ArenSor_T_Williams

Alors parle-moi comme la pluie et laisse moi écouter (laisse-moi m'étendre ici et écouter).

Tennessee Williams, Parle moi comme la pluie et laisse moi écouter

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Mark Spragg

    Partagez
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2859
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Mark Spragg

    Message par Bédoulène le Lun 12 Déc - 19:10

    Mark Spragg
    Né en 1952



    Mark Spragg (né en 1952) est un écrivain américain. Il est l'auteur de trois romans et un livre de fiction, la plupart du temps fixés dans le Wyoming , où il a grandi.

    Mark Spragg a grandi sur le Sabres Ranch Crossed, un ranch du Wyoming huit miles à l' est du parc national de Yellowstone. Il est diplômé de l' Université du Wyoming à Laramie en 1974, avec une majeure en anglais. Il a travaillé sur une plate-forme pétrolière, shoed chevaux, et a mené des voyages d'emballage pour soutenir son écriture.

    En 1999 , il a publié un mémoire, Where Rivers changer de direction, de son enfance inhabituelle, avec pas de télévision ou de radio , mais entouré par de vastes étendues de beauté en plein air robuste. Le livre a reçu des critiques étoilés Publishers Weekly et Library Journal,  et a gagné les montagnes 2000 et Plains Booksellers Award pour Nonfiction.

    Spragg plus tard , a publié les romans Le Fruit of Stone, An Unfinished Life, and Bone feu. Il a également co-écrit le scénario à An Unfinished Life avec sa femme, Virginia Korus Spragg.

    Il vit avec sa femme, Virginia, dans le Wyoming.
    (wikipedia)


    traduits en français

    2005 Là où les rivières se séparent.
    2005 Une vie inachevée
    2007 Le fruit de la trahison
    2012 De flammes et d'argile





    Là où les rivières se séparent



    Ce récit autobiographique nous emmène dans le Wyoming,  où la violence du vent  déshabille même les âmes, où les chevaux ont la priorité, où l’auteur a passé  son enfance, son adolescence et peut-être y vit-il encore.

    Ce récit est pour la plus grande part l’initiation de l’enfant  à la vie, une dure vie comme peut l’être  celle dans un ranch,  le plus grand ranch de la région ; région sauvage où grondent les rivières et les ours, où la Nature ne pardonne pas les erreurs.

    Outre ses parents,  l’enfant est l’employé du père, au même titre que les autres  et de même traité,  certains de ses compagnons de travail, ont  inculqué  à l’enfant, puis à l’adolescent  des valeurs essentielles à la formation de l’Homme.

    La vie au ranch est de sobriété, de travail, mais combien  l’amour que porte l’enfant aux chevaux est palpable.

    Le narrateur  aime la solitude, il le prouvera d’ailleurs dans l’isolement en montagne tout un hiver rigoureux (moins 35°)mais c’est là qu’il commencera l’écriture.

    Le dernier chapitre est plus intime encore,  il reconnait, dénonce parfois, l’homme qu’il est devenu, raconte la fin de sa mère.


    Une belle écriture passionnée qui porte le récit, les contemplations de l’auteur sont poétiques, les  descriptions physionomiques , le langage confortent la lucidité de son regard.
    L’auteur manie l’écriture comme un bel outil utile qui fait du bon travail.
    Me voilà à court de mots, parfois je me dis que je ne mérite pas le plaisir donné par une lecture !

    Ces extraits vous convaincront certainement
    « Je me sentais mieux que le garçon qui s’était endormi la veille. Je me sentais plus vieux que le garçon qui avait failli tuer son cheval. »

    « Socks lèche le col de ma veste en jean. Son souffle chaud et humide sur mon cou. C’est la première fois que je suis amené à tirer des conclusions sur la chasse. Par le passé, les chevaux que nous avons utilisés comme appâts n’étaient plus bon à rien, ils avaient perdu leurs dents, ils étaient prêts à mourir. Je n’ai encore jamais associé le chagrin à notre entreprise familiale. »


    « On n’a pas si souvent l’occasion d’être ensemble, dit-il.
    - On travaille ensemble
    - Quand on travaille ensemble je suis ton patron.
    - Qu’est-ce que tu es en ce moment ?
    - Je suis ton père. Il se tourne vers moi avec un demi-sourire. « Fais donc un peu attention aujourd’hui, et tu verras s’il y a une différence. »

    « Je monte dans la montagne le lendemain matin. L’automne tient bon, les journées sont chaudes, les nuits sont fraîches, les arbres commencent à changer de couleur, leurs feuilles arrivées à maturité se teignent de jaune, d’or et de roux.
    Je me gare à côté de la maison, je descends de moto et je n’en crois pas ma chance.On dirait que je suis au-dessus du monde, au-dessus de toute activité. L’air est bleu comme du lapis-lazuli. Il pâlira et prendra  la couleur du givre dans quelques courts mois. »

    « Je me plie à la taille par-dessus les deux serpents. Leurs yeux exigent chacun de mes mouvements. La femelle se glisse contre son mâle blessé et je voudrais que le fossé soit assez profond pour cacher ma honte. Je dis piteusement à la femelle que je n’ai pas sauvé le mâle, que je n’ai pas mis fin à ses douleurs, parce que je ne croyais pas pouvoir le faire. »

    "Elle se sentira absolument seule au monde, unique dans son malheur. Je ne serai pas assez fort pour absorber tout le démon de sa souffrance. J' essayerai, mais je serais battu, le démon retournera en elle et grognera comme un chien méchant qui protège sa maîtresse. Mon amour pour elle ne semblera pas suffisant."


    mots-clés : #nature


    Dernière édition par Bédoulène le Ven 7 Juil - 22:56, édité 3 fois


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
    avatar
    Armor

    Messages : 1106
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 36

    Re: Mark Spragg

    Message par Armor le Lun 12 Déc - 19:23

    Elles se rejoignent ou bien elles se séparent, tes rivières, bédou ?
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2859
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Re: Mark Spragg

    Message par Bédoulène le Mar 13 Déc - 8:34

    oups, je corrige merci Armor !


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud

    Contenu sponsorisé

    Re: Mark Spragg

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 26 Juil - 16:37