Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Marie NDiaye

    Partagez
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Marie NDiaye

    Message par églantine le Ven 2 Déc - 18:51

    Marie NDiaye
    Née en 1967



    Nationalité : France
    Né(e) à : Pithiviers , le 04/06/1967

    Marie NDiaye, née d'un père d'origine sénégalaise et d'une mère française, est une femme de lettres.

    Elle est la sœur de Pap NDiaye, historien et maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales, et l'épouse de l'écrivain Jean-Yves Cendrey, avec lequel elle a écrit un ensemble de trois pièces de théâtre intitulé "Puzzle" en 2007.

    Ayant commencé à écrire vers l'âge de 12-13 ans, elle n'a que 18 ans lors de la publication de son premier ouvrage.
    Elle a obtenu une bourse qui lui a permis d'étudier pendant un an à la Villa Médicis à Rome.

    Marie NDiaye a reçu le Prix Femina en 2001 avec son roman "Rosie Carpe".

    Sa pièce de théâtre "Papa doit manger" (2003) figure au répertoire de la Comédie-Française.

    En 2009, elle participe à l'écriture du scénario du film de Claire Denis, "White Material".

    Elle reçoit le prix Goncourt en 2009 pour "Trois femmes puissantes", roman initialement tiré à 15 000 exemplaires mais qui suite à dix réimpressions a été tiré à 440 000 exemplaires.

    Son dernier roman "La cheffe, roman d"une cuisinière" paraît en 2016.

    Œuvres

    Romans et nouvelles
    Quant au riche avenir, 1985
    Comédie classique, 1988
    La Femme changée en bûche, 1989
    En famille, 1991
    Un temps de saison, 1994
    La Sorcière, 1996
    En Chine 1 et 2, dans Dix, recueil de nouvelles collectif, 1997
    La Naufragée, 1999
    Rosie Carpe, 2001, Prix Femina 2001
    Tous mes amis (nouvelles), 2004
    Autoportrait en vert, 2005
    Mon cœur à l'étroit, 2007
    Trois femmes puissantes, 2009, Prix Goncourt 2009
    Y penser sans cesse (photographies de Denis Cointe), 2011
    Ladivine, 2013
    La Cheffe, roman d'une cuisinière, 2016

    Théâtre
    Hilda, Minuit, 1999
    Papa doit manger, 2003
    Rien d'humain, 2004
    Les Serpents, 2004
    « Providence » in Puzzle, Jean-Yves Cendrey et Marie NDiaye, 2007
    Avec Jean-Yves Cendrey : « Toute vérité » in Puzzle, Jean-Yves Cendrey et Marie NDiaye, 2007.)
    Les Grandes Personnes, 2011
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Marie NDiaye

    Message par églantine le Ven 2 Déc - 18:55

    TROIS FEMMES PUISSANTES



    Dubitative au début de ma lecture , dans l'appréhension de retrouver le malaise éprouvé à la lecture de Rosie-Carpe , j'ai vite dépassé mes craintes et à-prioris !
    Une fois imprégnée du style narratif bien particulier de l'auteure , la séduction opère !
    Et c'est grâce à cette gymnastique de l'esprit , nécessaire pour s'approprier le texte de l'écrivain , que son génie apparaît : par des procédés stylistiques sur lesquels elle s'appuie , elle creuse la psychologie de ses personnages jusqu'à l'extrême , ouvrant des portes sur le presque indicible de l'humain ,au coeur de l'intime ,dans la partie la plus secrète , où se mêlent les blessures ,les failles , les fantômes .......
    TROIS FEMMES PUISSANTES , au delà de ces femmes si fragiles en apparence se cache
    une force cachée , tue, invisible ......... La force de vie .........
    Et c'est bien de cela dont parle Marie Ndiaye , à travers trois portraits de femmes : La puissance n'est pas toujours là où on la voit ....!
    Un grand coup de coeur au final , effaçant ma déception avec Rosie Carpe !
    Petit Bémol :
    J'ai trouvé que les trois récits juxtaposés , s'enchaînent par quelques éléments narratifs pas toujours très clairs ; certes elle crée un lien mais celui-ci est un peu ténu quelquefois ....
    Mais est-ce bien important lorsqu'on atteint de tels sommets d'écriture pour traduire le "presque inexprimable "?
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    NDiaye

    Message par églantine le Ven 2 Déc - 18:58

    La Cheffe, roman d'une cuisinière



    Bon voilà , pas un com construit : je n'ai pas la disponibilité d'esprit ces derniers temps .
    Quelques mots pêle-mêle donc .  

    La Cheffe, roman d'une cuisinière


    Au sommet de son art , elle nous enchante la belle Marie avec une  maîtrise de la langue française unique et incomparable aujourd'hui  et un style digne des plus grands écrivains de tous les temps.
    Et c'est encore une fois le portrait d'une femme puissante , qui fait l'unique thème de ce roman originale , insolite et à contre-courant en cette rentrée littéraire plus tournée vers des thématiques humanitaires , sociétales : Une narration rétrospective de ce que fut la vie  d'une cheffe cuisinière à travers le filtre amoureux de l'un de ses employés , qui fit ses armes à ses côtés , se fondit en elle , l'accompagna dans la douleur souvent , le ravissement quelquefois jusqu'à la fin , fidèle et dévoué  , dans l'effacement et l'acceptation de l'absence de réponse à son amour sans réserve.
    Une bien étrange femme  qui utilisera son art pour s'oublier autant que pour s'affirmer , pour séduire et disparaitre en même temps  , pour réveiller les papilles, éduquer le palais et l'âme en ramenant chacun à l'essentiel sans se départir d'une élégance et d'une forme de raffinement innées associés à une austérité et une adhésion à la vie quasi primaire , un retranchement instinctif de toute volonté d implication affective réequilibré par son amour pour la créativité culinaire probablement motivée par le don de soi et le besoin de se sentir désirée autrement....
    Mais s'il n'y avait qu'un pas entre la cuisine et l'écriture ?
    avatar
    animal
    Admin

    Messages : 3004
    Date d'inscription : 27/11/2016
    Age : 36
    Localisation : Tours

    Re: Marie NDiaye

    Message par animal le Dim 16 Avr - 21:18



    La cheffe, roman d'une cuisinière

    Pas simple de revenir sur cette lecture. Une part de mystère d'auteur "du moment", une part de mystère de proposition d'églantine pour la LC et une autre part de mystère dès le début de la lecture.

    Ce mystère là doit être une des forces du "roman" dans lesquelles les choses ne viennent que petit à petit dans un patient parcours rétrospectif. Le tout servi dans une langue élaborée qui est à la fois une force et une faiblesse, une force parce qu'en tant que lecteur ça fait plaisir et une faiblesse parce que je n'ai pas forcément deviné son but précis. Un goût de reviens-y avec une sensation de dilution.

    Et l'histoire dans tout ça ? Je suis tenté de ne pas trop en dire. Plus sobre ça aurait pu m'intéresser peut-être. La partie cuisine reste énigmatique et tout l'emballage humain est très stéréotypé et sévèrement pathétique quand même. Malgré ça et malgré que je n'ai pas vraiment trouvé de plaisir aux premières dizaines de pages j'y suis revenu assez volontiers par la suite, dernière partie de l'énigme ?

    Au final je ne regrette ni la lecture ni l'occasion offerte de me frotter à un ouvrage du moment... avec le sentiment qu'il est probablement victime de ce moment et d'impératifs éditoriaux (superflus) allant avec.

    A prendre en compte également le probable effet de première lecture de l'auteur.

    La chaîne de lecture c'est l'aventure !


    _________________
    Keep on keeping on...
    avatar
    Gnocchi

    Messages : 721
    Date d'inscription : 01/01/2017

    Re: Marie NDiaye

    Message par Gnocchi le Lun 17 Avr - 2:16

    J'ai déjà quatre ou cinq livres de Marie NDiaye, de plus depuis longtemps... mais jamais lu. Crying or Very sad
    Merci Animal.
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2510
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Re: Marie NDiaye

    Message par Bédoulène le Lun 17 Avr - 8:25

    de même je ne l'ai jamais lu mais ça arrivera un jour, merci Animal (tu fait testeur du coup pour moi)


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Marie NDiaye

    Message par shanidar le Lun 17 Avr - 15:05

    J'avais vraiment été séduite par Autoportrait en vert (je ne sais pas si tu l'as lu, églantine) mais ce livre est pour moi une très grande réussite tant d'un point de vue narratif (on y retrouve le mystère, l'indécis, l'obscur qui font pour moi l'un des charmes de la littérature) que d'un point de vue stylistique (classe mais sans esbroufe).

    En revanche j'avais été un peu déçue par La Sorcière, plus compliqué à aborder, 'plus écrit', plus dense, moins sur la tangente...
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Marie NDiaye

    Message par églantine le Lun 17 Avr - 15:11

    @shanidar a écrit:
    J'avais vraiment été séduite par Autoportrait en vert (je ne sais pas si tu l'as lu, églantine) mais ce livre est pour moi une très grande réussite tant d'un point de vue narratif (on y retrouve le mystère, l'indécis, l'obscur qui font pour moi l'un des charmes de la littérature) que d'un point de vue stylistique (classe mais sans esbroufe).
    Non je ne l'ai pas lu : donc je note .
    C'est exactement ça son écriture : classe , sans esbroufe .

    Je viens de faire une descente dans les étagères poussiéreuses du garage de ma mère et j'ai ressorti Trois femmes puissantes ( entre autres  pirat ) aujourd'hui .
    Je te conseille vraiment cette Cheffe Shanidar : elle m'a épatée là .


    Dernière édition par églantine le Lun 17 Avr - 15:19, édité 1 fois


    _________________
    Et, de nouveau, elle se sentit seule en présence de sa vieille antagoniste, la vie.
    La promenade au phare . Virginia Woolf .
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Marie NDiaye

    Message par shanidar le Lun 17 Avr - 15:18

    C'est noté, églantine !
    avatar
    animal
    Admin

    Messages : 3004
    Date d'inscription : 27/11/2016
    Age : 36
    Localisation : Tours

    Re: Marie NDiaye

    Message par animal le Lun 17 Avr - 15:30

    (Je peux t'envoyer mon exemplaire si tu veux ?)


