Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


William Faulkner

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

mort - William Faulkner  - Page 4 Empty Re: William Faulkner

Message par bix_229 le Dim 9 Juin - 16:02

De Faulkner, j'ai pratiquement tout lu -sauf ce que ne veux pas lire- et en partie
relu.
Heureusement !
Je reviendrai peut etre aux nouvelles qui font partie de ce qu'il a écrit de mieux.
bix_229
bix_229

Messages : 10618
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - William Faulkner  - Page 4 Empty Re: William Faulkner

Message par Aventin le Dim 9 Juin - 16:46

@bix_229 a écrit:De Faulkner, j'ai pratiquement tout lu -sauf ce que ne veux pas lire- et en partie
relu.
Heureusement !
Je reviendrai peut etre aux nouvelles qui font partie de ce qu'il a écrit de mieux.
Oui pour moi aussi ça commence à être réduit, le "reste à lire" et Faulkner.
Il y a tout de même de la relecture à prévoir, par exemple "Descends, Moïse !": je suis passé complètement au travers.

Sinon Faulkner est un maître de l'art de la nouvelle, tout à fait d'accord, mais pas seulement: j'envie ceux qui tourneront les pages de Tandis que j'agonise ou de Sanctuaire pour la première fois !
Aventin
Aventin

Messages : 1116
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - William Faulkner  - Page 4 Empty Re: William Faulkner

Message par Bédoulène le Dim 9 Juin - 17:56

déjà tourné ces pages Aventin, mais lu seulement les Palmiers sauvages dans ses nouvelles.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12848
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - William Faulkner  - Page 4 Empty Re: William Faulkner

Message par bix_229 le Dim 9 Juin - 18:53

mort - William Faulkner  - Page 4 51llv611

L'Invaincu

« Ringo et moi nous étions nés le même mois, nous avions été nourris tous deux au même sein et nous avions couché et mangé ensemble si longtemps que Ringo appelait grand-mère ‘Granny’ exactement comme moi, au point que peut-être il n’était plus un nègre, que peut-être je n’étais plus un enfant blanc, que nous deux nous n’étions même plus des êtres humains : tous deux au-dessus de la mêlée, invaincus telles deux phalènes, deux plumes chevauchant plus haut que l’ouragan »

J'ai toujours eu un faible pour ce roman. Parce que, contrairement à d'autres, il se lit facilement, mais aussi, bien qu'il se passe pendant la Guerre de Sécession, il met en scène deux enfants, un blanc, un noir qui vivent les mêmes aventures et ne sont pas tributaires de leur couleur de peau.
Le blanc, c'est Bayard Sartoris qu'on rencontre ailleurs dans la saga faulknerienne. De même que certains personnages de la trilogie des Snopes.

Structurellement, c'est plutôt un recueil de nouvelles qu'un roman. Ce que j'ai apprécié aussi c'est le côté autobiographique, avec des impressions poétiques superbes sur la faune, la flore et le passage des saisons. Sur les personnages de noirs aussi. On est loin de la dénonciation du racisme, mais il y a une empathie certaine que Faulkner ressentait pour ceux avec qui il vivait.

Conseillé à ceux qui entrent dans l'univers de Faulkner.
bix_229
bix_229

Messages : 10618
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - William Faulkner  - Page 4 Empty Re: William Faulkner

Message par animal le Dim 9 Juin - 20:57

Je n'ai pas trop le souvenir d'assemblage de nouvelles ou alors la structure de l'ensemble est très cohérente. Peut-être des ellipses de temps ? C'est en tout cas le premier que j'ai lu et je suis d'accord pour le plus facile à lire (mais consistant quand même) et rétrospectivement (il m'en reste beaucoup à découvrir) une bonne porte d'entrée oui. Et ça ne manque pas de souffle ! (et rien à voir avec une sortie de métro).

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10190
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - William Faulkner  - Page 4 Empty Re: William Faulkner

Message par bix_229 le Dim 9 Juin - 21:32

@animal a écrit:Je n'ai pas trop le souvenir d'assemblage de nouvelles ou alors la structure de l'ensemble est très cohérente. Peut-être des ellipses de temps ? C'est en tout cas le premier que j'ai lu et je suis d'accord pour le plus facile à lire (mais consistant quand même) et rétrospectivement (il m'en reste beaucoup à découvrir) une bonne porte d'entrée oui. Et ça ne manque pas de souffle ! (et rien à voir avec une sortie de métro)J'ignore pourquoi Faulkner j'ignore pourquoi Faulkner a choisi cette forme
J'ignore pourquoi Faulkner a choisi cet assemblage, mais il est cohérent en effet et porte en substance  beaucoup de
matière proprement faulknérienne et qu'on retrouve ailleurs dans son oeuvre.
 Au portrait réussi  de l'ami ado de Bayard Sartoris, Ringo, j'ajouterai les femmes fortes parmi les noirs.
Une sorte de justice légitimement rendue.
bix_229
bix_229

Messages : 10618
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - William Faulkner  - Page 4 Empty Re: William Faulkner

Message par Tristram le Sam 10 Aoû - 14:33

Monnaie de singe

mort - William Faulkner  - Page 4 Monnai10

De retour de la Première Guerre mondiale en train avec Joe Gilligan et le cadet Lowe fort ivres, et la récente veuve Margaret Powers à la bouche rouge comme une blessure, Donald Mahon, aviateur blessé, commence à devenir aveugle et mourir.
Le jeune cadet Julian Lowe est un « aspirant » fort dépité que la guerre soit terminée avant qu’il devienne un aviateur, un « as » (avec les « ailes » comme insigne, et une blessure gratifiante) :
« Être lui, avoir des ailes, mais avoir aussi sa balafre ! »

« …] en s’appliquant à avoir plus de dix-neuf ans (pourquoi dix-neuf ans a-t-il honte de lui-même ?) »
Julian constitue un personnage assez lamentable, mais très bien observé ; tombé sous le charme de Margaret, il ne cessera pas de lui envoyer des lettres minables tout au long du roman.
Januarius Jones (présenté comme un bouc obèse aux yeux jaunes, cynique et pervers) rencontre le pasteur Mahon, père de Donald (qu’il croit mort), puis Cecily Saunders, sa délicate, blanche et arbustive fiancée (qui depuis fréquente le falot George Farr) ; arrivent Mrs Powers, enfin Joe avec Donald. Est présente Emmy, la servante (avec qui ce dernier a couché).
C’est une scène de théâtre, un bal sordide, tableau satirique qui pourrait se sous-titrer "prestige de l’uniforme auprès de la gent féminine en temps de guerre". On peut concevoir que Faulkner puisse avoir été considéré comme misogyne ; voici une réplique à sa décharge :
« ‒ Ce sont les hommes qui s’inquiètent de l’honorabilité de notre nom parce que ce sont eux qui nous les donnent. Mais nous avons, quant à nous, d’autres soucis en tête. Ce que vous appelez un nom honorable est comme un vêtement trop léger pour être confortable. »
Et une confession :
« ‒ Je crois que vous devenez misanthrope, Joe." […]
"Assurément, quand il s’agit de femmes. »
La détresse, l’espoir irraisonné du Révérend, père du condamné, est rendue avec une certaine cruauté :
« Le spécialiste d’Atlanta nous avait bien dit qu’il devait devenir aveugle. Mais les médecins ne savent pas tout. Qui sait ? Quand il aura repris des forces et sera tout à fait rétabli, peut-être recouvrera-t-il la vue.
‒ Oui, oui, fit le recteur prêt à s’accrocher à n’importe quoi. Qu’il se remette ! Et ensuite nous verrons. »
La foi et la religion sont d’ailleurs questionnées, ainsi au moyen de cette curieuse conception théologique du Révérend Mahon, suivie d'une réflexion sartrienne de Joe :
« "Les voies du hasard sont bien impénétrables, Joe.
‒ Je pensais, mon Révérend, que vous auriez dit les voies de Dieu.
‒ Dieu, c’est le hasard des circonstances, Joe. Dieu est en ce monde. Nous ne savons rien de l’autre. Cela viendra en son temps. "Le royaume de Dieu est dans le cœur de l’homme" ; c’est la Bible qui le dit.
‒ N’est-ce pas là une doctrine assez inattendue de la part d’un pasteur ?
‒ Rappelez-vous, Joe, je suis un vieil homme. J’ai passé l’âge des querelles et des rancunes. Nous faisons notre paradis et notre enfer dans cette vie. Qui sait ? peut-être après notre mort ne sommes-nous appelés à aller nulle part, à ne faire quoi que ce soit. Ce serait cela, le paradis.
‒ Ou ce sont les autres qui font pour nous le paradis ou l’enfer. »
Dès le début du second chapitre, Faulkner présente d'étrange façon l’église du Révérend Mahon :
« De l’ensemble gothique de l’église s’élançait le clocher comme une prière de bronze indestructible, perpétuant l’illusion d’une chute lente parmi les petits nuages impassibles. »
Et voici, vers la fin, l’évocation d’une pauvre église de Noirs :
« Enfin, dans un bouquet d’arbres au bord de la route, ils virent la misérable petite église avec sa contrefaçon de clocher penché. »
Tout le roman est parcouru par un certain humour, certes caustique, plutôt de la raillerie, voire du sarcasme. Mais peut-être cette dérision grinçante est-elle aussi shakespearienne, selon l’inspiration de ce drame d’amours et de mort.
Ce premier roman me paraît vraiment être une bonne porte, d’ailleurs évidente, pour entrer dans l’œuvre de Faulkner, et sa manière caractéristique d’injecter les bribes de pensées des personnages en soliloque brut, de dévoiler nombre d’observations psychologiques et sociales tout en préservant la part humaine d’insondabilité ‒ sans compter des pensées métaphysiques qui sentent peut-être encore un peu leur auteur débutant :
« Toutes les impressions d’une journée, qu’il y en ait dix ou cent mille, on cette faculté précieuse de tomber dans l’oubli, où tôt ou tard s’ensevelissent toutes les inventions humaines. Voilà qui préserve le monde d’un encombrement désastreux. »

« Le Sexe et la Mort, porte d’entrée et porte de sortie du monde. Comme ils sont en nous inséparables ! Durant notre jeunesse ils nous enlèvent au-dessus de la chair ; quand nous sommes devenus vieux, ils nous ramènent à la chair, l’un nous engraissant, l’autre nous décharnant, au bénéfice des vers. Quand les instincts sexuels sont-ils plus aisément satisfaits qu’en temps de guerre, de famine, d’inondation, d’incendie ? »

« La liberté naît de la décision : elle n’attend pas l’action. […] Le mieux est de se contenter d’être libre sans en avoir conscience. Avoir conscience d’être ceci ou cela implique une comparaison, un rapport avec son contraire. Vivez donc votre rêve, mais ne le réalisez pas. Sinon ce sera la satiété. Ou le désespoir. Lequel est pire, je me le demande ? »

Bonus : tout au long de cette belle lecture, j’ai été accompagné par l’illustration de couverture, Gamme jaune de Kupka, représentant ton sur ton ce qui paraît être un lecteur malade s’étant assoupi :

mort - William Faulkner  - Page 4 La_gam10

J’ai été frappé par le plombé des paupières baissées, sombre complémentaire bleue comme un regard.
Il existe une IIe étude de cette œuvre, plus figurative, voire expressionniste :

mort - William Faulkner  - Page 4 La_gam11

Mots-clés : #mort #premiereguerre

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8451
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - William Faulkner  - Page 4 Empty Re: William Faulkner

Message par ArenSor le Sam 10 Aoû - 15:55

Kupka se serait inspiré du portrait de Baudelaire photographié par Nadar.
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - William Faulkner  - Page 4 Empty Re: William Faulkner

Message par Tristram le Sam 10 Aoû - 15:56

Je me disais aussi !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8451
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

mort - William Faulkner  - Page 4 Empty Re: William Faulkner

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum