Doug Peacock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Doug Peacock

Message par topocl le Jeu 8 Déc 2016 - 13:30

Doug Peacock
Né en 1942


Doug Peacock est né en 1942, dans le Michigan. Son passage chez les Bérets verts durant la guerre du Vietnam le marque à tout jamais. De retour en Amérique, il consacre plusieurs années à l’observation des grizzlys et à l’exploration des déserts de l’Ouest. Il est depuis devenu une personnalité légendaire du combat écologiste et vit à Livingston, dans le Montana.
source : gallmeister.fr

Bibliographie en français :

- 1990 : Mes années grizzly
- 2005 : Une guerre dans la tête


Dernière édition par topocl le Jeu 8 Déc 2016 - 13:34, édité 1 fois

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2999
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par topocl le Jeu 8 Déc 2016 - 13:32

Mes années grizzlis



De mon point de vue, peut-être un peu tordue, sauvegarder les ours était une idée révolutionnaire : une tentative pour empêcher notre monde de devenir complètement dingue.

Les pas de Rick Bass m’ont naturellement embarquée chez Peacock, après un petit détour par Pete Fromm.

Cette fois j’ai vu plein d’ ours, là où Rick Bass passait beaucoup de temps à les pister. Je les ai vus car Peacock a un talent descriptif plutôt fort, pour faire vivre sous nos yeux ces grosses masses de muscles et de griffes qui fascinent les humains, mais ne s’offrent qu’à quelques observateurs plus respectueux que les autres, en l'occurrence Peacock, un grand solitaire rageux, qui fuit ses cauchemars du Vietnam.

Ceux de ma génération ont manifesté contre la guerre, libérant ainsi leur conscience. Moi, je me suis retiré dans les bois et j'ai eu recours à du vin de mauvaise qualité pour obliger ma mémoire à s'endormir.

Cette nature sauvage et inhospitalière, la rudesse de la vie au grand air  sont pour lui comme un cocon salvateur.

Lorsque l'on est assis sur le flanc d’une montagne en pleine tempête, à la recherche de ce que certaines personnes considèrent comme l’animal le plus féroce de ce continent, on éprouve une véritable humilité et une étonnante réceptivité.


Peu à peu, au fil du récit, les pages sur la guerre, aussi évocatrices que celles sur l'aventure-grizzli, se font plus rares, même si des traces continuent à ressurgir jusqu'à la fin du récit.

Cette nuit-là, je dormis profondément. Un sentiment de tolérance et de reconnaissance m’avait envahi, dû probablement au fait de vivre avec l'animal le plus dangereux du continent et d’en accepter les risques inhérents. Je n'étais plus celui qui dominait et je me retrouvais étrangement ouvert et vulnérable.


Et ainsi, Peacock passe 20 ans dans les montagnes à fuir la compagnie des hommes, pas tout à fait celle des femmes. Il n’en règle pas moins ses comptes avec l'impérialisme américain, sa dangereuse tendance à dominer et décimer les hommes et les bêtes.

La façon dont nous nous sommes comportés envers les Indiens, les bisons, les loups et les grizzlis correspond à la manière dont nous avons écrit notre histoire selon des voies convergentes, éclaboussées de sang, qui nous ont conduit où nous en sommes à présent. En dépit du léger remords que nous éprouvons aujourd'hui, nous n'avons aucune excuse.

C’est le portrait d'un impressionnant homme unique, qui voit dans son combat pour sauver les grizzlis une lutte pour une espèce humaine plus libre, plus courageuse, plus chaleureuse. Un homme qui donne à voir et à comprendre des animaux emblématiques entre tous.

La forme du récit est celle de brèves annotations mises côte à côte, autour du fil directeur des grizzlis, au fil des saisons, et il ne faut pas en attendre un début et une fin, une progression, mais plutôt l'évocation par petites touches d'une symbiose qui a duré des années entre un homme et la nature. Cette forme m'a finalement un peu lassée, j'ai fini par sauter des passages sur la fin. Il n'en demeure pas moins que Mes années grizzlis restera un livre marquant.



(commentaire rapatrié)



mots-clés : #autobiographie #guerre #nature


Dernière édition par topocl le Jeu 15 Déc 2016 - 8:34, édité 1 fois

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2999
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par animal le Jeu 8 Déc 2016 - 23:10

Pour l'absence de début, de fin et d'une certaine façon de progression, j'y repense et je relis ce que je n'ai pas encore recopier. Il s'agirait de continuité ? d'un approfondissement qui s'apparenterait à une bifurcation vis à vis de cet axe du temps ? (Ou alors c'est de penser en même temps à Claude Simon dont le moins qu'on puisse est qu'il est loin de cette forme ?)

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4880
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par animal le Jeu 7 Sep 2017 - 22:21


Mes années grizzly

quatrième de couverture a écrit:  Revenu brisé de la guerre du Vietnam, Doug Peacock a trouvé à se reconstruire en passant vingt années de sa vie dans les montagnes de l’Ouest américain, sur les traces d’un formidable prédateur : le grizzly, dont il est à ce jour l’un des plus grands spécialistes au monde. Son récit captivant nous entraîne de l’Alaska à la mer de Cortez, à la découverte d’un animal mystérieux, bien plus proche de nous que nous ne saurions l’imaginer. Dans ses relations avec ses semblables aussi bien qu’avec l’homme et son environnement, le grizzly incarne puissamment liberté et sauvagerie, que menacent pourtant les avancées notre civilisation.


   Mes années grizzly est un fabuleux récit d’aventures digne des romans de Jack London. Mais c’est aussi le témoignage exceptionnel d’un homme parti seul à la rencontre de l’Amérique sauvage.

ou encore :

Mes années grizzly est une histoire d'amour, celle d'un homme qui rentre de la guerre dépossédé de son âme, et qu'il va retrouver à travers l’étude et la protection acharnées du plus grand prédateur de la planète. Selon moi, aucun livre publié cette année ne pourra être plus intéressant que celui-ci.
Jim Harrison

Peacock est un excellent écrivain, un naturaliste doté d'une sensibilité et d’un regard de romancier. Je me suis surpris à retenir mon souffle en lisant les descriptions de ses rencontres avec les ours.
THE CHICAGO TRIBUNE

Mes années grizzly est une histoire passionnante sur la nature, et plus encore, une métaphore frappante, un cri de rage contre l’absurde manière dont on ravage la vie sur terre – y compris la vie humaine.
Peter Matthiessen

Doug Peacok écrit avec un cœur immense, avec verve et éloquence. Il appelle à une révolution de l’esprit par une immersion totale dans le monde naturel. Je le crois, il est digne de foi. Ce livre ne ment pas.
Terry Tempest Williams


J'y suis venu par la lecture de Rick Bass avec Les derniers grizzlys. Lecture marquante d'un auteur que j'aime bien et qui a copiné et suivi sur la piste des ours ce Doug Peacock. Les deux ont un penchant pour la nature et expriment un besoin de la vivre. Entre les deux livres on trouvera quelques similitudes de forme et de contenu : souvenirs ou journal accompagnés de réflexions plus larges, de points personnels et d'informations sur les ours, la nature ou l'histoire.

Mais ce sont deux hommes différents avec des histoires différentes. Doug Peacock avait déjà l'air branché nature sauvage et en solo avant la guerre du Vietnam et c'est vers cette nature qu'il se tourne pour tenter non pas tant de recoller ses morceaux que de conserver ce qu'il en reste. Dans les premières parties du livre cette guerre, il était médic et a essayé de soigner militaires et civils mais a aussi très concrètement combattu et vécu la jungle. Une jungle qui est très très présente par des réflexes, des souvenirs, des cauchemars, une impossibilité. Il boit, se drogue, a des attaques de malaria et se déplace ou promène armé.

La rencontre fascinante et non maîtrisée avec l'ours, le grizzly, le ramène en quelque sorte à un sens. Et c'est cette expérience qu'il raconte. Différentes saisons, différents lieux, et la recherche de l'ours, l'observation, la prise de photos ou de films (pour les sous), pour comprendre, préserver... Les descriptions de nature sont saisissantes et les rencontres avec les ours sidérantes, même sur le papier. Pourtant cette vision de la nature est assez brute, pratique, il y a quelque chose de la confrontation, de l'épreuve de force. Pas forcément avec la nature ou l'animal, avec l'homme aussi.

Et Doug Peacock raconte ses longues marches et observations hors des sentiers battus, il raconte aussi ses moments de peur et les histoires d'ours meurtriers. Il rouspète contre les administrations et l'exploitation commerciale de la nature même préservée. C'est qu'en fait pour lui, et il regarde d'assez près l'histoire de son très grand pays et des peuples qui s'y sont succédé, la préservation de la nature passe par des lieux où l'homme ne doit pas être, une acceptation de l'inconnu et du risque.

S'il parle de ça c'est conjointement dans ce livre avec le rapport de force de la nature, aveugle, sauvage, dangereux... il y a des victimes mais il y a aussi dans le regard sur ce grand mammifère intelligent et aux individus doués de personnalités diverses, cet animal le plus fort et sans le fusil souvent plus fort que l'homme, la découverte que le rapport de force ne tourne pas systématiquement au tragique. Il y a une grâce indéniable dans ce regard, dans ces dénouements qui reviennent où s'il y a force et violence il y a aussi un laisser faire, un laisser vivre. Et une grande humilité du témoin sauvage qui a écrit tout ça.

C'est un livre captivant, très fort, qui en dit très long, sans insister avec simplicité, sur le rapport de l'homme avec la nature, avec sa nature et sur les enjeux de la préservation de la nature, de ce qu'elle peut être et peut vouloir dire. Quelque chose de puissant aussi dans la notion de transmission. J'encourage donc tout le monde à lire cet homme charismatique et parfois inquiétant aux routines et croyances entretenues et à l'écoute.

C'est une lecture immense !

(récup' qui remonte le fil).


_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4880
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par animal le Jeu 7 Sep 2017 - 22:23

L'extrait qui va avec ?

Une des rencontres du début (pp86-87), la décharge dont il est question est celle d'un parc naturel, Yellowstone (sans vérifier). Il est plusieurs fois questions de ces dépôts et de leur effet sur les habitudes des animaux et aussi leurs réactions. Il est aussi question de leur fermeture et des effets. Le livre couvrant plusieurs années on peut lire aussi, on en a le sentiment, une progression de l'information et des évolutions (ou non) de situations.

Un jour, je décidai de consacrer l'après-midi à étudier cette ourse peu ordinaire. Faisant le tour de la décharge, sous le vent, je réussis à m'approcher à moins d'une soixantaine de mètres. Un arbre mort, facile à escalader, m'offrait un poste d'observation relativement sûr.
Je grimpai les grosses branches du pin, jusqu'à une hauteur de six mètres environ. L'ourse, entourée par ses quatre petits, cherchait sa nourriture dans un coin du dépôt d'ordures, à l'écart des huit autres grizzlys. Cela faisait à peu près vingt minutes que j'étais assis là quand le vent changea de direction. La femelle se dressa alors sur ses pattes de derrière et se mit à tourner lentement jusqu'à faire face à mon arbre. Je tendis involontairement la main pour attraper une branche au-dessus de moi. L'ourse regarda dans ma direction - elle avait aperçu mon geste. Les grizzlys sont censés avoir une mauvaise vue. Pourtant, comme j'allais le constater à maintes reprises durant les années à venir, ils peuvent saisir le moindre mouvement à une distance incroyable - parfois jusqu'à une centaine de mètres.
Sans hésiter, la femelle abandonna ses quatre petits et chargea. En un clin d'œil, elle couvrit la moitié de la distance qui la séparait de l'arbre, puis elle s'arrêta en glissant. Elle se retourna ensuite et courut en bondissant rejoindre ses oursons qu'elle poussa avec son nez afin de les regrouper. Laissant derrière elle ses petits inquiets mais obéissants, elle chargea de nouveau, parcourant cette fois les deux tiers de la distance.
Les grizzlys n'étant pas censés savoir grimper aux arbres, je me cramponnai aux branches les plus hautes du pin. Si je n'en dégringolais pas, j'étais probablement en sécurité. La femelle garda sa progéniture bien groupée. Elle releva la tête et s'élança une fois encore, s'approchant à une trentaine de mètres de moi. En l'espace d'une demi-heure, elle revint seize fois à la charge.
J'attendis que l'ourse recommence à chercher sa nourriture en me tournant le dos pour me glisser le long du tronc et battre en retraite parmi les arbres. Les ombres de l'après-midi s'allongeaient lorsque j'atteignis le ruisseau et, pour rejoindre mon campement, je suivis des crêtes boisées que les ours empruntaient rarement.
Je ne retournai plus jamais à la décharge. Cet endroit me déprimait. Le fait que ces animaux magnifiques se nourrissent des ordures des humains depuis quatre-vingts ans ne représentait pas pour moi une consolation historique.

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4880
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par Tristram le Ven 8 Sep 2017 - 12:44

Décidément le Montana paraît constituer une réserve d'auteurs intéressants !
avatar
Tristram

Messages : 2192
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par bix_229 le Ven 8 Sep 2017 - 14:14

En effet, beaucoup parmi les meilleurs écrivains américains ont vécu, enseigné dans le Montana.
Avec une université et une ville où ils se rencontraient, Missoula.

https://www.babelio.com/liste/1417/Ecole-du-Montana


Dernière édition par bix_229 le Ven 8 Sep 2017 - 15:56, édité 1 fois
avatar
bix_229

Messages : 3702
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par Tristram le Ven 8 Sep 2017 - 14:52

Oui, je connais cette liste, j'y ai fait allusion dans le fil McGuane, un des rares auteurs que j'aie un peu lu avec Annie Dillard, Rick Bass, Jim Harrison ; je ne sais pas s'il faut parler d'école, mais on peut comprendre que des intérêts communs les aient attirés vers ce pays ! Je me base sur cette même liste (où Peacock n'apparaît pas) pour sélectionner des auteurs à lire, en complément des commentaires d'Animal et autres ursidés... Ça pourrait faire un thème de lecture commune, le nature writing ?
avatar
Tristram

Messages : 2192
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par animal le Ven 8 Sep 2017 - 21:24

ou un sujet à creuser au fil du temps dans Lecture comparée, lecture croisée ?

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4880
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par Tristram le Ven 8 Sep 2017 - 22:02

Oui Animal, dans ce goût-là. Mais ce n'est pas aisé : livres parfois difficiles à se procurer (prix, plus édités, etc., alors que le thème semble porteur, et qu'on serait en plein décollage Print On Demand), mais surtout il y a du pire comme du meilleur dans ce registre, il faudrait un quelqu'un qui les a lus, sait par quoi commencer (évidemment Walden, de Thoreau !), ce qui n'est que récup. Contour flou aussi : Doug Peacock en est-il ou pas (et pourquoi) ? Bon, je pensais tout haut, ça arrive sur un forum...
avatar
Tristram

Messages : 2192
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par animal le Ven 8 Sep 2017 - 22:19

Je me pose aussi la question, n'étant pas très lectures thématiques mais intéressé par le sujet. Walden évidemment ou cliché un peu piège ? L'intérêt se situe peut-être aussi dans ce flou, dans ce qui dans le rapport au milieu va nous faire dire "nature" plus que dans le sujet à proprement parler ?

Dans Les années grizzly la nature est un sujet, le rapport de l'individu et de sa société avec elle aussi et en même temps c'est un témoignage très personnel d'une expérience particulière. Ca en serait donc mais ça pourrait être réducteur et on pourrait trouver d'autres manières, d'autres approches.

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4880
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par Tristram le Ven 8 Sep 2017 - 22:33

Exactement : pour McGuane et Morrison que j'ai assez lus, la nature n'est pratiquement jamais le thème principal ; il est central dans Walden ou la vie dans les bois (lecture que je te recommande si ce n'est déjà fait).
avatar
Tristram

Messages : 2192
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par animal le Ven 8 Sep 2017 - 22:35

je devrais "faire une récup" pour Walden, le relire peut-être un jour, il y a de beaux passages mais aussi un fossé de manière de pensée que je ne suis pas sûr de franchir (Darwinisme et évolution) en plus des petites barrières d'un genre d'époque (comptages de clous... ). mais ça serait pas mal qu'on ait ça quelque part oui. cat

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4880
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par Tristram le Ven 8 Sep 2017 - 23:09

Le comptage des clous n'est effectivement pas d'une époque consumériste...
avatar
Tristram

Messages : 2192
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Doug Peacock

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum