Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Michel Quint

    Partagez
    avatar
    Hanta

    Messages : 394
    Date d'inscription : 03/12/2016

    Michel Quint

    Message par Hanta le Jeu 8 Déc 2016 - 21:23

    Michel Quint
    Né en 1949



    Wikipedia a écrit:Michel Quint est un écrivain né le 17 novembre 1949 à Leforest dans le Pas-de-Calais.
    Issu de la classe moyenne dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, il se destine à des études littéraires. Il obtient une licence de lettres classiques et une maîtrise d'études théâtrales, pour devenir professeur de lettres classiques. Il commence sa carrière d'auteur en écrivant des pièces de théâtre pour Théâtre Ouvert, puis pour France Culture, qui diffuse également ses feuilletons radiophoniques.

    À la fin des années 1980, il se tourne vers le roman noir. Il obtient le grand prix de littérature policière en 1989 pour Billard à l'étage.

    Son roman le plus connu du grand public, Effroyables Jardins, paru en septembre 2000 aux éditions Joëlle Losfeld, a été adapté au cinéma par Jean Becker en 2003 et de nombreuses fois porté au théâtre.

    Bibliographie :

    Mauvaise Conscience
    Posthume
    Hôtel des deux roses
    Bella ciao
    La Dernière Récré
    Mascarades
    Les Grands Ducs
    Aimer à peine (2001)
    Corps de ballet, Estuaires (2006)
    Sur les pas de Jacques Brel (2008)
    L’Espoir d’aimer en chemin (2006)
    Jadis
    Lundi perdu
    Cake walk
    L’Éternité sans faute
    Une ombre, sans doute (2008)
    Et mon mal est délicieux (2005)
    Aimer à peine, (2002)
    Billard à l'étage, (1989)
    Effroyables Jardins, 2000, dont a été tiré un film éponyme excluant cependant la partie extérieure du livre relative au procès de Maurice Papon.
    Le Bélier noir (1994)
    Sanctus, (1990)
    À l’encre rouge, (1985)
    Cadavres au petit matin
    Max, (2008)
    Les Joyeuses, (2009 )
    Avec des mains cruelles, Joëlle Losfeld, 2010
    Les Amants de Francfort, Héloïse d'Ormesson, 2011
    Mademoiselle Liberté, Éditions Invenit, 2012
    En dépit des étoiles, Héloïse d'Ormesson, 2013
    Veuve noire, L'Archipel, 2013
    J’existe à peine, Héloïse d'Ormesson, 2014
    Fox-trot, Héloïse d'Ormesson. 2015
    Apaise le temps, Phébus, 2016
    Un Hiver avec le diable 2016.
    avatar
    Hanta

    Messages : 394
    Date d'inscription : 03/12/2016

    Re: Michel Quint

    Message par Hanta le Jeu 8 Déc 2016 - 21:26

    Effroyables jardins




    62 pages ! 62 pages qui broient le coeur et font monter les larmes.
    Un livre si petit par son format et si important par son message, par le devoir de mémoire qu'il propose, par la pédagogie qui doit faire de lui un incontournable de l'école, par la beauté de son style aux langages variés et foisonnants d'argot comme de propos plus soutenus.
    Un récit qui a la capacité à nous émouvoir et à nous convaincre de la nécessité de se rappeler. Car même si on ne l'a pas vécu, si on est de plus en plus nombreux à ne pas avoir vécu ces choses là et ces événements tragiques, on a le devoir de se rappeler comme si nous y avions nous-mêmes assisté.

    C'est touchant, c'est brillant, c'est important.


    Dernière édition par Hanta le Jeu 8 Déc 2016 - 21:27, édité 1 fois
    avatar
    Hanta

    Messages : 394
    Date d'inscription : 03/12/2016

    Re: Michel Quint

    Message par Hanta le Jeu 8 Déc 2016 - 21:26

    Un hiver avec le diable



    Toujours ce style si propre, si fluide, peut être académique par moments mais très plaisant. On regarde autrement les célèbres trente glorieuses qui passent pour une époque si dorée et qui cachent en son sein de lourdes tensions sociales. On remarque les problématiques au lendemain de la seconde guerre mondiale avec des femmes seules, des moeurs tabous, des codes qui se renouvellent tout ceci sur fond de trame criminelle.
    Les personnages, tous, sont très soignés, décrits avec une grande précision et un vrai travail de psychologie leur est administré. On suit le récit avec attention, avec émotion souvent, et on ne peut s'empêcher de tourner les pages à un rythme soutenu. Cela restera un important souvenir littéraire pour moi après avoir été une riche expérience.
    avatar
    Hanta

    Messages : 394
    Date d'inscription : 03/12/2016

    Re: Michel Quint

    Message par Hanta le Jeu 8 Déc 2016 - 21:33

    Et mon mal est délicieux



    Pro-di-gieux !!! Très court récit de 83 pages qui sont parfaites. Littéralement parfaites. C'est une histoire d'amour par procuration, une histoire durant une guerre qui est finalement secondaire, une histoire de confusion, de folie, de fuite, une histoire de sentiments qui surpassent toute condition. Une histoire de perte puis de perdition où nous lecteurs sommes perdus également, troublés, enchantés, amoureux de ces personnages décrits avec une grande émotion. On rit, on pleure, on vit... On meurt aussi. L'histoire de cette amoureuse du Cid, l'histoire de cet homme amoureux de cette amoureuse littéraire. L'histoire de cet amour à trois qui n'existe finalement pas. On est leurrés, tous comme ces héros d'un temps révolu. Michel Quint devient ce jour mon auteur français préféré.

    L'écriture est magnifique, Quint s'est surpassé, on passe d'une poésie argotique à une poésie plus universelle. Les dialogues sont rares mais ciselés, précis. Les descriptions sont soignées mais pas trop présentes. La perfection.
    avatar
    Nadine

    Messages : 1665
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Michel Quint

    Message par Nadine le Ven 9 Déc 2016 - 17:44

    Demain, librairie. Mon ascendance va en faire les frais, si possible (et moi passer derrière . c'est sur-noté)
    avatar
    Nadine

    Messages : 1665
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Michel Quint

    Message par Nadine le Dim 25 Déc 2016 - 20:07

    J'ai donc lu hier soir en une heure et quelques (impressionnant comme il se lit avec aisance) :



    Et mon mal est délicieux.

    Mon avis n'engage que ma subjectivité, hein..
    Le rythme est excellent.
    L'efficacité discursive importante.
    Le style alterne  entre argot, oui, et élégance sobre.
    Ce n'est pas, à mon avis totalement intériorisé, cet argot, il se fait voir dans les tournant, donc c'est pour moi quelquefois (pas tout le temps car le rythme excelle) un artifice avant d'être un flux porteur. Mais ce point n'est pas ce que je retiens de negatif, c'est juste en passant que je le souligne.


    ET je n'ai pas CRU à cet amour. Quel dommage, quelle déception, ça a parasité tout mon affect.
    Il est possible que la jeune femme concernée n'ait su atteindre suffisamment de corps , en mon idée, pour me convaincre que cet homme l'aime au delà du désir inassouvi. J' ai donc tenu à souligner que ma subjectivité est seule engagée. Pour moi il aime aimer. Surtout. Cela a entrainé un certain discrédit au propos, en cours de lecture.
    Le style de Quint élude certains aspects, en porte d'autres très habilement comme Hanta le soulignait : certains fondamentaux propres à ma psychologie ne s'y trouvent , en fait, pas. De là à trouver son style beau, très vif, mais un peu courant d'air, il n'y a qu'un pas,  que j'ai franchis.

    J'ai par contre, et evidemment, été touchée, tout de même, par pas mal de choses, notamment la description de la guerre, et de son saccage de l'unité familiale. Hyper sobre mais extrêmement expressif.  Le factuel est bien dévoilé par Quint.
    Je pense que je relirai volontiers un autre de ses ouvrages malgré ma déception , car c'est de cela qu'il s'agit avant tout. Je m'attendais à quelque chose de moins axé sur le postulat amoureux, qui flonflonne pas mal tout le long.


    Dernière édition par Nadine le Mer 18 Jan 2017 - 19:03, édité 1 fois
    avatar
    Hanta

    Messages : 394
    Date d'inscription : 03/12/2016

    Re: Michel Quint

    Message par Hanta le Dim 25 Déc 2016 - 20:30

    Mais ton avis a bien sur autant de valeur que le mien et autant de subjectivité que ma critique nadine. Ton message me fait réfléchir et c'est très bien.
    avatar
    Nadine

    Messages : 1665
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Michel Quint

    Message par Nadine le Dim 25 Déc 2016 - 20:43

    Le tiens que j'ai relu après lecture m'a fais aussi réfléchir. C'est intéressant d'essayer de voir pourquoi on aime pas, soi.
    J'aime beaucoup toute façon ce fait de forum, qu'alternent tous les regards etc. C'est vraiment stimulant.

    Contenu sponsorisé

    Re: Michel Quint

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin 2017 - 21:08