    _________________
    Keep on keeping on...
    avatar
    topocl

    Messages : 1981
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Marie NDiaye

    Message par topocl le Mar 25 Avr - 16:10



    La Cheffe, roman d'une cuisinière

    La Cheffe, celle qui n'a pas de prénom, c'est cette femme qui s'est faite toute seule, construite à partir de rien avec ce don magique de la cuisine,  auquel elle s’est livrée à fond , avec exigence, sans relâche, comme tout artiste inspiré, produisant des œuvres uniques, bouleversantes, inoubliables. Un don qu'elle offre aux autres et qui semble son seul canal de communication. C'est une femme habitée, mystérieuse, solitaire, que d'aucuns trouveraient arrogante, mais dont le narrateur, lui aussi sans prénom, est tombé amoureux au premier coup d’œil, bien qu’elle soit en âge d'être sa mère : follement amoureux, au point de lui offrir toutes ses heures, toutes ses pensées, toute son écoute platonique, et de lui consacrer un livre fou d'éloges et  de passion. De n'être, au final, plus qu'un homme qui a aimé et dont on ne saura rien de plus.

    Il raconte donc rétrospectivement la Cheffe telle quelle s'est parcimonieusement confiée, dans une décortication fervente, obsessionnelle, pointilleuse, qui se gargarise de surplace, de détails ressassés, d'analyse psychologique tortueuse.
    Curieusement malgré  cette monomanie pointilleuse, la Cheffe reste une énigme pour le narrateur comme pour le lecteur, dans son ascension miraculeuse comme dans sa chute fracassante, livrée à sa une fille adorée, perverse et rejetante. Malgré cette accumulations de détails, persiste une opacité qui ne sera guère levée que par instants, dans un roman étrange autour d'une femme énigmatique. C'est ce mystère qui est le vrai sujet, un narrateur dont on ne sait rien, une femme Cheffe dont on ne sait pas grand chose et entre eux une curieuse alchimie, ni amour, ni amitié, ni vrai compagnonnage, une espèce de rendez-vous perpétuellement manqué.

    Mais l'histoire ne résume pas  le roman: Marie NDiaye choisit (*)avec le narrateur une écriture luxuriante, fanatique, romantique à souhait, qui prend ou lasse alternativement. Cette prose envoûtée raconte la folie d'un homme, qui alternativement tourne en rond ou s'envole.
    (On regrettera d'autant plus les paragraphes en italique, qui ramènent la flamboyance du récit à des codes plus traditionnels de filiation).

    (*) Aux connaisseurs: est-ce toujours le style qu'elle adopte?


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Marie NDiaye

    Message par églantine le Mar 25 Avr - 16:33

    Oui , c'est son style . Que j'adore .
    Mais qui peut tout autant donner des boutons .Ou lasser . Rolling Eyes


    _________________
    Et, de nouveau, elle se sentit seule en présence de sa vieille antagoniste, la vie.
    La promenade au phare . Virginia Woolf .
    avatar
    topocl

    Messages : 1981
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Marie NDiaye

    Message par topocl le Mar 25 Avr - 17:11

    Ou plaire et lasser en même temps.


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Marie NDiaye

    Message par églantine le Mar 25 Avr - 18:34

    @topocl a écrit:Ou plaire et lasser en même temps.
    Aussi tu as raison Miss topocl ! Et même encore tant de sentiments ou réactions , yep yep la vie est riche de tout ça et j'aime . cheers
    En fait dans ce roman plus particulièrement on peut trouver son style presque ....oui choquant de tant de méandres et ciselures (et pourtant rien n'est superflu ,ni de fanfreluches stylistiques affectées , enfin je trouve ) , parce qu'elle est en opposition directe avec la recherche d'épure de La cheffe .


    _________________
    Et, de nouveau, elle se sentit seule en présence de sa vieille antagoniste, la vie.
    La promenade au phare . Virginia Woolf .
    avatar
    topocl

    Messages : 1981
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Marie NDiaye

    Message par topocl le Mar 25 Avr - 19:32

    Je m'étais fait cette remarque aussi.


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    animal
    Admin

    Messages : 3004
    Date d'inscription : 27/11/2016
    Age : 36
    Localisation : Tours

    Re: Marie NDiaye

    Message par animal le Mar 25 Avr - 20:48

    Je n'ai pas compris jusque là.

    J'aurais plutôt vu l'épure comme une (assez classique ?) opposition à une "société de l'apparence de l'excès et du bruit" (ou un truc comme ça quoi).


    _________________
    Keep on keeping on...
    avatar
    topocl

    Messages : 1981
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Marie NDiaye

    Message par topocl le Mar 25 Avr - 21:06

    Ca n'empêche pas: ton interprétation colle bien. Mais en gros c'est effectivement drôle de voir le contraste entre l'ampleur et les débordements du style de Marie NDiaye, et la sobriété austère de sa Cheffe.


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière

    Contenu sponsorisé

    Re: Marie NDiaye

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 25 Juin - 7:27