Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Henri Bosco

    Partagez
    avatar
    églantine

    Messages : 1188
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 51
    Localisation : On s'en fiche

    Re: Henri Bosco

    Message par églantine le Sam 31 Déc - 14:15

    Le mas Théotime .




    Si Bosco a pu évoquer pour moi quelques réminiscences d''écolière , c'est bien pour son roman "L'enfant et la rivière" , support incontournable des enseignants de l'époque ! J'ai souvenir de quelque chose de languissant donnant à bayer aux corneilles , malgré ce titre  faussement prometteur ! Je me sentais flouée !

    Il faudra que je le relise avec mes yeux d'adulte et surtout après cette réconciliation effective à travers la  lecture de roman époustouflant qu'est "Le mas Théotime" !
    Quelle  frustration lorsque je me suis aperçue qu'il fut l'objet d'une LC  il ya quelques années sur le forum ! Les échanges furent nombreux ( au vu du nombre de pages ) et j'imagine le plaisir de cette rencontre au sein d'un ....chef d'oeuvre oublié !

    Si l'histoire se passe dans le Lubéron et qu'on entend les cigales chanter et que le soleil nous aveugle dès les premiers pages , ce serait une grossière erreur d'en faire un roman de terroir ! D'ailleurs je pourrais transposer cette histoire n'importe où : c'est un roman universel qui parle avant tout des hommes .....

    Des hommes reliés à cette terre qui leur caresse ou leur brûle les pieds selon leur attitude .... Dans toutes les sociétés "primitives" , le langage entre les hommes s'établit par rapport à l'appartenance du milieu : et des codes sociaux s'en dégagent  imprégnant les hommes au fil des générations et s'inscrivant dans la génétique ....

    Et c'est  à travers Pascal Dérivat et son histoire que Bosco dépeint avec une finesse descriptive rare , la psychologie de ces gens de la terre façonnés par l'histoire presque "clanique" sur leur tertre !
    La conscience collective prime et la notion d'égo n'a guère de place dans ce contexte : face à Mère nature un seul homme ne suffit pas et la cohésion sociale est la seule issue !

    Mais Pascal Désirat dès son enfance se démarque au sein de sa grande famille : un galopin déjà tourné vers l'introspection , sauvage et personnel . Adulte il ne saura adopter l'esprit grégaire et continuera  farouchement à nourrir sa solitude et sa sensibilité malgré un retour sur les terres .....Néanmoins l'impact génétique est là , puissant et c'est dans ses racines qu'il trouvera la force pour continuer à faire vivre les terres ....
    La trame romanesque est certes plaisante , mais au delà de ce fil directeur , ce sont les descriptions de Bosco pour dépeindre une psychologie de profondeur entièrement tournée vers la terre et le ciel , qui rendent ce roman puissant ....Une plume extrêmement légère , aérienne , pour retranscrire un monde rude , tourmenté et violent : c'est de là que tient toute la magie de ce roman !

    Si Giono nous emporte avec une puissance sensuelle étonnante et exulte dans ses descriptions , Bosco nous entraine avec plus de douceur au sein d'une même nature ....
    Si Giono réveille en nous l'animalité primitive , Bosco témoigne d'une volonté de canaliser les forces obscures en lui et autour de lui par l'esprit ....

    J'ai été quasiment foudroyée par l'intensité cette oeuvre à multiples dimensions : un commentaire réducteur que celui-ci , j'en suis consciente mais je souhaitais juste insister sur quelques aspects qui m'ont touchée plus personnellement !
    Le mas Théotime ? Un des plus beaux romans de ma vie de lectrice , à lire et à relire !

    Message rapatrié


    _________________
    Et, de nouveau, elle se sentit seule en présence de sa vieille antagoniste, la vie.
    La promenade au phare . Virginia Woolf .
    avatar
    Nadine

    Messages : 1665
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Henri Bosco

    Message par Nadine le Dim 1 Jan - 8:42

    Je l'ai sur mes étagères. Impossible de me rappeler de son contenu, même à lire vos comptes rendus. C'est marrant.
    Je l'adore, il est très joli, en plus, l'objet.

    avatar
    bix_229

    Messages : 2266
    Date d'inscription : 06/12/2016
    Localisation : Lauragais

    Re: Henri Bosco

    Message par bix_229 le Lun 5 Juin - 21:54


    Le Mas Théotime


    Depuis dix ans, Pascal habite le mas Théotime, un grand domaine agricole au coeur du Luberon.
    C' est un solitaire, misanthrope, sauvage.
    Il a pratiquement toujours été ainsi.
    Meme enfant quand il avait pour voisins une famille très liée à la sienne. Et qui voyait en lui le
    futur époux de leur fille Geneviève.
    Mais Pascal refuse de la rencontrer et de la fréquenter.
    Il prétend qu' elle est trop "vive" pour lui.
    Pourtant il ne peut s' empecher de l' admirer et  plus sans aucun doute.
    Mais un jour, lors d' un mariage, il la gifle publiquemment.
    Et dans cet incident, Pascal voit l' origine de tous ses malheurs.
    Il n' a pas tort.
    Au cours des années les deux familles seront frappées par la maladie et la mort.
    Dix ans plus tard, sans s' annoncer, Geneviève se rend au mas Théotime.
    Elle a manqué sa vie et cherche l' apaisement.
    Elle le trouvera au mas, dans l' environnment, et auprès de Pascal.
    Il est terrien, ancré, taciturne, un peu solennel.
    Elle est légère, vive, mobile, imagintive.
    Leurs différences se complètent et Pascal, donne enfin libre cours à ses sentiments.
    La voir lui procure "une extraordinaire adoration" pense -t-il un jour où il fait présent d' une
    petite demeure secrète.
    C' est le meilleur moment de sa vie.

    Et tout irait pour le mieux si...
    Mais non !
    Geneviève a un passé orageux, aventureux, contraire, dont elle n' est pas déttachée.
    Un jour, elle part.

    Je vous dirai pas la suite.


    J' ai aimé ce roman tout comme vous et comme je suis sentimental, je me suis impliqué
    un peu trop dans ce drame intime !
    Je réagis toujours un peu comme le lecteur enfant que je fus. Que je suis encore...
    Et qui, quand le conte est trop beau, ne peut que souhaiter une fin heureuse...
    Mais voilà !

    Ce livre m' a envouté parce que le style est souverain.


    "Depuis son départ, il flottait un malaise, comme si quelqu' un eut guetté ma vie dans la solitude.
    Et la masse de Théotime me semblait si mystérieuse que j' en redoutais la présence non loin de moi.
    Je me disais, entre ces pensées, déjà incertaines et le demi sommeil, que j' étais mieux placé ici, près de la source que dans cette maison si sombre où si quelqu' un s' introduisait, il me chercherait vainement .
    Qui pouvait s' imaginer que je reposais là en pleine nuit ?


    Moi-meme j' y songeai à peine.
    Tout était devenu si opaque, si noir et d' un tel silence que je n' étais plus attaché au monde.
    Je ne me tenais en l' air que par deux cordes invisibles, tendues je ne savais plus où, et qui
    me suspendaient non pas entre ciel et terre mais au dessus d' un élément immatériel issu de ces ténèbres inconnaissables."

    P. 237


    Contenu sponsorisé

    Re: Henri Bosco

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 25 Juin - 7:19