour eux.

Certaines nouvelles peignent un personnage qui n’a rien de brave. Comme la première, qui décrit le départ d’une famille en vacances qui finira par rencontrer un homme pour le moins expéditif. Mais en contraste, bien que “Les braves gens ne courent pas les rues”, certains Braves, sont dans les rues, et dans ses nouvelles. Comme ce Grand-Père qui recueille le fils de sa fille, morte, et qui peine à l’élever.
C’est ce que je voulais dire par, “ce titre qui lui ressemble”. Si les braves gens ne courent pas les rues, pour les reconnaitre, il faut bien que par opposition, D’autres le soient, braves.  

Il y a bien sûr la maladie, les paons, les prédicateurs, les mégères, les enfants mal lunés. Tout y est, c’est encore elle.

mots-clés : #discrimination #humour #nouvelle #ruralité
Pia
Pia

Messages : 135
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 51
Localisation : Utrecht

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Pia le Jeu 20 Sep - 12:57

@bix_229 a écrit:
Flannery O'Connor Flanne10

Un aspect apparemment inattendu de Flannery O'Connor.

Inattendu? Smile
Je crois que j'avais écouté une émission à la radio (tu vois j'écoute la radio) qui parlait d'elle. Ils racontaient son gout pour le dessin. Comme son père aussi je crois. Je me trompe peut-être. Mais encore une fois plein d'humour et de violence.
Pia
Pia

Messages : 135
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 51
Localisation : Utrecht

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par bix_229 le Jeu 20 Sep - 16:09

Merci Pia ! On l' aime Flannery O'Connor !
Et puis elle n' était pas faite pour etre triste. Et d' ailleurs elle ne l' était pas.
Elle aimait la vie, les gens, elle aimait rire.
Meme si elle n' avait pas d' illusions sur la nature humaine.
Surtout celle des hommes.
Si seulement, elle n' avait pas eu cette saleté de maladie qui l' a tuée.
Comme la pauvre Carson McCullers. Pas la meme maladie pourtant.
Je vais essayer de retrouver mes notes de Et ce sont les violents qui l'emportent.
Un choc littéraire énorme !


Dernière édition par bix_229 le Ven 21 Sep - 14:55, édité 1 fois
bix_229
bix_229

Messages : 10611
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Bédoulène le Ven 21 Sep - 7:43

un livre qui m'attend dans la pal, merci Bix !

(ton dernier message à corriger tu dis Carson)

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12827
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Flannery O'Connor Empty Re: Flannery O'Connor

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum