Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Jean-Christophe Rufin

    Partagez
    avatar
    Barcarole

    Messages : 979
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 61
    Localisation : Tours

    Jean-Christophe Rufin

    Message par Barcarole le Mar 13 Déc - 20:27

    Jean-Christophe Rufin
    Né en 1952


    Jean-Christophe Rufin, né le 28 juin 1952 à Bourges dans le Cher, est un médecin, historien, écrivain, et diplomate français. Il a été élu en 2008 à l'Académie française, dont il devient alors le plus jeune membre. Ancien président d'Action contre la faim (ACF), il a été ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie.

    Interne en neurologie, puis chef de clinique, puis attaché des hôpitaux de Paris, il pratique la médecine à l’hôpital de Nanterre, puis dirige un pavillon de psychiatrie à l’hôpital Saint-Antoine.

    Après avoir exercé des fonctions de chef de clinique puis attaché des hôpitaux de Paris, il poursuit sa carrière de médecin dans l’humanitaire. Parmi les pionniers du mouvement humanitaire Médecins sans frontières (MSF), il dirige de nombreuses missions en Afrique de l’Ouest et en Amérique latine. Sa première mission humanitaire est menée, en 1976, en Érythrée, ravagé par la guerre. Il occupe les fonctions de vice-président de MSF (1991-1993), puis de conseiller au cabinet de François Léotard, ministre de la Défense (1993) ; il est administrateur de la Croix-Rouge française de 1994 à 1996 ; en 1999, il est administrateur de l’association Première Urgence au Khosovo. Président d’ACF dès 2002, il quitte ses fonctions en 2006 pour se consacrer davantage à l’écriture, restant président d’honneur. Mais il poursuit :

    Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris en 1980, il fait carrière dans les ministères comme conseiller et exerce des hautes fonctions dans la diplomatie jusqu’en 1995.

    Le 3 août 2007 il est nommé ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie. Il s’inscrit dans la tradition des « écrivains-diplomates ».

    Carrière littéraire :

    Jean-Christophe Rufin a consacré plus de vingt ans de sa vie à travailler dans des ONG au Nicaragua, en Afghanistan, aux Philippines, au Rwanda et dans les Balkans. Cette expérience du terrain l'a conduit à examiner le rôle des ONG dans les situations de conflit, notamment dans son premier essai, Le Piège humanitaire (1986), un essai sur les enjeux politiques de l'action humanitaire et les paradoxes des mouvements « sans frontières » qui, en aidant les populations, font le jeu des dictateurs, et dans son troisième roman, Les Causes perdues (1999).
    Ses romans d'aventures, historiques, politiques, s'apparentent à des récits de voyage, la plupart du temps de nature historique, ainsi qu'à des romans d'anticipation.

    Pour son œuvre littéraire, Jean-Christophe Rufin reçoit de nombreux prix dont le prix Goncourt en 2001 pour Rouge Brésil. Il est élu à l'Académie française le 19 juin 2008.


    Bibliographie :


    • L'Abyssin, 1997
    • Sauver Ispahan, Gallimard, 1998.
    • Les Causes perdues, 1999 – réédité avec le titre Asmara et les Causes perdues
    • Rouge Brésil, 2001
    • Globalia, 2004
    • La Salamandre, 2005
    • Le Parfum d'Adam, 2007
    • Un léopard sur le garrot, 2008
    • Katiba, 2010
    • Sept histoires qui reviennent de loin (nouvelles), 2011
    • Le Grand Cœur, 2012
    • Immortelle Randonnée : Compostelle malgré moi, 2013
    • Le Collier rouge, 2014
    • Check-point, 2015.

    Documents/Témoignages :
    • Le Piège humanitaire, 1994
    • La Dictature libérale. Le secret de la toute-puissance des démocraties au 20e siècle, 1994
    • L’Empire et les nouveaux barbares, 2001


    En collaboration :
    • Économie des guerres civiles – avec François Jean, 1996
    • Mondes rebelles – avec Arnaud de La Grange et Jean-Marc Balancie, 1996
    • Qui est Daech ? – avec Edgar Morin, Régis Debray, Michel Onfray, Tahar Ben Jelloun, Olivier Weber et Gilles Kepel, 2015


    Dernière édition par Barcarole le Mer 14 Déc - 8:43, édité 2 fois
    avatar
    Barcarole

    Messages : 979
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 61
    Localisation : Tours

    Re: Jean-Christophe Rufin

    Message par Barcarole le Mar 13 Déc - 20:38



    Asmara et les causes perdues

    Comme le sujet de l'humanitaire me passionne et que le parcours de Jean-Christophe Rufin, médecin humanitaire puis ambassadeur de France au Sénégal m'intrigue, voilà qui m'a donné très envie de découvrir ses romans et je n'ai pas été déçue par sa plume "enlevée" de cet auteur qui a l'art de raconter une histoire (vraie). Dans ce roman, Rufin nous décrit, plutôt de façon pudique et modérée je trouve, malgré la gravité du sujet, la grave famine que subit la population en Erythrée, et les dérives et manipulations politiques auxquelles doit faire face un groupe appartenant à une ONG européenne, censé venir en aide à cette population.

    C'est le narrateur, Hilarion, habitant Asmara, ancienne capitale coloniale où se déroule la mission, qui nous décrit – dans son journal mais le roman n'a pas les travers du journal – les faits et les gestes, les difficultés que rencontre ce groupe d'humanitaires qui, les uns et les autres, ne sont pas venus pour les mêmes motifs ni pour les mêmes causes, les dysfonctionnements au sein du groupe et surtout ceux qu'ils rencontrent avec les politiques locales. Si leurs buts sont personnels, tous ne sont que des marionnettes. Les populations sont déplacées au gré des autorités totalitaires à des fins stratégiques bien loin de la dimension humanitaire. Quel est alors le sens de la mission ?

    Hilarion le narrateur reprend goût à la vie depuis l'arrivée de cet ONG à Asmara, assoupie depuis des lustres...

    Je dois dire que j'ai été touchée par ce roman attirant comme un aimant. Tout d'abord par la description de cette ville, plantée là comme un décor de théâtre, sa splendeur fanée, l'architecture toscane de ses villas surannées. La chaleur. Le café ombragé sous les colonnes où se retrouvent les vieux Italiens qui n'ont pas bougé d'Asmara depuis la colonisation. Les petites intrigues amoureuses dans le groupe, rendez-vous au café d'Asmara la nostalgique. Et le pire : le non-sens de la mission humanitaire.

    La plume de Rufin coulait de source, et je n'ai pu lâcher ce trop court roman tant ce qu’il raconte m’a intéressée !

    J'ai lu également Katiba de Jean-Christophe Rufin que j'ai vraiment apprécié, aussi bien le sujet al-Qaida et comment sont tissés les réseaux terroristes (même si ce roman a un côté polar ou thriller), et comment ne pas apprécier Un léopard sur le garrot, son autobiographie. J'avais pensé qu'il serait trop tourné sur lui-même, mais la lecture était pour moi agréable et enrichissante, et on ne lâche pas le bouquin ! Sacré parcours !

    Apprécié aussi : Le Parfum d'Adam, très sympa à lire, on ne s'ennuie pas une seconde malgré quelques petites longueurs mais le sujet m'a donné envie d'aller voir plus loin sur l'éco-terrorisme ! Et enfin, trois autres Rufin, Globalia, La Salamandre et Check-Point. Un régal ces petits plaisirs de lecture !

    Eh non, je n'ai pas fait de commentaire pour ces derniers livres. Je n'ai pas encore tenté ses romans historiques. Mais chaque chose en son temps !



    mots-clés : #documentaire
    avatar
    Armor

    Messages : 990
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 36

    Re: Jean-Christophe Rufin

    Message par Armor le Mar 13 Déc - 21:24

    J'avais lu son roman sur Jacques Coeur, Le grand Coeur. Plein de bonnes choses, mais je n'avais pas réussi à entrer vraiment dans le roman. Il m'avait manqué quelque chose, sans pour autant que cela m'ôte l'envie de relire cet auteur.
    Rouge Brésil est sur ma PAL. Asmara ou les causes perdues ou un léopard sur le garrot me tenteraient bien aussi, surtout après avoir lu ton avis, Barcarole.
    avatar
    Barcarole

    Messages : 979
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 61
    Localisation : Tours

    Re: Jean-Christophe Rufin

    Message par Barcarole le Mar 13 Déc - 22:02

    Si tu aimes l'humanitaire, ce qui s'y passe, même si c'est romancé, et si tu aimes le parcours d'un humanitaire, qui nous fait vivre sa vie comme un roman, tu devrais aimer les deux derniers livres que tu cites, Armor ! Pour en savoir plus sur la réalité de l'humanitaire, Rufin a écrit aussi un essai/témoignage : Le Piège humanitaire, en 1994. Ca date un peu mais ça peut être intéressant à lire, mais je ne l'ai pas lu. Tiens je vais le mettre dans ma LAL !
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2504
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Re: Jean-Christophe Rufin

    Message par Bédoulène le Mar 13 Déc - 22:12

    merci Barcarole pour ton commentaire et tes informations sur l'auteur.

    je n'ai lu que Le collier rouge (tiré aussi d'une histoire vraie) que j'ai vraiment aimé





    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
    avatar
    Barcarole

    Messages : 979
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 61
    Localisation : Tours

    Re: Jean-Christophe Rufin

    Message par Barcarole le Mar 13 Déc - 22:24

    Ah oui, il faudrait que je tente Le Collier rouge, j'avoue l'avoir consulté puis reposé, mais qui ne tente rien n'a rien !
    avatar
    tom léo

    Messages : 323
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Localisation : Bourgogne

    Le collier rouge

    Message par tom léo le Ven 16 Déc - 7:33



    Le collier rouge


    2014

    CONTENU :
    Dans une ville du Berry, sous la chaleur de l 'été 1919, est retenu comme seil prisonnier dans la caserne locale un ancien héro de guerre, même décoré de la Légion d'honneur. Devant la porte aboie son chien jour et nuit. Un officier arrive pour éclaircir l'affaire. Il s'agit d'un aristocrat, mais la guerre l'a ébranlé aussi, l' détourné d'anciennes certitudes. Dans les environs : une femme marquée par le travail paysan, maus au même moment, cultivée. Trois personne, un chien – qu'est-ce qui les relient ? (suivant la description chez amaz.fr)

    REMARQUES :
    En 2014 (aussi date de la sortie de ce livre qui est à lire aussi dans ce contexte ?!) on commémorait spécialement en France l''anniversaire du début de la première guerre mondiale. Et roman et événement historique se trouvent bien plus proches de nous, les contemporains, qu'on ne veut le coire parfois avec le premier regard, la première impression. Rufin dit clairement qu'il s'agit bien de l'histoire du grand-père de son photographe, Benoît Gysembergh. Le livre lui est dédié.

    Jacques Morlac est né en 1891 et nous le trouvons ici en 1919 devant un juge militaire, l'aristocrat Lantier du Grez, qui est venu dans la petite ville pour apporter de la lumière dans une « affaire malheureux ». Mais celui-ci pourrait éventuellement avoir comme conséquence une condamnation dure, voir même la condamnation à mort ! Mais en quoi consistait ladite action, nous ne le savons pas dès le début. C'est juste très lentement qu'à travers les interrogations et la prise en consciences des faits qu'on entendra de la bouche du prisonnier son histoire. Le prisonnier avait même reçu à la suite d'une action spéciale en Grèce en 1917 la Légion d'honneur piur courgae exceptionnel ! Comment on est arrivé là ? Qu'est-ce qu'il y a derière ? Et pourquoi on l'accuse maintenant d'une façon ou d'une autre de trahison ?

    Et quel rôle joue alors son chien si fidèle, qui avait courut derrière Morlac pendant toute la guerre tandisque celui-ci le rejette, essaie de le sèmer ? Est-ce qu'il y a une fidèlité dérangeante ? Pourquoi Morlac n'entre pas dans le jeu de Lantier du Grez qui essaie vraiment d'atténuer la responsabilité de Morlac pour pouvoir justifier un jugement plus clément ? Et quel rôle joue Valentine, la femme aimée et réfusée, rejetté à la fois ?

    Un livre fin, écritdans une langue très accessible et qui pose des questions. Derrière le fil de narration il nous met deavnt la vérité de certaines choses. Cela m'a plu !

    Contenu sponsorisé

    Re: Jean-Christophe Rufin

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 14:02