Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Wallace Stegner

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par Bédoulène le Mar 26 Déc - 1:26

tu confirme mon intention de lire cet auteur Tristram, merci !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12903
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par topocl le Mar 26 Déc - 9:40

@Tristram a écrit: l’amer sexagénaire (je n’ai pas eu trop de peine à m’identifier ou me reconnaître dans ce bougon narrateur...)


Oui, je t'y vois assez bien!

@Tristram a écrit: grand merci à Topocl de m’avoir signalé cet auteur !

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 1252659054 . le plaisir du partage est pour moi aussi!

@Tristram a écrit: particulièrement poignant,

Oui, c’est poignant, Stegner

@Tristram a écrit: de la fin de Marian

C'est donc celui-là que je cherchais!

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par Marie le Mar 2 Jan - 20:12

Et alors? La flagrante évidence est admise, et puis quoi? Effacerais-je, si je le pouvais, Marian Catlin de ma conscience imparfaite? Renoncerais-je au plaisir de sa compagnie pour m'épargner la tristesse de sa disparition? En reviendrais-je à ma propre solution ,qui était le sommeil crépusculaire, afin d'esquiver la souffrance qu'elle apporta avec elle?
Jamais de la vie. Ainsi donc, malgré quelques grincements de dents, je reconnais la réalité de ma conversion. Il se passe pour moi ce qu'un jour je lui ai dit qu'il se passerait pour sa fille. Je serai, toute ma vie durant, plus riche de ce chagrin.

La vie obstinée
Marie
Marie

Messages : 611
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par églantine le Dim 7 Jan - 1:24

En lieu sûr

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Cvt_en10

Bon au début c'était parti en lecture facile tourne-pages , cool-Raoul , pour se se détendre .
(Des retrouvailles de deux couples d'amis de longue date , à l'automne bien entamée de leur vie , et quelques drames à l'horizon , parce que la vie quoi . Le narrateur effectue un balayage du temps , pour appuyer sur les charnières de leur amitié , se laissant porter par une pensée dilettante , en sautillement alerte quelquefois , plus fatigué souvent , parce que le parcours d'une vie , ça élime .)
Mais je me suis très rapidement ennuyée . Probablement parce que je n'ai pas aimé l'écriture .
A forte teneur autobiographique on a presque l'impression qu'il tire sa révérence par ce dernier ouvrage .
De bonnes choses malgré tout , notamment des réflexions sur le sens de la littérature , et un regard introspectif , triste , un peu désenchanté , comme un Clint Eastwood se retournant sur la route de Madison ou aillleurs .
Inégal j'ai trouvé dans le rythme , la forme et le fond .
Terriblement superficiel par moment avec quelques Bisounourseries attendrissantes si on est disposés ,quelques passages plus près d'une authenticité pour raconter le banal , nos vies , nos amis , nos amours avec autant de tendresse que de sentiments moins honorables ,et là il touche juste , avec une sincérité proche de la confession , pour sombrer dans une forme toute tragédienne à la fin , c'est une sorte de mélange des genres . Peut-être comme la vie après tout .
Tout au fond de ma lecture j'avais l'impression d'entendre une voix off et de visionner un vieux film de famille ou d'amis avec la bande derrière qui se dévide avec l'inévitable bruit de fond , avec des ratés quelquefois , des blancs ou des noirs .
C'est flou bien sûr , on est pas sûr de bien voir , on reconnait la jupe , ou le rire de : des moments passés , "fini temps" , et de ces successions de séquences à images et son brouillés qu'on dirait "vintage' aujourd'hui , soudain surgissent , un regard , une répartie , un détail dans le coin ignoré de tous au moment vécu , et cela prend tout son sens dans la portée du temps , et la mémoire sélective . Il se dégage une tristesse douce , comme une pomme tannée oubliée dans le compotier .
La vie qui passe . Le temps vécu , perdu , retrouvé par l'écriture peut-être : c'est peut-être le sens de ce roman sûrement autofiction , qui laisse un goût de pomme blette et un peu sure pourtant , celle oubliée dans le compotier .

    " Les écrivains sont-ils reporters, prophètes, agitateurs, amuseurs, prédicateurs, juges, quoi d autre encore ? Qui les nomme porte-parole ? Et s'ils s'autoproclament tels, ce qui est manifestement le cas , quelle est la validité de ce mandat ? Si, comme le pensait Anatole France, c'est exclusivement la durée qui fait les chefs-d'oeuvre, alors les grands écrits ne sont que tâtonnements ayant surmonté l'épreuve du temps ; et , s'ils se ramènent à cela , il faut par-dessus tout qu' ils soient libres, qu' ils procèdent du talent et ne résultent pas de contraintes extérieures. Le talent est sa propre justification, et l'on ne saurait dire avec certitude, avant le pourvoi devant la postérité, s'il vaut vraiment quelque chose ou bien n'est que l'expression éphémère d'un engouement ou d'une tendance, l'expression d'un stéréotype."
églantine
églantine

Messages : 4297
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par Pia le Dim 7 Jan - 14:11

Bon il va falloir que j'essaye pour me faire ma propre idée! Merci à tous de vos commentaires!
Pia
Pia

Messages : 135
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 51
Localisation : Utrecht

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par Tristram le Mer 3 Avr - 0:54

Vue cavalière

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Sans-t11

Après La vie obstinée (seul autre livre de Stegner que j’ai lu), on retrouve Joe Allston, narrateur maintenant septuagénaire, lisant à son épouse Ruth (en 1974) le journal intime qu’il tint lors de leur voyage au Danemark (en 1954) après la mort de leur fils unique : tempête en mer, résidence avec une comtesse à Copenhague, surtout considérations sur la vieillesse (d’un vieux grincheux contre la contre-culture, les jeunes et les romanciers contemporains) et une histoire sordide de génétique et d’inceste.
« Pour qu’un homme consigne le récit de sa vie, il faut qu’à ses yeux elle en vaille la peine. Cela procède d’une arrogance, d’une assurance ou d’une compulsion à se justifier que je n’ai pas. »

« En fac, cherchant à vérifier je ne sais plus quel principe optique, après avoir collé à l’aide de ruban adhésif des lunettes à un poulet de laboratoire, nous lui avions jeté du blé. Au début, il inclinait la tête, visait et manquait chaque grain d’un bon pouce ; mais au bout d’un moment, il avait appris à corriger l’astigmatisme que nous lui avions infligé, et, une fois pris le pli, il était devenu aussi précis de l’un ou de l’autre œil.
Eh bien, en ce moment même, alors que Ruth dort et moi pas, et que cet inconfortable navire nous transporte sur des mers qui ne connaissent pas l’apaisement, je me sens comme un grain de blé, avec le Grand Poulet de l’Univers debout au-dessus de moi en train d’ajuster son coup. J’ignore s’il possède ou non la vision binoculaire ; peut-être est-il, pour ce que j’en sais, aveugle des deux yeux. Mais il ne me ratera pas quand il commencera à picorer. J’ai pour principe de ne pas croire aux verres déformants. Le premier gallinacé venu est capable de s’en remettre au bout de quelques heures. Bertelson [décédé pendant la traversée] pensait probablement l’avoir endormi avec ses soixante-cinq années de piété, et regardez ce qui est arrivé.
Moralité : on ne peut se fier à l’optique, mais on peut compter sur l’appétit. »
Joe a vécu dans le monde littéraire, et son récit est imprégné de références qui me manquent aux auteurs anglo-saxons anciens, entre autres renvois à Shakespeare, des auteurs américaines ou des ouvrages mystiques. À propos, on rencontre Karen Blixen !
C’est aussi un livre sur le questionnement identitaire ‒ ayant perdu sa seule ascendante et son seul descendant, Joe est en quête de ses origines danoises (comme Hamlet).
Belle langue soutenue :
« Je ne sache pas que le couple batte de l’aile, mais cela ne prouve rien non plus. Un des rares préceptes pertinents que je suis parfois tenté de transmettre à une postérité médusée est que tout est possible et à tout moment. »
Une sorte de petite métaphysique de lecture fort agréable, humaine, non dénuée d’humour et de mélancolie, qui entraîne l’empathie pour le vieux couple et ceux qu’il côtoie.
« Ce moment me fait toucher du doigt à quel point la vie change peu ; de quelle façon, sans événements dramatiques ni résolutions cardinales, sans tragédie, sans même de pathos, l’homme raisonnablement doué, raisonnablement bien intentionné, peut franchir dans sa longueur la grande cuisine du monde et arriver au bout avec la faim au ventre. »

« La caverne de Platon équipée de l’hydrothérapie. M’est revenu une observation de Willa Cather : on ne peut pas peindre la lumière du soleil, mais seulement ses jeux d’ombres sur un mur. Quand on examine sa vie, comme Socrate nous y engage depuis des siècles de façon un tantinet appuyée, n’examine-t-on pas plutôt les ombres qu’elle projette sur d’autres vies ? Une chose en soi ou bien des interférences ? Une réalité objective ou bien le point de fuite d’un exercice aux multiples perspectives ? Le prisme ou bien les couleurs de l’arc-en-ciel qu’il réfracte ? Et si l’on était soi-même le mur en question ? Et si l’on ne projetait jamais d’ombre ou l’arc-en-ciel à soi, qu’on ne fit que capter ceux des autres ? »
Petit rappel, une perspective cavalière est vue d'arrière et de haut, ce qui correspond assez au titre original, The Spectator bird.
Tant qu’à faire, je partage d’autres recherches de définition en rapport avec cette lecture :
Atticisme = Ensemble des qualités propres aux écrivains attiques : sens de la mesure, délicatesse de langage, finesse. Qualités d'élégance, de mesure, de délicatesse propres aux Attiques. Littéraire. Se dit d'un style élégant et pur. (Dans d'autres domaines artistiques). Idéal de beauté, de délicatesse, comparable à celui des écrivains attiques.
Kouros = Arts. Statue grecque archaïque représentant un jeune homme (le fém. correspondant est koré).
(Merci Robert.)
Voilà un roman dont je me suis efforcé de faire durer la délectable lecture le plus longtemps possible. Il va me falloir mettre la main sur les autres livres de Stegner !


Mots-clés : #vieillesse

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8475
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par topocl le Mer 3 Avr - 8:35

@Tristram a écrit:Une sorte de petite métaphysique de lecture fort agréable, humaine, non dénuée d’humour et de mélancolie, qui entraîne l’empathie pour le vieux couple et ceux qu’il côtoie.

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 3245407319
Et merci pour la définition d'atticisme.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par Tristram le Mer 3 Avr - 12:53

Sans doute ma lecture préférée durant toute ma disparition orangiste.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8475
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par bix_229 le Mer 3 Avr - 13:58

C'est compréhensible et réconfortant. Les souvenirs que j'ai de la lecture de
ces deux personnages au soir de leur vie (surtout les premiers) sont nimbés
de plaisr.
Plaisir de la découverte, de l'empathie pour ces deux-là qui feront partie de
notre vie désormais et meme chagrin à la fin de les voir décliner et etre
contraints d'accepter ce qui les attend, la déchéance et la mort.
Vue cavalière, Angle d'équilibre, La vie obstinée, En lieu sur.

Une citation de L'Envers du temps que je n'ai pas encore lu.
Ils se tiennent au bord de la conscience comme ces croix que l'on dresse au bord de la route à l'emplacement d'un accident mortel.


Et merci encore à l'éditeur Gallmeister qui eu la bonne idée de traduire des livres de l'auteur que ses lecteurs attendaient avec
impatience.
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par Tristram le Mer 3 Avr - 16:43

Je crois bien que je vais lire tout ce que je trouve de Stegner (dans l'ordre chronologique).

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8475
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par églantine le Mer 3 Avr - 16:53

Bon il faudrait que je réessaie de lire cet auteur avec Vue cavalière alors !
Je vais voir s'il est dispo à la BDP de Savoie ou médiathèque de Saint-Jean !
églantine
églantine

Messages : 4297
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par Louvaluna le Mer 3 Avr - 21:34

@Tristram a écrit:Une sorte de petite métaphysique de lecture fort agréable, humaine, non dénuée d’humour et de mélancolie, qui entraîne l’empathie pour le vieux couple et ceux qu’il côtoie.
[...]
Voilà un roman dont je me suis efforcé de faire durer la délectable lecture le plus longtemps possible. Il va me falloir mettre la main sur les autres livres de Stegner !
Direction le "pense-passoire" de Louvaluna ! Smile
Louvaluna
Louvaluna

Messages : 1006
Date d'inscription : 19/03/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par Tristram le Mer 3 Avr - 21:42

Bon choix, de mon point de vue du moins !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8475
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par topocl le Mer 17 Avr - 13:46

Une journée d’automne

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Cvt_un12

Court roman de jeunesse de Wallace Stegner, Une journée d’automne décrit au fil des saisons, les ravages d’une Amérique puritaine.
Tout commencé dans une légèreté un peu gnangnan.
Elspeth, au décès de ses parents quitte l’Ecosse pour rejoindre sa sœur Maragaret qui a épousé une riche propriétaire terrien, Alec . Blagueur,  assez porté sur la dive bouteille, on ne met pas longtemps)à comprendre qu’il va être plus séduit par sa jeune belle-sœur et sa naïveté  joyeuse que par son austère femme, si bonne mais si pleine de de rigueur.
La découverte du forfait est un délice de kitsch, à condition qu’on se délecte du  kitsch:

Les mains d’Elspeth s’agrippèrent aux barreaux, ses jambes la lâchèrent et elle tomba presque dans les bras d’Alec.
— Oh mon Dieu ! s’écria ce dernier.
Il serra Elspeth contre lui, mais elle se dégagea et se laissa choir sur le sol, frémissante, avec un long gémissement de douleur. Dans le noir, une vache heurta le seau à lait oublié, provoquant un fracas de métal qui résonna comme une explosion dans la grange caverneuse.
Serrés dans les bras l’un de l’autre, Elspeth désespérément agrippée à son amant, balbutiant des mots de passion et de désir, ils ne virent ni n’entendirent la femme qui se tenait dans l’ombre, muette et accablée.
Lorsque la flamme fut à son comble dans leurs veines, Alec tira Elspeth vers l’échelle du grenier, à laquelle elle monta de son plein gré. C’est alors qu’ils entendirent le cri que poussa l’ombre et le bruit de ses pas précipités sur le seuil, et que dans le demi-jour de la porte ils virent courir une silhouette.

Mais c’est là que les choses se corsent (enfin) pour décrire la coexistence que s’impose pendant des années  ce ménage à trois  instantanément disloqué, dans huis -clos d’austérité, de haine larvée et de culpabilité qui va engluer les trois personnages, chacun dans sa solitude et ses stéréotypes. Dieu merci, derrière ce silence dévastateur, les apparences sont sauves ! Qu’importent donc les souffrances ?


Mots-clés : #amour #conditionfeminine #fratrie #psychologique #relationdecouple #ruralité


Dernière édition par topocl le Mer 17 Avr - 17:42, édité 1 fois

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par Tristram le Mer 17 Avr - 17:25

Je te suis bientôt dans cette lecture (ça me fera ma dose mensuelle de sentimentalité).

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8475
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par topocl le Mer 17 Avr - 17:43

Je suis curieuse de ton avis. Pas emballée, je suis.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par bix_229 le Mer 17 Avr - 20:09

@topocl a écrit:Je suis curieuse de ton avis. Pas emballée, je suis.
Tu l'as signalé ! Il s'agit d'un roman de jeunesse. Peut etre l'éditeur aurait-il du s'abstenir...
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par topocl le Jeu 18 Avr - 8:58

Sa femme met un petit mot à la fin. C'est un truc écrit pour un concours de novellas (je crois qu'on dit comme ça)alors qu'il n'avait que deux nouvelles publiées. Où il a gagné le prix. Et elle est très touchée que l'éditeur le ressorte.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par kashmir le Jeu 18 Avr - 9:43

@topocl a écrit:
Tout commencé dans une légèreté un peu gnangnan.


C'est curieux mais le style d'écriture de cet auteur m'évoque tout un tas d'adjectifs mais pas celui-là... conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 575154626
kashmir
kashmir

Messages : 1826
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par topocl le Jeu 18 Avr - 11:39

Je ne crois pas que j'aurais reconnu Wallace Stegner si son nom n'avait pas été sur la couverture.
J’aimerais bien que quelqu'un le lise et donne son avis (tristram parait candidat, d’ailleurs)

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

conditionfeminine - Wallace Stegner - Page 3 Empty Re: Wallace Stegner

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum