Amy Waldman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Amy Waldman

Message par topocl le Sam 10 Déc - 11:02

Amy Waldman
Née en 1969


Amy Waldman est une auteure américaine.
Elle a grandi à Los Angeles, a étudié à l'Université de Yale, et vit à Brooklyn avec son mari et ses enfants.
Avant de se lancer dans l'écriture, elle a passé huit ans comme journaliste pour le New York Times, dont trois dans le bureau de New Delhi, et a également été un correspondant national pour l'Atlantique. Spécialiste des affaires internationales, elle a couvert les événements du 11 septembre
Un concours de circonstance est son premier roman. Il a été traduit en une douzaine de langue et édité dans plus de vingt pays


Dernière édition par topocl le Sam 10 Déc - 11:04, édité 1 fois

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3000
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Amy Waldman

Message par topocl le Sam 10 Déc - 11:04

Un concours de circonstance



J’aime qu’un livre me raconte une histoire.
J’aime qu’il me présente des personnages dont les certitudes sont ébranlées, tourmentés par le doute.
J’aime qu’il me pose des questions, même s ‘il ne m’apporte pas de réponses.

Amy Waldman m’a donc comblée. Elle a écrit une uchronie qui nous confronte aux blessures et errances des Américains après le 11 septembre, et plus largement nous questionne sur la tolérance et la responsabilité, une uchronie d’autant plus troublante qu’elle n’a pas tardé à être rattrapée par la réalité.

Deux ans après le 11 septembre, le projet d’un mémorial a émergé. Un jury reçoit la lourde charge de trancher entre 5000 propositions, et choisit un projet symbole d’apaisement. Seulement voilà, on découvre après coup que l’auteur est un architecte musulman. Laïque, parfaitement assimilé, mais musulman. Les cœurs, les passions, les opinions se déchirent. Les blessures se remettent à saigner. Pour certains, les certitudes se figent et s’enkystent, pour d’autres elles se fendillent. Le doute s’installe et les personnages dérivent vers des horizons qui les surprennent eux-même. Et l'auteure nous donne astucieusement à voir ce petit décalage entre la pensée spontanée et le discours ou le comportement policés, ce qui accuse les ambivalences.

Le propos est d’autant plus percutant qu’il n’existe pas de réponses, pas de vérité, une fois la faille entrouverte. Le roman d’ Amy Waldman est d’une efficacité impressionnante, et il est fort troublant de voir s’affronter ces personnages déchirés par la complexité des choix qui se proposent, parfois s’imposent à eux. Il existe une perfection factuelle, une intelligence dans ce livre, une maîtrise de haute volée pour mettre à bas les principes, les dogmes, les croyances. Nous montrer ce que nos peurs nous dictent.

Du grand art pour cette journaliste dont la prose n’est pas du tout journalistique, qui n’épargne ni les extrémistes ni la presse, et explique comme il est difficile de vivre dans le respect de ses valeurs dans un monde aussi complexe et bousculé que le nôtre.

Quant à l’épilogue montre que si le temps efface les contours, il laisse l’empreinte des combats comme des pertes.

J’en suis sortie assez retournée.


(commentaire rapatrié)


Dernière édition par topocl le Jeu 15 Déc - 11:20, édité 1 fois

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3000
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Amy Waldman

Message par topocl le Sam 10 Déc - 11:06

Un concours de circonstances

En exergue


   Tel le cyprès, qui garde la tête haute et demeurent libre entre les murs du jardin, moi aussi, je me sens libre en ce monde, je ne suis entravé par aucune de ses chaînes.
   Poème soufi pakistanais




...Et le jardin du mémorial, le vrai, pas celui imaginaire dont on parle dans le livre




Projet de l'architecte israélo-américain Michael Arad qui a été retenu pour la construction du mémorial. Le concept original ne faisait intervenir presque aucun arbre ou végétation. Ce projet ayant été qualifié d'austère, il a été fait appel à Peter Walker, un architecte paysagiste de Berkeley, pour planter davantage de végétation afin d'adoucir l'ensemble. C'est l'agence d'architecture Handel Architects, dans laquelle Michael Arad est associé, qui à réalisé le projet.
Ouvert au public le 11 septembre 2011
Prix d'entrée 2 dollars, et dons appréciés


(message rapatrié)

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3000
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Amy Waldman

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum