Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Erich Maria Remarque

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Erich Maria Remarque - Page 2 Empty Re: Erich Maria Remarque

Message par Marie le Mer 20 Sep - 17:28

j'ai A l'ouest rien de nouveau donc de quoi commencer.
Oui, mieux vaut sans doute commencer par là..
J'ai continué avec L'ennemi, les nouvelles dont a parlé topocl, et La nuit de Lisbonne , tragique histoire d'amour, mais surtout si angoissante évocation de ces exilés qui tentent de fuir.
Je continuerai certainement à lire Erich Maria Remarque .
Marie
Marie

Messages : 611
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Erich Maria Remarque - Page 2 Empty Re: Erich Maria Remarque

Message par topocl le Mer 20 Sep - 18:04

je vais prochainement lire Arc de triomphe que tu avais évoqué précédemment, Marie.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6230
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Erich Maria Remarque - Page 2 Empty Re: Erich Maria Remarque

Message par topocl le Dim 24 Sep - 21:44

Arc de triomphe

Erich Maria Remarque - Page 2 Image124

Quelle nuit étrange ! pensa-t-il. Quelque part, des hommes s'entre-tuent. Quelque part, des hommes sont pourchassés, emprisonnés, torturés et assassinés ; un coin quelconque de monde paisible est piétiné par un envahisseur. Et pourtant, la vie continue… On se presse dans les cafés brillamment éclairés. Personne ne s'inquiète… les gens s'endorment d'un sommeil calme… Et moi je suis assis ici avec une femme, entre une brassée de chrysanthèmes et une bouteille de Calvados, tandis que l'ombre de l'amour se profile sur nous, l'amour tremblant, isolé, étrange et triste, exilé lui aussi de son passé serein, l'amour furtif comme s'il n'avait plus de droit.

1938-39, Paris se prépare à la guerre sans y croire, mais prend une bonne doses de réjouissance au cas où. Mais dans les bars, les boites de nuits, les bordels se pressent  aussi les réfugiés sans papiers qui regagnent leurs hôtels miséreux le soir venu.
Parmi eux, Ravic  a fui l’Allemagne nazie, ses interrogatoires ignominieux et ses camps de concentration. Il est revenu de tout. Chirurgien émérite, il survit en opérant clandestinement à la place de médecins moins talentueux que lui, qui se réservent  le mérite de ses brillantes opérations, et 90 % des honoraires. Derrière son cynisme et sa philosophie pessimiste,  c'est un grand humaniste, soignant les échecs des avortements clandestins, soutenant ses patients comme cela se devait  en ce temps-là : en leur cachant leur cancer dépassé. Seule l'idée de la vengeance le maintient dans la course. Jeanne, la femme qu'il a  sauvée du suicide une nuit d'hiver sur un pont de Paris, saura-t'elle l'en détourner et lui redonner goût à ces  bonheurs insouciants qui viennent à bout  les pires ténèbres?

- C'est merveilleux, fit Ravic. Le calme, le foyer, les livres, la paix, quoi. On jugeait tout cela bourgeois autrefois. Aujourd'hui c'est le rêve du paradis perdu.

C'est une fois encore la désespérance de ces parias, les petites magouilles, les grandes amitiés, la lutte crâneuse du quotidien. Centré cette fois sur un seul personnage, Remarque ne lésine pas sur les grands sentiments et sur els aphorismes, mais c'est de son époque et de cette cause. La guerre est là, à l'horizon, elle autorise une certain lyrisme.

L'ambiance est quasi cinématographique,  Paris, la nuit, l'Arc de Triomphe, les lumières, les courses en taxi, les déambulations…

Le hic, c’est cette histoire d'amour plutôt  mièvre, pathétiquement banale, avec ses allers-retours perpétuels , chacun  aimant alternativement l'autre quand celui-ci se déprend. Le romantisme devient sentimentalisme pathétique, les phrases sont définitives. La relation de cette liaison frénétique est d'un sexisme bien expliqué par l'époque , mais qui alternativement m'a agacée ou amusée.
Cela ne touche cependant qu'un bon tiers du livre qui tire plutôt bien son épingle du jeu, grâce à un récit habilement mené des mois qui précèdent la guerre, et une envoûtante empathie pour ce personnage complexe et  torturé.

Mots-clés : #exil #solitude

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6230
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Erich Maria Remarque - Page 2 Empty Re: Erich Maria Remarque

Message par Marie le Lun 25 Sep - 17:39

Le hic, c’est cette histoire d'amour plutôt  mièvre, pathétiquement banale,
Je l'ai lu il y a très longtemps, et je ne me souviens pas du tout de cela! Seulement du personnage de Ravic , c'était la première fois que je découvrais ces allemands qui avaient fui l'Allemagne nazie.
Mais j'ai trouvé l'histoire d'amour de La nuit de Lisbonne horriblement mélo donc je comprends!
Je l'ai retrouvé, Arc de triomphe, je le relirai un jour.
Marie
Marie

Messages : 611
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Erich Maria Remarque - Page 2 Empty Re: Erich Maria Remarque

Message par topocl le Lun 25 Sep - 19:40

Ce genre de truc, discussion au restaurant :

« Le jour, dit Ravic. La nuit est maintenant quelque part, de l'autre côté de la terre. Un jour, les avions seront assez rapides pour la rejoindre et  la dépasser. Ils iront aussi vite que la terre. Alors, si tu me redis à quatre heures du matin que tu m'aimes, nous pourrons faire qu'il soit pour toujours quatre heures du matin. Nous  volerons sans arrêt autour de la terre et les heures s'arrêteront.»
Jeanne s'appuya contre lui.
« Où est cet avion ? Nous serons vieux, mon amour, lorsqu'on l'aura inventé. Et je ne veux pas vieillir. Et toi ?
- Si.
- Pourquoi ?
- Je veux savoir ce qu'il adviendra de notre planète.
- Moi, je ne veux pas vieillir.
- Tu seras toujours jeune. La vie coulera seulement sur ta figure, en la rendant plus belle encore. On n'est vieux que lorsqu'on ne sent plus rien.
- Non. On est vieux lorsqu'on cesse d'aimer."

Ceci dit, quand il se contrôle mieux, j'aime beaucoup Remarque. C'est souvent très beau, avec un côté rétro de vieux film en noir et blanc.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6230
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Erich Maria Remarque - Page 2 Empty Re: Erich Maria Remarque

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langue allemande

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum