Roxane Desjardins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Roxane Desjardins

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 9 Déc - 7:14

Roxane Desjardins
Né en 1991



Roxane Desjardins est née en 1991. Elle a publié un premier recueil poétique en solo, Ciseaux, en 2014. Elle fut récipiendaire du prix Émile-Nelligan et du prix Félix-Leclerc en 2014. Nous pouvons parler d'un accomplissement peu commun. Il faut prendre acte que la maison d'édition Les Herbes Rouges jouit d'une excellente reconnaissance institutionnelle. Nous avons vu plusieurs poètes de cette maison d'édition remporter des prix littéraires au cours des dernières années. Roxane Desjardins étudiait à la maîtrise en Études littéraires à l'UQAM aux dernières nouvelles. Elle vient de faire publier Moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire à l’automne 2016.

Oeuvres:
- Constance succombe (fanzine), 2013
- Cannibale maison (fanzine), 2013
- Ciseaux, 2014
- Moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire, 2016

Mots-clés : #poésie #québec


Dernière édition par Jack-Hubert Bukowski le Mar 20 Déc - 8:10, édité 3 fois
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 940
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roxane Desjardins

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 9 Déc - 7:18



Ciseaux (2014) :

Peu importe les prix, j'ai tendance à jauger l'appréciation d'un recueil en marinant ma lecture pendant une période de temps donnée. Je l'avais lu à une ou deux reprises avant de reposer ma lecture. Je l'ai emprunté à nouveau, il y a un certain temps. Disons une chose tout de suite : Roxane Desjardins s'inspire beaucoup de l'influence de Réjean Ducharme dans la conception de son oeuvre. À partir de ce moment, il y a toujours un principe de caution qui préside à l'appréciation formelle d'une telle oeuvre. Indépendamment de cette influence très prégnante, j'ai été très enthousiaste à la lecture du recueil et mon plaisir de lecture s'est renouvelé à chaque fois.

Pour un premier recueil, je dirais que Roxane Desjardins se débrouille très bien. J'ai l'impression de sentir la différence par rapport à d'autres recueils. J'ai le bonheur d'évoluer près de poétesses qui ont lancé leur carrière récemment.

Le recueil s'apprécie dans son ensemble. Dans cette mesure, je vais accorder mes extraits en conséquence. Tout d'abord, je vous livre deux poésies sur deux pages qui se suivent, p. 18 et 19 :

tu annonces une soif chancelante
l'exigence de la poursuite
tu me boucles toujours
tergiversée un sursaut de foi

je t'aurais voulu à l'intérieur
mais ton enthousiasme en cage

// p. 18

je suis raide malmenée
adoptée par une temporalité soudaine : mobile
j'ai une présence à ériger contre l'ivresse
pantelante
des accidents

je m'habitue à la brusquerie
déforme l'échafaudage des jours de plomb

//p. 19

Juste à voir l'élan de la plume, nous pouvons voir à quel point son écriture transporte. Néanmoins, Roxane Desjardins n'oublie pas son point de vue de femme sur un registre introspectif :

sortir de toi la pénible évasion
des fourmis dans les hanches

à côté le mur accroche le vent
m'accroche tes mésanges jusqu'aux yeux

je ne dors plus je veille :
je me détache de l'incandescence

// p. 39

Encore une fois, je rapproche plusieurs extraits qui se suivent :

j'avance (comme) une hantise
chaque fois ramenée
chaque fois revenante

je ne peux pas prendre le soleil de front

ce matin une lame se déplie dans mon cou
je compose un vertige
sur le point de tuer quelqu'un

// p. 54

et qui d'autre que tu fais continent
encombré dans tes côtes
quand l'amérique s'évanouit
tu ne peux pas nier ta terre pousse ma terre
et ma fissure est grande où l'eau se faufile gèle
rompt

// p. 55

Toujours, nous revenons à cette condition du poème et le rapport à une parole problématique, thème très récurrent dans la poésie québécoise :

ce n'est plus exactement cette agitation
mais du verre cassé
coulé dans ma gorge

nos vigueurs se taisent
je me trouve retenue
délibérante

// p. 58

Je suis conscient que je dépose une matière très brute qui témoigne de la démarche tangible de Roxane Desjardins à l'oeuvre dans le recueil. Encore une fois, c'est une invitation à lire une des jeunes voix de la poésie québécoise post-2010.



Dernière édition par Jack-Hubert Bukowski le Ven 9 Déc - 7:23, édité 1 fois
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 940
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roxane Desjardins

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 9 Déc - 7:21



Moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire (2016) :

J'ai lu d'un côté. Pris d'une intuition fulgurante. Hébert. Anne. Saint-Denys Garneau. Puis, je continue.

«Si quelque chose ne me dérange pas. / C'est bien la contradiction / LA CONTRADICTION M'APAISE parce qu'elle ressemble à la vérité» (p. 13)

J'avais auparavant noté quelque chose à la page 22 :

«Nous les jeunes
on a de la difficulté à s'exprimer adéquatement
On a des problèmes de brutalité
Quand on essaie d'éviter de tout casser / en deux phrases assassines /mal mesurées
ON SE FOURVOIE LAMENTABLEMENT»

Rendu à la page 48, je prends une pause. Je m'arrête. Puis, je prends le livre par la fin et le lis en sens inverse.

Émile Nelligan ponctue une bonne partie de l'ouvrage. Roxane Desjardins manie le jeu poétique d'une manière à ce qu'elle se permette de voguer entre deux âges. Nelligan. Miron. Geneviève Desrosiers. Elle parle, aborde le suicide. Traite à longues pages d'amour. Parle de Simon. Nous sentons l'ombre tutélaire de Réjean Ducharme. Mais elle glisse à Geneviève Desrosiers.

Dernier extrait fracassant :

«MA / COLÈRE / EST / VIVANTE
Je rejoue constamment / le lancer de mon verre sur le mur
Le verre / désire / éclater en mille morceaux
Mon corps veut / ne veut pas /VEUT
se
fracasser
sur
le
trottoir
Ma colère est plus forte que moi» (p. 53).

Commentaire a posteriori des lectures et des commentaires initiaux sur Parfum de livres :

Pour répondre à vos préoccupations, il s'agit d'un texte mis en récit. Le journal Le Devoir parle de réinvention du récit d'apprentissage. Le livre est déjà plus large/surdimensionné que de coutume. Il y a des bulles qui ponctuent la transition entre les fragments de textes qui se promènent entre l'intertexte poétique, le lien entre les différents poètes québécois et la trame de la voix narrative. Je suis content que Roxane Desjardins ait écrit ce texte. Elle parle des jeunes, se met dans la peau d'une jeune adolescente/jeune adulte pour mieux glisser dans le jeu référentiel de l'âme poétique québécoise. Le résultat en est proprement vertigineux. Je vous ai noté seulement quelques extraits, mais je vous ai surtout soufflé les quelques références qui peuvent vous être utiles pour lire le récit. Pour avoir connu, lu et étudié Réjean Ducharme, Roxane Desjardins s'en inspire encore dans ce texte, mais son style d'écriture est déjà différent en soi. Cette référence est seulement au service du projet poétique. Je tiens d'ailleurs à noter que ces deux auteurs partagent les mêmes initiales.

Je ne sais pas pour vous, mais le texte graphique a tout pour plaire. Roxane Desjardins a fait éditer son projet d'écriture en reproduisant typographiquement les caractères manuscrits et écrits de sa propre main. La lecture est ralentie, au point d'être agréable dans la préhension du texte et du propos. On s'approprie pleinement la lecture du texte!
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 940
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roxane Desjardins

Message par Nadine le Ven 9 Déc - 18:06

ça me donne plus envie que Desjardins. c'est bizarre. toute façon tu m'as convaincue d'aller plus avant sur la poesie quebecoise. ça prendra peut etre deux mois avant d'en donner nouvelle, maniere d'ayyendre des finances moins eclusees, mais ça viendra. Merci pour avoir rapatrié ce fi, j'aime beaucoup cette histoire de Nous les jeunes
on a de la difficulté à s'exprimer adéquatement
On a des problèmes de brutalité
Quand on essaie d'éviter de tout casser / en deux phrases assassines /mal mesurées
ON SE FOURVOIE LAMENTABLEMENT'


elle a l'air d'arriver à être bien sincère, même quand elle ecrit, c'est pas donné à tous d'etre proche de soi, meme en utilisant la grammaire.
avatar
Nadine

Messages : 2097
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Roxane Desjardins

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Canada

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum